Les poissons rouges en général

Les poissons rouges – Carassius auratus auratus

pr

Les variétés : :

Le poisson rouge, dont le vrai nom est carassius auratus auratus, comprend plusieurs variétés. Il s’agit effectivement d’une unique espèce, qui par sélection de certaines caractéristiques, a donné de multiples variétés.

Les plus connues sont les suivantes :

– Le poisson rouge commun, au corps allongé et aux nageoires courtes.
– La comète, avec une nageoire caudale plus allongée
– Le ryukin a un corps ramassé et le dos voûté, la tête plutôt pointue, une nageoire dorsale très haute, et une queue double.
– Le queue de voile à des longues nageoires, surtout la queue, qui a la forme d’un rideau plissé.
– Le queue en éventail a une très longue queue quadruple entièrement fendue.
– Le poisson œuf a un corps de forme arrondie et n’a pas de nageoire dorsale
– L’oranda a un corps massif, une tête ronde surmontée d’une protubérance (tumeur bénigne), des nageoires de petites tailles.
– Le tête de buffle et le tête de lion sont 2 variétés très proches. Ils ressemblent à l’oranda, mais n’ont pas de nageoire dorsale.
– Le « tête de lion » a le dos droit et la queue dans le prolongement du dos, alors que le tête de buffle a le dos rond, et la queue plus basse.
– Le télescope se reconnaît à ses yeux protubérants et dirigés vers les côtés. Il est à noter que ce poisson est quasiment aveugle.
– Le céleste est une variété très ressemblante, mais les yeux sont dirigés vers le haut.
– L’uranoscope (appelé aussi bubble eyes) a sous les yeux d’impressionnantes poches remplies de liquide, et au fur et à mesure que les poches se forment, les yeux se dirigent vers le haut. Il a un corps allongé, un dos plat, et n’a pas de nageoire dorsale. Les poches, si elles sont percées ne repoussent pas
– Le perlé a un corps très rond et une petite tête pointue. L’impression de perles est donnée par des écailles bombées. Si certaines écailles sont abîmées, elles repoussent plates.

Plusieurs variétés peuvent se retrouver chez un poisson car tous les croisements sont évidemment possibles.

Les poissons appelés poissons japonais dans beaucoup d’animaleries sont souvent des poissons à voiles, dont les formes ne sont pas assez affirmées pour être appelés ryukin ou queue de voile ou queue en éventail.

La couleur :

Le poisson rouge peut être rouge, orange, jaune, noir, blanc, calico (rouge, blanc et noir), argenté, bronze, incolore….

Si vous achetez un poisson de couleur avec les nageoires ou le bout des nageoires de couleur noire, méfiez-vous, il peut s’agir d’un poisson qui n’a pas encore sa couleur définitive et le noir laissera la place à une autre couleur. Effectivement, le poisson rouge naît de couleur grise, puis il devient noir, puis ce noir s’éclaircit progressivement, du ventre vers les nageoires.

L’ACHAT :

Lorsque vous achetez votre poisson rouge, choisissez le vif, dans un bac qui ne comprend pas de poisson malade (ni mort, bien entendu). Vérifiez qu’il n’a pas tendance à remonter à la surface quand il s’arrête de nager (problème de vessie natatoire) ou, qu’il ne passe pas du temps sur le sol (poisson malade). Ses écailles ne doivent pas présenter de blessure. Son ventre ne doit pas être creusé.

Si vous avez déjà d’autres poissons dans votre bac, gardez les nouveaux arrivants dans un bac de quarantaine pendant environ 3 semaines, afin de pouvoir vérifier leur bonne santé

LE POISSON ROUGE EN COMMUNAUTE :

N’achetez jamais un poisson rouge seul, il faut au minimum un duo. Il supporte très mal la solitude et aime vivre en groupe.
Les poissons rouges communs et les comètes sont des poissons très vifs, qu’il ne faut normalement pas faire cohabiter avec des variétés fragiles comme par exemple les télescopes, uranoscopes ou orandas, surtout dans un bac de taille petite ou moyenne. Effectivement, les poissons plus fragiles ou malhabiles seront stressés par ceux beaucoup plus vifs, et seront plus sensibles aux maladies. Ils peuvent aussi être blessés dans les courses-poursuites que les premières espèces citées affectionnent.

Pensez aussi que lors des distributions de nourriture, les poissons n’auront pas tous la même facilité à accéder aux aliments. Ne faites pas non plus cohabiter des poissons rouges avec des poissons d’eau chaude. Ils souffriraient de la température.

L’AQUARIUM :

Le poisson rouge est souvent le premier poisson que l’on possède ou que l’on offre à nos chères têtes blondes. Et nous avons tous en tête l’image du poisson rouge dans son bocal et qui demande peu d’entretien.

Le poisson rouge est effectivement peu exigeant quant aux qualités chimiques de l’eau (pH et dureté). Seulement, si nous voulons offrir à ce poisson un bac dans lequel il puisse vivre correctement, nous ne pouvons nous contenter de ce petit bac, trop exigu et trop vite pollué (nitrites, nitrates).

La taille du bac :

Un poisson rouge peut vivre 15 ans et atteindre une taille de 15-20 cm en aquarium (plus en bassin). Il a donc besoin de place pour pouvoir grandir normalement.

L’équipement :

Votre aquarium doit être équipé d’un bon filtre, car le poisson rouge est un gros pollueur.

Ce poisson d’eau froide a besoin d’une eau très oxygénée, donc la sortie du filtre doit être dirigée vers le haut, afin de mieux brasser l’eau en surface.

De même, un bulleur n’est pas forcément un luxe, surtout en été quand la température de l’eau augmente et que la teneur en oxygène de l’eau se réduit.

Enfin, un thermomètre placé à un niveau intermédiaire dans le bac est très utile, voire indispensable lors des changements d’eau hebdomadaires.

Les plantes :

Le bac doit être planté. Pour plusieurs raisons : D’abord les nitrates sont utilisés par les plantes ce qui permet d’être moins envahi par les algues. Ensuite, les plantes oxygènent l’eau la journée. Enfin, certaines plantes tendres sont un complément alimentaire indispensable pour ces poissons.

Les plantes décoratives et non consommables par les poissons rouges sont l’anubia, la cryptocoryne, la ludwigia repens (très jolis massifs), la fougère de java, l’echinodorus, etc.

Par contre, l’elodea (ou egeria) densa est consommée par les poissons. Elle pousse très vite, et il suffit d’en replanter un petit bout pour voir repousser une grande tige.

Il est conseillé de ne pas mettre de sol nutritif dans un bac de poissons rouges car ils passent leur temps à chercher de la nourriture dans le sol. Mais avec un peu d’engrais, les plantes poussent très bien.

Pour que les plantes poussent correctement, un bon éclairage est nécessaire.

L’eau :

Comme cela a été précisé plus haut, le poisson rouge n’est pas très exigeant quant à la composition de l’eau. Il préfère tout de même une eau à pH entre 7 et 8, et à une dureté comprise entre 10 et 16TH.

La température idéale en aquarium est comprise entre 20 et 25°C, mais le poisson rouge peut supporter des températures plus hautes (en été) ou plus basses, du moment où le changement de température se produit progressivement.

Si la température augmente trop, veillez à ce que l’eau soit bien oxygénée.

Les renseignements donnés ici sont typiques des poissons rouges, mais ne peuvent dispenser de se renseigner sur le cycle de l’azote et la mise en fonctionnement d’un bac (dont nous ne parlerons pas ici), cette procédure étant la même quel que soit le type du bac

L’entretien :

L’aquarium de poissons rouges nécessite un entretien régulier car ces poissons produisent une grande quantité d’excréments, et de nombreux petits morceaux de plantes mâchés peuvent rapidement joncher le fond du bac.

Il est donc nécessaire chaque semaine de changer environ 30 % de l‘eau en siphonnant bien le fond pour récupérer le maximum de déchets. Parfois cela n’est pas suffisant car les poissons en fouillant le sol enterrent les déchets, et il peut être utile d’aspirer les déchets dans le sol avec un petit aspirateur d’aquarium.

Il faut régulièrement vérifier l’état du filtre, et rincer les mousses par moitié avec de l’eau du bac (pas d’eau du robinet, pour ne pas détruire les bactéries présentes dans le filtre).

Pensez évidemment à vérifier la température de l’eau de remplacement, et à la traiter avec un conditionneur ou à la laisser reposer 24h avant de la mettre dans le bac.

LA NOURRITURE :

Le poisson rouge est omnivore. Il ne peut se contenter de nourriture en paillettes ou en granules. Pour le nourrir correctement, vous devez lui donner régulièrement :

De la nourriture d’origine animale : :
Il s’agit d’artémias, des vers de vase, des tubifex, que vous trouverez congelés dans les animaleries (préférez les aliments congelés à ceux déshydratés).

Les daphnies sont très bonnes pour le transit et peuvent être aussi distribuées chaque semaine.

Les végétaux :

Ils sont très importants, d’autant plus pour certaines variétés à corps court dont le transit intestinal est mauvais. Vos poissons ont besoin de végétaux.

Les épinards congelés, coupés en tout petits bouts sont très appréciés. De même, la laitue, la courgette et le concombre sont de bons aliments. Ils sont pochés puis placés dans le bac. La laitue flotte, il est donc utile de la coincer sous un décor, sous peine de la voir boucher l’arrivée du filtre. Les restes d’aliments seront retirés du bac au bout de 24h.

De même, n’oubliez pas de planter dans votre bac de l’égéria densa. Ainsi, le jour où vous n’avez pas le temps de préparer des légumes pour vos écailles, elles pourront se servir par elles-mêmes.

La distribution :

Les poissons rouges n’ont pas d’estomac et leur donner une grosse quantité de nourriture quotidienne peut leur être très préjudiciable. Il est préférable de leur donner de petites quantités plusieurs fois par jour.

Toutes les variétés n’ayant pas la même mobilité, il est aussi impératif de vérifier que tous les poissons ont à manger. Les variétés les plus malhabiles prendront très vite l’habitude de demander leur nourriture en se tenant à l’écart des plus rapides.

Enfin, il est conseillé de laisser jeûner les poissons une fois par semaine. Si vous partez en vacances, évitez les blocs vacances. Ils sont très polluants, et les poissons rouges peuvent se rendre malades en essayant d’avaler le bloc. Vos poissons peuvent rester plusieurs jours sans manger, et si votre absence est trop longue, vous pouvez toujours investir dans un distributeur que vous remplirez de granulés (pas de paillettes, elles peuvent se coller avec l’humidité).

LA REPRODUCTION :

La différenciation sexuelle :

Elle est difficile à observer en dehors de la période de reproduction. Voici tout de même les différents critères :

La femelle a le corps plus arrondi que le mâle et des nageoires plus courtes.

La séparation entre le corps et la tête est marquée chez le mâle par un léger creux alors que chez la femelle, il y a une continuité de l’arrondi.

Au niveau de l’anus, on peut observer une (très) petite protubérance chez la femelle, et un (très) petit creux chez le mâle.

En période de reproduction, le mâle présente des boutons de noces sur les opercules branchiaux et la base des nageoires pectorales. La nageoire dorsale peut devenir légèrement granuleuse.

La reproduction :

Il faut un aquarium de 150L minimum (le double pour les variétés de haut lignage), avec une eau très propre. Le bac doit être peu profond.

Pour simuler le printemps, la température peut être légèrement élevée (+3°C avec un maximum de 26°C) et la luminosité augmentée. Le bac doit contenir des plantes, de préférence à larges feuilles.

Il est préférable d’avoir 2 mâles pour 1 femelle car la femelle pond beaucoup d’œufs et un seul mâle peut ne pas suffire à les féconder.

La cour peut durer plusieurs jours. Le mâle poursuit la femelle en lui tapotant les flancs ou la pourchasse dans tout le bac.

La ponte a généralement lieu au petit matin, mais peut se prolonger sur plusieurs heures avec des épisodes de cour entre chaque ponte. Lorsque les œufs sont pondus et fécondés, les parents doivent être retirés car les œufs sont un repas très apprécié par les poissons affamés. Les œufs vont éclores au bout d’environ 6 jours.

Quelques jours plus tard, les alevins nagent, il faut alors penser à les nourrir, avec par exemples des nauplius, du jaune d’œuf réduit en poudre ou des infusoires. Il est important que les alevins aient à manger très souvent, mais une suralimentation entraînerait une pollution de l’eau. De toute façon une partie de l’eau doit être changée tous les jours. 2-3 jours plus tard, on peut passer à une nourriture légèrement plus grosse, en sachant que les aliments ne doivent pas dépasser en taille celle des yeux des alevins.

belphegor © AQUA débutant

Auteur : framboizz

Passionnée d'aquariophile et après avoir fermé mon forum AQUA débutant sur la toile après 15 ans, car il faut bien dire que les forums à notre époque ce n'est plus ce qui marche réellement. J'ai donc voulu ouvrir ce blog pour ne pas perdre le travail des articles que j'ai fait sur le forum, et je me dis que ça peut toujours et encore aider quelqu'un. Toutefois cela sera plus facile à gérer qu'un forum où les gens ne participaient plus beaucoup. Soyez donc les bienvenu(e)s sur mon blog qui a le même nom que le forum AQUA débutant, bonne lecture et n'hésitez pas à mettre des commentaires..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s