Phenacogaster Tegatus

Phenacogaster-tegatus-fem

Photo source

Habitat naturel..

On le retrouve dans le bassin supérieur du Rio Paraguay dans le sud-ouest du Brésil, du Paraguay et le Río Paraná dans la province de Corrientes, au nord-est de l’Argentine.

Sa localité typique est le « Rio Jauru », bassin supérieur du Rio Paraguay, Brésil.

Peu de détails sont actuellement disponibles, mais il semblerait que cette espèce a une préférence pour une eau relativement claire avec une croissance dense de végétation submergée.

Rio Jauru

DSCN5920-652x312.jpg

Photo source

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés.
Les mâles sont plus sveltes que les femelles.

Adulte il mesure entre 4,5 et 6 cm.
Il a sur son corps transparent deux taches noires arrondies. l’une sur le pédoncule caudal et l’autre au milieu du corps.
Ses arrêtes sont visibles à l’oeil nu car son corps est transparent et sa colonne vertébrale apparait un peu jaunâtre. Ses nageoires sont incolores.

Paisible mais un peu inapproprié à l’aquarium communautaire général.

Maintenance

Température de 24 à 26 C° (idéalement 25)
Ph : 6 à 7,5 (idéalement 6,5)
GH de 3 à 12 (idéalement 6 ou 7)

C’est un poisson grégaire on le mettra par 10 sujets dans un bac de 80 litres au minimum.

On peut faire un bac de style naturel comprenant un substrat sablonneux et quelques racines de bois flotté, des branches, des plantes aquatiques.

Des feuilles séchées accentuent davantage la sensation naturelle du bac. En plus d’offrir une couverture supplémentaire pour les poissons, cela entraîne la croissance de colonies de microbes à mesure de la décomposition des feuilles, ce qui est très bon pour leur milieu aquatique.

On peut le maintenir avec d’autres petits poissons en bac d’ensemble, mais il est aussi interessant de le maintenir avec des Cichlidés nains tels que Apistogramma borelli ou A. commbrae et de petits mangeurs d’algues comme Otothyropsis piribebuy, des callichthyidés ou loricariidés petits.

Il apprécie de se cacher derrière les bosquets de plantes du bac.

Alimentation

Sauvage, il faudra démarrer une nourriture congelée. Larves de moustiques, daphnies et cyclops ou encore artemias et vers grindal seront apprécier. Par la suite, on pourra introduire une nourriture dite plus classique, des flocons et petits granulés vont pouvoir être manger facilement.
L’important, sera toujours de bien diversifier l’alimentation pour la bonne santé de vos habitants.

Reproduction

Pour le moment, aucune information sur une quelconque reproduction réussie en aquarium. A suivre..

On l’appelle parfois le « Tétra à six yeux » en référence à son motif de couleur comprenant deux taches sombres sur chaque flanc, et son oeil.

©AQUA débutant

Barbus à trois bandes (Dawkinsia Tambraparniei)

Puntius-tambraparnei-male

Photo source

L’habitat naturel..

La localité type est la Rivière Cauvery à Seringapatam qui correspond à Srirangapatna dans l’état de Karnataka, au sud-ouest de l’Inde, une ville située sur une île complètement entourée par la rivière Cauvery / Kaveri.

Malgré les efforts des collectes récentes, l’espèce semble disparue de cette localité, probablement en raison de la construction du grand barrage de Krishna Raja Sagara à une courte distance en amont.

Les connaissances actuelles suggèrent qu’il peut maintenant être limité au Cauvery supérieur dans les environs de Coorg, alias Kodagu, Karnataka, plus le système supérieur Tungabhadra River plus au nord, ce dernier est un affluent dans le bassin versant de Krishna et dans sa partie inférieure, l’une des rivières les plus polluées en Inde.

Le Tungabhadra est formé par les rivières Tunga et Bhadra et les enregistrements récents de D. arulius semblent ne concerner que ces drainages en amont.

Le Tungabhadra
Tungabhadra-River-Andhra-Pradesh

Photo source

Les relevés historiques du bassin de Cauvery plus au sud dans les collines Nilgiri, dans le Tamil Nadu et dans le district de Wayanad (Wynaad), semblent indiquer que D. rubrotinctus est présent , alors que d’autres cas se produisent au Kerala à Travancore, Kulathupuzha, Kottayam et Thenmalai ( Thenmala) se rapportent à D. arulius, D. rubrotinctus ou, dans le dernier cas, D. exclamatio .

Description et comportement

On l’appelle : Barbus arulius, Puntius arulius, Dawkinsia Tambraparniei ou Dawkinsia arulius..
Il fait partie de la famille des Cyprinidés.
Il mesure entre 10 et 13 cm maxi.

Sa robe de fond est de couleur crème et comporte des taches noires au milieu du corps, traversé de la tête au pédoncule caudal par une ligne fumée. L’avant du corps présente une zone bleu/vert-irisé. La nageoire dorsale est foncée. Leurs couleurs s’intensifient lors de l’excitation.

L’aclimatation et le premier plongeon après l’achat, s’avèrent un peu inquiètant pour eux, et il y a une sorte de panique qui se crée, ils sautent de partout dans l’aquarium et se précipitent un peu partout dans le bac contre les parois.
Il doit être maintenu dans un bac fermé car c’est un excellent sauteur.

Maintenance

On le maintiendra au nombre de 8 à 10 individus, en tout cas jamais moins de 6, c’est un poisson grégaire qui se déplace en groupe, cela va réduire également l’agressivité envers les autres habitants du bac (il ne présente aucune hostilité pour les autres habitants, sauf qu’ils peuvent leurs faire peur quand ils sont trop peu et de ce fait, stresser les autres habitants).

Le volume du bac communautaire sera de 250 litres, ils aiment nager et donc avoir de l’espace, un bac plus petit pour faire un bac communautaire serait un leurre.

Température de 20 à 25C°
Ph : 6 à 8 (idéal pour du long terme est 7)
GH : 15
On le maintiendra dans un décor un peu d’aquascaping, c’est à dire de nombreuses pierres et que cela ressemble à une rivière ou un cours d’eau, des plantes telles que de la Microsorum, Bolbitis ou Anubias spp. peuvent être attachées au décor.

Il a besoin absolument d’un changement régulier d’eau chaque semaine de l’ordre de 30% car il ne supporte pas l’accumulation de déchets ou trop de nitrates dans le bac. On veillera donc si on prend cette espèce, à bien faire les changements d’eau régulièrement c’est très important pour leur bien être.
On peut le maintenir idéalement avec d’autres Cyprinidés, des loches (Botidés, Balitoridés ou encore Némachélidés).

On peut toutefois les mettre avec des Corydoras, des Hyphessobrycon, Ancistrus..

Si on veut le maintenir en bac asiatique on y rajoutera Epalzeorhynchos Kalopterus, aplocheilus lineatus, Mystus vittatus et des loches du genre Schistura

Nourriture

Il est omnivore dans la nature, il se nourrit de larves d’insectes, de petit crustacés, d’algues et autres débris organiques..

Dans l’aquarium, il est facile de le nourrir il accepte presque tout, l’important est bien sûr de varier la nourriture, entre les paillettes, granulés et le vivant, ainsi que du congelé (bien dégeler avant c’est important). Ses couleurs en seront que plus jolies et cela permet de garder une bonne santé.

Reproduction

Laisser faire la nature, il n’est pas rare de trouver des alevins dans le bac si il est bien planté.

On peut également faire de la reproduction dans un petit bac avec une eau bien mature. Il est important de bien surveiller car les parents mangent les oeufs, et devraient être retirés dés que la ponte a eu lieu. On place alors deux mâles avec deux femelles qui paraissent gravides.
Les oeufs éclosent environ 24 à 48 h après la ponte avec une nage libre de l’alevin 24h après et on commencera à donner une nourriture pour alevins(très très fine)ou nauplies d’artémias.

! Attention toutefois à l’achat au magasin, si vous apercevez que certains sujets ont une bouche abimée et blanchâtre, c’est le symptôme d’une infection bactérienne grave, il vaut mieux ne pas les acheter à cet endroit.

© AQUA débutant

Tétra Empereur (Nematobrycon Palmeri )

Nematobrycon-palmeri-male

Un mâle

Photo source

Habitat Naturel..

Il est d’origine d’Amérique du Sud. Endémique des bassins fluviaux de San Juan et d’Atrato en Colombie, avec une localité  type qui est  «Condoto, Río Condoto et Novita, Río Tamana, sud-ouest de la Colombie»

On le retrouve principalement dans les sections des rivières, des affluents mineurs et des marigots.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Il a un corps comprimé mais assez haut.
Sa robe est brune à la base avec une raie de couleur bleue-nuit irisée qui sépare le corps de l’opercule jusqu’à la caudale. Ses nageoires sont transparentes et aux extrémités de couleur jaune citron.

Adulte il mesure de 3.5 cm à 6/7 cm pour les plus grands mâles.

Les mâles sont plus gros, plus colorés et développent des nageoires dorsales , anales et caudales très étendues à mesure qu’ils deviennent adultes. C’est l’une des rares espèces de characin dans laquelle le rayon central de la nageoire caudale s’allonge également. Les mâles ont aussi un iris bleu, alors que celui des femelles est vert.

Il est parfois confondu avec N. lacortei , qui est actuellement la seule autre espèce du genre . Ils peuvent facilement être distingués en regardant l’œil du poisson en question, car le mâle N. lacortei a un iris rouge vif par opposition à l’iris bleu chez le mâle N. palmeri .
Egalement confondu de temps à autre avec l’Inpaichthys kerri  quand ils sont petits, mais la différence est que ce dernier ne possède pas un appendice au bout de la caudale et les couleurs sont un peu différentes.

Maintenance

Un bac de 80 litres au minimum pour un banc de 6 (attention de prendre un  seul mâle pour 5 femelles étant donné que  les mâles ont un comportement intraspécifique. Si il y a trop de mâles par rapport au ratio femelles il y aura des conflits certains au sein du banc.

L’idéal serait de le maintenir au minimum avec un banc de 10 ou 12 sujets dans un bac de 120 litres ou plus.

Température de 23 à 27 C°
pH : 5 à 7.5
GH : Idéalement on le maintiendra à 5/6 (sachant qu’on ne dépassera jamais les 8 )

Il est important d’aménager le bac avec de nombreuses cachettes, surtout si on y introduit plusieurs mâles et il faudrait alors, un bac bien plus grand que 80 litres dans ce dernier cas. Cela permet aux femelles également d’aller se reposer et éviter de se faire harceler par les avances du mâle.

On fera également attention aux habitants du bac, on ne les mettra pas par exemple avec des poissons aux longues nageoires. De petits cichlidés d’amérique du Sud peuvent convenir, on peut aussi le mettre avec d’autres Characidés, rasbora, ou poissons crayon et des Loricariidés pour le fond..

Nourriture

Dans la nature il se nourrit de petits crustacés, de larves de moustique,  de vers de vase..

Il est omnivore, mais l’important est surtout de bien varier la nourriture avec des aliments secs , des artémias vivants par ex, ou congelés.  Il est également préférable de donner des aliments de très bonne qualité, il vous le rendra bien avec ses jolies couleurs clinquantes qui seront le signe de bonne santé et de bonne reproduction.

Reproduction

Il vaut mieux laisser faire la nature, car il faut un ratio mâles /femelles par aquarium à respecter, afin d’éviter les soucis d’agressivité au sein du banc. A moins, qu’on puisse les donner ou les vendre. (l’agressivité entre-eux n’est que superficielle pour impressionner l’autre mâle si il y en a un autre, et que le bac n’a pas assez de cachettes)

Sinon il est possible de les reproduire en introduisant un mâle qui affiche ses plus belles couleurs et une belle grosse femelle dans un petit bac de 20 litres rempli à moitié avec quelques végétations et les laisser frayer (en principe si on les introduit un soir, le lendemain matin on peut voir des oeufs) dés que les oeufs sont là, il faut retirer immédiatement le couple (ils risquent de les manger) et attendre 24 à 36 H avant qu’ils n’éclosent. Les alevins atteignent le stade de la nage libre 4 à 5 jours après. On pourra alors les nourrir avec des infusoirs et environ deux semaines plus tard on pourra donner des nauplies d’artémias.

 

©AQUA débutant

Tétra bleu et rouge du Pérou (Hyphessobrycon Margitae)

hyphessobryconHyphessobrycon margitae mâle d’élevage

Photo source

hyphessobrycon -sauvageHyphessobrycon margitae femelle sauvage

Photo source

Habitat naturel

Surtout retrouvé dans la région du Loréto et dans le versant de la rivière Nanay au Pérou.

Le Nanay ou río Nanay est une rivière et un affluent gauche de l’Amazone, à l’Est du Napo, au Pérou. Il s’agit du premier affluent notable qui se jette dans l’Amazone péruvien en aval du confluent du río Marañon et du río Ucayali.

Description et comportement

L’espèce est officiellement décrite par l’ichtyologue Axel Zarske. La publication scientifique est parue dans le journal scientifique Vertebrate Zoology du 28 septembre 2016. On va dire officiellement.. car beaucoup d’aquariophiles en possédaient déjà dans leurs aquariums sans savoir donner un nom à ce joli tétra.

Un magnifique tétra qui s’orne de couleur assez rare, il est en effet bleu/violet métallique et cela s’harmonise très bien avec la couleur rouge de ses nageoires.
Il mesure maximum 5 cm

Maintenance

Minimum 54 litres pour un petit groupe de 10 individus (c’est un poisson grégaire)

Température : entre 22 – 26 °C (sachant qu’on ne prend jamais les extrémités pour le long terme des paramètres)
pH : entre 6 et 7,5
GH : entre 2 et 8

Le Tétra Bleu et rouge du Pérou est un bon compagnon pour ses colocataires qu’il ignore complètement.
Il faut toutefois faire attention en bac communautaire de ne pas l’introduire avec des poissons trop grands pour éviter tout risque de prédation.

Nourriture

Il est omnivore, il mange de tout, paillettes, nourritures congelées (vers rouges, artémias etc..) nourriture vivante si on
en trouve aussi, des vers rouges peuvent aussi faire l’affaire de temps à autre et des artémias vivants également.
L’important est surtout de varier la nourriture il vous le rendra bien avec de jolies couleurs et une bonne santé, mais ceci
est valable pour toutes les espèces de poissons omnivore.

Reproduction

Je laisserai faire la nature, car il n’est pas rare qu’une reproduction se fasse dans le bac d’ensemble si il n’y a pas trop de prédateurs. C’est une espèce qui se reproduit assez facilement.

©Texte AQUA débutant

Tétra de Rio (Hyphessobrycon flammeus)

Voici un poisson qu’on pourrait qualifier de « facile » à maintenir !
Il est de petite taille, coloré. Pourtant, il est assez méconnu et rarement mis en valeur dans les bacs de vente .

Infos pratiques

De la famille des Characidés, il vit dans les environs du Rio de Janeiro.
Il demande une eau ayant une température comprise entre 22 et 28 degré, une dureté allant de 3°d GH à 14°d GH ainsi qu’un pH allant de 5,8 à 7,8. Il peut vivre jusqu’à 5 ans.

Différences mâle et femelle : le ventre est plus plat chez le mâle, sa nageoire anale est rouge vif et bordée de noir, son corps et ses nageoires sont rouges sang. La femelle est moins colorée et sa nageoire anale est plus concave.

Comportement : vif, dynamique. Ce poisson a une énergie débordante. Ils se poursuivent entre eux, font du sur place pour tout à coup repartir à l’autre bout de l’aquarium. Je conseille donc un minimum de 80 cm de long pour qu’ils puissent laisser libre court à leur énergie. Il est toujours très content de voir quelqu’un s’approcher de l’aquarium sachant que ça signifie souvent : manger ! Il accepte les flocons et raffole des vers de vase congelés.

dsc00052vw2

Maintenance

Pour maintenir dans de bonnes conditions ce sympathique poisson, je conseille de le maintenir soit en mono-spécifique (seule espèce de l’aquarium) soit en présence d’espèce pacifique et de petites tailles étant donné qu’il mesure entre 3,5cm et 4cm.

Ce poisson grégaire forme facilement un banc mais quand il est vraiment détendu, le banc se disloque. A mettre par 10 minimum.

dsc00048mg2

La reproduction

L’aquarium doit comporter une touffe de plantes flottantes. Le tétra de Rio fraie en couple ou en groupe, à proximité de plantes à feuilles fines. Les oeufs sont transparents et l’éclosion a lieu 48 à 72 heures après dans une eau de 25°C. L’alevin s’accroche aux plantes et aux parois et la nage libre apparaît au bout de 5 jours.

dsc00033us5

Sychriscar Pour AQUA débutant

Guppy (Poecilia Reticulata)

Poecilia Reticulata

1

C’est le Docteur R.Guppy qui le découvrit en 1859 dans les petites Antilles. Localisation : Venezuela, Guyane, La Barbade Trinité, Bassin de l’Amazone. Ces poissons sont de grands dévoreurs de larves de moustiques, l’homme les a introduit dans de nombreuses régions infestées par ces insectes, sa répartition actuelle dépasse donc largement sa répartition d’origine. Le guppy que l’on trouve aujourd’hui dans le commerce n’a plus rien à voir avec ses parents sauvages, il est le fruit de nombreuses sélections génétiques. 

Bac bien planté où les femelles peuvent se soustraire à la cour incessante des mâles.
Température = 20 à 27°C, pH = 6,5 à 8.
Maintenir une eau bien propre.

Autres noms : Guppy, Million fish, Lebistes reticulatus

Mâle 2 à 4 cm; femelle 5 à 7 cm.
Les guppys mâles possédent différentes formes de nageoires caudales : la queue ronde,l’épée haute et l’épée basse,la double épée,la queue en pelle,le delta voile,la queue-de-lyre et la queue de voile.
Les femelles sont moins éclatantes que les mâles et leurs nageoires plus modestement développées que les mâles.
Il n’existe pas deux guppys mâles semblables.

Pacifique, toujours en mouvement. Le guppy vit en groupe, au moins 3 femelles pour un mâle, tant les ardeurs de ceux ci épuisent leurs compagnes.
Veiller au choix de ses compagnons d’aquarium : éviter les poissons trop agressifs qui pourraient mordiller les nageoires caudales en voile des mâles.

Omnivore. Accèpte les aliments industriels (paillettes) mais aussi la nourriture congelé, laitue boullie, concombre, courgette, épinard …

Reproduction facile. Ovovivipare, le poisson garde ses oeufs dans une poche spéciale et met au monde des petits entièrement formés. La gestation peut durer de 4 à 6 semaines selon la température. A 24°C, la gestation dure environ 30 jours, elle est beaucoup plus rapide avec une élévation de la température. Une femelle adulte peut donner naissance à 30 alevins, qui nagent dés la naissance.
La nageoire anale (gonopode) chez les mâles devient très allongée et pointue à la maturité du poisson (3 mois), elle devient alors l’organe copulatoire, qui est orientable.
Les mâles sont très ardents, poursuivent les femelles d’une cour assidue, qui sont fécondées pour plusieurs portées au cours d’un acte très bref.

Dans l’aquarium les jeunes constituent des proies faciles pour les autres poissons, prévoir une végétation du type Cabomba, Myriophylle où ils peuvent se cacher.

Romeo2000 (RIP) © Pour AQUA débutant

Tétra Cardinal ( Paracheirodon axelrodi)

Le Cardinalis

De son vrai nom : Paracheirodon axelrodi

cardinalis

Un poisson magnifique dans un aquarium amazonien, il possède un corps fusiforme dont la partie inférieure est d’un rouge vif et le ventre blanc, sur la partie supérieur une bande brune, ensuite, une bande d’un bleu vert électrique qui réfléchie la lumière et nous renvoie une couleur d’ensemble magnifique pour les yeux.
A ne pas confondre surtout avec le le Paracheirodon innesi (le néon) qui lui a la bande rouge qui s’arrête au milieu du corps, et qui ne demande d’ailleurs pas la même température de maintenance.

Comme tous les tetra, il est grégaire, donc il vit en banc, minimum 10 cardinalis pour qu’il se sente en sécurité, il lui faut également un bac bien adapté car il est très bon nageur malgré sa taille raisonnable et aime se déplacer, d’un côté à l’autre du bac.
Je dirais un bac d’un mètre de façade étant l’idéal pour un beau banc de Cardinalis, et le minimum je dirais un bac de 80 cm de façade.
L’espérance de vie se situe entre 2 et 6 ans environ dans un espace adapté et bien sûr, avec les paramètres dont il a besoin.
Il mesure entre 5 et 6 cm.

Ces besoins sont : un ph de 5 à 7, un gh de 1 à 8, sachant que la reproduction qui est assez rare en aquarium se fait aux alentours de 2 gh.
La température idéale pour le Cardinalis se situe entre 25 et 30 degrés maximum, autour de 23 degrés pour la reproduction.

Il aime une eau ambrée également, donc la tourbe lui convient tout à fait, un bac bien planté évidemment, attention au stress, car si il est placé en petit nombre, cela peut vite tourner en catastrophe avec les maladies, (maladie du néon, maladies des points blancs, champignons etc..)
Il fait toujours autant le bonheur visuel des aquariophiles dans un bac sm;

©Texte et Photo : AQUA débutant