Le Tétra de Buenos Aires – Hyphessobrycon Anisitsi

224326

Photo source

Habitat Naturel..

On le retrouve dans le système fluvial du Paraná au Brésil, au Paraguay et en Argentine, plus le bassin versant de l’Uruguay en Uruguay et au Brésil.

Son type de localité est  Villa Rica, Paraguay, ceci se référant à la ville de Villarrica dans le département de Guairá, au Paraguay central.

Certains  sont retrouvés  dans la province de Buenos Aires, en Argentine,  et sont maintenant considérés comme se référant au congénère similaire  H. togoi (Miquelarena et López, 2006), de sorte que le nom commun  Tétra de Buenos Aires  peut en fait être quelque peu trompeur..

On le rencontre plus souvent dans les cours d’eau et les affluents. On peut le retrouver également dans les lacs et les bras morts des plaines inondables.

Dans la réserve des terres humides d’Esteros del Iberá, en Argentine, cette espèce se rencontre de manière sympatrique avec un certain nombre d’autres membres du genre, notamment H. auca , H. elachys , H. eques , H. igneus , H. luetkeni , H. meridionalis , H. reticulatus et H. wajat .

Tous les habitats de cette espèce possèdent des eaux naturelles et se trouvent dans une région subtropicale avec des précipitations abondantes et des hivers relativement doux.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Il mesure adulte environ 5 cm et on l’appelle communément le Tétra de Buesnos-Aires.

Il a la réputation de pincer les nageoires de ses colocataires, bien que ce comportement est observé lorsqu’ils ne sont pas en nombre suffisant.

C’est une espèce grégaire à la hiérarchie lâche, on peut observer des mâles rivaux qui luttent continuellement pour s’attirer l’attention, obtenir les faveurs et le positionnement des femelles au sein du groupe.

Un groupe de 8 à 10 sujet devrait être considéré comme indispensable, il en résultera un comportement plus naturel. Les mâles montreront également une meilleure coloration en présence de  rivaux .

Cela dit, il est relativement turbulent et ne constitue pas un compagnon idéal pour les poissons très timides, à mouvement lent ou encore avec des nageoires assez longues.

Les poissons robustes qui habitent des biotopes semblables dans la nature, notamment les characidés à la taille comparable, constituent un meilleur choix, mais les autres options possibles sont : les callichthyidés, loricariidés et ou  les curimates du genre Schizothorax et Characidium .

Si le biotope ne présente pas un problème, on peut introduire des poissons arc-en-ciel et des cyprinidés qui conviennent également, mais attention !  assurez-vous de bien étudier vos choix avant d’acheter..

Maintenance

Température : 16 à 28 C°
pH : 5,5 à 8,5
GH : 5 à 20

On ne prendra jamais les extrêmes pour les valeurs de l’eau,  mais une moyenne pour le long terme.

Le choix du décor n’est pas particulièrement important, même si  il est préférable pour avoir un comportement naturel et de jolies couleurs, de réaliser un aménagement bien structuré et idéalement bien planté.

La filtration n’a pas besoin d’être particulièrement forte, bien que l’espèce semble apprécier un certain mouvement de l’eau.

Nourriture

Il est omnivore, il se nourrit principalement dans la nature de vers, d’insectes et d’autres zooplancton, ainsi que de très petites quantités de végétaux et même des détritus organiques.

Dans un bac,  il est bien plus facile à nourrir, mais pour voir de magnifiques couleurs  et une très bonne santé des sujets maintenus il faudra leur offrir des repas réguliers avec  des aliments vivants et congelés comme des vers rouges, des daphnies, des artémias et aussides flocons séchés et des granulés de bonne qualité. L’important est de bien varier la nourriture.

Reproduction

Lorsqu’ils sont en bonne santé, les adultes vont frayer souvent, et dans un aquarium mature,  il est possible qu’un petit nombre d’alevins  commencent à apparaître sans aucune intervention. Si vous voulez maximiser la reproduction il possible également de créer un bac de reproduction pour avoir plus de rendemment.

Un couple ou un seul groupe comprenant un ou deux mâles et plusieurs femelles peuvent ensuite être introduits un soir et laissés en place jusqu’à ce que l’on voit des œufs (en général le lendemain matin). Ensuite, on enlèvera les adultes pour éviter que les oeufs soient manger.

Le frai se produit normalement pendant 2 à 4 heures, ce qu’il faut savoir aussi, c’est qu’une femelle mature bien conditionnée peut pondre jusqu’à 2000 œufs.. si si c’est vrai.. et qui vont éclore normalement en 24 à 36 heures. ça donne à réfléchir.

La nourriture initiale doit être très fine et de très bonne qualité en introduisant  par la suite des  Artemianauplies, des micro-vers etc., une fois que les alevins seront assez grands pour les accepter et auront perdu le sac vittelin.

Je suis pour laisser faire la nature vu le nombre d’alevins qu’on peut avoir avec une seule ponte, d’une seule femelle..

 

©AQUA débutant

Phenacogaster Tegatus

Phenacogaster-tegatus-fem

Photo source

Habitat naturel..

On le retrouve dans le bassin supérieur du Rio Paraguay dans le sud-ouest du Brésil, du Paraguay et le Río Paraná dans la province de Corrientes, au nord-est de l’Argentine.

Sa localité typique est le « Rio Jauru », bassin supérieur du Rio Paraguay, Brésil.

Peu de détails sont actuellement disponibles, mais il semblerait que cette espèce a une préférence pour une eau relativement claire avec une croissance dense de végétation submergée.

Rio Jauru

DSCN5920-652x312.jpg

Photo source

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés.
Les mâles sont plus sveltes que les femelles.

Adulte il mesure entre 4,5 et 6 cm.
Il a sur son corps transparent deux taches noires arrondies. l’une sur le pédoncule caudal et l’autre au milieu du corps.
Ses arrêtes sont visibles à l’oeil nu car son corps est transparent et sa colonne vertébrale apparait un peu jaunâtre. Ses nageoires sont incolores.

Paisible mais un peu inapproprié à l’aquarium communautaire général.

Maintenance

Température de 24 à 26 C° (idéalement 25)
Ph : 6 à 7,5 (idéalement 6,5)
GH de 3 à 12 (idéalement 6 ou 7)

C’est un poisson grégaire on le mettra par 10 sujets dans un bac de 80 litres au minimum.

On peut faire un bac de style naturel comprenant un substrat sablonneux et quelques racines de bois flotté, des branches, des plantes aquatiques.

Des feuilles séchées accentuent davantage la sensation naturelle du bac. En plus d’offrir une couverture supplémentaire pour les poissons, cela entraîne la croissance de colonies de microbes à mesure de la décomposition des feuilles, ce qui est très bon pour leur milieu aquatique.

On peut le maintenir avec d’autres petits poissons en bac d’ensemble, mais il est aussi interessant de le maintenir avec des Cichlidés nains tels que Apistogramma borelli ou A. commbrae et de petits mangeurs d’algues comme Otothyropsis piribebuy, des callichthyidés ou loricariidés petits.

Il apprécie de se cacher derrière les bosquets de plantes du bac.

Alimentation

Sauvage, il faudra démarrer une nourriture congelée. Larves de moustiques, daphnies et cyclops ou encore artemias et vers grindal seront apprécier. Par la suite, on pourra introduire une nourriture dite plus classique, des flocons et petits granulés vont pouvoir être manger facilement.
L’important, sera toujours de bien diversifier l’alimentation pour la bonne santé de vos habitants.

Reproduction

Pour le moment, aucune information sur une quelconque reproduction réussie en aquarium. A suivre..

On l’appelle parfois le « Tétra à six yeux » en référence à son motif de couleur comprenant deux taches sombres sur chaque flanc, et son oeil.

©AQUA débutant

Tétra Empereur (Nematobrycon Palmeri )

Nematobrycon-palmeri-male

Un mâle

Photo source

Habitat Naturel..

Il est d’origine d’Amérique du Sud. Endémique des bassins fluviaux de San Juan et d’Atrato en Colombie, avec une localité  type qui est  «Condoto, Río Condoto et Novita, Río Tamana, sud-ouest de la Colombie»

On le retrouve principalement dans les sections des rivières, des affluents mineurs et des marigots.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Il a un corps comprimé mais assez haut.
Sa robe est brune à la base avec une raie de couleur bleue-nuit irisée qui sépare le corps de l’opercule jusqu’à la caudale. Ses nageoires sont transparentes et aux extrémités de couleur jaune citron.

Adulte il mesure de 3.5 cm à 6/7 cm pour les plus grands mâles.

Les mâles sont plus gros, plus colorés et développent des nageoires dorsales , anales et caudales très étendues à mesure qu’ils deviennent adultes. C’est l’une des rares espèces de characin dans laquelle le rayon central de la nageoire caudale s’allonge également. Les mâles ont aussi un iris bleu, alors que celui des femelles est vert.

Il est parfois confondu avec N. lacortei , qui est actuellement la seule autre espèce du genre . Ils peuvent facilement être distingués en regardant l’œil du poisson en question, car le mâle N. lacortei a un iris rouge vif par opposition à l’iris bleu chez le mâle N. palmeri .
Egalement confondu de temps à autre avec l’Inpaichthys kerri  quand ils sont petits, mais la différence est que ce dernier ne possède pas un appendice au bout de la caudale et les couleurs sont un peu différentes.

Maintenance

Un bac de 80 litres au minimum pour un banc de 6 (attention de prendre un  seul mâle pour 5 femelles étant donné que  les mâles ont un comportement intraspécifique. Si il y a trop de mâles par rapport au ratio femelles il y aura des conflits certains au sein du banc.

L’idéal serait de le maintenir au minimum avec un banc de 10 ou 12 sujets dans un bac de 120 litres ou plus.

Température de 23 à 27 C°
pH : 5 à 7.5
GH : Idéalement on le maintiendra à 5/6 (sachant qu’on ne dépassera jamais les 8 )

Il est important d’aménager le bac avec de nombreuses cachettes, surtout si on y introduit plusieurs mâles et il faudrait alors, un bac bien plus grand que 80 litres dans ce dernier cas. Cela permet aux femelles également d’aller se reposer et éviter de se faire harceler par les avances du mâle.

On fera également attention aux habitants du bac, on ne les mettra pas par exemple avec des poissons aux longues nageoires. De petits cichlidés d’amérique du Sud peuvent convenir, on peut aussi le mettre avec d’autres Characidés, rasbora, ou poissons crayon et des Loricariidés pour le fond..

Nourriture

Dans la nature il se nourrit de petits crustacés, de larves de moustique,  de vers de vase..

Il est omnivore, mais l’important est surtout de bien varier la nourriture avec des aliments secs , des artémias vivants par ex, ou congelés.  Il est également préférable de donner des aliments de très bonne qualité, il vous le rendra bien avec ses jolies couleurs clinquantes qui seront le signe de bonne santé et de bonne reproduction.

Reproduction

Il vaut mieux laisser faire la nature, car il faut un ratio mâles /femelles par aquarium à respecter, afin d’éviter les soucis d’agressivité au sein du banc. A moins, qu’on puisse les donner ou les vendre. (l’agressivité entre-eux n’est que superficielle pour impressionner l’autre mâle si il y en a un autre, et que le bac n’a pas assez de cachettes)

Sinon il est possible de les reproduire en introduisant un mâle qui affiche ses plus belles couleurs et une belle grosse femelle dans un petit bac de 20 litres rempli à moitié avec quelques végétations et les laisser frayer (en principe si on les introduit un soir, le lendemain matin on peut voir des oeufs) dés que les oeufs sont là, il faut retirer immédiatement le couple (ils risquent de les manger) et attendre 24 à 36 H avant qu’ils n’éclosent. Les alevins atteignent le stade de la nage libre 4 à 5 jours après. On pourra alors les nourrir avec des infusoirs et environ deux semaines plus tard on pourra donner des nauplies d’artémias.

 

©AQUA débutant