Les changements d’eau de l’aquarium

Un tuyau et un seau, sont les deux éléments de base indispensables pour changer l’eau de votre aquarium et ceci de manière régulière, afin de maintenir vos poissons dans les meilleures conditions. Cela fait partie de l’entretien de votre aquarium..

Pourquoi doit-on changer régulièrement l’eau de l’aquarium alors qu’il y a un filtre ?

L’aquarium est un milieu fermé, il faut donc changer une partie de l’eau régulièrement afin d’éliminer les substances toxiques.
L’eau vieillie doit être remplacée par une eau neuve de même quantité. Dans la nature évidemment cela est différent puisque le renouvellement se fait perpétuellement.

Dans l’aquarium, les poissons nagent certes, mais aussi vivent, mangent et font leur déjections; tout ça dans l’eau de l’aquarium. Certes il y a un filtre, mais cependant, les concentrations en substances nocives croissent petit à petit.
et le filtre a ses limites. Il doit également être nettoyé de temps à autre afin d’éviter cette accumulation et jouer son rôle entre les entretiens de celui-ci.

Les polluants..

Les poissons et les plantes de l’aquarium produisent également d’autres déchets comme les phosphates qui sont eux produits, dû à la décomposition des plantes ou encore, par la nourriture non consommée.
Ces phosphates ne sont pas toxiques pour les poissons de l’aquarium, mais leur accumulation conduit toujours à un dérèglement de l’environnement, et va donner un terrain propice pour une prolifération des algues.

Les nitrates (N03) sont également un polluant du bac qui peut aussi apporter tout comme les phosphates lorsqu’ils sont en quantités, des algues. Ils sont nocifs pour les poissons au delà de 50 (N03) et souvent fatals pour les poissons au delà de 80 (N03).

La solution est..

De diluer les substances nocives de cet environnement clos en changeant régulièrement une partie de l’eau de votre aquarium.
Cela est bénéfique pour la santé de vos poissons, car leurs déjections une fois les bactéries installées dans votre aquarium, c’est à dire le cycle de l’azote terminé, elles seront dégradées en Nitrates (N03), nettement moins toxiques que les nitrites en faible quantité, mais qui s’accumulent au fil du temps dans l’eau du bac, si les changements sont irréguliers.
Si les nitrates sont toxiques qu’à de fortes concentrations, elles sont cependant favorables au développement des algues si elles sont en quantité.

Lors d’un apport d’eau neuve qui comporte un taux de nitrates (N03) inférieur à celui de l’aquarium, les nitrates sont dilués.
Après un changement d’eau nous avons donc dilué les nitrates, « si l’eau neuve apportée, en contient moins que celle du bac, à vérifier aussi « ..

Ne changez pas non plus trop d’eau en une seule fois, cela induit trop de stress pour les poissons et favorise aussi parfois des maladies. Il vaut mieux deux petits changements d’eau à intervalle régulier, plutôt qu’un seul gros changement d’eau une fois de temps en temps.
Attention aussi à respecter la température de l’eau neuve apportée, afin de ne pas refroidir l’aquarium ce qui pourrait aussi amener des maladies à vos poissons.
Pensez bien à vérifier, que vous apportez de l’eau neuve à quasiment la même température que celle de votre bac, ceci est très important pour vos habitants. (maximum 2 degrés d’écart + ou – mais vraiment pas plus).

Mais quelle quantité d’eau dois-je changer ?

Il est important de faire ce changement régulièrement, et chaque semaine en principe pour une bonne maintenance.
Après il y a des aquariums une fois bien cyclé, qui tournent très bien en changeant l’eau une fois toutes les deux semaines.

Cela dépend souvent du taux de concentration en nitrates que vous obtenez en fin de semaine par exemple, en testant chaque semaine les N03, quand vous ne connaissez pas encore les taux. Ce qui veut dire la pollution produite par la population et aussi, suivant le nombre de plantes dans votre bac.

– 10 de N03 est souvent l’idéal, mais cependant rarement le cas.
On changera moins souvent un bac communautaire moyennement planté et moyennement peuplé, qu’un bac par exemple de poissons rouges qui est lui, très pollueur même si peu de plantes sont présentes.
Ou encore, on changera chaque semaine un pourcentage d’eau pour un bac très planté qui lui, a besoin d’un entretien très régulier pour surtout éviter les algues, et obtenir un bon résultat de maintenance à long terme.

Si par contre vous êtes en période de maladie ou de pollution importante dans votre bac, on peut changer plus souvent l’eau sans problème.

Une petite base pour se repérer au niveau des fréquences de changement d’eau (sachant que cela peut différer aussi d’un bac à l’autre, suivant le taux de nitrate).

Bac communautaire peu ou moyennement peuplé : il est recommandé de changer 10% par semaine dans l’idéal, voir 25% toutes les deux semaines si le bac tourne très bien.

Bac communautaire moyennement à très peuplé : il est recommandé de changer 20% à 30% par semaine dans l’idéal, voir même, 30% toutes les deux semaines si le bac tourne vraiment très bien et qu’il n’y a pas, ou peu d’algues. Sinon il est préférable de le faire chaque semaine.

Bac de cichlidés du Malawi : 25% à 30% chaque semaine dans l’idéal, au pire, toutes les deux semaines si le bac tourne très bien, en sachant qu’il est évidement préférable de faire le changement d’eau chaque semaine.

En gros, si vous avez un taux de nitrate égal ou un peu supérieur à 10 (ce qui est souvent le cas), il est préférable de faire chaque semaine un petit changement d’eau de l’ordre de 10%.

Si vos nitrates sont à 25 ou 30 par exemple, faire un bon changement d’eau chaque semaine de l’ordre de 20 à 30%.

Essayez de ne jamais dépasser le taux de 30 en nitrates dans votre bac. Et surtout, évitez l’accumulation des polluants, vos habitants n’en seront que.. en meilleure santé, et votre bac plus joli aussi esthétiquement.
Les changements d’eau en aquariophilie sont vraiment indispensables et nécessaires au maintien de vos animaux !

N’oubliez jamais de retirer toutes les prises de courant lors d’un changement d’eau de votre aquarium !

©Texte : AQUA débutant

Une solution aux nitrates..

Vous ne le savez peut-être que trop, certaines eaux de conduite contiennent malheureusement des quantités non négligeables de nitrates, indirectement nocifs pour les poissons.

La solution du dénitrateur proposé sur le marché aquariophile est très coûteuse, quant aux osmoseurs ils sont à la fois chers à l’achat, peu économiques (en raison d’une très grosse consommation d’eau, environ 4 L rejetés et impropres car trop chargés en minéraux pour 1 seul litre d’eau osmosée) et cher à l’entretien car la membrane se change régulièrement et coûte à peu près aussi cher qu’un osmoseur neuf. Bien sûr, quand les quantités nécessaires sont vraiment importantes, il peut s’avérer une bonne solution…
On peut également acheter l’eau osmosée directement en magasin.
Certains systèmes de filtration (sur résine cati-ani, par, ex, ou par osmose inverse) permettent une réduction significative des nitrates, mais le prix prohibitif reste toujours une grande préoccupation.

Tournons nous alors vers le principe de certaines usines de traitement de l’eau, qui utilisent tout simplement… des plantes, friandes de nitrates ! L’idée n’est pas récente, et de nombreux aquariophiles ont déjà pu la mettre en pratique pour passer le cap des 30mg/litre (MAXIMUM recommandé).

Entre autres, parmi les plantes choisies à cet effet, nous retrouvons souvent en première ligne :

¤ SCINDAPSUS AUREUS
(Syn. : Epipremnum aureum – Pothos aureus – Rhaphidophora aurea)
Cette plante à la particularité de dérouler de longues tiges tous azimuts, en s’accrochant à tout ce qu’elle peut. Le  » pothos  » supporte très bien une taille régulière et importante de ses tiges.
Les parties coupées constituent autant de nouvelles boutures qui s’enracineront vite dans l’eau. En l’installant à proximité d’une ouverture du bac, des tiges vont rapidement croître vers son humidité. Les S. aureus s’adaptent à tous les bacs.

¤ MONSTERA DELICIOSA
(syn. Philodendron pertusum)
Cette variété de philodendron peut s’installer directement dans l’eau de l’aquarium, où il va développer ses racines.
Une simple bouture suffit pour une installation dans le bac, en émergé (feuilles sorties mais pied dans l’eau).
Les Philodendrons ont la faculté de développer des racines aériennes, ce qui permet de le planter à proximité du bac et de diriger ses racines vers l’eau.
Les racines ainsi déployées peuvent atteindre plusieurs mètres si on ne les canalise pas…
Elles font ainsi office de cachettes dans des bacs difficiles à planter du fait de la population.
En cas d’envahissement, il ne faut pas hésiter à les raccourcir aux deux tiers sans dommage…

¤ Il est aussi possible d’utiliser à ces fins le Syngonium (S. Podophyllum), ainsi que le Spathiphyllum et encore un certain nombre de plantes cultivés sur le principe de l’hydroculture (culture en émergé, pied dans l’eau), comme les papyrus qui font d’ailleurs partie du biotope de certains poissons d’aquarium.

Les résultats :
En deux mois, des aquariophiles ont vu leur taux de nitrates régresser au tiers des valeurs mesurées ( de 60 à 20 par ex), sans changement d’eau afin de ne pas fausser les mesures récoltées !

Conclusion

L’absorption des nitrates s’effectue doucement mais de façon régulière et permanente.
En aucune façon cela ne doit remplacer les changements d’eau indispensables au bon équilibre de l’aquarium.

Ces dénitrateurs naturels sont parfois si efficaces qu’il faut surveiller la croissance des plantes de l’aquarium elles-mêmes, qui voient leur taux d’éléments nutritifs diminuer de façon drastique.

Ainsi, le principe de la station d’épuration peut être repris en plaçant lorsque c’est possible, bien sûr, une jardinière percée et tapissée de billes d’argiles (ou de litière pour chat 100% naturelle, sans additifs de parfum et composée en grande partie d’argile sépiolitique) sur l’aquarium.
Elle sera alimentée par la pompe de rejet du filtre, et l’eau en ressortira en ruisselant dans le bac.

Elobulle

Les paramètres de l’eau

LES PARAMETRES DE L’EAU

Pour le bien être de vos poissons et de vos plantes, l’eau de votre aquarium doit rester dans certaines normes de qualité. Cette qualité se mesure par différentes valeurs qui sont :
– le pH (acidité de l’eau)
– la dureté carbonatée TH CA ou KH (TH CA degré français, KH degré allemand)
– la dureté totale TH ou GH (TH degré français, GH degré allemand
– Nitrites NO2 ( très nocifs pour vos poissons)
– Nitrates NO3
– Fer FE
– Phosphate
– le taux de gaz carbonique CO2

Le pH

Les lettres pH sont l’abréviation de « potentiel hydrogène », notion crée par les chimistes qui représente l’acidité de l’eau.

Plus la teneur en ions H+ est grande, plus le milieu est acide et le pH bas. Un pH de 7 est dit « neutre », un pH inférieur à 7 est « acide » et un pH supérieur à 7 est dit « basique » ou « alcalin ».

L’échelle du pH est logarithmique et va de 0 à 14, une eau de pH 5.5 est 10 fois plus acide qu’une eau de pH 6.5. Aussi, une faible modification de la valeur du pH correspond à une grande variation chimique de l’eau, et est donc plus stressante qu’il n’y paraît de prime abord pour les poissons.

Pour un aquariophile, deux aspects du pH sont importants.
– Premièrement, les changements rapides de pH sont très stressants pour les poissons et doivent donc être évités. Modifier le pH de plus de 0.3 unités par jour stressera les poissons. Il est donc souhaitable que le pH ne varie pas rapidement.
– Deuxièmement, les poissons peuvent s’adapter à des variations de pH dans des limites plus ou moins larges. Vous devez vous assurer que le pH de votre aquarium correspond aux besoins spécifiques de ses pensionnaires.

Les valeurs de pH et de GH données sur les fiches poissons sont à considérer avec précaution.
– d’une part, la fiabilité de ces valeurs n’est pas toujours évidente. (il n’y à qu’à voir les désaccord selon les sources pour s’en convaincre)
– d’autre part, ces valeurs sont des valeurs extrêmes et un poisson se portera toujours mieux dans une eau aux paramètres proches de ceux de son biotope naturel.

Pour abaisser le pH, on peut :
– filtrer sur tourbe. La tourbe libère des acides humiques et donne à l’eau une couleur ambrée identique à certains biotopes Amazoniens
– injecter du CO2, si le kH n’est pas trop élevé, et si on la contrôle correctement.

Pour augmenter le pH, il suffit d’augmenter le kH, soit en filtrant sur des matériaux calcaires, soit en utilisant des produits du commerce aquariophile.

Le kH ou THca en Français

Le pouvoir tampon (KH) d’une eau rend compte de sa capacité à conserver une valeur stable de pH. Le pH et le pouvoir tampon sont intimement interdépendant.

Le pouvoir tampon a des conséquences positives et négatives.
– Du côté des points positifs, le cycle de l’azote produisant des nitrates (acide), qui sans un pouvoir tampon de l’eau ferait chuter le pH, ce qui n’est pas bon. Si le pouvoir tampon est suffisant, le pH doit rester stable (ce qui est bon).
– Du côté négatif, les eaux de conduites dures ont généralement un pouvoir tampon élevé. Si le pH de l’eau est trop élevé pour les poissons que vous voulez héberger, le pouvoir tampon de votre eau rendra difficile la modification de la valeur de son pH à une valeur plus adaptée. Les tentatives de modification de pH échouent généralement parce qu’on oublie de tenir compte des effets du pouvoir tampon d’une eau.

Dans les aquariums d’eau douce, la plus grande part du pouvoir tampon est à imputer aux carbonates et bicarbonates. Ainsi, les termes « dureté carbonatée » (KH) et « pouvoir tampon » sont interchangeables. Bien qu’il ne s’agisse pas des mêmes choses, ils sont équivalents tant que l’on reste dans le contexte de l’aquariophilie.

Quelle est la valeur du pouvoir tampon souhaitable dans un aquarium ?

Plus le KH (abréviation de KarbonatHärte) est grand, plus la valeur du pH sera résistante aux variations. Un aquarium doit avoir un KH suffisamment élevé pour que le pH ne change pas trop avec le temps. Si votre KH est inférieur à 4 d°KH, vous devez porter votre attention sur le pH de votre bac, (c’est à dire.: le tester régulièrement, chaque semaine par exemple), jusqu’à avoir une idée de sa stabilité.

Ceci est tout particulièrement important si vous négligez d’effectuer des changements d’eau réguliers. Le cycle de l’azote a tendance à faire baisser le pH d’un bac. La variation de pH induite dépend de la quantité de nitrates produits et du KH. Si le pH varie de plus de 0.2 unité par mois, vous devriez envisager d’augmenter le KH ou d’effectuer des changements d’eau partiels plus réguliers.

Le KH n’affecte pas directement les poissons, il n’y a donc aucune raison de vouloir modifier le KH pour une espèce de poisson donnée.

  • · 10 degré français = 5.6 degrés allemands
    · 1 degré allemand noté KH ou dKH = 1.78 degré français noté Thca.

Le GH ou TH en Français

La dureté totale ou titre hydrotimétrique (TH) ou GH (Général Hardness) fait référence à la concentration des ions magnésium et calcium. Lorsqu’on parle de poissons qui préfèrent une eau douce ou dure, il s’agit de la valeur de la dureté totale (TH).

Les GH (TH), KH (THCa) et pH sont fortement interdépendants dans la chimie de l’eau. Bien que les trois propriétés soient distinctes, elles interagissent les unes sur les autres à différents niveaux, rendant difficile d’en modifier une sans influencer les deux autres.
C’est une des raisons pour lesquelles il est conseillé aux aquariophiles débutants de ne PAS jouer avec ces paramètres sans absolue nécessité.
A titre d’exemple l’eau dure provient généralement de nappes d’eau calcaires. Le calcaire contient des carbonates de calcium, qui lorsqu’il se dissout libère à la fois le TH (par le calcium) et le KH (par les carbonates).
L’augmentation du KH augmente généralement le pH. Le KH agit comme une éponge, absorbant les acides présents dans l’eau, ce qui a pour effet d’augmenter le pH.

La dureté est mesurée en unité dH qui signifie « degré hardness », tandis que « ppm » veut dire « parties par million », ce qui est à peu près égal aux mg/L dans l’eau. 1 unité dH équivaut à 17.8 ppm de CaCO3. La plupart des tests donnent la dureté en unité de CaCO3; c’est à dire qu’il y a autant d’équivalent de CaCO3 dans l’eau, ce qui ne veut pas dire qu’il y ait cette quantité de CaCO3 dans l’eau.

· 10 degré français = 5.6 degrés allemands
· 1 degré allemand noté GH ou dGH = 1.78 degré français noté TH.

Nitrites NO2 ( très nocifs pour vos poissons) et Nitrates NO3

Le cycle de l’azote (aussi appelé cycle biologique) permet de transformer des déchets en matières assimilables par les plantes:
– On donne de la nourriture aux poissons.
– les poissons mangent et rejettent les déchets, sous forme d’ammoniac.
– L’ammoniac est transformé en nitrites par des bactéries nitrifiantes comme la Nitrosomonias.
– Les Nitrites sont transformés en Nitrates par des bactéries nitrifiantes comme la Nitrobacter.

Lors de l’établissement du cycle, le taux d’ammoniaque va monter puis chuter lorsque les bactéries nitrifiantes vont se développer. Le taux de nitrites atteint alors très vite un maximum car les bactéries dénitrifiantes ne se développent pas tant que le taux de nitrite est faible. Le taux de nitrites continue donc à augmenter, résultat de la dégradation de l’ammoniaque continuellement produit.
C’est seulement lorsque les bactéries qui dégradent les nitrites en nitrates se seront développées que son taux diminue, voyant celui des nitrates augmenter. Le cycle est alors établi.

Les nitrites doivent rester non mesurables dans l’aquarium.

Les Nitrates (N03), beaucoup moins nocifs pour les poissons, ont par contre la fâcheuse tendance de favoriser les algues. Il devront être contenus à une valeur de 20 à 30mg/litre en effectuant les changements d’eau appropriées.

Fer FE

Le fer est indispensable pour une bonne croissance des plantes.
On en rajoute sous forme d’engrais liquide. Si vous voulez vérifier la quantité, il faut impérativement prendre la même marque pour l’engrais et le test, car tous les tests ne mesurent pas exactement la même chose.

Phosphate PO4

Les phosphates et les nitrates sont les principales substances nutritives des algues.
Une teneur excessive en phosphates favorise donc la croissance indésirable des algues.
L’apparition de phosphate dans les eaux d’aquarium est due principalement aux excréments des poissons, aux restes de nourriture, ainsi que la nourriture pour poissons et les produits aquariophiles inadaptés (certains charbons de bois).
Le taux de phosphates ne devrait pas dépasser 0.2mg/litre.

Gaz carbonique CO2

Le gaz carbonique est un élément indispensable pour avoir une bonne croissance des plantes. Il est fournit par la respiration des poissons et en faible partie par la respiration nocturne des plantes.
La journée, les plantes assimilent le CO2 et fournissent de l’oxygène. Des taux de 15 mg/litre à 30 mg/litre sont très corrects pour les plantes. Le CO2 a tendance à diminuer le PH

Nostalgie avec la participation de elobulle et matitoune1 © AQUA débutant

Les conditionneurs d’eau

Afin que l’eau de conduite soit consommable pour les êtres humains, elle est débarrassée des bactéries et divers agents pathogènes grâce, entre autre, à l’emploi de chlore.
Ce dernier se repère bien à l’odeur de l’eau et à son goût caractéristique qui ne fait aucun doute sur sa présence lorsque l’on utilise ou consomme l’eau du robinet.
Malheureusement ce qui est bon pour nous êtres humains, ne l’est pas forcément pour nos poissons..

j’ai déjà entendu dire par certains aquariophiles que leur eau du robinet n’est pas chlorée..
Attention.. le service des eaux qui travaille sur le système des conduites et canalisations d’eau est obligé de désinfecter à l’aide de grande quantité de chlore…
Quand bien même, le chlore ne serait pas utilisé dans votre région, ils y ajoutent des produits de substitution désinfectants pour rendre l’eau potable et aseptique afin que l’on puisse nous, l’utiliser et la consommer en toute sécurité.

Ceci n’est pas valable pour nos écailles.. d’où l’utilité d’employer un conditionneur d’eau si l’eau du robinet est utilisée pour nos poissons.

Le Chlore

Le chlore est toxique pour nos poissons et néfaste pour l’équilibre de nos bacs.
En effet le chlore brûle les branchies des poissons, détruit les bactéries épuratrices présentes dans le sol, l’eau et le filtre, il est donc nécessaire de s’en débarrasser.

Nous pouvons le faire par deux méthodes différentes :

La première va consister à laisser reposer l’eau dans un seau pendant 48H avant de pouvoir l’ajouter dans l’aquarium car le chlore s’évapore facilement.
Nous pouvons également brasser la surface cette eau retirée du robinet à l’aide d’une pompe à air ou un petit filtre, ceci va accélérer donc le processus, et l’eau pourrait être mise dans le bac en 24H.
Attention toutefois cette solution est inefficace si votre eau contient de la chloramine.
Il faudrait donc filtrer sur charbon actif qui élimine le chlore et les métaux lourds, mais cela risque vite de revenir très couteux. (voyons cela un peu plus loin).

La seconde méthode, plus simple, consiste tout simplement à utiliser un conditionneur d’eau, qui se chargera de vous débarrasser du chlore et des métaux lourds que l’on pourrait peut être y retrouver dans votre eau de conduite.

Les Chloramines

La chloramine est l’association de chlore et d’ammoniaque afin de permettre au premier de rester actif plus longtemps.
Toujours sans aucun danger pour l’être humain, il en est tout autrement pour nos poissons qui sont empoisonnés par l’ammoniaque, et ceci même à petite dose…

A la différence du chlore, la chloramine est incolore, inodore et sans aucune saveur.
Les chloramines ne peuvent pas être éliminées par une simple aération de 24/48H de l’eau de conduite.
Il faudrait alors laisser reposer l’eau plusieurs jours avec un bulleur. Utiliser également du charbon actif pour filtrer l’eau serait alors efficace pour éliminer la chloramine. mais comme dit plus haut, ceci reviendrait vite coûteux à la longue pour obtenir une eau saine pour les poissons.

Vérifiez si vous recevez à la maison la composition retrouvée dans l’eau de conduite de votre région, si vous avez ou pas, de la chloramine.
En France nous recevons un courrier de la société des eaux une fois par an, qui explique les taux retrouvés des différents composants de notre eau potable, c’est l’occasion de s’y pencher.
Si l’on suspecte ou l’on apprend que l’eau du robinet est composée de chloramine, il faudra aussi vérifier sur le conditionneur acheté (la notice), qu’il soit bien efficace contre celles-ci.
De plus en plus les conditionneurs d’eau maintenant se chargent d’éliminer non seulement le chlore mais la chloramineégalement. Lisez bien la notice avant de l’acheter surtout si vous suspectez de la chloramine dans votre eau de conduite.

Les métaux lourds

Les effets des métaux lourds sur nos poissons sont multiples, en remplaçant ou en substituant les minéraux essentiels.
– Ils peuvent avoir un effet antibiotique et augmenter la résistance aux bactéries.
– Ils peuvent même jusqu’à modifier le code génétique.
– Ils produisent des radicaux libres.
– Ils neutralisent les acides aminés utilisés pour la détoxication.
– Ils causent des allergies et endommagent les cellules nerveuses etc…

Les métaux lourds ont d’autant plus d’influence sur nos poissons que ces derniers sont des capteurs de polluants en général et de mercure (métal lourd) en particulier.
Ils combinent un grand facteur de bioconcentration(le mercure concentré dans les poissons est de plusieurs milliers de fois supérieur au mercure dans l’eau), et un grand facteur de bioaccumulation.
Il est donc indispensable de faire le nécessaire pour s’en débarrasser le plus possible.

Mais là encore nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne suivant les régions !

Certaines régions dont l’eau est douce naturellement et les anciennes habitations sont encore équipés de vieilles tuyauteries, il est nécessaire de faire couler l’eau quelques minutes avant de la tirer pour l’aquarium, car les métaux lourds pourraient être libérés dans l’eau : certains résidus métalliques dont le cuivre ou le plomb.

Certaines régions dont l’eau est plus dure (calcaire) ne sont pas concernées, car le calcaire se dépose graduellement dans les tuyaux et forme une sorte de couche protectrice retenant ces polluants.

©Texte : framboizz pour AQUA débutant et quelques infos supplémentaires sont reprises du magazine « Aqua mag ».

Le cycle de l’azote

Si Paris en s’est pas fait en un jour, un aquarium se réfléchit et se met en place avec soin. De trop de hâte découlent souvent un certain nombre de problèmes parmi lesquels la maladie, pis, la mort des poissons, et conduit parfois à l’abandon total au bout de quelques mois d’un aquariophile en herbe fort désappointé.

Ainsi, la patience est éprouvée dès la mise en eau avec la mise en place d’un équilibre dans le bac, seul garant de la bonne santé de l’aquarium.

Voici une explication quelque peu simplifiée mais je pense assez précise tout de même de ce phénomène chimico-biologique qu’est LE CYCLE DE L’AZOTE, qui se détaille en trois phases, quatre si le bac est planté :

:arrow: une phase pendant laquelle se forment de l’ammonium et de l’ammoniaque sous l’action des bactéries de l’ammonisation sur l’azote (d’origine organique ou dissous dans l’eau via l’air). La concentration des composés ammoniacaux est à son maximum à la fin de la première semaine et n’est plus décelable dans les dix jours qui suivent la mise en eau.

:idea: Si l’ammonium est tolérable pour certains poissons (à la hauteur de 0,1 mg/l), l’ammoniaque est quant à lui particulièrement toxique même à de faibles taux. Parmi les symptômes d’un empoisonnement à l’ammoniac, on note un gonflement des branchies dû à la dégradation de leur mucus, entraînant des difficultés respiratoires (le poisson « pipe » l’air en surface, il s’asphyxie lentement.

:arrow: Une phase pendant laquelle les bactéries de la nitrosation, encore peu nombreuses au début, transforment les composés ammoniacaux en nitrites. Ces derniers sont décelables et donc toxiques dès le 6ème jour de la mise en eau, avec un pic après 15 jours et ne sont normalement plus mesurables passé le 24ème jour environ.

:idea: Leur toxicité dépend de la fragilité des poissons, mais un taux mesurable, donc supérieur à 0,1mg/l, doit nous alerter systématiquement. Des poissons aux branchies rouges/marrons, à la respiration difficile peuvent être victimes d’un empoisonnement aux nitrites : comme pour l’ammoniaque, ils s’asphyxient.

:arrow: Une phase pendant laquelle les nitrites sont transformées en nitrates par les bactéries de la nitratation. A la différence des deux autres phénomènes, le taux de nitrates ne voit jamais de diminution s’effectuer sans intervention humaine (changement d’eau) ou sans absorption par les plantes. C’est la raison pour laquelle un test de nitrate ne peut jamais être égal à 0.

:idea: Le taux de nitrate doit être maintenu en dessous de 30mg/l, moins parfois pour certains poissons délicats. Dépasser cette valeur n’est pas mortel en soi pour la majorité des poissons qui supportent, si l’augmentation est progressive, des taux supérieurs à 200mg/l

Néanmoins, une telle valeur, si le taux de nitrates présents dans l’eau de conduite est normal, dénote un mauvais entretien du bac, et entraîne une certaine fragilité des poissons qui peuvent alors développer des pathologies diverses. De même , l’introduction d’un nouveau venu à de tels taux de nitrates aura bien souvent pour conséquence la mort du poisson.

:arrow: La dernière phase intervient si l’aquarium est planté : il s’agit en effet de l’absorption d’une partie des éléments azotés, ammoniacaux, des nitrites et surtout des nitrates par les plantes, en tant que éléments nutritifs nécessaires à leur croissance.

Conclusion

Si les deux premiers phénomènes ont des répercussions graves sur les poissons, c’est parce que la quantité de bactéries est moindre au démarrage, la colonisation se faisant au fur et à mesure.

L’arrivée des poissons entraîne un surcroît de déchets (nourriture, déjections), et il est possible de voir une nouvelle augmentation des nitrites si les bactéries ne sont pas en nombre suffisant. On surveillera donc attentivement leur taux, avec ensemencement en bactéries supplémentaires si besoin est, et en évitant de nourrir les poissons les premiers jours.

Le cycle de l’azote, vous l’aurez compris, est sans fin, mais l’équilibre qu’il engendre est précaire et doit être préserver.

Tout ce qui pourrait faire chuter le nombre des bactéries utiles doit être limité : les déficits en oxygène pendant de grosses chaleurs, les nettoyages des masses filtrantes doivent se faire uniquement dans de l’eau de l’aquarium (un simple « secouage » pour ôter les grosses particules) et si des matériaux de filtrations nécessitent d’être changés, ils ne doivent pas l’être dans leur intégralité (voire aussi l’article sur les différentes masses filtrantes)

Oxygène, bactéries & Masses filtrantes

1) Importance de l’oxygène

Nous l’avons vu, les nitrates ne deviennent réellement dangereux qu’à de fortes concentrations, mais si certaines conditions sont réunies ils peuvent être à l’origine d’une hécatombe.

En effet, dans un bac mal entretenu et pauvre en oxygène le cycle de l’azote peut brutalement s’inverser. Cela se produit notamment lorsque la pression atmosphérique chute durant les orages d’été, phénomène qui, combiné à une température élevée, réduit le taux d’oxygène dissous dans l’eau de l’aquarium. Les bactéries aérobies transformant l’azote en nitrates meurent en masse et les bactéries anaérobies (cf lexique), qui travaillent sans oxygène, prolifèrent.

La conséquence immédiate est l’inversion du cycle de l’azote, le milieu passant alors d’un mode d’oxydation à un mode de réduction. Les nitrates sont transformés en nitrites puis en ammoniac. Le premier signe visible est un comportement typique des poissons privés d’oxygène qui essayent vainement de respirer en pipant l’air à la surface de l’eau, laquelle devient brusquement trouble et laiteuse.

Il faut alors procéder à un renouvellement immédiat et conséquent de l’eau, orienter le rejet de la pompe vers la surface pour améliorer les échanges gazeux avec l’atmosphère et mettre en route une ou plusieurs pompes à air.

De la célérité de l’intervention dépend la survie des poissons. S’il est possible de les transvaser dans un aquarium équilibré, cette opération doit alors être rapide, le protocole d’acclimatation au nouveau bac étant dans ce cas oublié, urgence oblige.

2) Rôle des masses filtrantes

:arrow: Les bactéries du cycle de l’azote colonisent le substrat et les masses filtrantes (cf-l’article sur les matériaux de filtration) car elles y trouvent leur nourriture en abondance, les déchets azotés étant obligatoirement entraînés dans le système de filtration. Elles ne sont présentes par contre qu’en faible quantité dans l’eau.

:arrow: La porosité des matériaux de filtration facilite le développement des colonies bactériennes, laissant passer l’eau en permettant aux bactéries de s’ancrer dans leur micro structure.

:!: La perte de quelques centaines de milliers de bactéries au cours du nettoyage ne met pas en danger l’équilibre de l’aquarium s’il est correct à la base : la flore se reconstitue en une journée environ, toujours dans des conditions normales, et si l’on ne brasse pas le sol en même temps.

3) Amorçage en bactéries

Pour ne pas mettre inutilement en péril la vie des animaux, il est donc préférable de résister à la tentation d’introduire des poissons dans un aquarium nouvellement mis en eau avant que les paramètres (particulièrement les nitrites ne se soient stabilisés au plus bas.

:idea: La patience n’étant hélas pas si courante chez les aquariophiles, il est néanmoins possible d’accélérer cette colonisation et de réduire complètement l’attente : il faut pour cela d’ensemencer « artificiellement » les supports de bactéries tels que les masses filtrantes et le sol (les bactéries sont en quantité très négligeable dans l’eau même), en utilisant les masses filtrantes d’un bac « rôdé » ou des bactéries VIVANTES (et non pas lyophilisées) proposées en boutiques à cet effet.

:!: Ces bactéries ont besoin d’air et d’éléments nutritifs, le bac doit donc être oxygéné et une petite source de pollution proposée (moule, paillettes) si les poissons ne sont pas introduits de suite.

On trouve ainsi dans le commerce des souches bactériennes, lyophilisées ou vivantes. Seules ces dernières nous intéressent réellement, particulièrement celles conditionnées en ampoules. Comme tout organisme vivant, le stockage à son importance… 🙄

:idea: Plus simple encore, et moins cher, emprunter une masse filtrante « rodée » à un aquarium stabilisé depuis quelques mois au moins (il est d’ailleurs possible de placer dans ce bac deux masses filtrantes, une qui sera destinée au nouveau bac quand elle sera colonisée et une qui restera dans le filtre). On peut introduire les poissons dès le lendemain (en petite quantité évidemment).

elobulle © AQUA débutant

Les tests d’eau colorimétriques

Pour assurer l’équilibre du bac, et donc une bonne santé à vos poissons, il est parfois nécessaire de pouvoir en connaître rapidement certaines teneurs en substances toxiques, ou tout simplement la charge minérale de l’eau (autrement dit la dureté) ou sa concentration en fer ou en CO2.

Ces informations, et bien d’autres encore, sont depuis longtemps accessibles même aux moins chimistes d’entre nous, grâce à des tests d’eau proposés dans le commerce. Ces derniers sont parfois électroniques (entre autre pour le pH, très précis mais assez cher à moins d’avoir quelques connaissances en électronique et de le fabriquer seul), mais le plus souvent il s’agit de tests colorimétrique : comprimés, bandelettes ou gouttes, sachant que les gouttes sont plus précises que les bandelettes.

S’ils sont appelés ainsi, c’est parce que le résultat recherché apparaît sous forme d’une couleur à comparer avec un panel de couleurs de références fourni, chaque couleur correspondant à une valeur approximative.

Sous la forme de comprimés, ils sont à dissoudre dans un volume d’eau, tout comme sous la forme de gouttes; en bandelettes, ils sont encore plus simples bien que assez peu précis : il suffit de les tremper dans l’eau du bac quelques secondes.

De nombreuses informations peuvent être récoltées ainsi : pH, GH, KH, nitrites, nitrates, fer, phosphates, ammoniac, O2, CO2 et j’en passe… Il existe même des mallettes complètes du parfait petit chimiste ! Mais passé le côté ludique et un intérêt relatif pour les caractéristiques de son eau de conduite ou d’aquarium, qu’en est-il vraiment de leur utilité par rapport à leur prix ?

Utilité
Avant la mise en eau

L’aquarium se réfléchit, nous l’avons déjà vu : pour savoir quel type de matériel acheter, il faut avoir une idée des poissons qui peupleront le bac. Or pour pouvoir imaginer cette population, il faut connaître les paramètres de son eau de conduite… sous peine de devoir jongler avec son eau pour l’adapter à ses poissons : trop dure, pas assez etc, etc….

Ces informations sont normalement données tous les ans par votre mairie ou directement par votre compagnie des eaux par souci de transparence (mot à la mode en ce moment Image), mais il peut-être bon de s’en assurer par des tests de pH et de dureté totale (GH). La teneur en nitrates est également importante, certaines régions ayant un taux déjà bien élevé…
En entretien courant.

Une fois le bac démarré, et en théorie, maintenu dans de bonnes conditions, les tests ne sont plus d’aucune utilité… Pas de nitrites, pas d’ammoniac, pas de phosphates décelables parce que l’entretien est régulier et que l’on n’introduit pas d’éléments toxiques, peu de nitrates pour la même raison, le pH et la dureté ayant peu de raison de varier si aucun élément nouveau et non neutre n’atterrit dans le bac (pierre calcaire, ajout de tourbe dans la filtration etc…)

Néanmoins, la théorie reste ce qu’elle est : une théorie. En réalité, et comme personne n’est parfait, nombreux sont ceux qui parmi nous ont déjà eu, ou aurons un jour, des valeurs un peu hautes en nitrates, parfois même quelques apparitions de nitrites…

Mais même dans ce cas, l’observation d’un oeil averti peut en partie remplacer le test : par le comportement des poissons, avec la recherche d’éventuels signes d’asphyxie, et par la couleur de l’eau : laiteuse, risque de nitrites, jaunâtre, valeur en nitrate trop haute …

Je vous conseille tout de même, par prudence, de vous procurer au moins les tests de nitrites et de nitrates, en sachant que certaines animaleries proposent de réaliser ces tests gratuitement (c’est dans leur intérêt afin de pouvoir vous vendre des poissons)…

D’autres tests peuvent avoir de l’intérêt, lorsqu’on commence à vouloir maintenir certaines plantes exigeantes avec des apports de CO2 et d’engrais chimiques :

– le test de CO2 permet de ne pas dépasser une concentration limite pour les poissons, en sachant que selon la population du bac, elle est déjà d’un certain niveau et que l’apport de CO2 doit se faire en en tenant compte.

– le test de fer peut lui aussi être évité par observation du bac : si la concentration est mal adaptée, des algues apparaissent : il faut donc réduire les apports d’engrais chimiques.

Une fois déterminé un rythme de croisière, les quantités ne devraient pas varier beaucoup, et les test pourront être largement espacés voire éliminés.

En conclusion

– Les paramètres à connaître au démarrage : pH, GH, NO3 (nitrates)

– Les éléments à surveiller par observation, puis par test si un doute survient ou lors de l’introduction prochaine de poissons (déjà fragilisés par la pêche et le transport) : NO2 (nitrites), NO3 (nitrates)

– Les concentrations d’éléments nécessaires aux plantes déjà présents, afin de déterminer les doses à ajouter : Fe (fer) et CO2 en particulier.

Pour finir, et peut-être pour convaincre encore quelques sceptiques qui considèrent que la simple observation ne peut suffire, il faut bien être conscient qu’une eau parfaite n’existe pas, et que les tests sont eux-mêmes assez imprécis.

Notre meilleure arme réside dans l’entretien de l’aquarium et dans l’observation du comportement des poissons 

Elobulle © AQUA débutant