Rasbora Borapetensis

Rasbora-borapetensis-Nonn

Photo source

Habitat Naturel

On le retrouve dans les grands bassins du Mékong et du Chao Phraya, ainsi que dans le Mae Klong, dans l’ouest de la Thaïlande.
Il a donc une aire de répartition naturelle très importante et a également été vu au Cambodge, au Laos, au Vietnam, en Malaisie péninsulaire et en Chine. On peut également le retrouver plus loin aux Philippines et aux îles de la Sonde, notamment dans des parties de la Malaisie, de l’Indonésie, du Brunei Darussalam et de Singapour où ils ont été introduits, mais n’en sont pas originaires.

Dans son habitat naturel, on retrouve cette espèce dans les eaux polluées de certaines localités. Il montre une préférence pour les mares d’eaux calmes et peu profondes, y compris les étangs, les fossés, les réservoirs et les canaux.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Cyprinidés.
Adulte il mesure adulte environ 5 cm.
C’est un poisson très paisible que l’on peut associer à divers autres espèces (voir maintenance ci-dessous).
Les mâles adultes sont plus petits et plus colorés que les femelles.

A l’achat il peut paraitre un peu fade au niveau des couleurs, mais très vite dans un bac bien adapté, il arbore de très jolies couleurs.

R.borapetensis possède un liseré noir le long du flanc avec un reflet jaunâtre irisé au -dessus et en dessous de ce liseré. La dorsale est incolore, et seule la base de la nageoire caudale est colorée en rouge, contrairement à R.rubrodorsalis qui présente une tache rouge vive sur la nageoire dorsale ce qui en fait la différence, et hormis cette différence ils sont un peu similaires. La nageoire abdominale, pectorale et ventrale sont transparentes. Attention, les deux espèces sont parfois appelées communément Rasbora à « queue rouge »

Maintenance

On les maintiendra dans pas moins de 100 litres et en un banc de 10 sujets minimum car ils sont grégaires et ont besoin d’espace pour nager.

Température de 22 à 26 C°
pH: 6.0 à  7.5
GH : 6 à 7

On placera un sol sombre, l’aquarium sera bien planté avec des racines ou du bois flotté.
La filtration ne sera pas trop importante, ils ne supportent pas du tout les courants rapides.

Si vous souhaitez faire un biotope vous pourrez les associer à ces espèces :
Badis, Betta, Trichogaster, Danio, Trigonostigma, Puntius, Crossocheilus, Pangio, Lepidocephalichthys et d’autres espèces de Rasbora..

Alimentation

Dans la nature c’est un microprédateur, il se nourrit de petits insectes, de petits crustacés, de vers et d’autres zooplanctons.

En aquarium, ils accepteront des aliments séchés d’une taille convenable, mais il faudra comme pour toutes les espèces de poissons, varier les repas quotidiens avec de la nourriture vivante et/ou congelée telle que des daphnies, des artémias etc.. ils vont alors vous offrir une coloration optimale et de plus ils seront encouragés à se reproduire et seront en très bonne santé.

Reproduction

Il se reproduit dans un aquarium bien planté sans aucune intervention humaine, on retrouve parfois des petits oeufs dispersés un peu partout. Avec d’autres prédateurs dans le bac, il est possible que tout soit mangé, mais comme ils se reproduisent très souvent lorsque le bac est bien aménagé pour eux, il n’est pas rare de retrouver des alevins apparaitre dans le bac.

©AQUA débutant

Le Tétra Bathyaethiops Breuseghemi

37748272221_67cb7435ea_b

Photo source

Habitat Naturel

Poisson Africain originaire du Congo.

B. breuseghemi est originaire de la République démocratique du Congo en Afrique occidentale et a été enregistré à Pres de Luebo, Tshimbula, au Congo belge et à Bena Tshadi, Lukibu, « le Zaïre de 1971 à 1997″ .

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Characidés. Parfois appelé le Tétra lune à tort par les exportateurs car le tétra lune est le B. caudomaculatus.
Adulte environ 7 cm.

On aperçoit une tâche pas tout à fait ronde (contrairement à B.caudomaculatus qui est plus arrondie) sur le pédoncule caudal. Un fond de robe gris/argenté et bleuté avec parfois des petits reflets jaunâtres. Très compliqué de distinguer à première vue les deux espèces : B. caudomaculatus et B. Breuseghemi.. ils sont parfois importés pour l’un ou l’autre.

Une petite tâche rouge/orangée vive se trouve sur le haut du dos des mâles, juste avant la base de la nageoire dorsale (pas présente chez les femelles). On retrouve aussi quelques stries grisâtres très claires sur toute la longueur du haut du corps, allant de la tête jusque la tâche noire du pédoncule caudal.

Ils sont pacifiques avec les autres habitants si ils sont en nombre suffisant pour faire un groupe. (une dizaine dans un aquarium serait le minimum).

Maintenance

On le mettra dans des bacs avec un volume d’au moins 130 litres pour une dizaine, avec d’autres compagnons, ce sont de poissons grégaires.

pH : 6 à 7,2
GH : 6 à 15
KH : 4 à 8
Température : de 22 à 25C°
Une bonne acclimatation sera nécessaire si votre revendeur n’a pas fait de quarantaine avant l’achat. N’hésitez pas à lui demander.

Pour un biotope Africain, on mettra des plantes d’origines Africaines telles que : des Anubias, Bolbitis, Aponogeton, Crinum calamistratum, Nesaea crassicaulis ou encore une Nymphaea lotus etc..

Dans le fond du bac on placera un sable de loire par ex, avec des racines et des plantes.
Pour les compagnons de vie, il est possible d’y mettre de petits cichlidés nains d’Afrique de l’Ouest ou petits tétra Africain afin de recréer un petit biotope.

Sinon, ils sont pacifiques avec les autres habitants si ils sont assez nombreux.

Nourriture

Ils sont omnivores, l’importance étant de varier le plus possible la nourriture et surtout la choisir de bonne qualité pour une santé optimum et une jolie coloration de robe des poissons..

Omnivore (mange de tout) : Sèche, comme vivante ou congelée.

Reproduction

Il est ovipare c’est à dire qu’il pond des petits oeufs en eau libre.

 

@AQUA débutant

Le Tétra Phoenix (Hemigrammus Filamentosus)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo source

Habitat Naturel

Petit Tétra originaire d’Amérique du Sud, on le retrouve principalement dans la rivière du Rio Araguaia.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Adulte il mesure 3 à 3,5 cm environ.
Son corps est un peu haut et sa robe de fond est de couleur grise/bleutée. On observe un trait sombre qui traverse le pédoncule caudal. La nageoire caudale est rouge chez le mâle, transparente chez la femelle. Les nageoires impaires colorées s’étirent vers l’arrière principalement chez le mâle. La bouche supère est relativement petite.
Il est facile de faire la différence des sexes entre le mâle et la femelle en effet, cette dernière est bien plus terne.
C’est un poisson vif et robuste et assez tolérant quant aux paramètres de l’eau pour peu que cela reste dans une fouchette raisonable de ses besoins.

Parfois appelé le Tétra Rose.. et décrit maintenant au nom de Tétra Phoenix (Phenix).

Cette fois, l’élevage en bac pour cette espèce, il est possible d’affirmer avec certitude que les conditions de vie dans l’aquarium sont un véritable paradis pour eux par rapport à leurs conditions de vie en pleine nature, même si l’espace de vie bien sûr est plus restreint. Dans la nature, on les retrouve avec des nageoires complètement abimés et avec bien moins de masse corporelle que élevés en aquarium et voir même un peu plus terne. En effet, dans leur milieu de vie naturel ils sont retrouvés parmi une multitude d’espèces de poissons spécialisées dans la consommation de nageoires. 

On observe cette différence d’amélioration et bien être, dés les premières semaines après l’achat des sujets sauvages, ce qui est plutôt rarement observés pour des poissons capturés dans la nature chez d’autres espèces.

Maintenance

Pas moins d’un bac de 100 litres pour 10 sujets, car ce sont de bons nageurs.
pH : 6 à 7
GH : 6 à 10
Température de l’eau : entre 24 et 28°C (25 sera parfait pour du long terme)

Le bac aura une lumière plutôt tamisée avec un sol sombre.
Un courant léger qui brasse le bac tout du long sera bien apprécié. On veillera à mettre beaucoup de plantes dans le bac, ce qui va les rassurer tout en laissant une partie libre de nage dans ce bac.
Ils occuperont le niveau de nage du milieu du bac et cohabitent facilement avec d’autres espèces.

Nourriture

Ils sont omnivores mais aiment les petits insectes. Ils acceptent toute sorte de nourriture, mais surtout il est important de bien varier la nourriture entre le sec, congelé et vivant. Ils vous donneront alors de magnifiques couleurs.

Reproduction

Sa reproduction en aquarium et assez difficile, l’eau doit être douce et acide avec une température de 28°C, un éclairage très faible et les parois du bac seront occultées. C’est un pondeur en eau libre qui peut se reproduire sur les plantes à fines feuilles ou sur les mousses aquatiques.
Une fois que la ponte a eu lieu, il faudra vite enlever les géniteurs sous peine de les voir dévorer leurs oeufs. Les alevins naissent environ 36H après et acceptent une nourriture très très fine. Dés lors, ils seront capables d’échapper à toute prédation du bac.

On le retrouve plus « facilement » auprès des bourses et clubs d’aquariophilie ou  chez les particuliers, mais rarement en magasin d’aquariophilie même en passant commande chez ces derniers, il est assez rare de pouvoir s’en procurer. Dommage il est très interessant avec de très belles couleurs lorsqu’il est maintenu dans les conditions optimales..

 

©AQUA débutant

Parambassis Siamensis

ichthyo,fische,fishes,aquarium,aquaristic,aquaristik, Perciformes,Cichlid,barsche, perches, ,freshwater,s٤wasser,zierfische

Photo source

Habitat naturel..

On le retrouve au Cambodge, en Malaisie, au Laos, en Thaïlande, au Vietnam, à Singapour et en Indonésie.

Il habite les rivières d’eau douce, et les plaines herbeuses inondées.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Ambassidés et il mesure adulte environ 5/6 cm.

Les sexes sont difficiles à distinguer, hormis les femelles à maturité ont le ventre un peu plus arrondi.

Son corps est trapu, et sa transparence laisse apparaître les arêtes et une partie des organes internes. On peut toutefois observer dans la lumière un reflet argenté sur son corps. La zone ventrale est plus brillante, comme la tête qui porte une minuscule zone iridescente bleue à brune au-dessus des yeux. Les nageoires sont transulicides.

C’est un poisson au comportement paisible et timide qui ne devrait pas être en colocation avec des espèces vives ou encore agressives. Ses colocataires pourraient être des vivipares, des petits poissons arc-en-ciel et des loches  (attention à ne pas les placer avec des poissons pour nano bac, « les espèces naines »).

Maintenance

C’est un poisson grégaire, on le mettra par 8/10 sujets minimum pour voir un comportement tout à fait normal au sein de son groupe et aucune agressivité.

On le placera dans un bac de minimum 120 litres.

Température : 22 à 25C°
pH : 6.5 à 7
GH : 8 à 15

Un substrat sombre aidera à rendre cette espèce timide et moins nerveuse, et elle affichera également ses meilleures couleurs. Fournir une couverture en plantant certaines zones du bac densément et en ajoutant aussi une végétation flottante. Les roches et le bois flotté peuvent également être utilisés.

Nourriture

Ils sont sauvages, les premiers jours on apportera de la nourriture vivante ou congelée de très bonne qualité de type larves de moustiques etc.. Ces petites perches de verre n’acceptent pas les paillettes lyophilisées, à voir avec le temps pour les paillettes.

Reproduction

Jamais connu en captivité, mais on pense.. que le processus de reproduction serait identique à  P. Ranga.  rien de certain aujourd’hui..

Son importation est assez occasionnelle. Il est parfois proposé à la vente comme P. Ranga , le poisson de verre indien. Contrairement à cette espèce cependant, P. siamensis est un poisson exclusivement d’eau douce et ne doit jamais être conservé dans des conditions d’eau saumâtre . Il peut être distingué de ranga par le manque de motifs derrière l’oeil et son corps un peu plus petit quand même.

©AQUA débutant

Le Tétra de Buenos Aires – Hyphessobrycon Anisitsi

224326

Photo source

Habitat Naturel..

On le retrouve dans le système fluvial du Paraná au Brésil, au Paraguay et en Argentine, plus le bassin versant de l’Uruguay en Uruguay et au Brésil.

Son type de localité est  Villa Rica, Paraguay, ceci se référant à la ville de Villarrica dans le département de Guairá, au Paraguay central.

Certains  sont retrouvés  dans la province de Buenos Aires, en Argentine,  et sont maintenant considérés comme se référant au congénère similaire  H. togoi (Miquelarena et López, 2006), de sorte que le nom commun  Tétra de Buenos Aires  peut en fait être quelque peu trompeur..

On le rencontre plus souvent dans les cours d’eau et les affluents. On peut le retrouver également dans les lacs et les bras morts des plaines inondables.

Dans la réserve des terres humides d’Esteros del Iberá, en Argentine, cette espèce se rencontre de manière sympatrique avec un certain nombre d’autres membres du genre, notamment H. auca , H. elachys , H. eques , H. igneus , H. luetkeni , H. meridionalis , H. reticulatus et H. wajat .

Tous les habitats de cette espèce possèdent des eaux naturelles et se trouvent dans une région subtropicale avec des précipitations abondantes et des hivers relativement doux.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Il mesure adulte environ 5 cm et on l’appelle communément le Tétra de Buesnos-Aires.

Il a la réputation de pincer les nageoires de ses colocataires, bien que ce comportement est observé lorsqu’ils ne sont pas en nombre suffisant.

C’est une espèce grégaire à la hiérarchie lâche, on peut observer des mâles rivaux qui luttent continuellement pour s’attirer l’attention, obtenir les faveurs et le positionnement des femelles au sein du groupe.

Un groupe de 8 à 10 sujet devrait être considéré comme indispensable, il en résultera un comportement plus naturel. Les mâles montreront également une meilleure coloration en présence de  rivaux .

Cela dit, il est relativement turbulent et ne constitue pas un compagnon idéal pour les poissons très timides, à mouvement lent ou encore avec des nageoires assez longues.

Les poissons robustes qui habitent des biotopes semblables dans la nature, notamment les characidés à la taille comparable, constituent un meilleur choix, mais les autres options possibles sont : les callichthyidés, loricariidés et ou  les curimates du genre Schizothorax et Characidium .

Si le biotope ne présente pas un problème, on peut introduire des poissons arc-en-ciel et des cyprinidés qui conviennent également, mais attention !  assurez-vous de bien étudier vos choix avant d’acheter..

Maintenance

Température : 16 à 28 C°
pH : 5,5 à 8,5
GH : 5 à 20

On ne prendra jamais les extrêmes pour les valeurs de l’eau,  mais une moyenne pour le long terme.

Le choix du décor n’est pas particulièrement important, même si  il est préférable pour avoir un comportement naturel et de jolies couleurs, de réaliser un aménagement bien structuré et idéalement bien planté.

La filtration n’a pas besoin d’être particulièrement forte, bien que l’espèce semble apprécier un certain mouvement de l’eau.

Nourriture

Il est omnivore, il se nourrit principalement dans la nature de vers, d’insectes et d’autres zooplancton, ainsi que de très petites quantités de végétaux et même des détritus organiques.

Dans un bac,  il est bien plus facile à nourrir, mais pour voir de magnifiques couleurs  et une très bonne santé des sujets maintenus il faudra leur offrir des repas réguliers avec  des aliments vivants et congelés comme des vers rouges, des daphnies, des artémias et aussides flocons séchés et des granulés de bonne qualité. L’important est de bien varier la nourriture.

Reproduction

Lorsqu’ils sont en bonne santé, les adultes vont frayer souvent, et dans un aquarium mature,  il est possible qu’un petit nombre d’alevins  commencent à apparaître sans aucune intervention. Si vous voulez maximiser la reproduction il possible également de créer un bac de reproduction pour avoir plus de rendemment.

Un couple ou un seul groupe comprenant un ou deux mâles et plusieurs femelles peuvent ensuite être introduits un soir et laissés en place jusqu’à ce que l’on voit des œufs (en général le lendemain matin). Ensuite, on enlèvera les adultes pour éviter que les oeufs soient manger.

Le frai se produit normalement pendant 2 à 4 heures, ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’une femelle mature bien conditionnée peut pondre jusqu’à 2000 œufs.. si si c’est vrai.. et qui vont éclore normalement en 24 à 36 heures. ça donne à réfléchir.

La nourriture initiale doit être très fine et de très bonne qualité en introduisant  par la suite des  Artemianauplies, des micro-vers etc., une fois que les alevins seront assez grands pour les accepter et auront perdu le sac vittelin.

Je suis pour laisser faire la nature vu le nombre d’alevins qu’on peut avoir avec une seule ponte, d’une seule femelle..

 

©AQUA débutant

Phenacogaster Tegatus

Phenacogaster-tegatus-fem

Photo source

Habitat naturel..

On le retrouve dans le bassin supérieur du Rio Paraguay dans le sud-ouest du Brésil, du Paraguay et le Río Paraná dans la province de Corrientes, au nord-est de l’Argentine.

Sa localité typique est le « Rio Jauru », bassin supérieur du Rio Paraguay, Brésil.

Peu de détails sont actuellement disponibles, mais il semblerait que cette espèce a une préférence pour une eau relativement claire avec une croissance dense de végétation submergée.

Rio Jauru

DSCN5920-652x312.jpg

Photo source

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés.
Les mâles sont plus sveltes que les femelles.

Adulte il mesure entre 4,5 et 6 cm.
Il a sur son corps transparent deux taches noires arrondies. l’une sur le pédoncule caudal et l’autre au milieu du corps.
Ses arrêtes sont visibles à l’oeil nu car son corps est transparent et sa colonne vertébrale apparait un peu jaunâtre. Ses nageoires sont incolores.

Paisible mais un peu inapproprié à l’aquarium communautaire général.

Maintenance

Température de 24 à 26 C° (idéalement 25)
Ph : 6 à 7,5 (idéalement 6,5)
GH de 3 à 12 (idéalement 6 ou 7)

C’est un poisson grégaire on le mettra par 10 sujets dans un bac de 80 litres au minimum.

On peut faire un bac de style naturel comprenant un substrat sablonneux et quelques racines de bois flotté, des branches, des plantes aquatiques.

Des feuilles séchées accentuent davantage la sensation naturelle du bac. En plus d’offrir une couverture supplémentaire pour les poissons, cela entraîne la croissance de colonies de microbes à mesure de la décomposition des feuilles, ce qui est très bon pour leur milieu aquatique.

On peut le maintenir avec d’autres petits poissons en bac d’ensemble, mais il est aussi interessant de le maintenir avec des Cichlidés nains tels que Apistogramma borelli ou A. commbrae et de petits mangeurs d’algues comme Otothyropsis piribebuy, des callichthyidés ou loricariidés petits.

Il apprécie de se cacher derrière les bosquets de plantes du bac.

Alimentation

Sauvage, il faudra démarrer une nourriture congelée. Larves de moustiques, daphnies et cyclops ou encore artemias et vers grindal seront apprécier. Par la suite, on pourra introduire une nourriture dite plus classique, des flocons et petits granulés vont pouvoir être manger facilement.
L’important, sera toujours de bien diversifier l’alimentation pour la bonne santé de vos habitants.

Reproduction

Pour le moment, aucune information sur une quelconque reproduction réussie en aquarium. A suivre..

On l’appelle parfois le « Tétra à six yeux » en référence à son motif de couleur comprenant deux taches sombres sur chaque flanc, et son oeil.

©AQUA débutant

Barbus à trois bandes (Dawkinsia Tambraparniei)

Puntius-tambraparnei-male

Photo source

L’habitat naturel..

La localité type est la Rivière Cauvery à Seringapatam qui correspond à Srirangapatna dans l’état de Karnataka, au sud-ouest de l’Inde, une ville située sur une île complètement entourée par la rivière Cauvery / Kaveri.

Malgré les efforts des collectes récentes, l’espèce semble disparue de cette localité, probablement en raison de la construction du grand barrage de Krishna Raja Sagara à une courte distance en amont.

Les connaissances actuelles suggèrent qu’il peut maintenant être limité au Cauvery supérieur dans les environs de Coorg, alias Kodagu, Karnataka, plus le système supérieur Tungabhadra River plus au nord, ce dernier est un affluent dans le bassin versant de Krishna et dans sa partie inférieure, l’une des rivières les plus polluées en Inde.

Le Tungabhadra est formé par les rivières Tunga et Bhadra et les enregistrements récents de D. arulius semblent ne concerner que ces drainages en amont.

Le Tungabhadra
Tungabhadra-River-Andhra-Pradesh

Photo source

Les relevés historiques du bassin de Cauvery plus au sud dans les collines Nilgiri, dans le Tamil Nadu et dans le district de Wayanad (Wynaad), semblent indiquer que D. rubrotinctus est présent , alors que d’autres cas se produisent au Kerala à Travancore, Kulathupuzha, Kottayam et Thenmalai ( Thenmala) se rapportent à D. arulius, D. rubrotinctus ou, dans le dernier cas, D. exclamatio .

Description et comportement

On l’appelle : Barbus arulius, Puntius arulius, Dawkinsia Tambraparniei ou Dawkinsia arulius..
Il fait partie de la famille des Cyprinidés.
Il mesure entre 10 et 13 cm maxi.

Sa robe de fond est de couleur crème et comporte des taches noires au milieu du corps, traversé de la tête au pédoncule caudal par une ligne fumée. L’avant du corps présente une zone bleu/vert-irisé. La nageoire dorsale est foncée. Leurs couleurs s’intensifient lors de l’excitation.

L’aclimatation et le premier plongeon après l’achat, s’avèrent un peu inquiètant pour eux, et il y a une sorte de panique qui se crée, ils sautent de partout dans l’aquarium et se précipitent un peu partout dans le bac contre les parois.
Il doit être maintenu dans un bac fermé car c’est un excellent sauteur.

Maintenance

On le maintiendra au nombre de 8 à 10 individus, en tout cas jamais moins de 6, c’est un poisson grégaire qui se déplace en groupe, cela va réduire également l’agressivité envers les autres habitants du bac (il ne présente aucune hostilité pour les autres habitants, sauf qu’ils peuvent leurs faire peur quand ils sont trop peu et de ce fait, stresser les autres habitants).

Le volume du bac communautaire sera de 250 litres, ils aiment nager et donc avoir de l’espace, un bac plus petit pour faire un bac communautaire serait un leurre.

Température de 20 à 25C°
Ph : 6 à 8 (idéal pour du long terme est 7)
GH : 15
On le maintiendra dans un décor un peu d’aquascaping, c’est à dire de nombreuses pierres et que cela ressemble à une rivière ou un cours d’eau, des plantes telles que de la Microsorum, Bolbitis ou Anubias spp. peuvent être attachées au décor.

Il a besoin absolument d’un changement régulier d’eau chaque semaine de l’ordre de 30% car il ne supporte pas l’accumulation de déchets ou trop de nitrates dans le bac. On veillera donc si on prend cette espèce, à bien faire les changements d’eau régulièrement c’est très important pour leur bien être.
On peut le maintenir idéalement avec d’autres Cyprinidés, des loches (Botidés, Balitoridés ou encore Némachélidés).

On peut toutefois les mettre avec des Corydoras, des Hyphessobrycon, Ancistrus..

Si on veut le maintenir en bac asiatique on y rajoutera Epalzeorhynchos Kalopterus, aplocheilus lineatus, Mystus vittatus et des loches du genre Schistura

Nourriture

Il est omnivore dans la nature, il se nourrit de larves d’insectes, de petit crustacés, d’algues et autres débris organiques..

Dans l’aquarium, il est facile de le nourrir il accepte presque tout, l’important est bien sûr de varier la nourriture, entre les paillettes, granulés et le vivant, ainsi que du congelé (bien dégeler avant c’est important). Ses couleurs en seront que plus jolies et cela permet de garder une bonne santé.

Reproduction

Laisser faire la nature, il n’est pas rare de trouver des alevins dans le bac si il est bien planté.

On peut également faire de la reproduction dans un petit bac avec une eau bien mature. Il est important de bien surveiller car les parents mangent les oeufs, et devraient être retirés dés que la ponte a eu lieu. On place alors deux mâles avec deux femelles qui paraissent gravides.
Les oeufs éclosent environ 24 à 48 h après la ponte avec une nage libre de l’alevin 24h après et on commencera à donner une nourriture pour alevins(très très fine)ou nauplies d’artémias.

! Attention toutefois à l’achat au magasin, si vous apercevez que certains sujets ont une bouche abimée et blanchâtre, c’est le symptôme d’une infection bactérienne grave, il vaut mieux ne pas les acheter à cet endroit.

© AQUA débutant