Le Néon Vert (Paracheirodon Simulans)

Habitat Naturel..

Il est d’origine d’Amérique du Sud.

Il vient du rio Negro moyen à supérieur, le Brésil en amont de l’embouchure de son principal affluent, le rio Branco, ainsi que le système Río Orinoco dans la région frontalière du Venezuela et de la Colombie, entre San Fernando de Atabapo et l’embouchure du Río Meta.

La localité type a été initialement donnée comme « Rio Purus, Manaus, Brésil », mais cela a été plus tard corrigé au rio Jufalis, rio Negro situé juste en amont de la confluence de ce dernier avec le rio Branco dans l’État d’Amazonas, au Brésil.

Contrairement à ses congénères P. innesi et P. axelrodi, cette espèce est un habitant exclusif des milieux d’eau noire et a tendance à être trouvé seulement dans le haut des bassins versants des affluents.

Ces habitats contiennent généralement de l’eau lente à moyennement fluide avec une végétation riveraine épaisse, souvent en surplomb, et des substrats sablonneux recouverts de branches tombées, de racines d’arbres et de litières foliaires.

L’eau est généralement acide, d’une dureté et d’une conductivité carbonate négligeables et d’un brunâtre taché en raison de la présence de substances humiques libérées par la décomposition de la matière organique.

Bien qu’il y a une gamme similaire à P. axelrodi les deux ne sont pas trouvés ensemble et P. simulans a également tendance à se produire dans les eaux plus chaudes.

Description et comportement

Son nom scientifique est « Hemigrammus Hyanuary » Il fait partie de la famille des characidés. On le nomme très souvent « le Faux Néon »
Il mesure adulte environ 4/5 cm
Le corps est allongé et mince, les nageoires sont transparentes.
La petite différence entre mâles et femelles est que les mâles adultes sont légèrement plus petits et nettement plus minces que les femelles. Le mâle a également un petit crochet sur la nageoire anale, qui manque chez les femelles.

Maintenance

A partir de 72 litres minimum pour 10 ou 12 sujets, c’est un poisson grégaire et très bon nageur.

Température de 24 à 27 C° (ne jamais prendre les valeurs extrêmes)
pH : 5 à 7 (6 est idéal)
GH: 2 à 15
Duré de vie de 5 ans environ

Il est conseillé de trouver un filtre qui a un débit d’eau entre 4 et 5 fois le volume de votre aquarium.

Dans un aquarium d’ensemble il est bien de mettre sur le sol un sable de rivière, des feuilles de catappa, hêtre ou chêne qui vont colorer l’eau. On mettra quelques racines ou du bois flotté, et on fera un bac bien planté.

Attention à bien faire des changements d’eau réguliers, les néons vert n’aime pas une eau chargée en déchets, cela peut leur être fatal.

Alimentation

Il est omnivore, il se nourrit de petits invertébrés, de crustacés, d’algues filamenteuses, de fruits tombés.. Il adore aussi les insectes.

En aquarium, il peut survivre sur un régime à base de nourriture sèche, mais comme la plupart des poissons il est important d’offrir un menu varié qui contient également du vivant, du congelé ex: vers rouge, larves de moustiques, daphnies etc.

Reproduction

Il est ovipare et pond en nage libre. Pour être certain d’avoir une reproduction, alors il vaut mieux les reproduire dans un bac spécifique avec une eau très acide et extrêmement douce. Ce bac doit être faiblement éclairé et on y introduira quelques mousses.

Dans un bac d’ensemble, il est peu propable d’avoir une reproduction, bien que il est toujours possible de voir apparaitre quelques alevins, si le bac possède beaucoup de cachettes.

©AQUA débutant

Killi Pachypanchax Sakaramyi

0be30e7a46332322629f2252d5efd743

Photo Source

Habitat Naturel..

La localité type est la Rivière Sakaramy au village de Sakaramy, à environ 30 kilomètres au sud d’Antsiranana (Diego Suarez),  Madagascar, à une altitude de 500 mètres, la rivière Sakaramy est un affluent de la rivière Sahakazoambany, à l’extrémité nord de Madagascar.

Les populations locales disent qu’il a déjà été vu au nord et au massif d’Ambohitra une formation volcanique à la pointe nord de Madagascar mais, les seules populations fluviales restantes sont limitées à une courte portion de la rivière Sakaramy entre Ambohitra (alias Joffreville) et le village de Sakaramy, ainsi que le cours supérieur de la rivière Antongombato adjacente.

Il est également censé se reproduire dans certains lacs de cratères de basse altitude, notamment «Farihy Texier» et «Farihy Fantany», mais plus rien n’à été prélevé à cet endroit depuis les années 1950.

La majorité de la population d’origine a déjà disparu du fait de l’introduction d’espèces envahissantes telles que « Gambusia holbrooki » et « Poecilia reticulata » de plus, la déforestation en cours du massif d’Ambohitra et le détournement de la source de la rivière Sakaramy pour un usage domestique des habitants, participent grandement à sa disparition..

Leurs habitats fluviaux sont constitués de ruisseaux à haut gradient coulant sous un couvert forestier intact et dégradé, caractérisés par des tronçons à écoulement rapide avec des piscines intermittentes plus profondes et immobiles. Les poissons sont présents dans les deux, mais sont plus abondants dans ces derniers.

L’eau a tendance à être complètement transparente sans matière en suspension ni colorée par les tanins avec une température de l’eau qui se mesure entre 20,5 et 22,0 ° C avec pH entre 7,2 et 7,5 et une conductivité entre 58,0 et 75,0 μS / cm2,  ainsi qu’un GH entre 2 et 4.

Dans le milieu naturel les substrats sont rocheux, on retrouve des galets arrondis et de gros rochers intermittents avec des branches gorgées d’eau, une caractéristique commune.

Dans le Sakaramy, aucune plante aquatique n’a été observée, mais dans le bassin supérieur d’Antongombato la plante de dentelle de Madagascar, Aponogeton madagascariensis, une Podostemonaceae non identifiée et une jacinthe d’eau exotique, Eichornia crassipes sont présentes.

Les juvéniles vivent dans des zones marginales peu profondes avec des adultes en eau plus profonde et dans la partie supérieure de la rivière Sakaramy et aucune autre espèce de poisson n’a été enregistrée.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Aplocheilidés. C’est un killi.
Adulte il mesure 7,5 cm environ

Le corps du mâle est rouge orangé avec des écailles dorées par endroit.
Le haut du dos et la tête sont gris foncé. Les nageoires dorsale et caudale sont rougeâtres, les autres sont grises, légèrement striées de noir.  Les femelles sont gris claires.

Maintenance

On le maintiendra dans un aquarium de 80 litres au minimum et en trio uniquement, avec aucun autre poisson dans le bac.

Température : 20  à 25 °C

pH : 7,2
KH : 2
GH : 3

On pourra alors décorer le bac avec des roches, mais surtout non calcaires. On y rajoutera des plantes : Anubias spp., Aponnogeton fenestralis et en surface on pourra rajouter de la Ceratopteris spp. qui donnera au trio un couvert végétal rassurant.

Alimentation

Des proies vivantes sont le menu idéal des killis : Artémias, Larve de moustiques, Daphnies, Cyclops, et ensuite on pourra mettre du congelé de bonne qualité, la nourriture sèche pourra éventuellement venir mais en dernier et ne pas représenter le repas quotidien.

Reproduction

Les femelles sont plus petites rebondies à maturité et fortement courtisées par les mâles. L’espèce ovipare et non annuelle va pondre dans les plantes et au-dessus du sol. Une reproduction dans un bac bien décoré est tout à fait possible. On peut toujours voir quelques alevins survivre à la prédation des parents.

©AQUA débutant

Le Barbus Rayé (Enteromius Fasciolatus)

9438706295_fc0b8927c0_b

Photo Source

Habitat naturel..

D’origine de l’Afrique Ouest. Son aire de répartition va du sud de la RDC, Botswana, Zambie à l’Angola.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Cyprinidés. Communément appelé « Barbus rayé »
Attention plusieurs espèces de barbus se vendent sous  le nom de « barbus rayé »..
Adulte il mesure 5 cm
Le fond de la coloration est rougeâtre pour les mâles, et verdâtre pour les femelles. La robe montre une bonne dizaine de barres noires verticales.

La couleur des mâles s’intensifie lors du frai. Les femelles gravides présentent un ventre d’apparence gonflé.

Maintenance

6 sujets minimum dans un bac de 80 litres.
Température : de 22 à 25°C
pH : 6,5
GH : 10

Les mâles pourchassent les femelles. C’est un poisson qui se déplace assez rapidement et qui a donc besoin d’un espace minimum pour être heureux.

On pourra rajouter des espèces de petites tailles ou mieux faire un bac régional avec des Epiplatys annulatus, Neolebias ssp., Lepidarchus adonis, Ladigesia roloffi, Nannocharax batesii.
Au-delà de 200 litres, on pourra l’associer à des Cichlidés nains du genre Pelvicachromis.
Dans le bac on pourra mettre de la mousse de Java ou/et de la Bolbitis Heudelotii ou des Anubias  qui offriront des abris.

Alimentation

Les premiers jours on apportera une nourriture congelée de très bonne qualité, (car ce sont souvent des sujets sauvages) ensuite on pourra distribuer une nourriture sèche ou en comprimés. Les nourritures seront à varier par la suite.

Reproduction

La reproduction sera assez délicate. On place deux mâles et trois/quatre femelles dans un bac spécifique équipé d’une grille pour protéger les oeufs des parents.

L’eau est douce et acide, filtrée sur tourbe. Les oeufs, une cinquantaine bien souvent, sont de petite taille et éclosent en 36 h à 26 C°. Au bout de quatre jours, les alevins nagent librement et auront donc besoin d’infusoires les premiers jours, puis on passera aux Nauplies d’artémias.

©AQUA débutant

Killi Renova Oscari

330044-moema-sp-mann2

Photo source

Habitat Naturel..

C’est un poisson annuel qui vit dans les mares et les petits cours d’eau de Isla Raton, entouré du fleuve Orénoque en son cours moyen au Vénezuela.

Il fut importé par Aquarium Glaser pour la première fois en 2013.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Rivulidés et mesure 6/8 cm environ une fois adulte.
Son nom (oscari) a été donné en l’honneur de Mr Oscar Léon Mata qui a découvert ce killi.

Les mâles ont les nageoires ainsi que le corps bleutés, ponctués de lignes et de points rouges.
La nageoire anale est bordée de jaune. Un trait blanc et orange souligne la base de la caudale. L’oeil bleuté est barré d’un trait noir.

Les femelles sont plus petites que les mâles et bien moins colorées de plus, elles possèdent un ocelle noir entouré de blanc sur le pédoncule caudal.

Il est farouche et pacifique.

Maintenance

Un couple pour un aquarium de minimum 50 litres sans aucun autre occupant sinon, il faudra prévoir plus de volume et préférer de faire alors, un bac régional.
Température : 24 à 26C°
pH : 6
KH : 2

Une espérance de vie assez courte, qui va quelques mois à une année environ..

Il est assez spécifique à maintenir et a des exigences qu’il ne faut pas négliger.
Un couvercle sur votre bac, c’est très important car c’est un excellent sauteur ce killi.
On les maintiendra dans un bac bien planté avec un fond de tourbe concassée pas forcément  très épais.

Si on souhaite le maintenir avec d’autres poissons et faire un bac régional, on visera un volume de 100 litres avec des Cardinalis, des Corydoras spp. tels que le Corydoras Bondi.

Nourriture

Les proies vivantes sont presque indispensables pour le menu : Larves de moustique, Daphnies, Cyclops..
Des proies lyophilisées sont ensuite consommées, mais attention, pas en principal menu quotidien.

Reproduction

Pour une reproduction on installera un petit aquarium de 20 litres environ, avec un fond de tourbe concassée qui sera suffisant pour que un couple puisse s’enfouir dans le substrat pour pondre.

Après plusieurs jours, on va retirer les parents et la tourbe en vérifiant la présence d’oeufs.
Asséchez la tourbe et placez le tout dans des sacs en plastique. Au bout de six mois, mettre le tout dans un bac, avec une eau préparée pour faire éclore les alevins.

©AQUA débutant

Oryzias Nigrimas

(Oryzias nigrimas) 1f

Photo Source

Habitat Naturel..

Il est d’origine du Lac Poso à L’île de Sulawesi.
Ce Lac est composé d’une eau alcaline mais assez douce, et de plus l’eau est très propre.

Le Lac Poso a un pH de 8,1, un GH de 5, une température de 27,7 C° avec une profondeur de 450 mètres et une surface de 323 km².

Description et comportement

C’est une espèce de petite taille, maxi 5 cm adulte.
Il fait partie de la famille des Adrianichthyidae. C’est un killi.

Il possède une robe de couleur grise avec un oeil bleuté, les mâles deviennent noirs pendant les parades nuptiales et pendant les intimidations entre-eux.

Les femelles sont toujours plus ternes que les mâles.

La nageoire anale dont les rayons allongés sont typique du genre, est légérement fumée.

Il vit prés de la surface de l’eau.
Les nombreuses bagarres des mâles sont sans aucune conséquence, c’est plutôt une sorte d’intimidation.

Maintenance

On y mettra pas moins de 8 individus dans un bac de 80 litres au minimum.

pH : 7,5 à 8,5
KH : 5
GH : 5 -12
Température de 27 à 28 C°

L’aquarium sera bien planté, on mettra surtout des plantes à feuilles fines et des plantes de surfaces.
Il est toutefois préférable de faire un bac spécifique pour eux. Si on souhaite faire un bac plutôt régional on pourra y introduire quelques escargots du genre Tylomelania et si le bac est grand on peut rajouter des Telmatherina bonti.
Il faudra une température assez élevée et des conditions qui restent stables toute l’année.

Dans la nature l’eau est très propre, il faudra donc maintenir le bac avec une eau bien propre et donc faire des changements réguliers. On surveillera également que le taux de nitrates ne dépasse pas les 20 au plus haut, sachant que 10 serait parfait.

Nourriture

Dans la nature c’est une espèce insectivore, au départ il vaut mieux commencer à leur donner une nourriture vivante  le temps de l’acclimatation, c’est à dire : larves de moustiques, daphniescyclopes, artemias..  et en congelé également, et peu à peu ils vont s’habituer à une nourriture plus sèche, mais il faudra garder à l’idée qu’il est important de donner du vivant et du congelé également tout au long de leur vie..  et évidemment une nourriture de bonne qualité pour qu’il garde une très bonne santé et de jolies couleurs.

Reproduction

Pour le moment nous avons très peu d’informations à son sujet, c’est une espèce encore très rare à trouver aujourd’hui en vente ou en bourse, bien que elle fut diffusée en France pour la première fois en 2017 par Aquaterra Diffusion, mais aucun retour sur la reproduction réussie aujourd’hui n’a été remontée pour le moment, mais comme les autres killis un pondeur d’oeufs.. à suivre pour plus de précisions sur la reproduction de ce killi..

 

©AQUA débutant

Rasbora Trilineata

Rasbora-trilineata-2

Photo source

Habitat Naturel

Il est d’origine des bassins du Chao Phraya et du Mékong inférieur au Laos, en Thaïlande et au Cambodge, et principalement en Malaisie péninsulaire et s’étend également dans les îles de la Sunda et de Bornéo, dans la région de la Sunda. Il pourrait être limité à l’est de Sumatra et aux parties sud et ouest de Bornéo, y compris l’État de Sarawak en Malaisie et la province indonésienne de Kalimantan occidental (Kalimantan Barat). Quoi qu’il en soit, les occurrences spécifiques sont beaucoup trop nombreuses pour être énumérées. Cette espèce en sauvages est de plus en plus difficile à trouver dans les magasins d’aquariophilie, étant donné que aujourd’hui ils produits commercialement dans plusieurs pays.

R.-trilineata-habitat-Bekee-River-floodplain

Photo source

Ils sont retrouvés dans divers types d’habitations, notamment des ruisseaux de montagne à écoulement rapide avec des substrats constitués de blocs rocheux, de petites pierres, de sable ou de gravier et également des eaux noires plus lentes, associées à des zones d’anciennes forêts de tourbières généralement remplies de feuilles mortes, brindilles et branches. Dans le premier cas, l’eau a tendance à être limpide avec un pH compris entre 6,5 et 7,5, tandis que dans le second, elle est typiquement brune du fait de la libération de tanins et d’autres produits chimiques libérés par la matière organique en décomposition, très douce (dureté négligeable) et acide (pH neutre). 4,0 – 6,0). Ces environnements forestiers sont souvent faiblement éclairés en raison de la canopée. Il habite également des étendues d’eau permanentes, y compris de nombreux réservoirs et lacs, et il est également connu pour se déplacer dans des zones inondées pendant la saison des pluies dans une partie de son aire de répartition.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Cyprinidés.

Adulte il mesure entre 10 cm et 15 cm (attention à la vente on le trouve bien plus petit mais il faut prévoir le volume du bac).

Cette espèce populaire est également connue sous le nom de rasbora à «trois lignes» et, à condition de disposer d’un aquarium assez grand, c’est un excellent choix pour les débutants. Le surnom de « rasbora ciseaux » vient du mouvement de contraction caractéristique de sa nageoire caudale lorsqu’il est au repos. Il se distingue du R. caudimaculata similaire par l’absence de coloration rouge de la nageoire caudale et de R. spilocerca par une taille beaucoup plus grande. Plusieurs formes géographiques semblent exister et certaines populations sauvages présentent une pigmentation jaunâtre variable à la nageoire caudale.

Maintenance

Il est grégaire, on placera un banc de 10 minimum et dans un volume de 250 litres, ils vont pouvoir être au mieux au niveau de l’espace.

Température : 22 à 25C°
pH: 5.0 à 8.0 (sachant que entre que à 6.5 ou 7 c’est l’idéal pour une maintenace à long terme)
GH : entre 6 et 7 idéalement

Un aquarium bien planté avec des racines et du bois flotté. On pourra y rajouter des roches et du gravier de taille variable, ainsi que de gros rochers érodés par l’eau.

On peut par exemple placer des plantes comme des élodées, des anubias nana attachées au décor, bolbitis etc.. on peut aussi rajouter de la mousse de java qui prendrait sur un décor, des Cryptocorynes.
On peut ajouter une litière de feuilles.

Il est toujours possible de rajouter de la tourbe dans la filtration, bien qu’une litière de feuille et toujours préférable à la tourbe et apportera un milieu bien plus interessant. Le bac sera fermé car ce sont de très bons sauteurs. On fera très bien les entretiens de l’aquarium et ceci régulièrement, car ils ne supportent pas l’accumulation des déchets organiques ce qui pourrait les rendre malades.

Alimentation

Cette espèce se nourrit principalement dans son habitat naturel d’invertébrés aquatiques et terrestres, en particulier d’insectes. Dans l’aquarium, il acceptera des aliments séchés d’une taille convenable, mais il faudra bien varier les repas quotidiens avec par exemple du vivant et du congelé : tels que des daphnies, des artémias, etc., qui donneront la meilleure coloration et vont encourager les poissons à se reproduire.

Reproduction

Ils vont disperser leurs oeufs à divers endroits de l’aquarium. Par contre les parents ne prennent pas soin des oeufs, donc si il y a d’autres habitants il se peut qu’ils soient manger, mais ils se reproduisent tellement souvent qu’il n’est pas rare de voir apparaître quelques alevins dans l’aquarium, si celui-ci est adapté à leur besoin de maintenance.

 

©AQUA débutant

 

 

Rasbora Borapetensis

Rasbora-borapetensis-Nonn

Photo source

Habitat Naturel

On le retrouve dans les grands bassins du Mékong et du Chao Phraya, ainsi que dans le Mae Klong, dans l’ouest de la Thaïlande.
Il a donc une aire de répartition naturelle très importante et a également été vu au Cambodge, au Laos, au Vietnam, en Malaisie péninsulaire et en Chine. On peut également le retrouver plus loin aux Philippines et aux îles de la Sonde, notamment dans des parties de la Malaisie, de l’Indonésie, du Brunei Darussalam et de Singapour où ils ont été introduits, mais n’en sont pas originaires.

Dans son habitat naturel, on retrouve cette espèce dans les eaux polluées de certaines localités. Il montre une préférence pour les mares d’eaux calmes et peu profondes, y compris les étangs, les fossés, les réservoirs et les canaux.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Cyprinidés.
Adulte il mesure adulte environ 5 cm.
C’est un poisson très paisible que l’on peut associer à divers autres espèces (voir maintenance ci-dessous).
Les mâles adultes sont plus petits et plus colorés que les femelles.

A l’achat il peut paraitre un peu fade au niveau des couleurs, mais très vite dans un bac bien adapté, il arbore de très jolies couleurs.

R.borapetensis possède un liseré noir le long du flanc avec un reflet jaunâtre irisé au -dessus et en dessous de ce liseré. La dorsale est incolore, et seule la base de la nageoire caudale est colorée en rouge, contrairement à R.rubrodorsalis qui présente une tache rouge vive sur la nageoire dorsale ce qui en fait la différence, et hormis cette différence ils sont un peu similaires. La nageoire abdominale, pectorale et ventrale sont transparentes. Attention, les deux espèces sont parfois appelées communément Rasbora à « queue rouge »

Maintenance

On les maintiendra dans pas moins de 100 litres et en un banc de 10 sujets minimum car ils sont grégaires et ont besoin d’espace pour nager.

Température de 22 à 26 C°
pH: 6.0 à  7.5
GH : 6 à 7

On placera un sol sombre, l’aquarium sera bien planté avec des racines ou du bois flotté.
La filtration ne sera pas trop importante, ils ne supportent pas du tout les courants rapides.

Si vous souhaitez faire un biotope vous pourrez les associer à ces espèces :
Badis, Betta, Trichogaster, Danio, Trigonostigma, Puntius, Crossocheilus, Pangio, Lepidocephalichthys et d’autres espèces de Rasbora..

Alimentation

Dans la nature c’est un microprédateur, il se nourrit de petits insectes, de petits crustacés, de vers et d’autres zooplanctons.

En aquarium, ils accepteront des aliments séchés d’une taille convenable, mais il faudra comme pour toutes les espèces de poissons, varier les repas quotidiens avec de la nourriture vivante et/ou congelée telle que des daphnies, des artémias etc.. ils vont alors vous offrir une coloration optimale et de plus ils seront encouragés à se reproduire et seront en très bonne santé.

Reproduction

Il se reproduit dans un aquarium bien planté sans aucune intervention humaine, on retrouve parfois des petits oeufs dispersés un peu partout. Avec d’autres prédateurs dans le bac, il est possible que tout soit mangé, mais comme ils se reproduisent très souvent lorsque le bac est bien aménagé pour eux, il n’est pas rare de retrouver des alevins apparaitre dans le bac.

©AQUA débutant

Tétra Bathyaethiops Breuseghemi

37748272221_67cb7435ea_b

Photo source

Habitat Naturel

Poisson Africain originaire du Congo.

B. breuseghemi est originaire de la République démocratique du Congo en Afrique occidentale et a été enregistré à Pres de Luebo, Tshimbula, au Congo belge et à Bena Tshadi, Lukibu, « le Zaïre de 1971 à 1997″ .

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Characidés. Parfois appelé le Tétra lune à tort par les exportateurs car le tétra lune est le B. caudomaculatus.
Adulte environ 7 cm.

On aperçoit une tâche pas tout à fait ronde (contrairement à B.caudomaculatus qui est plus arrondie) sur le pédoncule caudal. Un fond de robe gris/argenté et bleuté avec parfois des petits reflets jaunâtres. Très compliqué de distinguer à première vue les deux espèces : B. caudomaculatus et B. Breuseghemi.. ils sont parfois importés pour l’un ou l’autre.

Une petite tâche rouge/orangée vive se trouve sur le haut du dos des mâles, juste avant la base de la nageoire dorsale (pas présente chez les femelles). On retrouve aussi quelques stries grisâtres très claires sur toute la longueur du haut du corps, allant de la tête jusque la tâche noire du pédoncule caudal.

Ils sont pacifiques avec les autres habitants si ils sont en nombre suffisant pour faire un groupe. (une dizaine dans un aquarium serait le minimum).

Maintenance

On le mettra dans des bacs avec un volume d’au moins 130 litres pour une dizaine, avec d’autres compagnons, ce sont de poissons grégaires.

pH : 6 à 7,2
GH : 6 à 15
KH : 4 à 8
Température : de 22 à 25C°
Une bonne acclimatation sera nécessaire si votre revendeur n’a pas fait de quarantaine avant l’achat. N’hésitez pas à lui demander.

Pour un biotope Africain, on mettra des plantes d’origines Africaines telles que : des Anubias, Bolbitis, Aponogeton, Crinum calamistratum, Nesaea crassicaulis ou encore une Nymphaea lotus etc..

Dans le fond du bac on placera un sable de loire par ex, avec des racines et des plantes.
Pour les compagnons de vie, il est possible d’y mettre de petits cichlidés nains d’Afrique de l’Ouest ou petits tétra Africain afin de recréer un petit biotope.

Sinon, ils sont pacifiques avec les autres habitants si ils sont assez nombreux.

Nourriture

Ils sont omnivores, l’importance étant de varier le plus possible la nourriture et surtout la choisir de bonne qualité pour une santé optimum et une jolie coloration de robe des poissons..

Omnivore (mange de tout) : Sèche, comme vivante ou congelée.

Reproduction

Il est ovipare c’est à dire qu’il pond des petits oeufs en eau libre.

 

@AQUA débutant

Le Tétra Phoenix (Hemigrammus Filamentosus)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo source

Habitat Naturel

Petit Tétra originaire d’Amérique du Sud, on le retrouve principalement dans la rivière du Rio Araguaia.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Adulte il mesure 3 à 3,5 cm environ.
Son corps est un peu haut et sa robe de fond est de couleur grise/bleutée. On observe un trait sombre qui traverse le pédoncule caudal. La nageoire caudale est rouge chez le mâle, transparente chez la femelle. Les nageoires impaires colorées s’étirent vers l’arrière principalement chez le mâle. La bouche supère est relativement petite.
Il est facile de faire la différence des sexes entre le mâle et la femelle en effet, cette dernière est bien plus terne.
C’est un poisson vif et robuste et assez tolérant quant aux paramètres de l’eau pour peu que cela reste dans une fouchette raisonable de ses besoins.

Parfois appelé le Tétra Rose.. et décrit maintenant au nom de Tétra Phoenix (Phenix).

Cette fois, l’élevage en bac pour cette espèce, il est possible d’affirmer avec certitude que les conditions de vie dans l’aquarium sont un véritable paradis pour eux par rapport à leurs conditions de vie en pleine nature, même si l’espace de vie bien sûr est plus restreint. Dans la nature, on les retrouve avec des nageoires complètement abimés et avec bien moins de masse corporelle que élevés en aquarium et voir même un peu plus terne. En effet, dans leur milieu de vie naturel ils sont retrouvés parmi une multitude d’espèces de poissons spécialisées dans la consommation de nageoires. 

On observe cette différence d’amélioration et bien être, dés les premières semaines après l’achat des sujets sauvages, ce qui est plutôt rarement observés pour des poissons capturés dans la nature chez d’autres espèces.

Maintenance

Pas moins d’un bac de 100 litres pour 10 sujets, car ce sont de bons nageurs.
pH : 6 à 7
GH : 6 à 10
Température de l’eau : entre 24 et 28°C (25 sera parfait pour du long terme)

Le bac aura une lumière plutôt tamisée avec un sol sombre.
Un courant léger qui brasse le bac tout du long sera bien apprécié. On veillera à mettre beaucoup de plantes dans le bac, ce qui va les rassurer tout en laissant une partie libre de nage dans ce bac.
Ils occuperont le niveau de nage du milieu du bac et cohabitent facilement avec d’autres espèces.

Nourriture

Ils sont omnivores mais aiment les petits insectes. Ils acceptent toute sorte de nourriture, mais surtout il est important de bien varier la nourriture entre le sec, congelé et vivant. Ils vous donneront alors de magnifiques couleurs.

Reproduction

Sa reproduction en aquarium et assez difficile, l’eau doit être douce et acide avec une température de 28°C, un éclairage très faible et les parois du bac seront occultées. C’est un pondeur en eau libre qui peut se reproduire sur les plantes à fines feuilles ou sur les mousses aquatiques.
Une fois que la ponte a eu lieu, il faudra vite enlever les géniteurs sous peine de les voir dévorer leurs oeufs. Les alevins naissent environ 36H après et acceptent une nourriture très très fine. Dés lors, ils seront capables d’échapper à toute prédation du bac.

On le retrouve plus « facilement » auprès des bourses et clubs d’aquariophilie ou  chez les particuliers, mais rarement en magasin d’aquariophilie même en passant commande chez ces derniers, il est assez rare de pouvoir s’en procurer. Dommage il est très interessant avec de très belles couleurs lorsqu’il est maintenu dans les conditions optimales..

 

©AQUA débutant

Parambassis Siamensis

ichthyo,fische,fishes,aquarium,aquaristic,aquaristik, Perciformes,Cichlid,barsche, perches, ,freshwater,s٤wasser,zierfische

Photo source

Habitat naturel..

On le retrouve au Cambodge, en Malaisie, au Laos, en Thaïlande, au Vietnam, à Singapour et en Indonésie.

Il habite les rivières d’eau douce, et les plaines herbeuses inondées.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Ambassidés et il mesure adulte environ 5/6 cm.

Les sexes sont difficiles à distinguer, hormis les femelles à maturité ont le ventre un peu plus arrondi.

Son corps est trapu, et sa transparence laisse apparaître les arêtes et une partie des organes internes. On peut toutefois observer dans la lumière un reflet argenté sur son corps. La zone ventrale est plus brillante, comme la tête qui porte une minuscule zone iridescente bleue à brune au-dessus des yeux. Les nageoires sont transulicides.

C’est un poisson au comportement paisible et timide qui ne devrait pas être en colocation avec des espèces vives ou encore agressives. Ses colocataires pourraient être des vivipares, des petits poissons arc-en-ciel et des loches  (attention à ne pas les placer avec des poissons pour nano bac, « les espèces naines »).

Maintenance

C’est un poisson grégaire, on le mettra par 8/10 sujets minimum pour voir un comportement tout à fait normal au sein de son groupe et aucune agressivité.

On le placera dans un bac de minimum 120 litres.

Température : 22 à 25C°
pH : 6.5 à 7
GH : 8 à 15

Un substrat sombre aidera à rendre cette espèce timide et moins nerveuse, et elle affichera également ses meilleures couleurs. Fournir une couverture en plantant certaines zones du bac densément et en ajoutant aussi une végétation flottante. Les roches et le bois flotté peuvent également être utilisés.

Nourriture

Ils sont sauvages, les premiers jours on apportera de la nourriture vivante ou congelée de très bonne qualité de type larves de moustiques etc.. Ces petites perches de verre n’acceptent pas les paillettes lyophilisées, à voir avec le temps pour les paillettes.

Reproduction

Jamais connu en captivité, mais on pense.. que le processus de reproduction serait identique à  P. Ranga.  rien de certain aujourd’hui..

Son importation est assez occasionnelle. Il est parfois proposé à la vente comme P. Ranga , le poisson de verre indien. Contrairement à cette espèce cependant, P. siamensis est un poisson exclusivement d’eau douce et ne doit jamais être conservé dans des conditions d’eau saumâtre . Il peut être distingué de ranga par le manque de motifs derrière l’oeil et son corps un peu plus petit quand même.

©AQUA débutant