Tétra Bathyaethiops Breuseghemi

37748272221_67cb7435ea_b

Photo source

Habitat Naturel

Poisson Africain originaire du Congo.

B. breuseghemi est originaire de la République démocratique du Congo en Afrique occidentale et a été enregistré à Pres de Luebo, Tshimbula, au Congo belge et à Bena Tshadi, Lukibu, « le Zaïre de 1971 à 1997″ .

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Characidés. Parfois appelé le Tétra lune à tort par les exportateurs car le tétra lune est le B. caudomaculatus.
Adulte environ 7 cm.

On aperçoit une tâche pas tout à fait ronde (contrairement à B.caudomaculatus qui est plus arrondie) sur le pédoncule caudal. Un fond de robe gris/argenté et bleuté avec parfois des petits reflets jaunâtres. Très compliqué de distinguer à première vue les deux espèces : B. caudomaculatus et B. Breuseghemi.. ils sont parfois importés pour l’un ou l’autre.

Une petite tâche rouge/orangée vive se trouve sur le haut du dos des mâles, juste avant la base de la nageoire dorsale (pas présente chez les femelles). On retrouve aussi quelques stries grisâtres très claires sur toute la longueur du haut du corps, allant de la tête jusque la tâche noire du pédoncule caudal.

Ils sont pacifiques avec les autres habitants si ils sont en nombre suffisant pour faire un groupe. (une dizaine dans un aquarium serait le minimum).

Maintenance

On le mettra dans des bacs avec un volume d’au moins 130 litres pour une dizaine, avec d’autres compagnons, ce sont de poissons grégaires.

pH : 6 à 7,2
GH : 6 à 15
KH : 4 à 8
Température : de 22 à 25C°
Une bonne acclimatation sera nécessaire si votre revendeur n’a pas fait de quarantaine avant l’achat. N’hésitez pas à lui demander.

Pour un biotope Africain, on mettra des plantes d’origines Africaines telles que : des Anubias, Bolbitis, Aponogeton, Crinum calamistratum, Nesaea crassicaulis ou encore une Nymphaea lotus etc..

Dans le fond du bac on placera un sable de loire par ex, avec des racines et des plantes.
Pour les compagnons de vie, il est possible d’y mettre de petits cichlidés nains d’Afrique de l’Ouest ou petits tétra Africain afin de recréer un petit biotope.

Sinon, ils sont pacifiques avec les autres habitants si ils sont assez nombreux.

Nourriture

Ils sont omnivores, l’importance étant de varier le plus possible la nourriture et surtout la choisir de bonne qualité pour une santé optimum et une jolie coloration de robe des poissons..

Omnivore (mange de tout) : Sèche, comme vivante ou congelée.

Reproduction

Il est ovipare c’est à dire qu’il pond des petits oeufs en eau libre.

 

@AQUA débutant

Le Tétra Phoenix (Hemigrammus Filamentosus)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo source

Habitat Naturel

Petit Tétra originaire d’Amérique du Sud, on le retrouve principalement dans la rivière du Rio Araguaia.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Adulte il mesure 3 à 3,5 cm environ.
Son corps est un peu haut et sa robe de fond est de couleur grise/bleutée. On observe un trait sombre qui traverse le pédoncule caudal. La nageoire caudale est rouge chez le mâle, transparente chez la femelle. Les nageoires impaires colorées s’étirent vers l’arrière principalement chez le mâle. La bouche supère est relativement petite.
Il est facile de faire la différence des sexes entre le mâle et la femelle en effet, cette dernière est bien plus terne.
C’est un poisson vif et robuste et assez tolérant quant aux paramètres de l’eau pour peu que cela reste dans une fouchette raisonable de ses besoins.

Parfois appelé le Tétra Rose.. et décrit maintenant au nom de Tétra Phoenix (Phenix).

Cette fois, l’élevage en bac pour cette espèce, il est possible d’affirmer avec certitude que les conditions de vie dans l’aquarium sont un véritable paradis pour eux par rapport à leurs conditions de vie en pleine nature, même si l’espace de vie bien sûr est plus restreint. Dans la nature, on les retrouve avec des nageoires complètement abimés et avec bien moins de masse corporelle que élevés en aquarium et voir même un peu plus terne. En effet, dans leur milieu de vie naturel ils sont retrouvés parmi une multitude d’espèces de poissons spécialisées dans la consommation de nageoires. 

On observe cette différence d’amélioration et bien être, dés les premières semaines après l’achat des sujets sauvages, ce qui est plutôt rarement observés pour des poissons capturés dans la nature chez d’autres espèces.

Maintenance

Pas moins d’un bac de 100 litres pour 10 sujets, car ce sont de bons nageurs.
pH : 6 à 7
GH : 6 à 10
Température de l’eau : entre 24 et 28°C (25 sera parfait pour du long terme)

Le bac aura une lumière plutôt tamisée avec un sol sombre.
Un courant léger qui brasse le bac tout du long sera bien apprécié. On veillera à mettre beaucoup de plantes dans le bac, ce qui va les rassurer tout en laissant une partie libre de nage dans ce bac.
Ils occuperont le niveau de nage du milieu du bac et cohabitent facilement avec d’autres espèces.

Nourriture

Ils sont omnivores mais aiment les petits insectes. Ils acceptent toute sorte de nourriture, mais surtout il est important de bien varier la nourriture entre le sec, congelé et vivant. Ils vous donneront alors de magnifiques couleurs.

Reproduction

Sa reproduction en aquarium et assez difficile, l’eau doit être douce et acide avec une température de 28°C, un éclairage très faible et les parois du bac seront occultées. C’est un pondeur en eau libre qui peut se reproduire sur les plantes à fines feuilles ou sur les mousses aquatiques.
Une fois que la ponte a eu lieu, il faudra vite enlever les géniteurs sous peine de les voir dévorer leurs oeufs. Les alevins naissent environ 36H après et acceptent une nourriture très très fine. Dés lors, ils seront capables d’échapper à toute prédation du bac.

On le retrouve plus « facilement » auprès des bourses et clubs d’aquariophilie ou  chez les particuliers, mais rarement en magasin d’aquariophilie même en passant commande chez ces derniers, il est assez rare de pouvoir s’en procurer. Dommage il est très interessant avec de très belles couleurs lorsqu’il est maintenu dans les conditions optimales..

 

©AQUA débutant

Phenacogaster Tegatus

Phenacogaster-tegatus-fem

Photo source

Habitat naturel..

On le retrouve dans le bassin supérieur du Rio Paraguay dans le sud-ouest du Brésil, du Paraguay et le Río Paraná dans la province de Corrientes, au nord-est de l’Argentine.

Sa localité typique est le « Rio Jauru », bassin supérieur du Rio Paraguay, Brésil.

Peu de détails sont actuellement disponibles, mais il semblerait que cette espèce a une préférence pour une eau relativement claire avec une croissance dense de végétation submergée.

Rio Jauru

DSCN5920-652x312.jpg

Photo source

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés.
Les mâles sont plus sveltes que les femelles.

Adulte il mesure entre 4,5 et 6 cm.
Il a sur son corps transparent deux taches noires arrondies. l’une sur le pédoncule caudal et l’autre au milieu du corps.
Ses arrêtes sont visibles à l’oeil nu car son corps est transparent et sa colonne vertébrale apparait un peu jaunâtre. Ses nageoires sont incolores.

Paisible mais un peu inapproprié à l’aquarium communautaire général.

Maintenance

Température de 24 à 26 C° (idéalement 25)
Ph : 6 à 7,5 (idéalement 6,5)
GH de 3 à 12 (idéalement 6 ou 7)

C’est un poisson grégaire on le mettra par 10 sujets dans un bac de 80 litres au minimum.

On peut faire un bac de style naturel comprenant un substrat sablonneux et quelques racines de bois flotté, des branches, des plantes aquatiques.

Des feuilles séchées accentuent davantage la sensation naturelle du bac. En plus d’offrir une couverture supplémentaire pour les poissons, cela entraîne la croissance de colonies de microbes à mesure de la décomposition des feuilles, ce qui est très bon pour leur milieu aquatique.

On peut le maintenir avec d’autres petits poissons en bac d’ensemble, mais il est aussi interessant de le maintenir avec des Cichlidés nains tels que Apistogramma borelli ou A. commbrae et de petits mangeurs d’algues comme Otothyropsis piribebuy, des callichthyidés ou loricariidés petits.

Il apprécie de se cacher derrière les bosquets de plantes du bac.

Alimentation

Sauvage, il faudra démarrer une nourriture congelée. Larves de moustiques, daphnies et cyclops ou encore artemias et vers grindal seront apprécier. Par la suite, on pourra introduire une nourriture dite plus classique, des flocons et petits granulés vont pouvoir être manger facilement.
L’important, sera toujours de bien diversifier l’alimentation pour la bonne santé de vos habitants.

Reproduction

Pour le moment, aucune information sur une quelconque reproduction réussie en aquarium. A suivre..

On l’appelle parfois le « Tétra à six yeux » en référence à son motif de couleur comprenant deux taches sombres sur chaque flanc, et son oeil.

©AQUA débutant

Tétra Empereur (Nematobrycon Palmeri )

Nematobrycon-palmeri-male

Un mâle

Photo source

Habitat Naturel..

Il est d’origine d’Amérique du Sud. Endémique des bassins fluviaux de San Juan et d’Atrato en Colombie, avec une localité  type qui est  «Condoto, Río Condoto et Novita, Río Tamana, sud-ouest de la Colombie»

On le retrouve principalement dans les sections des rivières, des affluents mineurs et des marigots.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Il a un corps comprimé mais assez haut.
Sa robe est brune à la base avec une raie de couleur bleue-nuit irisée qui sépare le corps de l’opercule jusqu’à la caudale. Ses nageoires sont transparentes et aux extrémités de couleur jaune citron.

Adulte il mesure de 3.5 cm à 6/7 cm pour les plus grands mâles.

Les mâles sont plus gros, plus colorés et développent des nageoires dorsales , anales et caudales très étendues à mesure qu’ils deviennent adultes. C’est l’une des rares espèces de characin dans laquelle le rayon central de la nageoire caudale s’allonge également. Les mâles ont aussi un iris bleu, alors que celui des femelles est vert.

Il est parfois confondu avec N. lacortei , qui est actuellement la seule autre espèce du genre . Ils peuvent facilement être distingués en regardant l’œil du poisson en question, car le mâle N. lacortei a un iris rouge vif par opposition à l’iris bleu chez le mâle N. palmeri .
Egalement confondu de temps à autre avec l’Inpaichthys kerri  quand ils sont petits, mais la différence est que ce dernier ne possède pas un appendice au bout de la caudale et les couleurs sont un peu différentes.

Maintenance

Un bac de 80 litres au minimum pour un banc de 6 (attention de prendre un  seul mâle pour 5 femelles étant donné que  les mâles ont un comportement intraspécifique. Si il y a trop de mâles par rapport au ratio femelles il y aura des conflits certains au sein du banc.

L’idéal serait de le maintenir au minimum avec un banc de 10 ou 12 sujets dans un bac de 120 litres ou plus.

Température de 23 à 27 C°
pH : 5 à 7.5
GH : Idéalement on le maintiendra à 5/6 (sachant qu’on ne dépassera jamais les 8 )

Il est important d’aménager le bac avec de nombreuses cachettes, surtout si on y introduit plusieurs mâles et il faudrait alors, un bac bien plus grand que 80 litres dans ce dernier cas. Cela permet aux femelles également d’aller se reposer et éviter de se faire harceler par les avances du mâle.

On fera également attention aux habitants du bac, on ne les mettra pas par exemple avec des poissons aux longues nageoires. De petits cichlidés d’amérique du Sud peuvent convenir, on peut aussi le mettre avec d’autres Characidés, rasbora, ou poissons crayon et des Loricariidés pour le fond..

Nourriture

Dans la nature il se nourrit de petits crustacés, de larves de moustique,  de vers de vase..

Il est omnivore, mais l’important est surtout de bien varier la nourriture avec des aliments secs , des artémias vivants par ex, ou congelés.  Il est également préférable de donner des aliments de très bonne qualité, il vous le rendra bien avec ses jolies couleurs clinquantes qui seront le signe de bonne santé et de bonne reproduction.

Reproduction

Il vaut mieux laisser faire la nature, car il faut un ratio mâles /femelles par aquarium à respecter, afin d’éviter les soucis d’agressivité au sein du banc. A moins, qu’on puisse les donner ou les vendre. (l’agressivité entre-eux n’est que superficielle pour impressionner l’autre mâle si il y en a un autre, et que le bac n’a pas assez de cachettes)

Sinon il est possible de les reproduire en introduisant un mâle qui affiche ses plus belles couleurs et une belle grosse femelle dans un petit bac de 20 litres rempli à moitié avec quelques végétations et les laisser frayer (en principe si on les introduit un soir, le lendemain matin on peut voir des oeufs) dés que les oeufs sont là, il faut retirer immédiatement le couple (ils risquent de les manger) et attendre 24 à 36 H avant qu’ils n’éclosent. Les alevins atteignent le stade de la nage libre 4 à 5 jours après. On pourra alors les nourrir avec des infusoirs et environ deux semaines plus tard on pourra donner des nauplies d’artémias.

 

©AQUA débutant

Tyttocharax Madeirae

Le Tyttocharax madeirae
Blackedge tétra

Tyttocharax-madeirae

Photo source

Son habitat naturel..

Il est originaire du Brésil et du Pérou.
Il est retrouvé dans des cours d’eau rapides et fortement oxygénés. L’eau y est naturellement douce et acide.

map_of_Tyttocharax_madeirae

Photo source

T. madeirae est importé de façon irrégulière depuis deux ans en Allemagne par Aquarium Glaser, donc il reste assez rare dans le commerce actuellement, il faut le commander, et encore, parfois il est impossible de l’obtenir..

Description

Il fait partie de la famille des Characidés. Il mesure adulte 1,5 cm à 1,8 cm environ.
On l’appelle également le Blackedge tétra (en).

Il a un corps assez haut pour le genre Tyttocharax. Sa bouche se termine assez petite, son ventre est blanc, et son corps présente un reflet bleu irisé magnifique. Le milieu de son corps est traversé pour une ligne bleu roi. Son oeil est assez grand. La nageoire dorsale ainsi que la nageoire anale, sont légèrement striées de noir, les autres nageoires sont incolores.

Petite distinction à connaitre afin d’éviter les confusions :
Deux espèces sont confondues, toutes deux en provenance du Pérou : T. cochui et T. madeirae. Au premier coup d’œil ces deux espèces se ressemblent beaucoup et furent souvent confondues dans le passé.
Une autre raison de la confusion, est le fait que l’espèce T. madeirae n’a pas été reconnue dans des collections scientifiques du Pérou jusqu’ici.
Ces deux espèces de tétra nains peuvent être mieux distinguées par l’observation de la coloration de la nageoire dorsale et des nageoires anales. En effet, ces nageoires sont totalement transparentes chez T. cochui, et on y retrouve des marques sombres dans T. madeirae.

Maintenance

A partir d’un volume de 30 litres en bac spécifique, 10 sujets de la même espèce est toujours possible, mais vraiment, sans aucun autre habitant, sinon il faudra prévoir plus grand, 54 litres est parfait pour maintenir un banc de 30 individus qui donne un comportement nettement plus intéressant à observer si mis en spécifique également.

Température : 23 à 26 degrés
pH : 6
GH : 3/4

Il faudra prendre précaution à bien l’acclimater en groupe car il est très nerveux. Les mâles constituent des petits territoires prés de la surface de l’eau. Il est toutefois possible de le maintenir en bac communautaire avec trois ou quatre autres petites espèces comme lui de moins de 5 cm, tout en sachant que un bac spécifique pour eux est préférable, avec comme espèce de fond par exemple, des Corydoras spp. (nains), ou des Otocinclus spp.(nains), mais dans ce dernier cas, le volume devra être au moins de 54 litres et pas en dessous.
Il faudra introduire des plantes flottantes dans le bac qui vont les rassurer. La filtration sera assez forte car ils adorent nager inlassablement dans le courant de l’eau.
Il est tout à fait possible de le maintenir dans un bac bien planté.

Attention à la qualité de l’eau pour une bonne maintenance de l’espèce.

Alimentation

Comme il s’agit de sujets sauvages, il faut démarrer l’acclimatation à la nourriture à l’aide d’une nourriture congelée très fine comme des daphnies, des micros-vers, des larves de moustiques ensuite on pourra passer à une nourriture sèche et des tubifex, mais il faudra le temps qu’ils s’adaptent en douceur..

Reproduction

Aucune information connue et sérieuse à ce jour, sur leur mode de reproduction en aquarium… A suivre..

© Texte : AQUA débutant
© Photo du poisson : Jérôme Picard

Acanthocobitis Zonalternans

Acanthocobitis Zonalternans

AcaPhoto source

Cette petite loche provenant de l’Inde ou de la Thaïlande fait partie de la famille des Balitoridés.
Elle mesure adulte et maintenue dans les conditions adéquates, 7 à 8 cm environ et vit au fond de l’aquarium.
Les mâles possèdent la nageoire dorsale plus lumineuse que la femelle.
La femelle, lorsque un couple se forme, se vérifie à son ventre bien rebondi.
A maintenir en groupe.

Elles aiment vivre sur un gravier simple type sable de Loire , graviers ou petit cailloux.
Cette espèce a besoin de beaucoup de cachettes composées de pierres, racines et d’un bac densément planté, surtout en bac communautaire.

Un filtre à bon débit leur convient parfaitement, voir rajouter une pompe de brassage si le filtre n’est pas trop puissant leur convient parfaitement.

La plupart des aliments est accepté par l’espèce, et ils ne rechignent pas non plus sur les vers de vases de temps à autre en nourriture congelée ,des artémias ou daphnies.
En légumes, on peut essayer la tranche de concombre ou courgette pochée et refroidie, voir, coincer une feuille de salade sous un décor, à retirer après 24h si tout n’est pas mangé pour ne pas polluer le bac.
Elle mange les escargots également comme la plupart des loches.

PH : de 6 à 7,5
GH idéal : 12, jusque 15
Température idéale : 25°C

maintenance à partir de 150 litres

Si quelqu’un d’entre vous possède cette espèce et souhaite mettre une photo dans cet article, veuillez me contacter.

©Texte : framboizz pour AQUA débutant

Tétra de Rio (Hyphessobrycon flammeus)

Voici un poisson qu’on pourrait qualifier de « facile » à maintenir !
Il est de petite taille, coloré. Pourtant, il est assez méconnu et rarement mis en valeur dans les bacs de vente .

Infos pratiques

De la famille des Characidés, il vit dans les environs du Rio de Janeiro.
Il demande une eau ayant une température comprise entre 22 et 28 degré, une dureté allant de 3°d GH à 14°d GH ainsi qu’un pH allant de 5,8 à 7,8. Il peut vivre jusqu’à 5 ans.

Différences mâle et femelle : le ventre est plus plat chez le mâle, sa nageoire anale est rouge vif et bordée de noir, son corps et ses nageoires sont rouges sang. La femelle est moins colorée et sa nageoire anale est plus concave.

Comportement : vif, dynamique. Ce poisson a une énergie débordante. Ils se poursuivent entre eux, font du sur place pour tout à coup repartir à l’autre bout de l’aquarium. Je conseille donc un minimum de 80 cm de long pour qu’ils puissent laisser libre court à leur énergie. Il est toujours très content de voir quelqu’un s’approcher de l’aquarium sachant que ça signifie souvent : manger ! Il accepte les flocons et raffole des vers de vase congelés.

dsc00052vw2

Maintenance

Pour maintenir dans de bonnes conditions ce sympathique poisson, je conseille de le maintenir soit en mono-spécifique (seule espèce de l’aquarium) soit en présence d’espèce pacifique et de petites tailles étant donné qu’il mesure entre 3,5cm et 4cm.

Ce poisson grégaire forme facilement un banc mais quand il est vraiment détendu, le banc se disloque. A mettre par 10 minimum.

dsc00048mg2

La reproduction

L’aquarium doit comporter une touffe de plantes flottantes. Le tétra de Rio fraie en couple ou en groupe, à proximité de plantes à feuilles fines. Les oeufs sont transparents et l’éclosion a lieu 48 à 72 heures après dans une eau de 25°C. L’alevin s’accroche aux plantes et aux parois et la nage libre apparaît au bout de 5 jours.

dsc00033us5

Sychriscar Pour AQUA débutant

Tétra Cardinal ( Paracheirodon axelrodi)

Le Cardinalis

De son vrai nom : Paracheirodon axelrodi

cardinalis

Un poisson magnifique dans un aquarium amazonien, il possède un corps fusiforme dont la partie inférieure est d’un rouge vif et le ventre blanc, sur la partie supérieur une bande brune, ensuite, une bande d’un bleu vert électrique qui réfléchie la lumière et nous renvoie une couleur d’ensemble magnifique pour les yeux.
A ne pas confondre surtout avec le le Paracheirodon innesi (le néon) qui lui a la bande rouge qui s’arrête au milieu du corps, et qui ne demande d’ailleurs pas la même température de maintenance.

Comme tous les tetra, il est grégaire, donc il vit en banc, minimum 10 cardinalis pour qu’il se sente en sécurité, il lui faut également un bac bien adapté car il est très bon nageur malgré sa taille raisonnable et aime se déplacer, d’un côté à l’autre du bac.
Je dirais un bac d’un mètre de façade étant l’idéal pour un beau banc de Cardinalis, et le minimum je dirais un bac de 80 cm de façade.
L’espérance de vie se situe entre 2 et 6 ans environ dans un espace adapté et bien sûr, avec les paramètres dont il a besoin.
Il mesure entre 5 et 6 cm.

Ces besoins sont : un ph de 5 à 7, un gh de 1 à 8, sachant que la reproduction qui est assez rare en aquarium se fait aux alentours de 2 gh.
La température idéale pour le Cardinalis se situe entre 25 et 30 degrés maximum, autour de 23 degrés pour la reproduction.

Il aime une eau ambrée également, donc la tourbe lui convient tout à fait, un bac bien planté évidemment, attention au stress, car si il est placé en petit nombre, cela peut vite tourner en catastrophe avec les maladies, (maladie du néon, maladies des points blancs, champignons etc..)
Il fait toujours autant le bonheur visuel des aquariophiles dans un bac sm;

©Texte et Photo : AQUA débutant

Tétra Cuivré (Hasemania nana)

Le Tétra Cuivré
Hasemania nana

hasemania_nanaPhoto source

Habitat d’origine..

Il est d’origne d’Amérique du sud : Bassin de l’Amazone et de l’Orinoco, le Sud du Brésil – rio San Francisco

Il a tendance à habiter les ruisseaux et les affluents à l’écart des principaux cours d’eau des canaux. Apparemment, il se trouve dans un environnement d’eau claire, mais on le retrouve dans les eaux noires également.

Description

Il fait partie de la famille des characidés.
La taille du Tetra cuivré mesure adulte entre 4 et 5 cm. Son corps est allongé et comprimé latéralement.
La couleur dominante est le jaune brillant tirant sur le cuivré. La nageoire adipeuse caractéristique des Characidés est le plus souvent absente ou assez réduite.

L’espèce présente un léger dimorphisme sexuel : les mâles sont plus sveltes et leurs couleurs sont plus vives. Les femelles ont le ventre plus rebondi et sont plus pâles.

Maintenance

Un volume de minimum 70 litres pour une bonne maintenance.

C’est un poisson chahuteur voir même agressif avec les autres habitants et envers sa propre espèce, uniquement si il est maintenu en trop petit banc ou dans un faible volume. Il faudra obligatoirement le mettre au minimum par 10 individus, ou plus de préférence, pour observer un comportement non agressif.
On peut choisir comme cohabitants du Tétra cuivré : les vivipares, danios, rasboras, tétras et comme habitant de fond, des corydoras.
Il vit environ 5 ans.
La température se situe entre 23 et 28 degrés
Un pH de 6 à 8
un GH de 5 à 20

Nourriture

Facile à nourrir. Il acceptera volontiers à peu près tout ce qu’on va lui offrir.
Comme pour toutes les espèces, offrir des repas réguliers de petits aliments vivants, congelés tels que vers de vase , daphnies et artémias , avec flocons séchés et granulés sera l’idéal. L’important est d’offrir des repas de qualités et variés.

Reproduction

On préféra un bac de reproduction d’environ 50 litres. un éclairage faible et tamisé. Un mop, ainsi que des plantes flottantes sont utilisables comme substrat de ponte. On peut utiliser aussi une solution en faisant un maillage de sorte que les oeufs tombent à travers, mais bien évidemment, en évitant que les poissons puissent passer à travers du maillage.
Afin de déclencher une ponte, il est indispensable de bien nourrir avec du vivant ou du congelé de très bonne qualité.

Les œufs font 1millimètres de couleurs très foncés et sont collants.
l’ Éclosion à lieu au bout de un ou deux jours.
Le corps de l’alvin est complètement transparent et on peut apercevoir le sac vitellin, qui est lui foncé.
La nage libre à lieu au bout de 3 à 4 jours. On peut alors donner aux alvins des infusoires ou encore daphnies, nauplies d’artémia, cyclops etc..
Les œufs et les alevins sont sensibles à la lumière dans les premiers stades de la vie et le bac doit être maintenu aussi faiblement éclairé que possible.

©Texte : framboizz pour AQUA débutant

Tétra Amande (Hyphessobrycon amandae)

Hyphessobrycon amandae
Le Tétra amande

Hyphessobrycon_amandaePhoto source

Son habitat naturel..

L’espèce est d’origine d’Amérique du sud, plus précisément H.amandae vit au Brésil, dans le Rio das Mortes qui côtoie l’eau noire en période de saison sèche.
On estime que le Rio das mortes traverse d’ouest en est, de grandes parties du Mato Grosso, et fini par se jeter dans le Rio Araguiaia.
Le H.amandae habite les affluents tranquilles à l’écart des principaux cours d’eau des canaux, lagunes et bras morts des lacs, dans des zones peu profondes.

Son biotope naturel : est sableux, présente très peu de pierres mais surtout des masses de racines, des plantes immergées et des plantes flottantes. on y retrouve à cet endroit : des Otocinclus, des Corydoras et bien d’autres poissons-chats qui se partagent le même habitat.
Paramètres retrouvés dans son habitat naturel : un pH 5,7 à 6,2; une conductivité de 19-29 µS/cm; des températures variant en été de 26 à 28°C mais tombe à 19-15°C au cours de la saison hivernale.

Rio das MortesPhoto source

Le climat de Mato Grosso est typique de la forêt amazonienne, très humide et tropical. Dans le cerrado du sud, le climat est plus sec. Il y a également une saison sèche dans le Pantanal qui s’assèche alors presque complètement.

Description

Il fait partie de la famille des characidés.
Les femelles sont plus trapues que les mâles et c’est encore plus visible en période de frai.
Ce petit poisson de 2 cm parait souvent bien terne dans les bacs de magasins d’aquariophilie. Cependant une fois bien acclimaté, il est d’un orange magnifique si la qualité de l’eau de votre bac est adaptée à ses besoins.

Attention Il existe deux formes de couleurs chez H.amandae, dont l’une est à dominante jaune, par opposition à la plus habituelle orange. Cela révèle qu’il y a différentes espèces, et les deux ne sont pas retrouvées aux mêmes endroits dans la nature, et apparemment, elles ne peuvent pas se croiser non plus.

Maintenance

Un bac pour 10/15 spécimens avec par exemple, 5 octocinclus et quelques 6 corydoras nains.. Ce bac serait d’un volume de 54 litres. Ils ont besoin de 60 cm de façade pour l’espace de nage même si ils sont petits, ce sont de bons nageurs.

C’est une espèce très pacifique, attention à ne pas le mettre avec plus gros que lui en bac communautaire, car il pourrait servir de casse-croute aux autres espèces comme par exemple des Gouramis ou scalaires..

L’idéal, serait, si l’on veut maintenir l’espèce en communautaire de les conserver avec d’autres Américains calmes du sud, comme les tétras, les petits poissons crayon, cichlidés nains Apistogramma, Corydoras nain et Otocinclus. Il pourrait également être combiné avec des petits Cyprinidés si la géographie de l’habitat naturel correspond évidemment.

Température de 24 à 28 C°
pH de 5,5 à 7,0
GH de 3 à 8
(attention à ne jamais viser le minimum ou les extrêmes des paramètres conseillés)

Dans ce bac on y mettra un sable de loire, des racines, on peut y rajouter des feuilles de chênes séchées ou quelques feuilles de Catappa, de la tourbe peut être ajouter à la filtration pour aider à la simulation des conditions d’eau noire, des plantes seront présentes et nombreuses dans ce bac, on peut également y rajouter des plantes flottantes pour recréer l’habitat naturel..
Et l’éclairage.. sera plutôt faible à moyen, mais par exemple tamisé par les plantes flottantes.

Nourriture

Pas du tout difficile, il accepte la nourriture sèche, si on veut le voir avec de superbes couleurs et évoluer correctement. L’idéal est évidemment de varier le plus possible sa nourriture.
Des flocons séchés et granulés mais de petits gabarits car la bouche est très petite, des aliments vivants et congelés assez fins doivent aussi être distribués.

Reproduction

Si l’on ne sépare pas les couples pouvant se reproduire à part dans un autre bac, il y a de grande chance que les parents mangent les oeufs.
En cas de reproduction le mâle arbore une couleur orange très vive, il faudrait alors mettre à part un beau mâle bien coloré avec une femelle bien grosse, et les transférer dans un autre bac prévu pour la reproduction. En principe le lendemain matin il y a une ponte, il faut impérativement retirer les parents, sous peine de voir la ponte dévorée complètement par ces derniers.
Les oeufs éclosent au bout de 24 à 36 heures après la ponte. Ils auront une nage libre après 3 ou 4 jours.
Il est alors important de nourrir par infusoires (nauplies d’artémias ou poudre pour alvins).

©Texte :  AQUA débutant sur base de quelques infos reprises de aquapresse-bleh