Les petites espèces du lac Tanganyika.

Les petites espèces du lac Tanganyika.
( Les cichlidés du lac Tanganyika pour petits volumes ou pour débuter. )

Lorsque l’on monte un nouveau bac et surtout lorsque l’on débute, il n’est pas toujours évident de s’y retrouver parmi toutes les informations parfois contradictoires dispensées dans les livres ou sur le net… Le but de cet article est donc de vous aider dans votre choix de cichlidés du lac Tanganyika.

Etant moi-même presque débutante, j’espère apporter des conseils et des exemples clairs et simples. Ils n’ont rien d’exhaustif mais sont une synthèse de mon expérience personnelle et des renseignements que j’ai pu glaner au cours de mes lectures ou participations à des forums. J’ai aussi tenté de répondre à quelques questions les plus fréquemment posées par les débutants.

Le bac.

La première interrogation, logiquement, concerne le futur bac. Deux cheminements possibles:

– soit vous avez déjà un aquarium, et il va vous falloir choisir une population en fonction de sa taille et de son volume.

– soit vous ne possédez pas encore de bac, mais rêvez de maintenir une ou plusieurs espèces du lac Tanganyika. Cette configuration est la plus facile, car en vous renseignant sur ces espèces vous trouverez facilement le volume adéquat. Encore faut-il s’interroger ensuite sur la compatibilité des poissons choisis… N’oubliez pas non plus que, plus que le volume, ce sont les dimensions qui comptent. Pour la plupart des cichlidés, la surface au sol ( longueur x largeur ) est à privilégier car ils sont territoriaux et inféodés à un substrat. ( excepté pour les espèces de pleine eau comme les Cyprichromis pour lesquelles la hauteur d’eau est tout aussi importante )
Essayez de choisir des espèces à qui vous pourrez offrir plus que le volume minimum, cela augmentera vos chances de réussite.

Revenons pour le moment à la première option qui est la plus courante. On doit souvent respecter des contraintes de place, et la plupart des cichlidophiles débutent avec de petits volumes. Certains cichlidés comme les conchylicoles sont de petite taille et sont parfois conseillés pour de très petits aquariums. Pour ma part, je considère qu’on ne devrait pas maintenir de cichlidés dans moins de 60 litres, et même dans l’idéal 100 litres ( ou alors des alevins )

En effet, les cichlidés, même de taille réduite, sont bien souvent des poissons territoriaux. Les espèces conchylicoles en particulier défendent un périmètre autour de leur(s) coquille(s) qui est leur territoire. Il est donc illusoire d’essayer de leur offrir de bonnes conditions de vie dans de mini-bacs comme on en voit souvent dans le commerce. De même, on lit souvent que les conchylicoles vivent dans des coquilles. Ils y nichent et y dorment parfois, mais c’est dans l’aquarium qu’ils vivent! Vivez-vous dans votre lit?

Dernier argument s’il en faut un : plus petit est le bac, plus difficile sera l’équilibre à s’installer et à se maintenir. Paradoxalement, plus le bac est grand et moins il nécessite d’entretien.

L’agencement du bac dépendra bien sûr de la population choisie. Pour des pétricoles, le bac sera bien empierré, offrant grottes, failles et cachettes de la taille des poissons. Il n’est pas inutile pour certaines espèces d’offrir à la femelle une cavité à sa taille où le mâle, en général plus grand, ne peut pas rentrer. Elle pourra ainsi se soustraire à ses ardeurs ou à ses velléités territoriales. Il est possible d’utiliser des pierres calcaires, des galets, de la meulière, et on peut dissimuler sous ces éboulis des briques creuses ou des pots de fleurs qui fournissent de bonnes cachettes et parfois des substrats de ponte.
Attention au bon empilement des pierres, beaucoup de cichlidés aiment creuser le sol et peuvent déloger une pierre, provoquant ainsi une catastrophe!
Il est donc souhaitable de poser les premières pierres à même le sol, ensuite seulement de mettre le sable, et de s’assurer de la bonne stabilité de l’ensemble.

Si vous voulez maintenir des espèces conchylicoles ( qui nichent dans des coquilles ) ou sabulicoles ( qui filtrent le substrat sableux ), vous opterez pour un sable fin que les premiers pourront creuser pour enterrer leur coquille, et que les seconds pourront filtrer pour trouver leur nourriture.

Certains conchylicoles ( N. multifasciatus, N, similis ) vivent dans des lits de coquilles de plusieurs centimètres voire mètres d’épaisseur. Vous ne lésinerez donc pas sur la quantité de coquilles ( Neothauma tanganyicense ou, beaucoup moins chères, escargots de bourgogne ) D’autres ont un biotope totalement différent, comprenant quelques coquilles vides isolées éparpillées sur le fond sableux. En général, une coquille par individu suffira donc, voire même pour N. brevis une seule coquille pour le couple!

Des plantes robustes ( pour résister au féroce appétit de certains végétariens ) qui n’ont pas besoin de sol nutritif peuvent venir compléter l’ensemble: Anubias, Crinum, Microsorum pteropus, Cryptocoryne usteriana (aponogetifolia), Vallisneria ou Ceratophyllum demersum en surface. Si vous êtes puriste, sachez que seules les deux dernières se rencontrent dans le lac…
L’éclairage n’est pas primordial vu le peu de plantes, mais les temps d’éclairage (entre 8 et 12 h par jour) doivent être parfois modifiés lors d’apparitions d’algues.

Pour la filtration, on recommande un débit de 3 à 4 fois le volume du bac, il est souvent utile de rajouter une pompe de brassage en surface (ce qui permet de bien oxygéner le bac et d’augmenter le pH)
L’eau du lac Tanganyika a un pH alcalin qui oscille entre 8.5 et 9.2 et une dureté totale comprise entre 12 et 19 °TH (soit entre 6.7 et 10.7 dGH), vous essaierez donc d’approcher ces valeurs mais il faut savoir que bien souvent l’eau est plus dure dans nos bacs ( souvent en raison de la présence de ces incontournables pierres calcaires qui pour moi ne sont absolument pas une obligation! )
La température moyenne est de 23-24°C.

La population.

Dans des bacs de 60 à 100 litres ( mais 100 est nettement préférable! ), il est possible de maintenir une espèce conchylicole parmi les plus petites:

Neolamprologus brevis

Petit conchylicole sociable et actif, il vit en couple et celui-ci reste souvent uni à vie. Il peut donc être indiqué pour les petits volumes.
Le mâle mesure environ 5 cm. La femelle, plus longiligne, reste plus petite ( ~ 3 cm )

Le bac qui l’accueillera sera décoré simplement: du sable, éventuellement quelques plantes ( toujours utiles à l’équilibre du bac ), une seule coquille que le couple partagera, et il n’est pas inutile de prévoir quelques petits tas de galets où pourront se réfugier les futurs alevins si vous désirez en garder.

Le sable doit être relativement fin et meuble, car Neolamprologus brevis aime en général creuser autour de sa coquille pour l’enterrer et la disposer à sa convenance…

neolamprologus-brevis-9

Neolamprologus multifasciatus

Ce conchylicole vit en colonies dans le lac, en réalité une succession de couples ou harems.

Le mâle fait 4 cm, alors que la femelle, qui détient à ce jour le record du plus petit cichlidé du monde, mesure environ 2.5 cm.

La vie d’une petite colonie avec sa hiérarchie, les parades entre mâles et la protection des alevins, offre un bac très intéressant à observer et toujours vivant.

Pour les petits volumes, il vaut mieux débuter avec un couple ou un trio, alors que dans les bacs plus conséquents il est préférable d’acquérir un groupe ( si possible d’origines différentes pour limiter la consanguinité )

Le bac sera garni de sable et d’un lit de coquilles ( ~ une par litre d’eau pour donner un ordre d’idée ). Dans la nature, ce sont des coquilles de Neothauma entassées sur plusieurs couches et figées par des concrétions calcaires qui leur offrent de multiples dédales à leur taille. On les remplace souvent en aquarium par des coquilles de bourgogne bien moins chères et tout aussi efficaces, et les N. multifasciatus tenteront de recréer leurs petits passages en creusant abondamment le sol.

Cichlidés très prolifiques: la progéniture aura tôt fait de rejoindre le couple initial et d’agrandir la petite colonie. Il ne faut pas se laisser envahir, et retirer régulièrement le surplus de jeunes, d’autant plus fréquemment que le volume du bac sera petit. C’est le moment d’initier vos amis aux cichlidés, ou de découvrir les bourses aux poissons!

multi1

Neolamprologus similis

Il ressemble fort au Neolamprologus multifasciatus, ce qui lui vaut son nom. Il possède lui aussi une livrée rayée mais c’est le négatif de celle du N. multifasciatus: les bandes argentées étant plus fines que les bandes brunes.

Autres caractéristiques, les bandes se poursuivent sur le dessus de la tête et il est légèrement plus grand ( le mâle mesure 5 cm, la femelle 3 cm )

Il vit en petites colonies ( qui ne sont pas de l’ampleur de celles des N. multifasciatus ) dans des lits de coquille, mais à l’intérieur de cette colonie il vit en couple. On débutera donc avec un ou deux couples ou quelques juvéniles, et le bac sera aménagé comme pour N. multifasciatus.

neolamprologus-similis-3

Neolamprologus kungweensis et Neolamprologus signatus

Deux espèces assez semblables tant par leur allure que par leur comportement, à tel point qu’elles furent confondues un moment.

La femelle Neolamprologus kungweensis possède une particularité: une ou plusieurs tâches noires cerclées dans la dorsale ( voir photo ci-contre )

Ces deux espèces vivent sur le fond vaseux du lac, et y creusent des galeries pour se dissimuler et nicher. Elles ne sont qu’occasionnellement conchylicoles. Cependant, il est difficile voire impossible de leur permettre ce comportement en aquarium, c’est pourquoi on peut placer de petits tuyaux en plastique enfoncés en biais dans le sable pour recréer leurs galeries. Sinon, elles se contenteront de coquilles.

A maintenir en couple, car les mâles se supportent difficilement. Vous pouvez acquérir quelques jeunes et laisser le couple se former, puis retirer les excédentaires, mais aussi ne prendre qu’un mâle et une femelle puisqu’ils sont aisément identifiables.

Mâle Neolamprologus signatus
signatus-patapon-small.jpg
Dans des bacs de 100 à 200 litres, le choix s’élargit. Ces volumes sont déjà plus adaptés à la maintenance des cichlidés que les précédents. Il est possible de tenter la cohabitation de deux espèces qui n’occupent pas la même niche écologique ( une espèce conchylicole et une espèce pétricole ), mais elle peut être risquée. Il est sans doute préférable de se contenter d’une seule au début.
Aux cinq espèces déjà citées on peut rajouter:

Altolamprologus sp. compressiceps « shell »

L’Altolamprologus « miniature ». Six ou sept cm pour le mâle, quatre ou cinq pour la femelle.

La femelle est conchylicole. Surtout en aquarium, elle préférera une coquille aux anfractuosités rocheuses. Le mâle, plus grand, établit un territoire dans les pierres et a plus un comportement de prédateur.

Le bac qui les accueillera comportera donc un éboulis de pierres, et une plage de sable à l’avant avec quelques coquilles éparpillées. Eviter de leur adjoindre des pétricoles avec qui le mâle peut rentrer en concurrence, ou alors un couple formé qui peut avoir un territoire dans le coin opposé du bac. La cohabitation avec une espèce conchylicole est possible, mais il faut savoir que le mâle Altolamprologus exercera une prédation sur les alevins, et que la femelle sera peut-être trop dérangée pour pouvoir mener les pontes à bien.

altolamprologus-shell-6
Neolamprologus ocellatus, Neolamprologus stappersi et Neolamprologus speciosus

Ces trois espèces sont très proches et ont quasiment le même comportement en aquarium. Conchylicoles de quatre à six centimètres, ils vivent en harems ( plusieurs femelles pour un mâle ) et ont un sacré tempérament malgré leur petite taille.

Le bac sera garni de sable fin parsemé de quelques coquilles, au moins une par individu.

Les femelles sont plus agressives que les mâles et défendent un territoire assez conséquent. Leurs coquilles doivent donc être séparées d’au moins 80 cm pour espérer les voir évoluer sans trop de conflits. On peut commencer avec un couple ou un trio pour les bacs les plus petits, ou un groupe de juvéniles pour les bacs de plus de 200 litres. Attention, je dis bien juvéniles, car dès qu’ils atteignent la maturité sexuelle, ils sont assez intolérants vis-à-vis de leurs congénères et peuvent harceler les dominés jusqu’à la mort.

Ces trois espèces creusent le sable autour de leur coquille pour l’enterrer verticalement. Seule l’ouverture reste visible, et une cuvette qui remonte ensuite en un monticule est aménagée devant. Cela permet de mieux camoufler l’entrée, et de ramener naturellement des particules de nourriture vers la coquille.
Ils pourront cohabiter avec une petite espèce pétricole dans des bacs d’au moins 1.20 m de façade.

Neolamprologus ocellatus
ocellatus-gold-2-small
Julidochromis ornatus, Julidochromis transcriptus et Julidochromis dickfeldi

Les Julidochromis sont des cichlidés élancés pétricoles très populaires parmi les aquariophiles et par conséquent ( à moins que ce ne soit la cause? ) très répandus dans le commerce.

Il existe plusieurs espèces: les deux premières citées sont les deux plus petites, et Julidochromis dickfeldi est une espèce de taille intermédiaire entre ces deux-ci et les deux plus grandes( J. regani et J. marlieri )

Ces trois espèces conviennent pour des volumes inférieurs à 200 litres. Ce sont des cichlidés joliment colorés qui vivent en couple. Le dimorphisme sexuel est très peu marqué, et ils sont assez agressifs intra spécifiquement. C’est pourquoi on préconise d’acquérir un groupe de cinq ou six individus juvéniles, et de laisser un couple se former. Lorsque le couple dominant commence à s’isoler, il devient de plus en plus agressif avec les excédentaires et il faut les retirer du bac rapidement. Deux couples peuvent cohabiter dans des bacs de plus d’1.50 m de façade.

Il leur faut un enrochement qui comportera le plus de cachettes, failles et anfractuosités possibles. Ils aiment s’y dissimuler, circuler dans les galeries rocheuses, et bien sûr y frayer. Attention, c’est un genre prolifique qui protège très bien sa progéniture, le bac sera donc rapidement envahi d’alevins de toutes les tailles…

Telmatochromis sp. temporalis « shell »

Un Telmatochromis bossu et de petite taille ( de 4 à 6 cm ). Les femelles plus petites ont une bosse moins prononcée et nichent en général dans des coquilles. Elles peuvent aussi choisir une cavité rocheuse.

On peut les maintenir en couple ou en trio en laissant une bonne distance entre les territoires des femelles qui sont assez agressives entre elles notamment lorsque les reproductions commencent.

Une espèce relativement peu maintenue et pourtant bien sympathique. Attention aux colocataires! Une espèce pétricole peut convenir, mais dans de trop petits bacs une autre espèce conchylicole serait trop dominée. Telmatochromis sp. temporalis « shell » a son petit caractère et sait faire respecter son espace vital…

telmatochromis-shell
Dans des bacs de 200 à 300 litres, on peut faire cohabiter avec succès deux ou trois espèces. Il y a bien sûr celles que l’on vient de passer en revue, et voici d’autres espèces en exemple ( ce sont les plus connues, mais il y en a beaucoup d’autres! )

Julidochromis regani , Julidochromis marlieri , Chalinochromis brichardi , Chalinochromis popelini et Chalinochromis sp. « Ndobhoi »
Les genres Chalinochromis et Julidochromis sont assez semblables tant au niveau morphologie que comportement.

Cichlidés pétricoles d’une dizaine à une quinzaine de centimètres, il leur faut comme pour les petites espèces Julidochromis, un bac bien empierré offrant de nombreux refuges.

De même, il est conseillé de commencer avec un groupe de 5-6 juvéniles et d’attendre qu’un couple se forme. Celui-ci sera ensuite très agressif envers ses congénères qu’il faudra enlever du bac.

Les Chalinochromis sont un peu moins prolifiques que les Julidochromis, mais beaucoup plus difficiles à trouver dans le commerce.
Attention à ne pas mélanger ces espèces entre elles en raison du risque d’hybridation!

Chalinochromis brichardi
chalinochromis-brichardi-1.jpg
Neolamprologus caudopunctatus

Ce joli cichlidé au liseré jaune orangé est un pétricole et aussi conchylicole occasionnel en aquarium car la femelle choisit parfois une coquille comme substrat de ponte.

Il vit en colonie, et en couple à l’intérieur de cette colonie. Mais ne croyez pas pour autant qu’il soit pacifique avec ses congénères! Des altercations féroces ont lieu régulièrement pour la défense du territoire ou le maintien de la hiérarchie.

Même entre les membres du couple, les relations ne sont pas tendres! Le mâle mesure 6 ou 7 centimètres, la femelle est en général plus fine et un peu plus petite. On pourra commencer avec deux ou trois couples, ou un groupe de juvéniles.

neo-caudopunctatus-3-small
Telmatochromis brichardi, Telmatochromis vittatus et Telmatochromis bifrenatus

D’autres cichlidés élancés, mais qui ont de bien meilleures relations intra spécifiques. Ils vivent d’ailleurs en groupe, ou plutôt en famille ( ou harem )

Ils sont pétricoles et pondeurs sur substrat caché, mais sont conchylicoles occasionnels. En effet, la femelle peut élire une grosse coquille pour pondre.

Ce sont de bons colocataires pour une espèce conchylicole, ce qui leur laissera le territoire rocheux. Ces espèces sont intéressantes à observer car elles vivent en communauté avec une hiérarchie bien établie.

telmatochromis-insitu.jpg
Le  » complexe brichardi « : Neolamprologus brichardi & co.

Sous cette dénomination, on trouve de nombreuses espèces au comportement similaire: N. brichardi, N. pulcher, N. marunguensis, N. gracilis, etc.

D’une dizaine de centimètres, ces espèces sont reconnaissables à leur nageoire caudale en forme de lyre et à leur silhouette caractéristique.

La plus connue est sans conteste N. brichardi , la célèbre « Princesse du Burundi » à l’allure gracieuse. Elle est aussi la plus prolifique de toutes. Ces espèces sont pétricoles et très territoriales.
On aménagera donc un bac bien empierré pour un couple et sa progéniture. On peut leur adjoindre éventuellement un couple de Julidochromis par exemple, mais faites bien attention au choix des colocataires! L’espèce étant envahissante et dominatrice, on préfère en général les laisser seuls dans le bac. Surtout qu’avec l’apparition de jeunes, le spectacle est passionnant. Les plus grands gardent le territoire et protègent ainsi les plus petits, et la colonie s’agrandit! ( ce qui peut vite être un problème ).

D’autres espèces de ce complexe ne vivent pas en colonie mais en couple, à l’exemple de N. savoryi.

Neolamprologus brichardi
neol-brichardi-1-small
Xenotilapia flavipinnis

Pour finir et pour changer, ni un conchylicole, ni un pétricole, mais un sabulicole! Ce poisson aux très beaux reflets aime donc le substrat sableux qu’il filtre pour trouver sa nourriture. Il lui faut donc une grande plage de sable fin qu’il nettoiera consciencieusement.

Les mâles sont assez agressifs entre eux, c’est pourquoi il est plus facile de maintenir cette espèce en couple. Dans ce cas, le volume indiqué convient.

Le hic, c’est que le dimorphisme sexuel est très peu marqué et il est quasi impossible de distinguer les mâles des femelles. A moins de vous procurer un couple formé, vous devrez donc acquérir quelques jeunes…

Ce cichlidé d’une petite dizaine de centimètres est d’autant plus intéressant qu’il pratique l’incubation biparentale. En termes clairs, les oeufs puis les larves sont pris en bouche par les deux parents alternativement pendant les premières semaines afin de les protéger des prédateurs. Cette forme de protection parentale est considérée comme la plus évoluée parmi les cichlidés, et elle est passionnante à observer pour l’aquariophile…

En contrepartie, on sera rigoureux sur la qualité de l’eau et l’entretien, car moins que les autres espèces déjà citées, il laissera passer les erreurs du débutant. Attention aussi au stress qui peut lui être fatal ( couvrez bien le bac notamment car c’est un excellent sauteur, et évitez les mouvements brusques qui le rendent « hystérique ». )

xeno-flavipinnis-1-small
Voici donc un tour d’horizon de quelques espèces que vous pouvez maintenir dans des bacs de moins de 300 litres. Au fur et à mesure de vos lectures et pérégrinations, vous en découvrirez bien d’autres qui ont autant d’attraits. Mais renseignez-vous bien avant de « craquer ». N’oubliez pas que si vous leur offrez les meilleures conditions de vie possibles, vos pensionnaires vous le rendront par leur beauté, leur comportement intéressant et leur longévité.

Pensez aussi que les poissons ne peuvent nous dire s’ils sont « bien », et que c’est donc à vous de veiller sur leur bien-être et de le faire passer avant vos envies. C’est peut-être la première base à donner!

Auteur : © Estelle
http://www.destin-tanganyika.com

Auteur : framboizz

Passionnée d'aquariophile et après avoir fermé mon forum AQUA débutant sur la toile après 15 ans, car il faut bien dire que les forums à notre époque ce n'est plus ce qui marche réellement. J'ai donc voulu ouvrir ce blog pour ne pas perdre le travail des articles que j'ai fait sur le forum, et je me dis que ça peut toujours et encore aider quelqu'un. Toutefois cela sera plus facile à gérer qu'un forum où les gens ne participaient plus beaucoup. Soyez donc les bienvenu(e)s sur mon blog qui a le même nom que le forum AQUA débutant, bonne lecture et n'hésitez pas à mettre des commentaires..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s