Un cichlidé mal connu : Les Tilapias

[1.]-Taxonomique et morphologique.

Les Tilapias font partis des Cichlidae puis particulièrement des Pleciformes. Ils sont reconnaissables grâce à certaine particularité :

– une seul narine de chaque coté de la tête.

– l’os operculaire n’est pas épineux.

– le corps est comprimé latéralement et il est composé principalement d’écaille Cycloïdes et parfois d’écaille cténoides.

Remarque : Les écailles cténoides se différencient des Cycloïdes (rondes) par la présence sur les bords d’une multitude de petites pointes acérées (spinules) disposées sur différentes rangées.

-nageoire anale avec environ les 3 premiers rayons épineux.

Le genre Tilapia est divisé en 4 groupes en se basant sur les caractères anatomique mais également originalité en taxonomie, sur le comportement reproducteur et de la nutrition maison.

– incubation des œufs sur substrat avec garde biparentale (couple) : Tilapia
– incubation buccale avec garde biparentale ou paternelle : Sarotherodon
– incubation buccale avec garde biparentale ou maternelle : Oréochromis
– caractéristique éco morphologique particulière : Danakilia

[2.]- Connaissance générale

Les Tilapias sont des poissons peu connus en aquariophilie, car se sont des poissons qui peuvent prendre une belle taille dans la nature. En aquariophilie on voit surtout le Tilapia buttikoferi.

Les tilapias sont utilisés pour la reproduction et l’hybridation dû à leur maintenance facile à des fins culinaires.
Dans certain pays, il y a des piscicultures de tilapia où ils sont reproduits en nombre.

Les tilapias sont des Cichlidés Africain, ce qui signifie que si vous les maintenez dans une eau d’environ 25° ils vivront et se reproduiront très bien. A partir de 15°, vous n’arriverez plus à les reproduire si vous les maintenez en bassin dans une région froide.

Ils s’acclimatent très bien à toute sorte d’eau que vous pouvez proposer, même une eau très alcaline ou peu tempérée voir même peu oxygénée.

[3.]- maintenance pour l’élevage.

Si vous souhaitez faire un élevage de Tilapia, il est conseillé de les reproduire dans des bassins en cascade avec un surplus qui tombe dans le suivant.

En fesant de cette manière vous aurez plus de chance à les reproduire. Si vous avez un grand bassin où vous y installez vos poisson qui vont se reproduire, mettez les déjà âgés, si vous voulez avoir de la reproduction le plus vite possible, car si vous les mettez les alevins , vous devriez attendre entre 1 et 2 ans pour qu’ils deviennent matures ( la maturité change selon les conditions de maintenance). Les autres serviront au grossissement des alevins, vous pêchez les alevins dans le bassin principal à l’épuisette ou autre.

Vous pouvez par exemple avoir un bassin faisant 5000*500*100==>25.000 pour le principal,
où vous mettrez vos premières pièces et avoir d’autres bacs de grossissement, par exemple : un bassin de 200*200*100 pour vos alevins que vous venez de pêcher, suivi d’un plus grand comme 300*300*100 pour les juvéniles et ainsi de suite.

Une sortie doit être faite en cas de surplus, et vous pouvez la faire aller dans le bassin suivant.

Les digues autour du bassin,( ce qui va retenir votre eau) doivent être en pente, si vous la faite en terre directement afin de ne pas produire des chutes de terre.

La pente du coté du bassin doit être plus douce, pour pouvoir soutenir le poids et éviter les chutes de terre, si votre bac fait 1 mètre de hauteur il sera préférable, minimum 1 mètre pour la base de la digue.

Pour le coté extérieur, la pente n’est pas très importante, même si il est toujours mieux, d’en mettre une, de l’ordre de 1 mètre pour ce genre de bassin. A l’intérieur vaut mieux mettre le double de la hauteur, pour rendre la digue plus résistante.

[4.]- Maintenance en aquarium.

Les Tilapias sont des poissons pouvant atteindre une belle taille, même si certaines espèces sont aperçus en aquarium. On pense surtout à l’Oréochromis mozambicus, le Tilapia buttikoferi que l’on a vu auparavant, ou encore le Tilapia mariae.

Ils ne demandent pas une qualité d’eau spécifique, ils s’acclimatent dans toute sortes d’eau, le seul point à surveiller, c’est la température d’eau si vous souhaitez les reproduire .
La température de fin sera très bien pour les reproduire.

Ils demandent également un peu de place , si ce n’est un bac d’environ 500 litres pour les 3, cela peut leur servir de bon habitat .

A savoir que les Tilapias sont des poissons agressifs, ce qui signifie que un bac spécifique leurs conviendraient mieux , même si il est possible de le maintenir en communautaire , mais avec des espèces de même taille voir plus grande.

Une eau de conduite, peut lui convenir largement, sachant que les paramètres seraient les mêmes que dans son lieu de vie dans la nature.

© Kazi pour AQUA débutant

Le Pseudotropheus perspicax « Ndumbi »

Photo source

Son habitat naturel..

Il est d’origine Africain du Lac Malawi. On le croise surtout à Pombo RockNdumbi Reef et Ndumbi Point, entre 2 et 7 mètres de profondeur et on le retrouve principalement dans les secteurs du lac les plus riches en algues.
Il fut découvert aux alentours de 1990 suite à une exploration Tanzanienne du Lac Malawi.

Description

Les mâles sont bleutés avec le front et les nageoires bordées de orange. Les femelles sont plutôt grises.
Il mesure adulte entre 6 et 7 cm. C’est un M’buna.

Maintenance

A maintenir dans un bac de 250 litres au minimum.
Un mâle pour deux femelles.

Température de 24 à 28 degrés
pH de 7 à 8.5
GH de 10 à 20

Comme beaucoup de cichlidés du Lac Malawi, il a besoin d’un bac avec un décor de roches, où se trouve des cavités afin de pouvoir s’y cacher et se reproduire.
Il est possible de mettre des pierres plates empilées de façon à obtenir des trous entre les pierres. Les pierres d’origines munies de trous sont également possibles, en effet, elles feront les cachettes de nos hôtes et sont de plus très décoratives. Les pierres calcaires sont également utilisables car l’eau doit être d’un pH assez important et ces dernières, augmentent naturellement le pH.
Il est possible d’ajouter des plantes telles que des AnubiasVallisneria ou fougère de java… et qui n’ont pas besoin de substrat et juste d’un support pour se développer correctement.
Il sera important d’y placer un sable de granulométrie fine, genre sable de Loire de 1à 2mm, afin d’éviter que nos hôtes se blessent à la bouche.

Alimentation

Il est Herbivore (leur offrir des paillettes végétales) à tendance omnivore (moindre), l’important, nous le répétons à chaque fiche, étant de bien diversifier sa nourriture et surtout de bonne qualité.

Reproduction

C’est un Ovipare (Incubateur buccal). La reproduction a lieu entre les pierres du décors. Les mâles nageoires toutes déployées, attirent les femelles gravides en faisant une sorte de danse devant elles.
La femelle dépose quelques ovules dans le nid creusé par le mâle, qui les fécondent immédiatement en position de T.
Tout en tournant, la femelle reprend les oeufs en bouche, et l’incubation va durer environ deux semaines. Les petits seront ensuite recrachés entre les pierres, et mesurent alors 5 mm de long. La croissance sera rapide et les jeunes atteignent 4 cm en 6 mois de croissance.

©Texte : AQUA débutant

CYPHOTILAPIA FRONTOSA

tanga3REDIM334.jpg

Bonjour,
Je suis non seulement obsédé par les poissons d’eau de mer, mais j’ai également une autre passion : les Cichlidés africains et parmi ceux-ci le CYPHOTILAPIA FRONTOSA.
Je vais donc vous en parler.
C’est un Cichlidé qui vit dans le lac TANGANYIKA à une profondeur de 20 à 30 m et l’on peut le rencontrer jusqu’à 60/80 m.

Son BIOTOPE naturel se situe dans les pierrailles du lac, lui assurant un ou des refuges, même si sa taille (35 cm pour un mâle et pas loin de 28 cm pour une femelle)lui permet de n’être inquiété par personne sauf à l’état de juvénile. Il peut se rencontrer en banc assez volumineux.Les différences sexuelles sont tellement infimes que seul les comportements peuvent vous permettre de les différencier.En allant au plus simple, le mâle est toujours plus grand que la femelle.

Son COMPORTEMENT : Il est assez territorial envers ses congénères ( les intimidations se font face à face bouche grande ouverte jusqu’à se toucher et en général le « combat » est bref ).
C’est un Cichlidé qui creuse très peu et qui ne touche absolument pas les plantes. Il peut être considéré comme un « pépère »débonnaire , placide et discret. Vis à vis des autres poissons du bac, il est plus que tolérant et ne s’intéresse éventuellement qu’à de très petits alevins , dont il fait de temps à autre son « casse-croûte ». Mais dans l’absolu, c’est un brave poisson qui n’embête personne. Le mien adore me manger dans la main , surtout si j’ai sa friandise préférée (une moule cuite décortiquée).

Son ALIMENTATION : Il mange un peu de tout; des mollusques des crustacés , du poisson.
Les nourritures congelées (de grande taille)et les flocons sont acceptés avec boulimie. C’est un goinfre et il l’assume.

Sa MAINTENANCE :
AQUARIUM : Minimum 600L pour un individu. Si vous êtes sûr d’avoir un couple , vous pouvez les maintenir dans ce même volume.
PH :7,8 à 9,5 . 8,5 étant l’idéal pour la reproduction.
TEMPERATURE : 22 à 26° , 23° Pour la reproduction.
CHANGEMENT D’EAU : 15% au moins tous les 15 jours .
REPRODUCTION : Tout à fait possible, mais assez compliquée.
Il faut tout d’abord avoir un couple qui s’entend très bien; les transférer dans un bac spécifique de 300 L, abaisser la température à 23° et le PH à 8,5. Puis vous verrez (soyez très patient) la femelle venir « embrasser » les flancs du mâle et celui-ci lui répondra par un attouchement léger sur la face. Cela dure relativement longtemps et lorsque la femelle se décide enfin , le couple disparaît dans uns grotte. La femelle pratique l’incubation buccale et dès que vous avez la conviction qu’elle tient les oeufs dans sa bouche, il faut remonter la T° jusqu’à 26°et attendre une trentaine de jours l’éclosion. Les alevins résorbent leur vésicule vitelline en 20 OU 25 jours. Si tout se passe bien et que avez de la chance vous verrez des petits d’environ 2 cm sortir de la bouche de maman et s’y précipiter à la moindre alerte.
COMPATIBILITE : Poisson indolent , mais faire tout de même attention aux alevins des autres races.
ESPERANCE DE VIE : 15 à 20 ans

En résumé, c’est un superbe poisson qui nécessite toutefois un très grand aquarium. Il mérite un traitement de faveur.
Si vous ne pouvez pas lui offrir un bac assez volumineux, laissez-le chez le marchand.
Voilà, c’est fini , espérant ne pas avoir été trop long ou sopo !

Texte et photos : IGOR2 pour AQUA débutant

Haplochromis phytophagus

Haplochromis phytophagus

Photo source

Son habitat naturel..

Le Haplochromis phytophagus appelé en 1980 « Xystichromis phytophagus », appellation qui n’a d’ailleurs jamais été cependant validée officiellement.
On le retrouvait autrefois dans les eaux Ougandaises du Lac Victoria, près de Jinja et Bunjako ainsi que Kisumu dans la Baie du Kenya. Aujourd’hui, cette espèce se trouve dans le Lac Kanyaboli au Kenya, un petit Lac dans le bassin de Yala.
C’est une zone d’un vaste Marais de papyrus, qui agit comme une barrière de protection pour les espèces qui sont la proie de la perche du Nil (Lates niloticus).

Le Lac Kanyaboli a une surface de 10,50 km2 et une profondeur moyenne de 3,0 mètres. L’ensemble du Marais du bassin de Yala versant est en danger actuellement, car malheureusement il est souvent drainé afin de fournir des zones agricoles à une population croissante. Cette région est également une vaste étendue d’observation des oiseaux de renommée mondiale.

Kenyaboli

Photo source

Description

Le mâle adulte est sans pareil dans la coloration. La tête est d’un gris-bleu et a une pente convexe crânienne. La mâchoire (supérieure et inférieure) est bordée par une lèvre bleue brillante.
Deux barres horizontales traversent le front, un peu au-dessus des lèvres, et à mi-yeux.
Le haut du front (sur le bas des plaques branchiales) est violet. Immédiatement derrière les branchies et sur le long du dos la couleur est rouge-orange.
L’abdomen est vert citron et s’étend jusqu’à mi-hauteur des flancs et latéralement sur le pédoncule caudal.
La partie frontale de la nageoire dorsale est bleu poudré. Les épines sur la moitié arrière de la dorsale sont de couleur rouge. Cette coloration rouge se trouve également sur la nageoire caudale.

Les nageoires pelviennes sont « noir de jais » avec le premier rayon s’étendant légèrement au-delà des autres.
La nageoire anale est bleu clair avec une tache rouge frontalement. Un petit nombre de taches parsèment la partie de retour à sa base.
Deux lignes de stries noires le corps à mi-chemin et frontalement le long de la ligne latérale.
Plusieurs barres verticales sont visibles dans une certaine mesure, mais surtout, cela dépend de son humeur.

La femelle est de couleur or mat avec une teinte jaune aux ailettes.
On peut voir un léger dimorphisme sexuel, les mâles atteignent 11cm tandis que les femelles feront environ 9.5 cm.

Dans la nature il gratte les algues contre les pierres, en effet il possède des dents et aime les algues.
Les dents extérieures sont pour la plupart bicuspides tandis que l’intérieur est doublé en 4-6 lignes, elles sont d’une grande taille et d’une structure tricuspide.

Maintenance

A partir d’un volume de 250 litres pour maintenir un trio
Température de 24 à 28°C
pH de 7,5 à 8,6
Il est préférable de maintenir cette espèce par trio (1 mâle pour deux femelles).
Attention le mâle est très souvent agressif envers les poissons de plus petites tailles, il n’hésitera pas en faire son repas.

Un substrat d’environ 5/7 cm de hauteur (sable de loire).
Un ensemble de rocaille sur une extrémité du bac semble être un point de rassemblement pour l’espèce mais pas pour s’y réfugier, des plantes flottantes et quelques racines.
Certains aquariophiles très expérimentés dans l’élevage de l’espèce, affirment qu’il est possible de mettre une plante appelée : Cératophyllum demersum que l’on peut planter en brins dans le sable. Il est également possible de la laisser flotter, en effet dans la nature, il fréquente des endroits bien fournis en plantes de surfaces.
Il faudra cependant, pratiquer de fréquents changements d’eau et veiller également que la filtration soit de bonne qualité.
Cela suffit pour maintenir une colonie saine de Haplochromis phytophagus.

Alimentation

Le Haplochromis phytophagus apprécie un peu de verdure dans son régime alimentaire. Ceci peut être facilement fourni avec une bonne spiruline en flocons par exemple.
Un excellente nourriture en flocons de bonne qualité avec des gâteries occasionnelles comme des artémias, daphnies ou autre.. sera également très appréciée.

Reproduction

Il aime creuser en période de reproduction le sable, donc attention à avoir un décor de pierres solides et bien pensé si vous avez monter des rocailles.
Il fait une danse également auprès de sa belle en période de reproduction.
Le mâle défend son territoire contre les congénères qui s’en approchent. La femelle finira par céder aux avances des mâles.
La mise en évidence d’un ovipositeur de la femelle est un signe certain que la ponte a eu lieu.

L’acte même de la ponte, aura lieu dans la fosse creusée par le mâle. La méthode typique « Haplochrominiens » est : de secouer et tourner en rond, faire tomber les œufs, les mordiller un peu et les ramasser.. tout cela sera pratiqué par cette bouche couveuse maternelle.
Le Haplochromis phytophagus n’est pas une espèce particulièrement difficile pour frayer.
Il est très prolifique et les couvées de 50 alevins ne sont pas rares.
La période de gestation est de 18 jours. La femelle va s’occuper de sa progéniture pendant encore deux semaines.
A partir de là, les alevins auront absorbé la majeure partie de leur sac vitellin et prendront leurs premiers repas de Cyclops et paillettes écrasées, voir de la poudre spéciale pour alvins.
Ensuite, les jeunes se développent rapidement et seront à maturité en 10 mois.

Texte : AQUA débutant

Julidochromis transcriptus

juidochromis transcriptus

Photo source

Cichlidé Africain endémique du Lac de Tanganyika

Habitat naturel..

Le lac Tanganyika fait maintenant partie du bassin hydraulique du fleuve Congo. Il s’y déverse par son émissaire, la Lukuga. Jusqu’en 1878, cette rivière se jetait dans le lac, mais des mouvements tectoniques, et surtout la montée du niveau de l’eau, en ont inversé le sens vers la Lualaba et le fleuve Congo.

Le bassin drainant du lac Tanganyika couvre une superficie de 250 000 km2. Les principales rivières qui l’alimentent sont la Malagarazi, la Rusizi, la Ifume, la Lufubu et la Lunangwa qui y déversent 24 km3 d’eau par an ; les pluies, quant à elles, en apportent 41 km3 par année. La Malagarazi est plus ancienne que le lac lui-même et se trouvait auparavant dans le prolongement du Congo. La totalité du volume du lac est renouvelé en 485 années.

Le lac est connu pour la limpidité exceptionnelle de ses eaux, celle-ci permettant une visibilité atteignant les 25 mètres.
L’eau du lac Tanganyika est d’une extrême richesse minérale, et ses paramètres sont très particuliers. Sa conductivité est d’environ 609–620 µS, son pH est de 9,5 à la surface et de 8,6 à –1300 m ; (en zone marécageuse le pH est de 7,6) le TAC est de 12–19 et sa température est de 25°C en moyenne.

Le lac Tanganyika est très réputé pour le nombre important d’espèces endémiques. On y dénombre pas moins de 250 espèces de poissons cichlidés (Neolamprologus, Paleolamprologus, Altolamprologus, Xenotilapia, Julidochromis, Telmatochromis, Tropheus, Petrochromis et plus de vingt autres genres) et 150 espèces de non-cichlidés (Stolothrissa, Limnothrissa, Lamprichthys), dont la plupart vivent le long de la côte jusqu’à environ 180 mètres de profondeur. La plus grande part de la biomasse se situe dans la zone pélagique et est dominée par six espèces: deux espèces de sardines du Tanganyika et quatre espèces de Lates. La quasi-totalité des espèces de cichlidés est endémique et plusieurs sont appréciées comme poissons d’aquarium.

Cette espèce se limite cependant à la côte Nord du Zaïre.

Description

Poisson de forme allongé avec une coloration jaune rayée de noir, les nageoires sont beiges, soulignées de bleu et de noir.

Le mâle mesure environ 8 cm et les femelles 8 cm également.
Il est très territorial envers les sujets de son espèce ou en période de reproduction. Un groupe de 4 à 6 juvéniles favorisera la formation d’un couple. Si le volume est suffisant les poissons peuvent cohabiter par la suite.

Maintenance

Température de 24 à 28 degrés
pH de 7,5 à 9 (8,5 pour la reproduction)
GH de 10 à 20
Il faudra démarrer avec 5 ou 6 juveniles dans un bac de 200 litres pour obtenir deux couples qui se reproduiront par la suite. Sinon il est toujours possible de maintenir un couple dans 120/150 litres.
Le bac sera rocheux, attention de ne pas changer le décor, car le couple peut ne plus rien reconnaitre et il peut s’en suivre une bagarre pouvant aller jusque la mort d’un des deux. Prendre en photo si possible le décor du territoire afin de reproduire au plus prés possible le décor initial.
On pourra ajouter des anubias et vallisneria au décor.

Nourriture

Omnivore (nourriture congelée, sèche, végétale, vivante etc..) le principal étant de bien varier et de donner une nourriture de qualité.

Reproduction

C’est une espèce monogame, le frai aura lieu sur un substrat caché.
Les oeufs sont fixés sous une voûte et les jeunes à la naissance seront suspendus jusqu’à résorption du sac vitellin.
Une fois la nage libre, les parents seront féroces envers les autres afin de les défendre.

©Texte : AQUA débutant

Labidochromis caeruleus

lab_caeruleus

Labidochromis sp. « Yellow »

Photo source

Le Labidochromis caeruleus est un cichlidé africain endémique du Lac Malawi.

Son habitat naturel..

Il est originaire de la côte Nord-Ouest entre Charo et lion’s Cove .
On le trouve plus précisément à Nkhata Bay de couleur jaune, à Ruarwe on le retrouve de couleur plus orangée et à Mbowe il est de couleur jaune. Ce sont la plupart des espèces que l’on trouve dans le commerce. Il vit dans un biotope rocheux entre 10 et 20 mètres de profondeur.
Entre l’habitat rocheux et la zone sableuse c’est à dire exactement dans l’habitat intermédiaire c’est là que l’on peut l’observer parfois à Nkhata Bay ainsi que d’autres espèces à environ 10/15 mètres de profondeur :
Ulonaucara sanga, buccochromis sp, champsochromis caeruleus et spylorhynchus, copadichromis sp kawanga (zone precise), cynotilapia afra, axel, lion; dimidiochromis compressiceps (1 gold et des pas gold…), dimidiochromis kiwinge, fossochromis rostratus, labidochromis caeruleus, lethrinops sp, lichnochromis acuticeps (il soulève les pierres pour manger), metriaclima aurora, metriaclima, hajomaylandi, mylochromis sp, lateristriga nkhata, nimbochromis linni, protomelas fenestratus, steveni, steveni black belly, ornatus, ramphochromis sp, sciaenochromis fryeri, taeniolethrinops sp, tyrannochromis nigriventer et macrostoma; tous ont été vus aux alentours et dans cette zone intermédiaire.

Description

Le Mâle mesure 15.0 cm et Femelle 15.0 cm également.
Plusieurs espèces de Labidochromis possèdent quelques variétés géographiques dont la forme jaune est la plus connue en aquariophilie :
La forme dite « Electric Yellow », jaune bouton d’or brillante, est un petit cichlidé de 10 centimètres, avec une bande noire sur les nageoires anales, dorsales et pelviennes plus marquées chez les mâles que les femelles principalement au niveau des nageoires ventrales. C’est la forme la plus populaire en aquarium.
Chez les individus adultes, la nageoires dorsale et anale est beaucoup plus pointue chez le mâle.

Maintenance

Prévoir au moins 250 litres pour 2/3 individus avec une ou deux autres espèces de cichlidés compatibles.
150 litres pour un duo en spécifique (sans aucune autre espèce).
Un bon brassage du bac est indispensable, évidemment beaucoup de roches afin qu’il ait de nombreuses cachettes, sur un sable fin qu’il aime fouiller.

Température de 23 °C à 27 °C (25 est l’ideal pour la reproduction)
PH : 7.5 à 8.5, (8.2 pour la reproduction)
GH de 5 à 20 (10 pour la reproduction)
vit environ 8 ans

C’est un poisson assez calme et donc il est absolument indispensable de lui associer des colocataires du lac Malawi aussi calmes que lui.

Nourriture

Dans son milieu naturel, il attrape des insectes et petits crustacés dans les aufwuchs*, grâce à ses dents qui sont en forme de petites pinces. Il mange également des algues qui l’aide à digérer.
En aquarium, il accepte toutes les nourritures. Une alimentation à base de krills, d’artémias, spiruline ou une nourriture à base d’épinards, chair de poisson, crevette et moule est l’idéale (des recettes maisons)

Attention à ne jamais leur donner des vers rouges qui leur donne des soucis d’intestins et peuvent leur provoquer des maladies plus ou moins grave pouvant aller jusqu’à la mort du poisson !

Reproduction

C’est un incubateur buccal. La ponte a lieu sur le sable ou dans une petite grotte en toute discrétion.
Le couple parade en faisaint des cercles.
La femelle peut pondre jusqu’à 30 œufs qui seront fécondés par le mâle qui libérera sa semence au moment de la parade amoureuse.
L’incubation dure de 18 à 25 jours selon la température de l’eau et plus elle est élevée, moins la période sera longue (idéal compris entre 26 et 28 degrés).
En période d’incubation la femelle s’isole dans un endroit retiré a l’abri du courant de l’eau pour ne pas être dérangée et également afin d’économiser ses forces, car elle ne se nourrira plus du tout, durant toute la période d’incubation.

Les alevins peuvent être nourris avec de la nourriture sèche pour cichlidés que l’on écrasera dans la main afin d’en faire une poussière fine qui pourra être assimilée par les jeunes alevins.
La distribution se fera plusieurs fois par jour mais en très petites quantités.
Il est nécessaire d’isoler les alevins et la mère dans un petit bac, car dans le bac communautaire il y a forte chance qu’ils disparaissent rapidement.
Un apport de vitamines sous forme de gouttes que l’on trouve facilement dans le commerce aquariophile, sera un plus dans le bac de reproduction pour la mère et les alvins en plus de la nourriture distribuée régulièrement, on peut également imbiber la nourriture de vitamines.

*Aufwuchs est un terme utilisé dans les milieux marins et d’eau douce ce sont des sortes d’algues.
En particulier les algues vertes et les diatomées constituent l’élément dominant des communautés d’Aufwuchs qui recouvrent pierres et plantes dont certains cichlidés munis d’une sorte de dents, aiment gratter afin de se nourrir des petits animaux qui s’y trouvent (petits crustacés, rotifères et les protozoaires sont également souvent dans l’eau douce et la mer, mais les larves d’insectes, les oligochètes et les tardigrades sont propres aux Aufwuchs et font parties de sa faune en eau douce .

© Texte : AQUA débutant

Le Melanochromis auratus

melanochromis-auratus

 

Cichlidé Africain endémique du lac Malawi, on le retrouve surtout dans le sud du lac Malawi

Son habitat naturel..

On le trouve principalement dans la partie sud du Lac du récif de Jalo long de toute la côte Ouest jusqu’à Crocodile roches, y compris toutes les îles et les récifs. Les poissons vivent dans les zones rocheuses et intermédiaires jusqu’à une profondeur de 40 mètres. La plus forte densité se trouve toutefois dans les dix mètres supérieurs. Suivant le lieu, on remarque de légères variantes dans la coloration des poissons.

Description

C’est une espèce de petite taille faisant partie des M’bunas (cichlidés frappeurs de pierre du Malawi)
Sa taille adulte est de 10/12 cm
Les mâles sont noirs rayés de deux bandes blanches ou beiges. La dorsale est de couleur jaune pastel, ainsi que le bord de la caudale.
Les femelles sont blanches/jaunes, rayées de deux bandes noires, le bord de leur nageoire dorsale et anale est noire également.
Comme la plupart des cichlidés du lac Malawi, le Melanochromis auratus est une espèce très territoriale.
Espèce agressive qui va dominer les autres espèces du bac quelle que soit la taille de ses colocataires. Il est important de le maintenir en harem et uniquement avec des Mbunas

Maintenance

Un aquarium 250/300 litres sera de toute évidence approprié à l’espèce afin de pouvoir rajouter des colocataires (appartenant uniquement au groupe de Mbunas).
Essayez de maintenir un mâle et trois à quatre femelles.

Température : de 24 à 28 degrés (26 pour la reproduction)
pH : de 7 à 8 (7.5 pour la reproduction)
GH : de 10 à 20 (16 pour la reproduction)
Taille : 10/12 cm

Comme toute l’espèce, un éboulis rocheux lui convient afin de lui apporter de nombreuses cachettes, quelques anubias peuvent faire l’affaire comme plante attachées au décors, et le tout sur un sable fin.

Nourriture

Evitez toute nourriture carnée de même que les vers de vase sont à exclure du régime alimentaire !
La base de la nourriture doit être surtout végétale telle que : paillettes de bonne qualité, mélange crevettes/épinards et/ou petits pois avec un peu de spiruline .

Reproduction

M.auratus est un incubateur buccal. Il n’y a aucune formation de couple qui se fait, le mâle étant polygame, il va attirer sur son territoire les femelles prêtes à pondre. Ensuite les œufs vont être pris dans la bouche par la femelle qui se retire complètement à l’écart.
Les oeufs puis larves seront conservés pendant environ trois semaines avant d’être lâchés. Pendant encore une semaine environ ils peuvent être repris en bouche par la mère.

Melanochromis auratus est certainement l’une des espèces qui a le plus nui à la réputation des Cichlidés.
C’est un poisson vif, rapide et territorial, ce fut l’une des premières espèces de Cichlidés importées du lac Malawi.
Les aquariophiles à l’époque qui n’avaient pas connaissance de l’espèce, l’introduisaient alors dans des bacs d’ensemble en compagnie de Characidés ou vivipares. Il y faisait un carnage. Pourtant, maintenu dans de bonnes conditions, c’est un poisson tout à fait agréable et particulièrement coloré. Malheureusement, les sujets que l’on rencontre dans le commerce aquariophile avec la coloration jaune pâle sont très loin des couleurs de spécimens pêchés dans la nature.
Ces derniers avec leur coloration jaune or, surtout remarquable chez la femelle, leur vaut très largement leur nom scientifique : « auratus ».

©Texte : AQUA débutant