Le Kryptopterus vitreolus

Kryptopterus-vitreolus

Photo source

Habitat naturel..

Connu seulement dans certains bassins côtiers de la péninsule Thaïlande qui se déversent dans le golfe de Thaïlande au sud de l’isthme de Kra, et quelques cours d’eau drainants la cardamome (Khao Banthat) Mountains dans le sud de la Thaïlande.
Sa localité type est : Trat Province, Amphoe Khao Saming.

Ng et Kottelat (2013) affirment que son statut dans la nature exige une enquête car il est recueilli intensivement pour le commerce des aquariums.

K. vitreolus a une préférence pour les habitats à cours lents et a été recueilli dans de l’eau brune et trouble, ainsi que dans de l’eau noire d’une qualité acide.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des siluridés. Adulte il mesure entre 5 et 6,5 cm. Il présente un corps totalement transparent. Sous la lumière de l’aquarium, il peut prendre de magnifiques reflets irisés jaunâtre, bleus ou violets.
Il est de forme allongée. Deux longs barbillons sont situés sur sa mâchoire supérieure, ils servent d’organes gustatifs et tactiles. Aucun dimorphisme sexuel extérieur n’est connu.

Le silure de verre K. vitreolus vient d’être nouvellement identifié après 80 années d’erreur; il était confondu avec ses congénères K. bicirrhis ou, plus récemment, K. minor .

Il aime nager à contre courant en ondulant son corps. C’est un poisson grégaire qui nage par petits groupes dans la zone médiane de l’aquarium. Sa nage est oblique. Il a un comportement plutôt timide. Il est sociable avec les autres poissons. Cependant, il peut tout à fait manger des alvins pris pour une proie potentielle.

Maintenance

Minimum un volume à partir de 150 litres. C’est un poisson grégaire, on ne le maintiendra jamais en dessous de 10 sujets.
Température du bac : de 20 à 26 C°
pH : 6 à 7
GH : < 15
Attention il n’aime pas la lumière vive. Quelques plantes flottantes peuvent alors être nécessaires, afin de lui apporter l’ombre dont il a besoin.

Un ajout de litière de feuilles séchées par exemple, mettra encore davantage l’accent sur l’aspect naturel du bac. Tandis que les tanins et autres produits chimiques libérés par les feuilles séchées en se décomposant, seront considérés comme bénéfiques, pour ces poissons issus de milieux eaux noires.

Attention, onn ne mettra jamais K.vitreolus dans un aquarium biologiquement immature, il est très sensible aux fluctuations de la chimie de l’eau.

Alimentation

Dans la nature c’est un prédateur se nourrissant de petits invertébrés et de zooplancton.

En aquarium, il accepte des aliments déshydratés d’une taille convenable, mais il faudra offrir également de la nourriture vivante et/ou congelée comme : nauplie d’artémia, vers grindal, etc.. L’important étant comme pour toute espèce, de donner une nourriture de très bonne qualité et surtout de diversifier.

Reproduction

Aucune info sérieuse à ce jour sur leur reproduction en aquarium. A suivre..

©Texte: AQUA débutant

Néon Rose (Hemigrammus erythrozonus)

Le Néon Rose
(Hemigrammus erythrozonus)
Hemigram 01
©Photo : Enrico Serena

 

Appelé « néon rose », mais aussi « gracilis », « tetra lumineux », « Glowlight tetra » et de son nom scientifique,« Hemigrammus erythrozonus », ce petit « néon rose » plus couramment appelé, appartient à la famille des Characidés.
On le retrouve géographiquement en Amérique du Sud, Guyane, Rio Essequibo.
Aspect :

Sa forme ressemble très fortement au Cardinalis, on retrouve par contre sur le néon rose une robe cuivrée avec des reflets argent, une bande de couleur rose à rouge partant de l’oeil jusqu’à la nageoire caudale. Au plus il vieillit au plus sa robe devient lumineuse et brillante. Ne paye pas de mine au magasin et souvent délaissé par les aquariophiles, il fait cependant sensation dans un bac amazonien bien planté.

Comportement :

C’est un poisson tout aussi calme que son cousin le Cardinalis, il est assez résistant une fois bien acclimaté au bac et avec des habitants assez paisibles comme lui, tel que d’autres Characidés par exemple.

la femelle est légèrement plus grande et plus ronde que le mâle.
Le mâle est en général plus coloré que la femelle et plus svelte.

Reproduction :

La reproduction n’est pas très très aisée, mais moyennement difficile.
Les femelles seront poursuivies par les mâles qui les emmèneront pour les plaquer au plus près des plantes pour la dispersion des oeufs.
Il faut en principe enlever les parents sous peine de n’avoir aucun alvins.
La ponte est environ de 200 oeufs.
Il faut également éteindre l’aquarium , pas de lumière du jour non plus, on peut donc recouvrir l’aquarium, car les alvins sont très sensibles à la lumière, l’éclosion prendra 24 heures environ.
Les petits se nourriront au départ des infusoires qui seront par exemple dans de la mousse de java ou autre plante compacte, ensuite, vous pouvez passer aux nauplies d’artémias ainsi que de la nourriture pour alvins.

— Taille adulte : 4 cm pour le mâle, 5 cm environ pour la femelle
— Espérance de vie : jusque 6 ans maintenu dans de bonnes conditions
— Température : 23 à 27 degrés, idéale à 24 degrés
— PH : de 5,8 à 7,5, ( 6,8 pour la repro)
— GH : de 7 à 12
— KH : au dessus de 3
— Volume du bac : pas moins de 120 litres (il faut 100 cm de façade car c’est un bon nageur)
Poisson de type grégaire, pas moins de 10, c’est le minimum d’un banc qui peut être mis en place dans un bac.

© Texte : framboizz pour AQUA débutant

Gourami Grogneur (Trichopsis vittata)

Le Trichopsis vittata
Le Gourami grogneur..

vittata

Photo source

Son habitat naturel..

La plupart des individus couvrent les parties milieu et inférieures du Bassin du Mékong au Vietnam, Laos, Cambodge,Thaïlande, Malaisie et au Nord de l’Indonésie. Il y a également une population sauvage connue dans le comté de Palm Beach, en Floride (USA). Cela semble être confiné sur un seul canal du drainage, et l’espèce n’est pas considérée actuellement comme une menace pour l’environnement.

Il est le plus souvent logé dans des habitats pauvres et considérés rudes, souvent pauvre en oxygène où se retrouve une végétation marginale. Il se niche sous les plantes flottantes de ces habitations.
Il également retrouvé dans des zones inondées à des fins agricoles, telles que les rizières.

Description

Le T.vittata est la plus grande espèce du genre, il mesure adulte 4 à 7 cm. Il fait partie de la famille des Osphronemidés.
la robe est plutôt brune, rehaussée de reflets verts. Le corps est traversé par trois ou quatre bandes horizontales dont les deux supérieures se rejoignent au niveau du pédoncule caudal.
Les nageoires impaires sont très développées et se prolongent par des rayons de couleur rouge-orange aux reflets bleu irisés, l’épithélium est parsemé de points bleu-vert lumineux.
T. vittata est capable de produire un grognement proche du coassement et dû à un contracture de ses muscles pectoraux lors des parades amoureuses. Ce son est audible même aux alentours de l’aquarium.

Certains spécimens arborent une tache pectorale simple ou double, de couleur noire.

Maintenance

A partir de 180 litres pour un petit groupe de 5/6 individus en bac communautaire. Ou pour 10/12 individus en bac spécifique.
Il vit 4 à 5 ans.
Température de 24 à 28 degrés.
pH : de 6.0 à 7.5
Gh : de 3 à 15

On peut lui associer des poissons de même taille, pas trop remuants en bac biotope asiatique.
Le mâle dominant va s’octroyer un territoire de ponte. Il sera maintenu au calme avec une végétation dense et des zones ombragées par des plantes flottantes.
Évitez d’associer plusieurs mâles ensemble.

Alimentation

Il est omnivore, il accepte tout, mais nous le répétons à chaque fiche, l’important étant de varier la nourriture, de sèche à congelée en passant par du vivant de temps à autre, afin d’obtenir un bon résultat au niveau de leur santé, et qu’ils vous offrent de jolies couleurs de robe. Leur santé et leurs jolies couleurs passent par une nourriture très variée et de très bonne qualité.

Reproduction

Le mâle construit généralement son nid de bulles sous une feuille. Ce nid est construit de façon très lâche et discret, souvent constitué de quelques bulles.
Au cours de la parade amoureuse, les poissons émettent des bruits coassants. Chaque étreinte produit un petit nombre d’œufs et la ponte se poursuit jusqu’à 70-180 oeufs. La femelle peut être enlevée à ce moment .

Les œufs éclosent après 24-48 heures et la nage libre des alvins se produit après 1 ou 2 jours. On leur donnera alors des infusoires les premiers jours. Après une semaine on pourra alors commencer à les nourrir avec des nauplies d’artémias.

©Texte : AQUA débutant

Tétra Royal

royaltetra

Characidé, dont le nom scientifique est Inpaichthys kerri, le tétra royal ( ou néon bleu) mesure 3 à 4 cm (plus 4 que 3 !).
Il est originaire du Brésil et de Colombie où on le trouve dans des eaux peu profondes avec une végétation dense.
Il est parfois confondu avec le le tétra empereur (Nématobrycon palmeri) qui possède un appendice au bout de la caudale.

Zone de vie : Milieu

Description

Une bande noire part de la mâchoire inférieure et traverse toute la longueur du corps. Le mâle est de couleur bleu électrique au dessus de la bande (nageoire adipeuse bleue), la femelle est plutôt brun-rouge (nageoire adipeuse rouge).
Les couleurs ressortent d’autant mieux que le bac est ombragé.
Dimorphisme au niveau de la couleur, et le ventre de la femelle est plus rebondi que celui du mâle.

Comportement

il est parfois décrit comme paisible et timide… Les mâles sont très bagarreurs entre eux, bien qu’il n’y ait que rarement des blessures réelles.
Ils aiment chahuter les poissons des autres espèces, sans provoquer de blessures non plus. Néanmoins les associer à des poissons avec des voiles me paraîtrait une mauvaise idée.
Il semble qu’ils instaurent un hiérarchie entre eux, et sont un peu territoriaux.
Ils sont également très curieux : inspection obligatoire des bulles lors des changement d’eau, ou des sacs de transport des poissons en cours d’acclimatation !!
On retiendra qu’ils sont très joueurs et mettent beaucoup de vie dans le bac.

Alimentation

Tout ce qui peut se manger… se mange. Poisson pas difficile du tout, mais pour de belles couleurs prévoir un apport de nourriture vivante ou congelée

Conditions de maintenance

Température : 23 °C à 27 °C
pH : 6.0 à 7.0 (6.5 pour la reproduction)
GH : 3 à 10 (4 pour la reproduction)
Changement d’eau régulier de 20 à 30% pour ce poisson qui n’aime pas l’eau polluée.
Il est donc nécessaire de prévoir des zones ombragées, des zones bien plantées pour que les poissons chahutés puissent se réfugier et avoir un peu la paix, mais également pour la reproduction, les oeufs n’aimant pas la lumière. Une longueur de façade respectable leur permettant de se pourchasser les uns les autres est nécessaire.
Poissons grégaires à maintenir en banc

Reproduction

Aisée même en bac communautaire, pour peu que les paramètres soient corrects, la nourriture de qualité et qu’il y ait de l’ombre (je trouve un ou 2 alevins quand le bac devient foret vierge).
Pour s’assurer de réussir :
Un couple se reproduira dans un bac d’une vingtaine de litres rempli d’eau acide et faiblement minéralisée. (ph 6.5, gh 4)
Un mop (pelote de laine synthétique) ou des plantes touffues permettront au mâle d’y conduire la femelle afin de libérer ses œufs qu’il fécondera tout en se pressant contre elle.
La ponte terminée, il est plus prudent d’écarter les parents, bien qu’ils soient connus pour ne manger ni les œufs ni les alevins.
Il faudra attendre 36 heures pour voir les premiers alevins éclore et se nourrir d’infusoires puis d’artémias fraîchement écloses.

© Texte : jeely pour AQUA débutant
© Photo : jeely pour AQUA débutant

Tétra Aveugle (Astyanax mexicanus)

Astyanax Mexicanus de forme aveugle

Astyanax-mexicanus

Photo source

Le tétra aveugle est étrange « sans yeux », (leurs orbites sont vides et recouverts par une membrane) il a une peau plutôt blafarde. La vie dans l’obscurité d’une grotte, lui confère une anatomie totalement adaptée.

Habitat naturel..

La forme aveugle fut découverte en 1936 dans la Cueva Chica, grotte de la Sierra de El Abra qui appartient au réseau hydrographique du rio Tampaon.
Cette espèce est une évolution de Astyanax Mexicanus qui vit dans les ruisseaux classiques, alors que le Tétra Aveuglevit dans les grottes et cavernes souterraines.

Le tétra aveugle se trouve seulement au Mexique mais cette espèce est en effet largement distribuée dans le sud des Etats-Unis du Texas et du Nouveau Mexique, à travers le Mexique lui-même et au Guatemala.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Adulte il mesure entre 8 et 9,5 cm.
Les mâles sont plus minces que les femelles.
Pas d’oeil et une peau « caractéristique des poissons cavernicole » c’est à dire une absence de pigmentation « la vascularisation fine du système sanguin forme une peau rosâtre uniforme ».
L’espèce aveugle a développé des organes sensoriels sur sa peau pour mieux appréhender son milieu. En effet, sa peau bourgeonne de petites excroissances gustatives appelées « neurogemmes », en particulier sur la tête, qui lui renvoie de nombreuses informations.

Comportement en aquarium
Installé pour la première fois dans l’aquarium, le Tétra Aveugle tâtonne près du sol avec sa bouche et semble se cogner légèrement à toutes les aspérités présentes (sols, roches, plantes et même sur les autres poissons). Il fait parfois des accélérations de nage en pleine eau pour favoriser le déplacement de l’eau autour de lui; cette nage lui permet de détecter des changements de pression de l’eau et l’informe de la position des composantes du décor. Après plusieurs jours, on peut constater qu’il ne se heurte plus nulle part et qu’il parvient à connaître son environnement comme s’il possédait en mémoire une cartographie précise.

Depuis 30 ans environ, les sujets d’élevage commencent à présenter une teinte plus grisâtre, phénomène lié à l’exposition régulière du poisson à la lumière.

Maintenance

Il est grégaire (minimum 8 sujets). De préférence à maintenir dans un bac spécifique de minimum 120 litres brut pour 8 individus.
Température : 20 à 25 C° (20 C° pour la repro et idéalement pour la maintenance à long terme)
pH : 6,5 à 8,0
GH : 10-20
Vit parfois largement plus que 4 ans (comme il est indiqué partout) dans de bonnes conditions de maintenance, certains aquariophiles ayant maintenue l’espèce prés de 7 ans en bac spécifique.
Il sera nécessaire pour maintenir l’espèce d’y faire des grottes, par exemple : avec des roches de lave concassées de plusieurs granulométries, cela provoquera un effet très naturel saisissant, de toute beauté. De l’eau de conduite la plupart du temps est recevable, un filtre placé à l’arrière du bac et dont le rejet se fait du bas vers le haut, une température de 20 degrés ce qui provoque des reproductions (mais l’espèce vit très bien également à température ambiante). Il est possible pour parfaire ce bac, d’y mettre un éclairage de type lumière de jour, combiné avec un tube bleu actinique (éclairage pas trop puissant surtout). Il sera fantastique d’y voir évoluer vos Tétra Aveugle dans ce magnifique décor !
Les plantes ne sont pas vraiment nécessaire.

Nourriture

Il est omnivore, et se nourrit abondamment. Il capture toutes les proies qui lui sont proposées. Dans la nature, le contenu stomacal révèle principalement des insectes et des crustacés qu’il broie avec sa dentition solide. Les fientes de chauves-souris complètent son menu.. (beurk..)
On lui donnera donc de la nourriture vivante ou congelée et un peu de nourriture sèche. L’idéal étant de varier un maximum la nourriture et surtout de privilégier la qualité..

Reproduction

Plutôt facile. Les jeunes alvins présentent un début de formation de l’oeil, mais ce processus se bloque rapidement au cours de la croissance, et l’oeil s’enfonce dans l’orbite sous plusieurs couches tégumentaires, modifiant même la forme du crâne.

Une femelle peut déposer jusque 1000 oeufs. Ceux-ci sont de couleur blanche. Ils peuvent vous paraître stériles mais ils vont éclore rapidement (environ 24 heures). Les alevins nécessitent encore 5-7 jours pour absorber le sac vitellin avant de nager librement. On pourra donner des infusoires ou d’autres aliments microscopiques pour la première semaine, après quoi, il sera préférable de donner des nauplii d’artémia ou des produits séchés de tailles convenables. Il peut y avoir une certaine prédation au sein même de la couvée, mais cela ne pose aucun problème vu la fertilité de l’espèce.

Plus d’info..

Souvent appelé Astyanax Jordani, ou encore Astyanax fasciatus Mexicanus les avis des scientifiques divergent dans deux domaines surtout, s’agit-il d’une espèce à part entière et valide, sous le nom de d’Astyanax Jordani, ou bien est-ce simplement une sous-espèce de poissons ? la question se pose..
En second lieu, deux hypothèses intéressantes se font face concernant l’apparition de l’espèce : Astyanax Mexicanuss’est-il trouvé piégé par des glissements de terrain alors qu’il évoluait dans des eaux souterraines, ou bien cette espèce a-t-elle colonisé ces eaux sous la pression d’autres espèces de poissons ? La réponse est complexe et dépasse le cadre des propos tenus..
Certains pensent même que Astyanax jordani serait une autre espèce que la forme aveugle de Astyanax Mexicanus à part entière, c’est pour cette raison que sans info supplémentaire précise et fiable à ce sujet je l’appellerai pour l’instant« la forme aveugle d’Astyanax Mexicanus ».. A suivre..

Il est très intéressant de voir évoluer cette espèce, et très facile de maintenance même pour un débutant…
Une espèce à maintenir dans un bac spécifique et qui n’est pas comme tout le monde..

Pour info voici la forme non aveugle sous le même nom « Astyanax Mexicanus »
astyanax_mexicanus_1
©Texte : framboizz pour AQUA débutant et quelques informations reprisent de l’aquarium à la maison hors série n°18

Colomesus asellus

Bonjour, je tiens à vous présenter une espèce de tétrodon d’Amérique.

Nom latin : Colomesus asellus

Nom commun : Tétraodon d’Amazonie

Famille : Tétraodontidés

Origine : Bassin de l’Amazone.

Taille : 9 à 14 cm.

pH : 6 à 7

: 23 à 27 °C

TH : aux environ de 17°

200 litres net minimum pour 4 individus 5 max.

Alimentation :

Il est carnivore, mange principalement de la nourriture vivante, genre alevins guppys, larves de moustiques, enchytrées, mais aime aussi la nourriture congelée, accepte difficilement les flocons.

Comportement :

Il peut vivre seul ou en petit groupe, il peut parfois être agressif, mais il l’est surtout avec de petites espèces qu’il peut manger ou les poissons avec des voiles qu’il attaquera , genre guppys ou autres poissons colorés, mais la plupart du temps, il essaie de les ignorer.
Cette espèce vit exclusivement en eau douce absolument pas en eau saumâtre.
Cette espèce peut-être assez active, il est rare de la trouver dans le commerce, ce qui est dommage car le Tétrodon d’Amazonie est relativement calme par rapport au tétraodon nigroviridis par exemple.

Dimorphismes sexuelles et reproduction :
Les deux sont encore inconnus ou non étudiés, donc je ne peux pas vous donner plus de détails pour le moment.

colome10

Fiche de : characidé coco
© Textes et photos : characidé coco pour Aqua-débutant

Tétra du Congo (Phenacogrammus interruptus)

Le Phenacogrammus Interruptus
Le Tétra du Congo
Mâle
phenacogrammus_interruptus_male

 

Son habitat naturel..

Les populations sauvages sont endémiques des parties de rivières du fleuve du Congo en République démocratique du Congo. La plupart des poissons disponibles dans le commerce sont élevés dans le commerce de l’Extrême-Orient et en Europe de l’Est.

Le fleuve Congo est le second fleuve du monde après l’Amazone pour son débit (80 832 m³/s maximum) et le cinquième par sa longueur (4 700 km avec la rivière Chambeshi). Il sert de frontière naturelle entre la République démocratique du Congo, la République du Congo et l’Angola. Il est aussi depuis 2008, avec des relevés bathymétriques par sonar de -221m par endroits, sous forme de canyons immergés, considéré comme le fleuve le plus profond au monde, abritant même une faune typiquement abyssale parfois rejetée agonisante à sa surface, en raison d’accidents de décompression brutale, provoqués par la force des courants.

Description

P. interruptus est un tetra Africain. Il fait partie de la famille des Alestidés. On l’appelle couramment le Tétra du Congo.
Il possède une robe de couleurs irisées aux reflets de l’arc-en-ciel. Ses nageoires sont longues et transparentes.
Il brille de mille feux sous les néons d’un aquarium.
Adulte il va mesurer environ 10 à 12 cm. Le mâle est plus grand que la femelle mais aussi, plus coloré.

Maintenance

A partir d’un volume de 200/240 litres brut pour une maintenance adaptée au mieux de ses besoins (avec 1,20m de façade).
A maintenir en banc de 8/10 individus minimum, c’est un poisson grégaire.
On peut l’associer si le volume le permet bien entendu.. avec Steatocranus casuarius,Apistogramma cacatuoïdes,Pelvicachromis sp, discus etc..
Il peut vivre 6 à 7 ans dans un bac adapté et aux conditions idéales pour lui.
Il est sensible aux paramètres et aux nitrates, il faudra donc être rigoureux sur les changements d’eau.

On mettra dans l’aquarium pour faire un biotope, des racines, du bois flotté, on peut rajouter un peu de végétation flottante avec quelques Anubias. L’eau doit être acide et douce à neutre, avec un filtre adapté pour une bonne circulation de l’eau.
Dans un volume adapté avec de l’espace, ils auront de jolis couleurs, et de plus, ce sont de très bons nageurs.

Température de 23 à 28 degrés
pH de 6 à 7.5
GH de 3 à 18

Alimentation

Dans son environnement naturel il se nourrit de petits vers, insectes, crustacés, algues et autres zooplancton..
Il est omnivore, il se nourrit de tout. Il est cependant important de varier sa nourriture avec du vivant et du congelé tels que des artémias, des daphnies etc..
L’important étant, nous le répétons à chaque fiche, de varier la nourriture pour leur bonne santé et qu’ils puissent vous offrir leurs plus jolies couleurs.

Reproduction

Un éclairage important va encourager les couples à parader dans le bac comunautaire. Les oeufs tombent au fond du bac et vont éclore aux alentours des 5 à 6 jours.
Il est possible de nourrir les petits au bout de deux semaine avec des nauplies d’artémias.
En laissant faire la nature, si vous avez par exemple de la mousse de java, il sera alors possible que quelques petits peuvent survivre en bac d’ensemble, mais nettement moins évident que en bac de reproduction.

©Texte : AQUA débutant

Tétra du Niger (Arnoldichtys spilopterus)

Tétra du Niger
Arnoldichtys spilopterus

tetra du nigerPhoto source

Il fait partie de la famille des Alestidés. on l’appelle aussi communément le Tétra aux yeux rouges.

Habitat naturel..

Endémique du Nigeria, où il est assez limité dans le fleuve Niger inférieur et Ogun.
Il est retrouvé plus particulièrement dans les ruisseaux et rivières.
Malgré sa popularité dans l’aquariophilie, il est relativement rare à l’état sauvage et de plus, il est connu dans moins de 10 localités, toutes situées dans une zone où la déforestation et la pollution ne sont pas contrôlées et continuent de se produire malheureusement aussi en profondeur.

ogun-river

Description et comportement

Mesure adulte entre 8 et 10 cm.
C’est un tétra de forme allongée avec une ligne latérale irisée qui va du nez à la nageoire caudale.
La moitié supérieure de l’œil est teintée de rouge, donnant à ce poisson son nom commun. Les ailettes sont pour la plupart translucides, la dorsale possède une tache noire bordée de blanc.
Il est paisible mais très actif et donc ne devrait pas être en compagnie d’espèces trop timides.
Les mâles sont légèrement plus colorés que les femelles et possèdent des bandes sombres dans la nageoire anale.
Il ont également tendance à être plus menus que les femelles sexuellement matures.

Maintenance

A partir d’un volume de 200 litres.
Température de 23 à 28 degrés
pH de 6 à 8
GH de 5 à 19
Vit entre 5 et 10 ans

Toujours le mettre en groupe d’au moins 8 à 10 sujets, c’est un poisson grégaire.
Le bac type sera composé de branches, racines, des pierres lisses et les plantes aquatiques de toutes sortes peuvent être utilisées sans soucis, mais, assurez-vous de laisser un espace libre suffisant pour cette espèce très active.
Une filtration sur tourbe permettrait de simuler l’eau de son milieu naturel, en effet elle est souvent colorée, avec des tanins libérés par la décomposition organique qui s’y produit.

Nourriture

Il accepte la plupart des aliments offerts. L’important nous le répétons, est de varier le plus possible la nourriture offerte et qu’elle soit surtout de très bonne qualité.

Reproduction

Pas impossible mais pour divers raisons, la reproduction est rarement tentée.
Pour cela il faut que le poisson soit conditionné à l’aide d’aliments vivants et congelés pour l’aider à se reproduire.
On sélectionnera alors les meilleurs mâles de couleur et les plus grosses femelles. Ceux-ci doivent être placés dans un petit aquarium avec un maillage de base. Les œufs vont passer à travers ce dernier, minimisant le risque de prédation par les parents.
L’éclairage doit être maîtrisé et quelques touffes de plantes ajoutées de façon à provoquer la ponte. Les œufs seront disséminés parmi la végétation dans la nature.
L’eau doit être inférieure à neutre avec un pH doux.
Jusqu’à 1000 œufs peuvent être déposés par une seule femelle. Les œufs éclosent en environ 30 heures et les petits nagent librement après 7 jours environ.
On pourra les nourrir après 3 jours avec des infusoires et dés la deuxième semaine, on pourra alors déjà donner des nauplies d’artémias et autre micro-vers.

©Texte : AQUA débutant

Barbus de Sumatra (Systomus tetrazona)

Systomus tetrazona
Souvent appelé « Puntius tetrazona »

Systomus tetrazona

Photo source

Habitation naturel..

La forme sauvage est d’origine de l’Indonésie, de Sumatra et de Bornéo.
Il vit principalement dans les marécages et les petits cours d’eau. L’eau est plutôt claire dans le milieu naturel, la végétation marginale est abondante.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des cyprinidés.
La forme sauvage est extrêmement rare à trouver. Nous retrouvons bien plus souvent des sujets issus d’élevage destinés pour le commerce.

Adulte il mesure environ 7cm.
Le mâle adulte a tendance à être légèrement plus petit, plus mince et possède un motif de couleur plus intense que la femelle.
Il a une robe jaune/rosée.. avec trois bandes noires très contrastées, une quatrième marque se superpose à la base du pédoncule caudal.
Le barbus vert n’est qu’une énième variante d’élevage du B.Sumatra qui demande les mêmes soins.

Bien réfléchir avant de les maintenir
Ils ont un comportement un peu agressif et peuvent en bac communautaire, grignoter les nageoires des autres poissons qui seraient de plus petites espèces que eux, ou possèdent des nageoires importantes. A évitez de les maintenir avec les espèces très calmes.
Il sera important alors vous l’aurez compris, de bien choisir les autres espèces qui vont cohabiter avec le B.de Sumatra.
Les mâles luttent continuellement entre eux afin d’attirer l’attention des femelles et se faire une place au sein de la groupe..

Malheureusement, le degré de consanguinité à force de reproduction des mêmes races dans les élevages, a abouti à une situation dans laquelle un grand nombre de poissons disponibles aujourd’hui, sont génétiquement faibles et sujets aux maladies, et développent même des difformités physiques.

L’espèce a également été soumise à l’odieuse pratique des « mourants artificiels » dirons-nous.. un cruel et sans doute douloureux processus, qui consiste à injecter au poisson à plusieurs reprises des colorants, afin d’obtenir une coloration artificielle de sa peau.
Nous exhortons les lecteurs à éviter ces malheureux poissons qui finiront par mourir de toute façon, ainsi que n’importe quel magasin, de les détenir.

Maintenance

A maintenir au minimum par 10/12 individus, pour un volume de 200 litres.
Température : de 22 à 26 degrés
pH : de 6 à 8
GH : de 1 à 8
Il vit environ 3 ans en aquarium avec une bonne maintenance.

Un sol sombre et une végétation abondante fera bien ressortir les couleurs du B.Sumatra. On y ajoutera pour la touche naturelle, des racines et il est également possible d’y mettre quelques plantes flottantes pour le côté naturel.
La filtration sera tout à fait normale, ni trop puissante, ni trop peu.
On les maintiendra avec des poissons plutôt robustes tels que des Loches à l’instar de Pangio kulli, Rasbora arlequin ouDanio choprae, Danio kyathit..

Pour un bon biotope on y mettra comme plante des Cryptocorynes de petites tailles à l’avant-plan, tandis qu’à l’arrière plan, on y placera Limnophila à feuilles fines qui va bien contraster avec des pieds de Vallisnérias aux feuilles rubanées.
On placera également dans le bac une racine de tourbière, sur laquelle sera fixé un pied de Fougère de Java

Alimentation

De nature omnivore, il se nourrit principalement de vers, d’insectes et d’autres zooplancton, ainsi que de petites quantités de matière végétale et organique (détritus dans la nature).

Dans l’aquarium, il n’est pas difficile à nourrir, mais pour sa santé et donc pour voir ses plus jolies couleurs, il est important de lui offrir des repas réguliers de petits aliments vivants et congelés tels que : vers de vase , daphnies, artémias de flocons séchés de bonne qualité et des granulés.

Reproduction

Bien qu’il se reproduit facilement en aquarium, il est utopique d’espérer récupérer beaucoup de jeunes barbus de cette façon.
Mais, il n’est pas rare de temps à autre, de retrouver quelques juvéniles qui ont réussi à s’échapper des prédateurs du bac en se camouflant dans les massifs de plantes et notamment en surface.

Sinon il faudra prévoir une cuve d’une cinquantaine de litres, équipée d’un filtre interne et d’un thermostat. On disposera sur le sol une grille de protection qui abritera les oeufs dispersés au hasard des étreintes nuptiales des géniteurs, ainsi ils ne pourront pas les dévorer. Dans ce bac on y ajoutera quelques brins de plantes à feuilles fines qui viendront compléter le décor nuptial.
On choisira alors, un mâle bien coloré ainsi qu’une femelle au ventre bien rebondi présentant une coloration de robe sans défaut. Une fois la ponte terminée, il va falloir retirer les géniteurs. Les premières larves apparaissent une trentaine d’heures après, et les alvins auront une nage libre 5 à 6 jours plus tard.
Il sera indispensable de les nourrir avec des infusoires dans un premier temps et des nauplies d’artémias par la suite.
Les alvins grandissent plutôt rapidement.

©Texte : AQUA débutant

Puntius semifasciolatus

Puntius semifasciolatus
« Barbus Shuberti »

30

Photo source

Généralités :

Très facile à maintenir, sociable, bien coloré, plus connue sous le nom de « Barbus Shuberti », c’est une espèce très facile pour se lancer dans la reproduction.
La variété jaune, est la plus jolie, c’est une création d’élevage issue de sélections dont l’origine n’est pas déterminée exactement, même si nous sommes bien certain que la parenté avec l’espèce sauvage ne fait aucun doute.

Cette espèce est parfaite pour un bac communautaire ou un bac dédié à l’Asie dont elle est originaire.
Ce barbu fait parti de l’espèce des Cyprinidés et à toute les qualités pour satisfaire un aquariophile qui cherche un poisson robuste, coloré, sociable et très facile à reproduire.

Dans le commerce ils font en général 2 ou 3 cm pas vraiment plus, ce sont des poissons grégaires.
Ils ont besoin d’une cuve de 300 litres avec minimum 1,20 m de façade.
Ce sont de très gros mangeurs, donc pollueurs également et on besoin d’espace pour s’épanouir.
Adultes ils feront environ 8 à 10 cm.

Ils vont apprécier bien-entendu une eau proche des 7 de ph, mais ne vous tracassez pas trop sur les paramètres, ils s’habituent également et très facilement à une eau plus dure. Ils sont très costauds à ce niveau.
La température sera par-contre entre 23C° et 24C° pas plus !

Après quelques mois, trois à quatre, ils deviendront adultes et pourront se reproduire, on pourra donc différencier également le sexe, les plus petits et plus sveltes seront donc les mâles. La différence dans les couleurs va également s’accentuer à partir de là, pour devenir pratiquement définitive.
La teinte qui restera bien dominante sera évidemment le jaune avec des marbrures noires.
Les femelles seront très faciles à repérer, elles ont un ventre bien plus rond et sont plus grande également que les mâles.
Les mâles auront une couleur plus spécifique : un jaune doré marbré d’un vert un peu métallique et d’un large liseré rouge bien plus accentué pendant la parade nuptiale.

L’aquarium :

Il sera planté par des Vallisnéria spp. ou des Echinodorus spp. en arrière plan, des plantes à feuillage fin comme Limnophila spp. sur les côtés et le milieu sera dégagé, de manière à laisser un espace de nage suffisant sans entraves.

Ils vont se sentir en toute sécurité si c’est pour un bac communautaire, avec des Danio spp., Rasbora spp., Trigonostigma Heteromorpha ou d’autres Barbus également feront bonne entente.
A évitez le surpeuplement du bac, car ce sont de grand mangeurs et si votre bac est surpeuplé, ça peut vite être la catastrophe au niveau des nitrates et de la pollution du bac. Attention également à ne pas les sur-nourrir, car ils vont toujours vous réclamer à manger quand ils vont vous voir.
Faites un bon changement d’eau hebdomadaire de l’ordre de 20 à 30% pour éviter un pollution et une monté de nitrate.

Alimentation :

La nourriture sera constituée de paillettes, de nourriture maison si vous pouvez, des flocons d’avoine (excellent pour leur transit) daphnies, artemias congelées, vers de vases le moins souvent possible c’est un peu indigeste pour nos barbus.
Comme dit toujours sur AQUA débutant variez les nourritures le plus possible si vous pouvez, ceci est valable pour la plus part des espèces de poissons.

Reproduction :

Les mâles n’ont de cesse de pourchasser les femelles à travers le bac et les plantations.

Les mâles se collent contre la femelle, donnent des coups de tête sur les flancs pour l’inciter à s’accoupler. Les oeufs tombent au fond, se collent aux végétaux.
Une femelle peut émettre plusieurs centaines d’ovules qui seront tous presque fécondés, ce qui veut dire des alvins affamés.
Il est bon donc de prévoir de grands volumes ou plusieurs bacs si on veut garder les progénitures. Par contre, dans le bac communautaire, les parents n’hésiteront pas à manger les oeufs ce qui limite un peu la reproduction.
Sinon au bout d’une trentaine d’heures environ, les larves commencent à frétiller et 24H après, elles peuvent commencer à se nourrir : nauplies d’artémias éclosent fraichement, ou microvers ou encore paillettes broyées ou nourriture pour alvins, attention toute pollution intempestive dans le bac ou montée de nitrite leur serait fatale.

© Textes : framboizz pour AQUA débutant
© Photo source : aquariumhome