Les Enchytrées

Je vous poste des photos ainsi que l’explication du procédé pour les personnes comme moi qui sont plus visuels et qui débutent dans l’élevage de vivant, j’ai obtenu l’accord de l’auteur pour tout publier.

Auteur : Benchi du forum Aqua49.
Lien vers son blog (il m’a mis le couteau sous la gorge 😉 ) : http://www.benchi.fr/category/nourriture/

Les enchytrées sont des vers blancs d’environ 2 cm de long.
Ils sont très appréciés des poissons…
Je n’arrive d’ailleurs pas à prendre en photo une distribution tellement ils se jettent dessus…

Voici la technique que j’utilise pour leur culture…

Il faut :

img011sb

• Une souche
• Un pot de de fleur en terre cuite (14 cm environ),
• Deux soucoupes,
• Du terreau,
• Un morceau de terre cuite,
• Du pain et du lait,
• De l’eau.
Poser le pot de fleur sur une des soucoupes.

img020vd

Mettre le terreau sans remplir complètement le pot

img030jh

Poser le morceau de terre cuite sur le terreau

img040fn

 

Arroser le terreau afin que l’eau descende jusque dans la soucoupe,
Poser, sur la terre cuite, un petit morceau de pain trempé dans du lait,
Introduire la souche d’enchytrées (un peu sur le pain et le reste sur le terreau)

img040fn.jpg

 

Poser la seconde soucoupe comme couvercle

img089jy

Les enchytrées non pas besoin de lumière…
Et le pot n’étant pas hermétique… ils disposent suffisamment d’air. 😉

La température peut aller de 5°c à 20°c.
Par contre, l’humidité du terreau est très importante. Donc plus le milieu sera chaud, plus il faudra ajouter le l’eau…

Pour ce qui est de l’alimentation….. pain trempé dans du lait !!!
Même remarque que pour mes vers grindal concernant les croquettes…
Sinon, j’ai également essayé avec succès les…. pattes !
Pour la préparation des pâtes… rien de plus simple :
– Je les prépares pour mes enfants… et je récupère deux – trois dans le fond de la casserole…
– Et je les met sur le morceau de terre cuite… avec le beurre, sel…

Le succès des pâtes étant tel qu’ils arrivent à les enlever de la terre cuite pour directement manger sur le terreau.
Les pâtes ont l’avantage de moisir moins vite que le pain…

Pour les prélèvement, je n’ai pas de technique satisfaisante…
Je prélève un peu de terre que je met dans un récipient.
Au bout d’un certain temps, les enchytrées ont tendance à sortir de la terre.

18mi4

 

Puis, avec une pipette, je les mets dans un autre récipient afin d’enlever le restant de terre.
A ce moment, les enchytrées forme une boule…

24wz

Ensuite, je met le tout avec mes poissons….

Les Tubifex

Les Tubifex

Je vous poste des photos ainsi que l’explication du procédé pour les personnes comme moi qui sont plus visuels et qui débutent dans l’élevage de vivant, j’ai obtenu l’accord de l’auteur pour tout publier.

Auteur : Benchi du forum Aqua49.
Lien vers son blog (il m’a mis le couteau sous la gorge 😉 ) : http://www.benchi.fr/category/nourriture/

Les Tubifex sont des vers rouge de 2 à 3 cm.100d20232my.jpg

Dans la nature, ils vivent dans la vase de rivières à courant lent ou sur le bord des mares…
J’en donne à mes Apisto… et les Cardinalis se font une joie de se jeter dessus…

Voici la technique que j’utilise pour leur culture…

Méthode d’élevage
Les Tubifex se mettent en boule lorsqu’ils sont sans substrat.
Ceux situer au centre de la boule meurent étouffés…
Il faut donc recréer un substrat.
Personnellement, j’utilise de la mousse de java, mais vous pouvez utiliser du sable, sphaigne, vase…

Le matériel
– une bouteille de 5 litres d’eau
– mousse de java
– une souche de Tubifex
– Cladophora aegagropila (facultatif)

La culture
– Coucher la bouteille et découper une ouverture sur le dessus.
– Remplir mettre de l’eau provenant d’un aquarium en fonction (2-3 cm de hauteur)
– Disposer la mousse de Java dans l’eau
– Introduire la souche.

100d20263yt.jpg

100d20263yt.jpg

Alimentation
Les Tubifex se nourrissent de matières organiques en décomposition, on peut leur donner :
– des pastilles de fond
– des carottes
– salade
– escargots mort
– feuilles mortes…

Attention : comme pour toutes les petites bêtes d’élevage, faire attention à ne pas suralimenter !
Sinon, cela peut polluer leur environnement et éliminer votre souche…

Récolte et distribution
Prélever la petite boule de Cladophora et la mettre dans votre bac.
Votre boule étant remplie d’eau, elle devrait directement couler.

100d20263yt

Une fois que vos poissons auront remarqué la présence des Tubifex….
Se sera la course !!!

100d21483gy.jpg

Par contre, il y a un risque pour que vos poissons détériorent plus ou moins votre boule….
Les miens mangeant proprement… je n’ai pas eu de soucis….

Repiquage
Prélever un morceau de substrat (Cladophora ou mousse de java)
Préparer une bouteille et y mettre le bout de substrat…
Et c’est repartit !

Vers Aquatique
La technique d’élevage est identique !
D’ailleurs, sur les photos de distribution, une boule contient des Tubifex et l’autre des vers aquatique…

L’élevage de Tubifex et Vers Aquatique est lente.

Greg78520 pour AQUA débutant

 

Les Micro-vers

Les Micro-vers

Je vous poste des photos ainsi que l’explication du procédé, j’ai obtenu l’accord de l’auteur pour tout publier.

Auteur : Benchi du forum Aqua49.
Lien vers son blog (il m’a mis le couteau sous la gorge 😉 ) : http://www.benchi.fr/category/nourriture/

Les micro-vers sont des petits vers translucides de 0,5 à 2 mm.

11jz.jpg

J’en donne à mes alevins.
Voici la technique que j’utilise pour leur culture…
Méthode d’élevage
Le matériel
• Flocon d’avoine
• Eau tiède
• Récipiant (Boîte barbe à papa, pot de nutella…)

44kj

Les micro-vers ayant tendance à monter sur les parois, il est généralement utilisé des boîtes plutôt haute comme les boîte de Nutella.
Cependant, certains utilisent des boîtes à faible hauteur…
Mais ils ne font pas de trou d’aération…

La culture
Ajouter suffisamment d’eau tiède afin d’obtenir une bouillie69yk1.jpg

La bouillie obtenue doit avoir une épaisseur d’environ 1 à 2 cm…

Pour ensemencer la culture, poser un morceau d’une ancienne bouillie

44kj

 

Étalez un peu afin de favoriser le repiquage

82wb

Mettre le tout dans une pièce ayant une température comprise entre 22 et 28°C.
Les micro-vers n’ayant pas trop besoin de lumière.

Le lendemain, penser à vérifier l’état de la bouillie.
Les flocons d’avoine peuvent mettre un certain temps avant de se gorger d’eau.
Il faut donc vérifier que la bouillie n’est pas trop sèche.

Les vers se développent rapidement.
Et au bout de quelques jours, vous devriez avoir une quantité importante de vers.

101px.jpg

Photo : 3 jours après repiquage

Alimentation
Les micro-vers se nourrissent des flocons d’avoine quand ils sont bien gorgés d’eau donc il n’est donc pas nécessaire d’ajouter quoi que ce soit…

La récolte
Au pinceau
Frottez un pinceau sur les parois du récipient.

117jr1

Distribution directe
Tremper le pinceau ayant servis à la récolte directement dans l’aquarium contenant les alevins.

Distribution différée
Tremper le pinceau ayant servis à la récolte dans un récipient contenant un peu d’eau.
Utiliser un goutte à goutte afin de transférer progressivement l’eau contenant les micro-vers dans l’aquarium contenant les alevins.

Repiquage
Au bout de 3 ou 4 semaines, la culture commence à jaunir et à sentir un peu plus fort…
Il faudra donc effectuer un repiquage afin de démarrer une nouvelle culture.

Problèmes éventuels
Culture trop liquide
Il se peut que la culture devienne trop liquide.
Dans ce cas, tremper une petite éponge afin d’absorber le surplus…

Moisissure
Si la population de micro-vers n’est pas assez importante, ou si le milieu de culture est trop sec, un peu de moisissure peut apparaître.
Dans ce cas, enlever la moisissure et ajouter une goutte d’eau le cas échéant…

L’odeur
La culture se faisant dans un milieu de fermentation… Une odeur se dégage obligatoirement du récipient.
L’odeur n’est pas forcément forte, mais peu gêner…
Certains ont donc pensé à des milieu de culture à base de purée, de semoule…
Aqualiment
Personnellement, je n’ai pas encore testé…

 

Greg78520 pour AQUA débutant

La Spiruline : Quésaco ?

La Spiruline : Quésaco ?

 

Depuis un certain nombre d’année, nous pouvons trouver au rayon nourritures aquariophiles des aliments enrichis en spiruline. Mais qu’est-ce donc que cet additif que toutes les marques ont choisi de promouvoir ? Et pouvons nous l’exploiter dans nos recettes maisons ?

C’est loin d’être un produit nouvellement découvert : on sait par exemple que les Aztèques et Mayas en consommaient déjà ! Il s’agit d’une micro-algue d’eau douce, de la famille des cyanobactéries : Spirulina platensis .

Elle est aujourd’hui fort appréciée pour ses qualités nutritionnelles : en effet, sa richesse protéinique (60 à 70%), ainsi que les acides aminés essentiels, oligo-éléments, vitamines et minéraux en font un excellent complément alimentaire.

Elle est donc largement utilisée en cosmétologie, mais on a découvert qu’elle stimule les défenses immunitaires face à certaines tumeurs cancéreuses (animales comme humaines)

Elle est produite sur des sites d’algoculture, par exemple sur l’archipel d’Hawaï, ou dans le désert Sud- Californien et l’ Indonésie). Ce sont d’ailleurs les seules provenances garanties (car il existe plusieurs variétés de cyanobactéries dont certaines remplacent la spiruline sans avoir été parfaitement testées).

Elle se présente soit sous forme de bâtonnets bleus, soit, plus couramment en poudre (incorporée ou non à divers produits), et se trouve en pharmacie ou beaucoup plus cher, chez les fournisseurs aquariophiles (allez savoir ce qui justifie cette différence de prix ???)

En s’intéressant de plus près à sa composition, on s’aperçoit qu’elle fait office d’anti-oxydant (Bêta-carotène). Dans l’usage qui nous intéresse, elle contribue à renforcer l’organisme face aux infections diverses, favorise une croissance et un développement harmonieux des jeunes ( Vit. B12 )

Analyse moyenne pour 100 gr : 

Protéines végétales 60% Glucides 19%

Fibres 7% Caroténoïdes totaux 195 mg

B1 -Thiamine 3.4 mg B3 – Niacine 14 mg

B9 – Acide Folique 10 mcg Vit. E 10 mg

Phosphore 800 mg Zinc 2 mg

Acide gamma-linolénique 1000 mg Lipides 6%

Minéraux 8% Bêta-carotène 110 mg

Chlorophylle 790 mg B2 – Riboflavine3.7 mg

B8 – Biotine 5 mcg B 12 – 220 mcg

Fer 95 mg Magnésium 400 mg

Cuivre 0.9 m

Dans le cas d’un choix d’alimentation maison, l’intégration de la spiruline dans le mélange est vivement souhaitée, pour tout type de poissons. Cela remplace avantageusement la vitamine D et fortifie grandement nos petits protégés.

Les dosages sont variables, mais on estime qu’une cuillère à café suffit pour 500g de nourriture maison pour les poissons dits « d’ornement », jusqu’à une grosse cuillère à soupe pour certains cichlidés.

Elobulle et l’équipe © AQUA débutant

Du vivant au menu des Bettas !

Du vivant au menu des Bettas !

Si apparemment le betta n’est pas trop difficile question nourriture et mange de tout, il a une nette préférence pour les proies vivantes.

C’est un poisson omnivore, mais à tendance carnivore..

Il a donc besoin d’une nourriture riche en protéines. Dans son milieu naturel, il consomme principalement des larves d’insectes et même des insectes adultes, tout comme la micro-faune vermiforme (en forme de vers) présente sur les sols.

Dés sa naissance le betta a besoin d’une alimentation riche. Les micros-vers et les anguillules de vinaigre sont idéalement distribués pour le repas.
Les bactéries présentes sur ces proies, ensemencent le tube digestif de l’alvin betta et lui permet de mieux digérer les nauplii d’artémia absorbés après quelques jours de vie.
Elles vont également occuper une place de choix dans son alimentation, ce qui évitera des troubles de vessie natatoire.
Le passage vers une nourriture plus consistante se fait peu à peu.

Les granulés..

Les bettas ne sont pas spécialement intéressés par les aliments secs en paillettes.
Les granulés spécifiques sont plus intéressants et particulièrement appétants.
Le diamètre du granulé entre 0,5 et 1,5 mm, et sa forme sont autant de points attractifs qui peuvent séduire le betta.
En diversifiant les distributions (vivant et granulés), on arrive chez la plupart des espèces à leur faire plaisir et les rendre moins réticents sur la nourriture, mais évidemment toujours avec une nourriture adaptée.

Le congelé..

La nourriture congelée (proies ou préparations) est excellente. Il convient de la choisir avec la plus grande rigueur. Il est effectivement important de respecter la chaine du froid sinon comme pour nous le produit se retrouverait altéré.
On peut conseiller en congelé : les vers de vase, les artémias, les daphnies et aussi, si si.. les crevettes décortiquées et les moules.
Attention un produit congelé, doit être décongelé à température ambiante, et surtout, être bien rincé avant de le distribuer.

Le vivant.. Grand luxe pour le betta !

L’idéal, les proies vivantes, disponibles dans certaines enseignes spécialisées et dans les clubs aquariophiles est la nourriture de choix pour le betta : drosophiles, vers de vase, larves de moustiques, les daphnies, vers grindal…
Cette dernière nourriture est parfaite afin d’optimiser la croissance d’un poisson ou le préparer à une reproduction.

Conclusion

Bien nourrir ces poissons c’est assurer la pérennité de leur élevage en répondant à leurs besoins et de conserver des poissons sains et vigoureux.
Chaque espèce a des besoins différents qu’il faut respecter avant tout. On ne donnera pas la même nourriture à un guppy, à un betta ou encore à un cichlidé…
Nous avons de plus en plus d’informations grâce aux recherches des scientifiques et publications, sur les besoins spécifiques de nourritures pour les espèces différentes.
Les fabricants de nourritures pour poissons, offrent également une palette de plus en plus importante et issue de la recherche pour les différentes espèces, afin de mieux appréhender l’alimentation saine pour nos animaux aquatiques.
Et c’est tant mieux !

©Texte :AQUA débutant, sur base d’informations d’un article paru dans le magazine l’aquarium à la maison N°95

Les daphnies

Les daphnies
Puces d’eau

Photo source

Une daphnie n’est rien d’autre qu’un petit crustacé, appelée encore puce d’eau. C’est une nourriture vivante très appréciée des poissons qui est riche en protéines.

Elle atteint une taille de 5 à 6 mm environ.
On la retrouve très facilement dans la nature près de chez nous, car elle occupe les bassins de lagunage, les mares et les eaux stagnantes.

Deux espèces..
Daphnia pulex, la plus petite espèce des deux mais aussi plus fragile (deuxième image à droite), cette dernière est toutefois plus résistante et productive dans une eau fraiche que la magna.
Daphnia magna , la plus grande des deux, (première image à gauche avec des oeufs) idéale dans une eau à température ambiante 20 à 25 degrés, mais s’adapte à presque toutes les températures sans viser les extrêmes.
Le mode d’élevage est cependant le même pour les deux espèces de daphnies.

La daphnie n’a que des avantages : elle est en effet non seulement riche en protéines, mais elle reste aussi assez longtemps disponible dans votre aquarium, tout en limitant la pollution.

Élever des daphnies à la maison..

Ce n’est pas compliqué. Dans un coin de votre terrasse, jardin ou balcon, disposez un récipient (poubelle, veille bassine, seau etc..). Il suffit de l’exposer dans un endroit lumineux ce qui facilitera la croissance du phytoplancton qui sert de nourriture aux daphnies.
Une température ambiante est suffisante, mais il faut éviter les rayons directs du soleil dans le récipient ce qui chaufferait trop l’eau pour la culture.
Une eau vieille, coupée d’eau neuve et assez aérée peut convenir pour ce genre d’élevage.

Oui, mais comment procéder pour obtenir une production de daphnies ?

Rajoutez à votre eau une bonne poignée de terreau bien décomposé. Il est également possible d’ajouter quelques gouttes d’engrais liquide pour plantes vertes si vous avez ça, il faudra donc ensuite attendre que l’eau devienne verte, ajoutez une souche de daphnie que vous aurez acheter en barquette à un VPC ou encore venant d’un repiquage d’un autre aquariophile, ou encore venant d’une bourse aquariophile etc.. et, tout oublier pendant quelques semaines..

Oui mais comment puis-je savoir qu’il est temps de récolter et de distribuer ?

Les conditions seront idéales lorsque le développement est rapide (après quelques semaines). Il suffit d’un coup d’épuisette, et voilà, vous avez de quoi nourrir les habitants de votre bac.
On peut aussi rajouter comme certains aquariophiles font, quelques gouttes de vitamines (une dizaine de gouttes dans un bain d’eau, pendant quelques minutes) pour enrichir encore plus, les daphnies à distribuer.

Oui mais comment faire pour relancer la production des daphnies ?

Il faudra alors rajouter parfois, un peu d’engrais liquide afin de relancer le processus du phytoplancton.
Veillez à ce que l’eau reste verdâtre.
Parfois, il sera aussi nécessaire de faire un repiquage.

La production diminue en fonction des conditions climatiques. Lorsque la température baisse, la production s’arrête.
On peut évidemment les produire à l’intérieur de la maison, mais ce sera nettement moins prolifique qu’à l’extérieur.
En distribuer une fois par semaine c’est parfait pour une bonne alimentation ! Si vous en donner trop souvent, les poissons risquent ensuite de les recracher.

©Texte : AQUA débutant

Nourrir correctement l’Ancistrus

Nourrir correctement l’Ancistrus

Si l’ancistrus broute les algues sur les roches ou les branches, cela ne lui suffira pour vivre, il faudra lui apporter une nourriture quotidienne à base de légumes.. Il va adorer cela !

ancistrus1

L’ancistrus poisson de fond possède une bouche qui est une véritable ventouse. Celle-ci, lui permet dans son milieu naturel de brouter les roches à la recherche d’algues et de micro-organismes.
Il peut grâce à sa bouche en ventouse, se fixer sur le substrat composé principalement de roches et de racines, et ainsi résister à la force du courant de l’eau des rivières rapides.

On le considère souvent comme un poisson nettoyeur, qui participerait à l’entretien de l’aquarium hors, jamais il ne pourra se nourrir des restes des autres, ni uniquement des algues du bac, déjà il n’aime pas toutes les algues non plus. Si cependant il ne faut pas nier qu’il aide à la lutte contre certaines algues (style encroûtantes, les algues présentes sur les vitres etc..), les filamenteuses il n’y touchera jamais, ni les pinceaux, c’est vraiment minime au point où vous ne remarquerez jamais la différence si votre bac est infesté d’algues de toutes sortes.

Par contre, il est vrai que si vous avez des algues très fines encroûtantes, il vous en débarrassera très vite et il n’aura plus rien à manger très rapidement.

Tous ces discours comme quoi il ne faut pas le nourrir et qu’il mangera toutes les algues si on ne lui donne rien d’autre, évidement sont purement utopiques, il n’en est rien. Il doit être nourri de la même façon que les autres habitants du bac, sinon il est destiné à une mort certaine.

Il a besoin d’une alimentation diversifiée comme n’importe quel autre poisson du bac et de plus, cette alimentation doit être diversifiée et bien adaptée à ses besoins nutritionnels.

Il mangera le soir le plus souvent..

Il a des moeurs nocturnes il est donc préférable de nourrir les autres en premier et lui, un peu avant l’extinction de la lumière du bac. Il aura alors tout le loisir de se nourrir tranquillement et de profiter de ce que vous lui avez réservé.
Si l’on se penche à observer sa bouche, on s’aperçoit qu’elle est pourvue de petites dents afin de pouvoir brouter les algues fixées sur les roches ou racines.

Comme tous les poissons de votre aquarium, il a besoin une alimentation équilibrée en protéines, lipides, glucides, fibres végétales, en oligo-éléments, en vitamines et minéraux. L’ancistrus est toutefois à dominance végétarienne. La présence d’une racine dans le décor de l’aquarium est très importante pour lui, elle participera non seulement à lui offrir une cachette, mais également une provision en fibre. Entre deux repas, l’ancistrus aime passer son temps à racler une racine qui peut parfois même bien diminuer en volume au fur et à mesure du temps qui passe.

Il apprécie..

Les aliments qui contiennent une forte fraction de fibres végétales, d’algues ou de spiruline et proposés sous forme de pastilles dures.

Des légumes chaque jour..

Le complément végétal reste la base de sa nourriture. Les végétaux sont préalablement lavés à l’eau claire afin d’éviter toutes traces de polluants.
On pourra lui donner une tranche de pomme de terre, de courgette, de concombre, voir même un petit morceau de melon, de potiron, de pomme, de l’épinard (blanchi au préalable quelques minutes à l’eau bouillante et refroidi), une feuille de laitue (blanchie et refroidie), un morceau de carotte etc..

La rondelle de pomme de terre va couler, mais pour les autres aliments comme les épinards ou encore feuille de laitue, il n’en est rien, ils ont besoin d’être accrochés à un poids inerte pour les aider à couler.
J’utilise toujours une très longue baguette chinoise pour coincer la tranche de pomme ou autre, le problème c’est que souvent une fois bien manger ça remonte le long de la baguette, et il faut repiquer si possible dans un autre morceau. Pour les feuilles d’épinards ou de salades, je coince sous une pierre. 

Beaucoup de vos habitants risquent d’apprécier les légumes dans le bac, si vous avez des Corydoras en plus, et/ou des Crevettes, ce sera le régal de tous, et les escargots en général finissent les restes..

Si votre ancistrus est bien nourri, il doit avoir un petit ventre rebondi. En pleine forme un couple d’ancistrus peut fonder une famille très nombreuse si la nature fait bien les choses..

© Texte et photo AQUA débutant sur base d’un article paru dans l’aquarium à la maison n°111