Les vers ancres

jbl-aradol

Photo source

Les vers ancres ne sont pas compliqués à repérer sur un poisson. En effet ils sont visibles à l’oeil nu.
On les retrouve encrés dans la peau des poissons surtout dit « d’eau froide », mais il devient très fréquent de les retrouver notamment sur les vivipares dont ils parasitent la peau et parfois même les branchies.

Le « ver ancre » regroupe les espèces de copépodes hautement spécialisées qui possèdent un appendice ressemblant à une ancre de bateau afin de se fixer sur leur hôte.

Les maladies causée par les parasites du groupe des copépodes sont en augmentation en eau froide et de plus en plus fréquente en eau douce. Ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques temps, on retrouvait ces parasites surtout en bassin d’eau froide.

Mais qu’est-ce que c’est des copépodes ?

Des copépodes sont de petits crustacés, généralement de taille microscopique et ils appartiennent soit au plancton, soit aux groupes d’organismes mobiles liés au fond des eaux (cyclops, gammares, nauplii de petites crevettes).
Si la moitié d’entre eux nage librement et appartient au zooplancton, d’autres sont d’une morphologie très modifiée et sont surtout parasitaires.

On les retrouve principalement sur la peau, plus rarement sur les branchies. Certains peuvent aussi pénétrer dans organes internes comme le foie et même le coeur et parfois même, pénétrer dans l’œil du poisson et provoquer la cécité.

Leur classification se fait d’après la forme de leur région buccale. On dénombre ainsi trois genres de copépodes  » les Cligidae, les Etrgasilidae et les Lernaea« .

Les Lernaea sont ceux, fréquemment retrouvés dans nos bacs..

Parasite de la peau des poissons, le ver ancre appartient au genre Lernaea dont les principaux représentant sont :
Lernaea carassii et Lernaea cyprinacea : vers longs de forme cylindrique minces avec deux paires de crochets en forme d’appendices à l’extrémité. Ils mesurent entre 9 et 22 mm.

Vers Lernaeavers ancres

 

Les copépodes ont un cycle de vie typique :

– Une phase nauplius libre
– Une phase copépodite libre infestant
– Une phase chalimus « fixé à l’hôte par un filament frontal »
– Une phase pré-adulte
– Une phase d’adulte
Ce cycle de vie s’accélère avec une hausse de la température.

Après plusieurs stades non parasitaires, la phase terminale du copépode est l’accroche au poisson, il s’accouple, puis le mâle meurt. La femelle pénètre alors sous la peau du poisson et se différencie en adulte.

Comment s’en apercevoir ?

Il est aisé pour l’aquariophile de s’en apercevoir, le parasite est en effet visible à l’oeil nu.
Nous allons plus souvent le retrouver à la base des nageoires ou sur le dos du poisson. Ce sont les femelles que l’on observe, car à maturité sexuelle, les segments génitaux sont très développés et les sacs ovigères longs et fins.

On peut également voir les symptômes suivant :

– Les poissons se frottent au sol et sur les décors du bac.
– Ils adoptent un comportement de plus en plus craintif.

Les lésions provoquées par ces parasites sont importantes, car les prolongements céphaliques sclérifiés (durcis) pénètrent très profondément dans la musculature du poisson et ses vaisseaux sanguins.
Les hémorragies au niveau du site d’encrage sont fréquentes. Parfois, une fibrose se développe au niveau de ce site et persiste même après la mort du parasite.
Lors d’infestations importantes, les poissons sont anémiés et maigrissent fortement.

Comment allons nous traiter cette maladie ?

Les formes adultes fixées (femelles) doivent impérativement être retirées manuellement avec une petite pince (à épiler par exemple). Même si la tête reste ancrée, le parasite va mourir.
Les plaies doivent être désinfectées avec un antiseptique de type solution idodée- « Vétédine ND solution », voir même de la « Bétadine » par exemple. En effet, il y existe souvent des infections secondaires bactériennes ou fongiques aux points d’ancrage des parasites.

– L’eau doit être ensuite traitée avec du métrifonate (organophosphoré), mais de nombreuses préparations ont été retirées du marché car le principe actif est toxique.

– Des bains courts de sel de cuisine (20g/L pendant 10 à 20 minutes). Nous savons maintenant que Lerneae cyprinaceaest inhibée par le sel.

– Le Diflubenzuron. Ce principe actif est moins toxique pour les poissons et très efficace. De plus il n’est pas inactivé à haute température comme les organophosphorés. Mais à ne pas utiliser en présence d’invertébrés. Le traitement est difficile, car on observe de plus en plus souvent des problèmes de résistance.
De plus il n’est pas rare que les récidives surviennent après ce type de traitement.

Un vide sanitaire complet..

Faire une réfection du bac complet, bien nettoyer les décors et les désinfecter également.
Retirez tous les supports de filtration et les changer complétement sera bien souvent préférable (efficace et rapide pour se débarrasser de ces parasites).
Le vide sanitaire offre des résultats plus fiables dans le temps.

Mais mais… Attention au pic de nitrite également qu’il pourrait y avoir de retour après une réfection et le changement de masses filtrantes.
L’idéal serait de redémarrer avec les masses filtrantes d’un ami aquariophile qui n’a lui aucun soucis de maladie évidemment, et ceci afin d’éviter un pic de nitrite qui serait alors évidemment fatal pour nos habitants déjà bien fragilisés.
N »hésitez pas non plus à rajouter des vitamines dans le bac si vous pouvez.

Quels sont les poissons les plus sensibles ?

Les poissons d’eau froide et les Cichlidés sont les espèces les plus sensibles à ce parasite.
Pourtant il n’est plus rare de les retrouver sur les vivipares (platys, guppys).
Les Lernaea spp. sont trouvés le plus souvent en été. En effet, on sait que Lernaea cyprinacea ne se reproduit pas lorsque la température baisse au-dessous de 14 degrés.
Alors qu’à une température optimale supérieure à 25 degrés, une seule femelle peut produire plusieurs centaines de larves chaque deux semaines environ.

© Parties de textes reprises du magazine l’aquarium à la maison n°95 et framboizz pour AQUA débutant

Auteur : framboizz

Passionnée d'aquariophile et après avoir fermé mon forum AQUA débutant sur la toile après 15 ans, car il faut bien dire que les forums à notre époque ce n'est plus ce qui marche réellement. J'ai donc voulu ouvrir ce blog pour ne pas perdre le travail des articles que j'ai fait sur le forum, et je me dis que ça peut toujours et encore aider quelqu'un. Toutefois cela sera plus facile à gérer qu'un forum où les gens ne participaient plus beaucoup. Soyez donc les bienvenu(e)s sur mon blog qui a le même nom que le forum AQUA débutant, bonne lecture et n'hésitez pas à mettre des commentaires..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s