Mes poissons respirent difficilement…

Plusieurs facteurs peuvent provoquer une respiration difficile chez un poisson : un déficit en oxygène, des parasites, une intoxication..
Dans tous les cas, il faut agir très vite afin de trouver la cause.

Un respiration qui vous parait anormal chez votre poisson, ne doit pas être pris à la légère, c’est souvent une urgence d’action de votre part afin de pouvoir les sauver.
La respiration anormal d’un poisson est une fonction vitale qui en jeu et à laquelle on retrouve plusieurs cause.

Le déficit en oxygène

Si la diminution de l’oxygène dans le bac est brutale, elle risque fortement de provoquer une mortalité immédiate de l’ensemble de votre population.
c’est facilement visible par l’aquariophile : les poissons montent en surface pour « piper » l’oxygène » (l’air).
Ils tentent simplement de respirer à l’endroit où la concentration en O² dans le bac est la plus élevée.
Les poissons alors meurent très rapidement avec la bouche grande ouverte et les opercules en hyper extension.
Ces symptômes Post-mortem sont caractéristiques.

Plusieurs facteurs peuvent faire chuter le taux d’oxygène disponible dans l’eau
L’augmentation de température ou de la salinité, la baisse de l’agitation de l’eau ou encore celle de la pression atmosphérique (orages).
En été, il faut donc rester vigilant en période orageuses, car il est possible que, très localement bien-sûr, et pendant un laps de temps très court (le temps que l’orage passe), les concentrations en oxygènes dissous dans l’eau soient largement inférieures aux besoins des poissons.
Nous avons déjà vu des bacs entiers de poissons périr pendant un gros orage, en quelques minutes.
Ce risque reste cependant accru pour les poissons d’eau froide (bassin) qui sont gros consommateurs d’oxygène.

Dans un bassin, il est recommandé surtout pour l’été d’y installer un équipement de brassage de l’eau, légèrement même surdimensionné et assurer une maintenance rigoureuse du matériel.

Intoxication aux nitrites

Le mécanisme toxique chez le poisson est un transport de nitrites à travers les branchies qui viennent se fixer sur l’hémoglobine des globules rouges pour former une molécule de méthémoglobine, rendant le transport d’oxygène impossible.

Lors d’une montée de nitrites, les poissons sont dyspnéiques. Ils ont des mouvements respiratoires très rapides (ouverture et fermeture des opercules très rapides et très saccadés).
Ils ont tendance à monter aussi en surface pour trouver des zones où la concentration en oxygène dissous est maximale.
C’est uniquement la mesure du taux de nitrites (les N02) au moment de ce symptôme qui va vous aiguiller sur le diagnostic.
Il doit être à zéro, le seuil maximum tolérable est de 0,3 mg/L, et l’on considère que le taux doit toujours être à zéro.
Si la valeur est supérieur, il faudra apporter des corrections : surtout éviter la surpopulation et aussi la suralimentation, privilégier une nourriture non-polluante, faire de bons changements d’eau, ensemencer avec des bactéries nitrifiantes (bactéries vivantes : Bacnet, Denitrol etc..), oxygéner un maximum le filtre biologique, on peut donc dans ce cas, mettre un bulleur à fond ou remonter le rejet du filtre à la surface de l’eau afin de bien brasser l’eau sur la surface.

Si cela arrive d’un seul coup et que l’on a rien à la maison sous la main en bactéries vivantes, afin de limiter le passage des nitrites sur les poissons on peut rajouter < 50 mg/L d’eau net, de sel de guérande (non iodé surtout le sel), cela limite les effets des nitrites sur les poissons.
Attention ! ce n’est pas non plus la solution magique.. il vaut mieux utiliser les bactéries vivantes si possible..

Intoxication au chlore

Le chlore peut provoque des lésions aux branchies et modifier la composition de l’hémoglobine.
Les signes typiques d’une telle intoxication sont : une respiration accélérée, une nage en surface et saccadée, des sauts en dehors de l’eau, une intensification des couleurs des poissons due au stress ou au contraire un pâlissement suivant l’espèce, une mortalité qui fait suite à une nage complètement instable.

En utilisant un conditionneur d’eau, nous allons éliminer complètement cette cause.
Il est également possible de tirer l’eau 24 à 48 heures avant de faire le changement et la laisser reposer afin que le chlore s’évapore.

Intoxication à l’Acidose ou Alcalose

Dans un bac, la tendance naturelle est à l’acidification du milieu. Ce sont des variations brutales de pH qui est trop acide ou trop basique, les poissons « pipent » en surface, présentent un brunissement au niveau des branchies, des inflammations de la peau, des nageoires en lambeaux, et une forte sécrétion de mucus.
On teste certes le pH, mais aussi et avant tout le KH qui est le seul paramètre témoin de la stabilité chimique de l’eau de votre bac.
Un KH inférieur à 2°, on peut s’attendre à des variations brutales de pH.
Il faut donc le remonter.
On peut alors fortement brasser l’eau afin d’évacuer un maximum le C02 dissout. Une forte activité de photosynthèse provoque alors une acidose, il faut donc augmenter la minéralisation en utilisant du calcaire ou du sable de corail, coquille d’huître dans le filtre etc..

Parasites branchiaux

Les signes ne sont pas visibles à l’oeil nu.
Les poissons atteints présentent des difficultés respiratoires et une hyper production de mucus.
Ils se grattent le plus souvent contre les décors.
Les poisson maigrissent et la mort survient en cas d’infestation massive.
L’évolution est en générale assez lente (sur plusieurs jours).
Dactylogyrus spp. (vers de branchies) et très souvent à l’origine de ces symptômes. C’est un vers plat d’une taille de 0,1 à 4 mm.
Si tous les résultats des paramètres du bac sont corrects, il faudra alors soit faire des bains d’eau salée pour les poissons d’eau douce ou encore traiter, avec du « Praziquantel » ou du « Mebendazole » qui peuvent aussi être utilisés avec pas mal de succès.

Conclusion

La respiration anormale d’un poisson n’est jamais un signe anodin. Il faut systématiquement et rapidement rétablir la situation au plus tôt, car le risque est toujours vital.
Première chose à faire avant tout : un changement d’eau de moitié du bac en utilisant bien entendu, la même température que celle du bac afin de ne pas provoquer non plus un autre choc.

© Texte : framboizz sur quelques infos du magazine l’aquarium à la maison

Mettre les poissons en quarantaine

 

Sans pour autant se passer d’une acclimatation minutieuse qui reste indispensable à faire, même à la mise en quarantaine des nouveaux poissons achetés, mettre ses poissons en quarantaine, ne comporte que des avantages quand nous avons la possibilité de le faire.

Même si un poisson vous semble en bonne santé, il est probablement porteur de maladies prêtes à se déclarer si l’opportunité se présente.
Exemple concret : le stress qui est causé par les différentes manipulations et changements d’environnement qu’il aura subit au cours de l’achat. Cette cause peut néanmoins facilement déclencher une ou voir plusieurs pathologies latentes.

De plus certains professionnels utilisent des médicaments et divers produits pour conditionner l’eau et parfois même, des stérilisateur d’UV pour éviter certaines pathologies chez eux, et donc un meilleur développement des poissons et moins de pertes également pour eux, uniquement à titre préventif.

Il est donc facilement compréhensible, d’imaginer ce qui arrive à ces poissons venant de tels milieux aseptisés et soumis à certaines substances médicamenteuses lorsqu’ils arriveront chez vous et changeront totalement d’environnement et de conditions de vie.

La mise en quarantaine est donc tout à fait adaptée et permet aux nouveaux arrivants de s’habituer à leur nouvel environnement et conditions de vie ( nourriture différente, qualité d’eau différente…) tout en évitant de contaminer un bac communautaire existant si une maladie venait à se déclarer quelques jours après leur introduction, ce qui pourrait effectivement contaminer les poissons présents dans votre bac et qui sont eux, en pleine forme, ce serait vraiment dommage.

Mise en place de l’aquarium de quarantaine

Pour mettre en place une quarantaine, vous devez disposer d’un aquarium supplémentaire dédié à cet usage, voir plusieurs, suivant les espèces de poissons que vous allez maintenir.
Une cuve de 60 litres tout équipée est adaptée pour des poissons de taille petite ou moyenne.
J’utilise aussi parfois mon 25 litres pour de très petits poissons, étant donné que c’est une période transitoire et non à long terme.
Après bien entendu, il faut adapter la taille du bac de quarantaine en cas de gros spécimens, mais il faut garder à l’esprit qu’il s’agit juste de pouvoir observer les poissons et éventuellement les traiter, tout ceci dans un temps limité, donc pas du tout indispensable d’avoir l’aquarium dernier cri…
Dans le cas d’une quarantaine le côté pratique doit prévaloir sur le côté esthétique.

Il est bon de savoir que une douzaine de poissons de taille moyenne (10 cm environ) peut très bien être en quarantaine dans un bac de 70 à 80 litres brut pendant un mois sans aucun problème.
L’aquarium sera bien évidemment dépourvu en principe de tout décor, à la rigueur on peut y mettre une petite couche de sable pour le fond et installer une petite plante que l’on pourra jeter par la suite pour rassurer les poissons mais rien de plus.

Le matériel de ce bac est en principe bien réservé pour celui-ci, et utilisé pour aucun autre bac de la maison (épuisette, tuyau de siphonnage, carte pour gratter la vitre etc..).
Ceci, afin d’éviter le transport d’éventuels agents pathogènes dans le bac communautaire.
N’oubliez pas non plus que l’hygiène est très importante en aquariophilie et d’autant plus lors d’une mise en quarantaine.

L’aquarium de quarantaine sera composé, d’un filtre bien entendu adapté au volume du bac, un chauffage réglé à la température demandée par l’espèce, un petit éclairage du bac pour bien observer, une pompe à air de brassage au cas où il faut bien oxygéner le bac si il y un éventuel traitement à faire.
Il faudra installer cet aquarium dans un endroit calme sans trop de passage pour ne pas stresser les poissons qui ne sont pas encore habitués à leur nouvel environnement.

Indispensable :
Le bac de quarantaine devra être complètement équilibré (cycle de l’azote terminé) et exempt de toute pathologie ou parasite qui pourrait être présent dans l’eau d’une précédente quarantaine.
Si possible, on va remplir ce bac de quarantaine avec de l’eau similaire à celle de leur futur bac.

Entretien du bac
L’entretien sera rigoureux, avec un changement d’eau hebdomadaire de l’ordre de 30% du volume avec l’ajout d’un conditionneur d’eau, il faudra aussi rigoureusement bien siphonner tous les détritus sur le sol, et inspectez bien aussi le filtre, un nettoyage doit être effectué si c’est nécessaire.

Les nouveaux poissons seront donc acclimatés et installés dans le bac de quarantaine afin d’y subir surtout une phase d’observation, le nourrissage des poissons devrait si aucune pathologie n’est détectée, être la seule intervention de votre part, hormis l’entretien rigoureux de ce bac de quarantaine.
Ne jamais traiter un bac en prévention d’une éventuelle maladie, c’est ce qui a déjà été fait par les professionnels et surtout vous rendriez de plus en plus résistants aux médicaments, vos futurs locataires.

Le nourrissage
Donnez de la nourriture de qualité pour le régime alimentaire de vos poissons en quarantaine et bien adaptée aux espèces maintenues.
Assistez toujours au repas, afin de vérifier que tous les poissons mangent correctement.
Observez également les excréments : ils seront sombres, solides sans être dur, mais surtout non filamenteux, sinon des troubles intestinaux seraient à soupçonner.

Fin de la quarantaine
Si au bout de trois à quatre semaines (délais minimum, car un bon nombre de parasites peuvent mettre plus longtemps pour faire leur apparition, ayant un cycle de vie plus long) aucune pathologie ne s’est déclarée, vous pouvez alors considérer que les poissons sont prêts à être transférés dans leur bac d’ensemble, en procédant une nouvelle fois à une bonne acclimatation.

Conclusion

Vous l’aurez bien compris, au plus la quarantaine est longue, au plus vous avez de chance de couvrir une période suffisante pour repérer et traiter d’éventuelles pathologies.
Encore une fois la « PATIENCE » est de rigueur et votre meilleure alliée pour réussir facilement en aquariophilie et avoir des animaux en pleine santé !

©Texte : framboizz pour AQUA débutant
Quelques infos sont reprises du Magazine : L’aquarium à la maison

Mesures d’hygiène à respecter en aquariophilie

Mesures d’hygiène à respecter en aquariophilie

A retenir..

 

Le matériel que nous utilisons pour entretenir un aquarium est susceptible de propager des éléments pathogènes.
De plus, lorsque nous possédons plusieurs aquariums, le risque de propager les pathogènes se multiplie.
Il y a donc quelques règles d’hygiènes toutes simples à respecter pour éviter les contaminations dans nos bacs.

Les aquariophiles plus avertis, connaissent bien le risque de contaminations indéniables qu’ils pourraient engendrer par leur matériel qui ne serait pas nettoyé tel que, les éponges, raclettes, épuisettes, tuyaux pour siphonner l’eau, les écouvillons etc….

De nombreux agents pathogènes peuvent en effet se loger dans la mousse des éponges, sur la paroi des tuyaux qui traineraient depuis un bout de temps et en profiteraient pour se réveiller à la prochaine utilisation, étant donné qu’ils se retrouveraient dans des conditions favorables pour reprendre leurs activités dans un milieu propice à un nouveau développement.

Pour toutes ces raison il est indispensable de respecter quelques règles d’hygiène élémentaires.

Bien désinfecter son matériel

Vous l’aurez compris qu’il est donc indispensable de désinfecter son matériel d’aquariophilie systématiquement après tout contact avec l’eau et les poissons, voir même, après avoir trainé plusieurs semaines dans un coin à la maison et cependant rangé comme il se doit.
Nous irons au principal matériel utilisé fréquemment : tuyaux pour siphonner ou d’acclimatation pour le goutte à goutte, raclettes, éponges, épuisettes..
Le principe est de faire une désinfection après chaque utilisation pour ne pas laisser de chance aux agents pathogènes de se développer.
on peut alors utiliser des produits aquariophiles de nettoyage et désinfection vendus en magasin spécialisés ils sont très corrects pour un bon nettoyage et une bonne désinfection du matériel. Plusieurs marques aquariophiles ont développé ce genre de produit pour votre matériel.
On peut aussi utiliser de la javel à un volume pour 10 d’eau, et bien rincer ensuite, sachant qu’il faut l’utiliser à l’eau froide sinon la javel ne fait pas effet. On peut aussi utiliser du Permanganate de potassium.

Le permanganate de potassium s’achète en pharmacie un sachet de 1 gr, le mélanger à 1 L d’eau. Une fois le produit bien dissous, prendre 5 ml de cette préparation avec une seringue, par ex. et les mélanger avec 1 L d’eau. Faire tremper épuisettes, raclettes, éponges, tuyaux etc… attention ce produit tache les habits très fortement.
On peut aussi l’utiliser pour nettoyer les plantes en les laissant quelques minutes dedans et en les rinçant bien avant de les mettre dans l’aquarium.

D’un point de vue logique, il s’avère que si le transfert de parasites ou micro-organismes pathogènes peut s’opérer entre deux entretiens, vous comprendrez de suite pourquoi nous recommandons de faire un nettoyage et une désinfection entre les différents bacs de la maison; où mieux si l’on a la possibilité, c’est d’avoir du matériel séparé pour chaque bac, afin de ne pas provoquer une même contamination d’un bac à l’autre.
Si nous avons un seul matériel pour tous les bacs, il sera alors indispensable de faire un nettoyage et une désinfection entre chaque passage d’un bac à l’autre.

Bien désinfecter ses mains !

Les mains et bien oui effectivement, c’est comme pour le matériel et peut être même pire, elles sont une source de contamination majeure.
Nous pouvons en effet par nos mains, véhiculer toutes sortes de pathogènes humains et animales et transférer des toxiques.
Les pathogènes peuvent, suivant les surfaces où nous posons nos mains être : bactéries, virus, protozoaires.. provoquer des maladies dans votre aquarium avec juste le fait d’y introduire les mains dans l’eau sans les avoir nettoyées et désinfectées.
Le risque peut être accru, suivant la durée depuis laquelle elles n’ont pas été nettoyées, la nature de la surface contaminées, l’origine de la contamination etc…
Il en est de même si vous introduisez vos mains dans un bac où vos poissons sont malades, vous oubliez de les désinfecter…
Vous introduisez ensuite vos mains dans un autre bac où les poissons sont sains et non malades, il y a de fortes chances que votre second bac sera contaminé lui aussi après quelques jours et que la même maladie s’y développera également, pourtant aucun poisson malade n’a été introduit dans celui-ci.

Conclusion, toujours bien se laver les mains ainsi que les avant-bras, ils sont également en contact avec l’eau du bac. Utilisez un savon domestique, cela fera très bien l’affaire et surtout bien rincer.

Pour le matériel, respectez bien les règles d’hygiène entre les différents bacs si vous en avez plusieurs.
Sachez que les « nettoyants désinfectant » aquariophile du commerce qui font très souvent tout en un, permettent une bonne marge de sécurité pour éviter toute transmission pathogènes qui serait dû à un manque d’hygiène de notre part…

© Texte : framboizz pour AQUA débutant

Les traitements anti-bactériens

Les traitements anti-bactériens

 

Comme tout écosystème, divers organismes microscopiques viennent coloniser l’aquarium sans qu’ils y soient invités.
Les Nitrobacter et autres bactéries épuratrices sont elles en revanche, les bienvenues dans votre aquarium.
Elles apporteront l’équilibre biologique nécessaire au cycle de l’azote.

Il en est cependant tout autrement des agents pathogènes responsables des maladies de vos poissons ou invertébrés.
Toutefois, il existe de nombreux produits qualifiés de « désinfectants généraux » qui permettent de lutter efficacement, à condition les employer à bon escient..

Un désinfectant général..

Un désinfectant général est un antiseptique à large spectre qui éliminera un bon nombre de micro-organismes, dont certains sont responsables de plusieurs maladies fréquentes en aquarium : la pourriture des nageoires, les mycoses, les virus, les nécroses etc…

Attention toutefois, cette polyvalence de médicaments, n’est pas toujours efficace envers les micro-organismes spécifiques qui vont requérir un traitement particulier tels que les parasites, dont divers « Protozoaires » la maladie des points blancs.

Mieux vaut prévenir que guérir..

La prévention est tout d’abord liée à l’environnent dans lequel évolue les poissons. Un aquarium très bien entretenu dont la filtration est nettoyée régulièrement où les changements d’eau sont suffisamment réguliers pour limiter toute pollution azotée (toujours propice au développement bactérien ainsi qu’aux algues d’ailleurs !), les animaux devraient être nettement moins sujets aux infections.

Dans de mauvaises conditions de maintenance (paramètres physio-chimique de l’eau incompatibles avec les espèces maintenues), changement d’eau irréguliers, température inadéquate, acclimatation non respectée des nouveaux habitants, animaux stressés (population non compatible, ou surpopulation, ou encore trop de passage devant le bac..) etc. autant de choses qui font baisser les défenses immunitaires des poissons, et offrent une magnifique occasion aux bactéries et parasites de s’inviter et prospérer sur les individus affaiblis.

Rappelons également que mettre un conditionneur d’eau (anti-chlore) qui propose une solution vitaminique et colloïdale destinée à protéger les poissons est recommandé lors des changements d’eau (surtout si on utilise de l’eau de conduite).

Une évidence indispensable..

Une nourriture variée et saine est une évidence indispensable que nous répétons sur pratiquement chaque fiche de poisson, car elle apportera les nutriments nécessaires à leur bon équilibre physiologique.

La quarantaine fait également partie de la prévention; effectivement les nouveaux arrivants devraient toujours être maintenus en observation, durant quelques jours voir quelques semaines avant leur introduction dans le bac communautaire, afin de s’assurer qu’ils n’amènent pas avec eux, des pathogènes contagieux.

Quand dois-je administrer un désinfectant anti-bactérien ?

Plusieurs marques aujourd’hui proposent des désinfectants généraux très efficaces qui sont à utiliser uniquement en présence d’une invasion de micro-organismes nocifs pour les poissons.
Cas typiques facilement reconnaissables :

♣ Présence d’un virus ou autre qui nécessite une réaction rapide avec l’administration immédiate d’un produit de traitement pour éliminer un maximum d’agents pathogènes.
Dans ce cas, un guide d’identification des maladies permet d’en savoir un peu plus sur l’infection et de choisir avec discernement le produit à utiliser : désinfectant général ou traitement spécifique (cas de parasites divers notamment)
On peut alors parfois avec une photo sur un forum spécialisé en aquariophilie identifier la maladie, on peut également consulter les sites internet de marques de produits aquariophiles qui aident à identifier certaines pathologies, tel que le site de JBL par ex.

♣ Dans le cas où la maladie soudaine est difficilement identifiable, on contrôle d’abord les paramètres de l’eau ainsi que la température. (à vérifier surtout les N02 « nitrite » et N03 « nitrate »).
Ce qui peut être considéré comme un virus peut s’avérer être un dysfonctionnement dans le cycle biologique de l’aquarium.
Inutile de traiter si un simple changement d’eau ou le remplacement d’une résistance chauffante défectueuse est suffisant à régler le problème.

Les différents produits..

Précautions d’emploi :

A noter que certains invertébrés (crevettes, écrevisses, mais également Gastéropodes), divers Characidés et même Callichthyidés (Corydoras..) sont sensibles à certains composés chimique présents dans les désinfectants généraux, à l’instar du bleu de méthylène ou autre. Voir ici un article sur ce sujet.
Il est donc impératif de bien lire la notice du médicament et suivre à la lettre le mode d’emploi et regarder les contre-indications si il y a, sous peine d’une forte mortalité dans votre bac.

D’une manière général on contrôle toujours le comportement des habitants lors d’un traitement.
Il faudra impérativement après un traitement et pour tout produit, même celui dit « naturel ».. filtrer sur charbon actif une fois le traitement terminé (48 heures au moins).
Attention avec certains produits il peut être nécessaire d’enlever la filtration temporairement le temps du traitement, et de la placer dans un autre aquarium ou dans un seau avec un petit filtre, pour éviter la destruction complète des bonnes bactéries utiles à l’équilibre de l’aquarium.
Indispensable..
Pensez toujours à réensemencer en bactéries vivantes après un traitement pour éviter un déséquilibre biologique dans l’aquarium.

API :

– Fish Bacter Stop : Traitement anti-bactérien naturel à base de Melaleuca cajeputi (arbre à thé), soigne plaies, ulcères, pourrissement des nageoires, mycoses.
– Fish Tonic : Sel 100% naturel (évaporation d’eau de mer) Améliore la fonction branchiale des poissons, réduit le stress et la perte d’electrolytes.
S’utilise en prévention contre les maladies parasitaires et bactériennes. En cas de maladie déclarée, renforce l’efficacité des médicaments.
– Fish Mycosis Stop : Traitement anti-mycosique naturel à base de Pimenta (bois d’inde).
Soigne tout type d’infections fongiques ainsi que certaines maladie bactériennes.

AQUASCIENCE :

– Temerol : Désinfectant polyvalent traitant les maladies d’origine bactérienne tout en autorisant la filtration.
Réensemencer en bactéries vivantes après le traitement.

JBL :

– Ektol fluid : Contre les maladies bactériennes, telles que la pourriture de la bouche et des nageoires. Combat les infections bactériennes secondaires.
Ne contient pas de cuivre. Ne pas utiliser en présence d’invertébrés !
– Ektol bac : Efficace contre les bactéries Aeromonas, Pseudomas, Columnaris, Flexibacter et autres.
– Furanol : Sans cuivre. efficace contre Aeromonas, Pseudomas, Columnaris, Flexibacter, streptocoques et autres.
Recommandé en cas de lésions rouges ulcéreuses, d’excavations tissulaires en cratère, de plaies, de nageoires rongées, de gonflements etc.

SERA :

– Backtopur :Action désinfectante et favorise la guérison. Pour traiter les maladies bactériennes typiques, telle queColumnaris, pourriture des nageoires, pourritures des branchies ainsi que les infection par des bactéries Aeromonas, Pseudomas.
– Mycopur : Lutte efficacement contre les mycoses (par ex. Saprolegnia) et les moisissures du frai dans l’eau douce.
Peut être utilisé pour les blessures externes, vers de la peau, des branchies et des écailles. Les invertébrés ne supportent pas le produit.
– Omnipur : Conditionneur d’eau à large spectre qui agit rapidement en toute sécurité contre presque tous les agents pathogènes rencontrés dans l’eau douce.

TETRA :

– Tetra Medica Lifeguard : Traitement multi-usage. Il soigne les maladies bactériennes, virales, fongiques et parasitaires, dès les premiers symptômes.
– Tetra Medica GeneralTonic : Infections bactériennes comme la pourriture des nageoires et les mycoses de la bouche; affections ectoparasitaires, dégénérescence de la peau, par ex. Costia et Oodinium; parasites de la peau et des branchies; plaies et blessures; éventuellement en cas de champignons comme Saprolegnia et Achlya.

©Texte : framboizz pour AQUA débutant sur base d’informations reprises dans le magazine Aquamag N°17

l’Homéopathie et la phytothérapie pour soigner nos animaux..

l’Homéopathie et la phytothérapie pour soigner nos animaux..

Il y a également une alternative pour soigner nos animaux aquariophiles qui est non conventionnelle certes, mais qui peut dans certain cas bien aider, tout en étant plus naturelle que certains autres médicaments aquariophiles : la Phytothérapie et l’homéopathie…

Depuis quelques années maintenant, on retrouve des traitements dans les rayons de certain magasin d’aquariophilie qui sont à base de plantes. En effet les mentalités en aquariophilie évoluent à ce sujet, surtout depuis qu’il y a eu une modification de la réglementation de certaines molécules qui sont devenues interdites : les Biocides. Ces médicaments disparaissent peu à peu de nos rayons aquariophiles pour laisser place à des produits plus naturels à base de thym deMelaleucae ou d’aloé vera et certains aquariophiles ont ainsi recours à des traitements homéopathique pour soigner leurs poissons.

L’Homéopathie..

Une étude à été menée en 2008 sur le complexe homéopathique en milieu piscicole, elle a révélé que aucune influence ne jouait sur le ratio du sexe des poissons. Cependant, il a été constaté que les poissons traités par homéopathie étaient plus petits, mais possédaient un taux de mortalité plus faible que ceux qui ont été traités par médicaments chimiques.
Leur foie, significativement plus petit, comportait moins d’inclusions de lipides. C’est une première preuve scientifique que l’homéopathie peut être favorable pour la santé des poissons.

Ces études sont malheureusement encore bien trop rares et peu de données sont vérifiées, d’où la controverse encore actuelle sur l’efficacité des traitements homéopathiques en application curative.
Les traitements les plus employés sont: Euphrasia officinalis 9CH pour les affections oculaire ou Cina 9CH comme traitement antiparisitaire interne.

La phytothérapie..

Elle est utilisée en aquariophilie depuis déjà pas mal de temps avec plusieurs plantes.

– L’ail : qui est un des principes actifs des plus connus. Il est très employé chez les éleveurs de Discus et donné en astuce pour stimuler le système immunitaire de plus, possède une action antiparasitaire. En effet, il traite les troubles intestinaux et respiratoires, il a également une action antibiotique non négligeable en aquariophilie.

– L’aloé vera : En usage interne est reconnu comme fongicide, antiviral et bactéricide, cicatrisant, anti-inflammatoire, laxatif, et renforce le système immunitaire.
En usage externe est reconnu pour la revitalisation des tissus, et en aquariophilie est utilisé pour le renfort de la production de mucus protecteur, face aux maladies et possède un effet cicatrisant.

– Le Pimenta racemosa (bois d’Inde) : est reconnu pour ses propriétés antifongique.
– Le Melaleuca alternifolia (arbre à thé) : pour son action bactéricide.

Ainsi que les produits réalisés à partir des huiles essentielles de Sauge, de Thym, et d’Origan, agissent suivant leur composition, comme antiparasitaire, antibactérien et désinfectant.

Les feuilles de catappa..

Vous en avez déjà entendu parlé ou même utilisé ces feuilles en aquariophilie.
Elles viennent d’un arbre qui s’appelle le Terminalia catappa ou encore Badamier, qui pousse dans les régions tropicales et subtropicales. Ces feuilles possèdent de nombreuses vertus : fongicide, bactéricide, antiparasitaire, anti-stress, tannique, et légèrement acidifiante pour la qualité de l’eau. voir ici en détail son utilisation ainsi que les autres feuilles bénéfiques pour votre aquarium : les feuilles séchées dans l’aquarium..

Conclusion..

Avant d’utiliser des plantes pour soigner vos poissons, il est également important de bien vous renseigner car certaines plantes comme Euphorbia characias (utilisée pour la pêche illégale en Italie, Espagne et Grèce, avec des effets narcotiques sur le poisson, c’est plante est très toxique à éviter pour la santé des poissons) pourraient être tout le contraire et très toxique pour vos animaux. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre vétérinaire pour en savoir plus si besoin et surtout attention à l’auto-médication..

©Texte : AQUA débutant sur base d’un article paru dans l’aquarium à la maison N° 107