Tétra Cristal Rouge (hyphessobrycon haraldschultzi)

Hyphessobrycon-Araguaia-HJ-Chen

Photo source

Son habitat naturel..

Endémique de Araguaia de rio, le principal affluent du rio Tocantins dans le bassin inférieur Amazone au Brésil central et occidental, bien que les informations recueillies pour les endroits répertoriés de l’espèce complète ne sont pas encore tout à fait claires.

On sait que son endroit type est Ilha do BananalGoiazBrésil, en référence à l’île de Bananal, la plus grande île fluviale du monde, qui est formée à partir de la dichotomie de l’Araguaia dans l’état du Tocantins sud-ouest.

Très peu d’informations semblent exister pour son lieu d’habitation précis, mais il habite probablement des affluents mineurs, des mares et des bras morts de lacs plutôt que les principaux lits des rivières.

Dans le bassin Araguaia ces habitats contiennent généralement de l’eau douce, légèrement acide avec un substrat recouvert d’une couche de feuilles et de branches tombées qui forme une sorte de litière sur le fond de l’eau et donne une colonie de microbes très intéressante pour la nourriture des alvins.

Ilha do Bananal à Rio Araguaia
Rio-Javaes-Araguaia-Tocantins-Arthur-Verser

Description et comportement

Il fait partie de la famille des characidés. Adulte il mesure 2 à 2,5 cm. Les femelles sont plus un peu plus rondes et plus grandes que les mâles.
Il est de nature très calme. Il est mieux de le maintenir aux côtés de characidés de même taille qui demandent les mêmes paramètres et pas de Cichlidés prédateurs surtout. C’est un poisson grégaire. Il est d’un rouge très intense après quelques semaines de maintenance dans l’aquarium et d’une bonne acclimatation. Il est du plus bel effet dans un bac amazonien .

On le retrouve commercialisé sous le nom de Tétra cristal rouge, ou red crystal, ou encore H. sp. Rouge Araguaia, ou H. sp. Araguaia ou encore le Tétra de Schultz.
Il est parfois confondu à tort avec le Tétra fantôme rouge (Hyphessobrycon sweglesi) ou le Tétra Serpae(Hyphessobrycon eques).

Maintenance

A partir d’un volume de 54 litres minimum pour 8 à 10 sujets. Si on souhaite partir sur 15 ou 20 sujets pas moins 96/100 litres pour le volume du bac.
On ne les maintiendra pas en dessous de 8 à 10 sujets, au plus grand nombre ils seront, au mieux ce sera pour eux et pour nous en tant que aquariophile également. En effet, le comportement sera intéressant à observer car plus naturel.

Température : 20 – 28 °C
pH : 5 à 7
GH : 2 à 10

Pour un bac idéal, le maintenir avec un sol de « sable de Loire » par exemple, des racines et du bois flotté.
Il peut également être dans un bac bien planté, on y introduira quelques feuilles séchées de catappa, chêne ou fruits d’aulne qui en se décomposant vont provoquer une colonie de microbes. Ces micro-organismes vont fournir une source de nourriture secondaire précieuse pour les alevins, et de plus, les substances humiques libérées par les feuilles en décomposition sont également considérées comme bénéfiques.
Une filtration douce à moyenne est recommandée même si un certain degré du mouvement de l’eau est acceptable .

Alimentation

Omnivore : petits invertébrés, crustacés, algues filamenteuses, les fruits tombés, ce type de nourriture dans la nature.

Dans les aquariums, on peut donner de la nourriture sèche, mais comme la plupart des poissons le mieux étant de diversifier la nourriture, et cela est plutôt indispensable même, si on veut voir des poissons en bonne santé, avec de jolies couleurs.
Offrir une nourriture variée avec en plus de la nourriture sèche : des larves vivantes, et congelées vers de vases, les larves de moustiques, daphnies artémias, etc

Reproduction

Les adultes peuvent frayer dans un aquarium mature et lorsqu’ils se sentent tout à fait à l’aise et bien acclimatés, il est alors possible que un petit nombre d’ alevins peut apparaître sans aucune intervention de l’aquariophile.

Sinon il faut intervenir avec un aquarium à part avec de l’eau mature également, la même que celle du bac principal et y placer un groupe d’adulte, l’aquarium sera faiblement éclairé (les larves ne supportant pas la lumière), pour le fond du bac on y placera une sorte de tapis en maillage afin que les œufs puissent tomber à travers, mais assez petit le maillage, pour que les adultes n’arrivent pas les atteindre pour les dévorer.
Il est avantageux de remplir une grande partie de la cuve avec une plante à feuilles fines comme le Taxiphyllum spp.

Quand les poissons adultes sont prêts pour frayer, (un seul couple ou un groupe comprenant un ou deux mâles et plusieurs femelles) peuvent alors être introduits dans la cuve de reproduction mise en place, il faudra les laisser en place jusqu’à ce que les œufs sont détectées (généralement le lendemain matin).
Ensuite on retirera les géniteurs.

Pas évident de réussir leur reproduction même avec toute cette mise en place et surtout pour un débutant, autant laisser faire la nature et parfois.. elle nous réserve d’agréables surprises..

©Texte : AQUA débutant

Tétra Menthe (Serrapinnus Sterbai)

Le Serrapinnus Sterbai
Le Tétra menthe

serrapinus-sterbai

Photo source

Habitat naturel..

Il est originaire du bassin Araguaia/Tocantins dans le Brésil central. Il fut importé pour la première fois en Mai 2011 en Allemagne par Aquarium Glaser.
Il aurait été retrouvé dans les rivières du bassin.
Pas d’infos précises sur les endroits exacts retrouvés..

Description

Il fait partie de la famille des characidés.
Adulte il mesure pas plus de 3/4 cm.

On observe sur le corps une bande noire qui part de l’oeil jusque la base de la nageoire caudale et juste au-dessus de cette dernière,on retrouve une fine ligne d’un jaune/vert irisé qui reflète sous les lumières du bac. A la base de la nageoire caudale, on peut observer également deux petites tâches de couleur jaune/vert irisé de chaque côté de la bande noire, plus ou moins voyantes, mais visibles nettement après une bonne acclimatation et sous les lumières du bac.

Il est possible de reconnaître facilement les mâles car eux seuls, possèdent les sept premiers rayons dur de la nageoire anale sans tégument entre les rayons.
Le Tétra menthe est de nature très calme mais encore trop rare à se procurer et trop peu observé en captivité..

Maintenance

Volume minimum pour 10 sujets : 54/60 litres
Comme il est de nature plutôt calme, on le maintiendra avec des espèces calmes comme lui dans un bac plus important si plusieurs espèces sont maintenues ensembles.
Nous n’avons que peu d’informations sur sa maintenance, hors, on connait les paramètres de l’eau de l’endroit où il vient, « à vérifier » avec le temps son habitation précise dans le bassin Araguaia/Tocantins. A suivre..

« Température : 24 – 28 °C »
« pH : 5 à 7 »
« GH : 2 à 10 »

Alimentation

On sait qu’il est Omnivore donc cela veut dire qu’il mange de tout, l’important comme toute espèce maintenue est de surtout de diversifier la nourriture avec du sec, vivant et congelé..

Reproduction

Pas assez d’infos précises sur sa reproduction pour le moment, « mais très certainement comme tous les autres characidés de l’espèce.. A suivre de près.. »

 

Texte  : AQUA débutant

Tétra Purple (Hyphessobrycon metae)

Le Tetra Purple
Hyphessobrycon metae

metae1.

Son habitat d’origine..

Il est originaire du bassin Rio Orinoco en Colombie et au Venezuela. Le nom de l’espèce provient du bassin Colombien « Rio Meta », qui se jette dans l’Orénoque et à partir duquel le type de spécimen a été collecté.
Mais il est surtout retrouvé dans les rivières et affluents atones. L’eau de ces biotopes est souvent ambrée avec des tanins et autres produits chimiques libérés par la décomposition organique naturelle de la végétation. Ce qui donne en effet, une qualité d’eau très acide.

rio-metaPhoto source

Description et comportement

Il mesure adulte environ 5 cm, les femelles sont plus rebondies que les mâles.
Il fait partie de la famille des Characidés.
L’espèce a le corps généralement transparent avec une ligne blanchâtre plutôt irisée et assez épaisse, qui s’étend des branchies à la base des nageoires caudales. On retrouve un éclat du Bleu/vert au jaune irisé sur le reste de la robe. La partie antérieure du corps est noire avec un peu de jaune/or irisé.
« Purple » en anglais veut dire « violet » hors, il n’y a absolument aucune coloration violette, mais par contre, je dirais pour en maintenir personnellement une dizaine dans mon bac, que leur robe a un reflet plutôt bleuté que violet..

Difficile à trouver d’élevage. Quand on retrouve cette espèce dans un magasin d’aquariophilie, (et c’est très rare d’en trouver d’ailleurs) elle est très souvent d’origine sauvage. Il faudra donc être très minutieux avec l’acclimatation.
Un poisson qui petit n’attire pas le regard des aquariophiles dans le bac d’un magasin, mais qui devient cependant, de toute beauté une fois adulte, et brille de mille feux sous l’éclairage du bac.

Maintenance

A partir d’un volume de 72 litres au minimum car c’est un bon nageur.
Température : 22 à 28 degrés
PH : 5,0 à 6,5
GH : 2 à 8

Il est très important de respecter les paramètres de l’eau pour cette espèce, elle ne prospère pas du tout dans une eau alcaline !
C’est un poisson grégaire. Il est à maintenir par 10 sujets pour former un banc. Au plus ils seront nombreux, au plus le comportement sera naturel et idéal pour une bonne santé.

Pour les maintenir dans un habitat idéal pour eux..
Utilisez un substrat de sable de rivière (sable de loire) et ajoutez quelques branches de bois flotté. Quelques poignées de feuilles séchées tel que, des feuilles de Chênes ou encore feuilles de Cattapa, viennent donner un aspect naturel de l’environnement.
Il est toutefois possible d’ajouter de la tourbe dans la filtration afin d’acidifier un peu l’eau et de lui donner un aspect ambré pour recréer les eaux noires de l’endroit naturel où l’on retrouve Hyphessobrycon metae.
L’éclairage n’a pas besoin d’être puissant.
On peut cependant le maintenir dans un bac fortement planté, mais ce n’est pas un critère principal et ce n’est pas retrouvé non plus dans son milieu naturel.

Nourriture

Bien que carnivore dans la nature, l’Hyphessobrycon metae va manger de tout en aquarium.
Un régime composé de paillettes et granulés mélangés avec quelques petits aliments congelés et parfois vivants (tels que vers de vase et les larves d’insectes) sera suffisant.
L’importance nous le répétons, est de diversifier la nourriture des poissons et de leur donner une alimentation de qualité.

Reproduction

Peut être fait naturellement dans le bac d’ensemble, mais sans grande chance de voir des petits, quoi que.. ça arrive..
Sinon il faudra prévoir un bac faiblement éclairée qui contient des touffes de plantes à feuilles fines comme la mousse de Java afin de donner aux poissons un endroit pour déposer leurs œufs.
Il faudra filtrer sur tourbe, et avoir une faible filtration.

Attention, les adultes mangent les oeufs, pour avoir la chance de voir des petits, il faut retirer les parent dès que les œufs sont repérés. Ceux-ci éclosent en 24-36 heures et les alvins ont une nage libre 3 à 4 jours plus tard.
Les oeufs et les alevins sont sensibles à la lumière dans les premiers stades de la vie, le bac doit être maintenu dans l’obscurité, si possible.

Hyphessobrycon metae.jpg

 

©Texte et photos : AQUA débutant

Tétra Fantôme Rouge (Hyphessobrycon sweglesi)

Hyphessobrycon sweglesi 
(Le Tétra fantôme rouge)

Hyphessobrycon-sweglesi-malePhoto source

Son habitat naturel..

Limité à la partie colombienne du bassin Rio Orinoco.
Il vit principalement dans les zones boisées, dans les affluents atones au large des principales rivières et canaux. L’eau dans ces biotopes est souvent noire avec des tanins. La décomposition organique végétale de l’environnement rend l’eau très acide.

Description

Mesure 4 cm adulte. Il fait partie de la famille des Characidés.
Sa robe est rouge avec une tache noire sur le flanc.
On retrouve un fin liseré noir sur les bords de sa nageoire anale.

Le mâle développe une longue nageoire dorsale.
En comparaison, la nageoire dorsale des femelles est plus courte et se termine par une pointe blanchâtre. Les femelles ont tendance à avoir un profil un peu plus trapu que les mâles.

Maintenance

A partir d’un volume de 70 litres.
Maintenir le Tetra fantôme rouge en banc de 10 individus minimum.

Température : 22 à 28 °C
pH de 5,5 à 7
GH de 3 à 12
Le maintenir dans bac avec un sable de loire, des racines, quelques poignées de feuilles séchées (feuilles de Hêtre peut être utilisées, ou des feuilles de chêne sont également appropriées) et viendraient en plus compléter l’aspect naturel. Les plantes ne sont pas une caractéristique de cette espèce, mais préférable tout de même en aquarium, afin que le poisson puisse s’isoler en cas de besoin.
Un petit filet de tourbe peut être ajouté à la filtration afin d’aider à la simulation des conditions d’eau noire. Utilisez un éclairage assez faible.

Il est important de faire des changements d’eau réguliers, cette espèce à besoin d’une eau bien propre.

On peut maintenir le Tetra fantôme rouge avec Hemigrammus ou Hyphessobrycon Poissons crayoncichlidés nains, Corydoras et de petits Apistogramma, loricariidés. Dans un cadre plus général en bac communautaire, on peut aussi combiner avec les petits rasborasbarbusAnabantidés. 

Nourriture

Facile à nourrir. Il acceptera volontiers à peu près tout ce qu’on lui offre. Afin d’obtenir de jolies couleurs et une bonne santé physique, il est important de leur offrir des repas réguliers de petits aliments vivants et congelés tels que, vers de vase , daphnies, artémias, flocons séchés et granulés.

Reproduction

Il est nécessaire pour une réussite de les mettre dans un bac de reproduction.
Quand les femelles sont pleines d’œufs et que les mâles affichent leurs plus belles couleurs, sélectionnez la plus grosse femelle ainsi que mâle le plus coloré du groupe, et les transférer vers le bac de repro dans la soirée.
Ils devraient se reproduire le lendemain matin. Fait intéressant, au cours de l’acte lui-même, le couple se tournent souvent complètement à l’envers.

Le bac de reproduction..
Un bac plutôt sombre et peu éclairé qui contient des amas de feuilles, de la mousse de Java.. afin de donner aux poissons un endroit pour y déposer leurs œufs. Sinon, vous pouvez couvrir la base de la cuve avec une sorte de maillage. Cela devrait être assez grand pour que les oeufs puissent tomber à travers, mais assez petit pour que les adultes ne peuvent pas les atteindre.
L’eau doit être douce et acide dans la gamme de pH 5,5/6,5 et de gH 1/5 et une température entre 24 et 27 degrés.

Les oeufs éclosent au bout de 24-36 heures, les alvins ont une nage libre 3-4 jours plus tard. Ils doivent être nourris avec des infusoires.
Les œufs et les alevins sont sensibles à la lumière dans les premiers stades de la vie et le bac doit être maintenu dans l’obscurité, si possible.

©Texte : framboizz pour AQUA débutant

Tétra Voilier (Crenuchus cf. spilurus)

Crenuchus cf. spilurus

crenuschusPhoto source

Habitat naturel..

Son type d’environnement se retrouve à la rivière Essequibo en Guyane mais cette espèce est actuellement retrouvée dans une grande partie de l’Amazone et de l’Orénoque ainsi que les fleuves côtiers du Guyana, la Guyane française et le Suriname.

Il est retrouvé la plupart du temps dans les cours d’eau de la forêt et des petits affluents, et se reproduit très souvent dans les forêts inondées pendant les périodes où la hauteur d’eau est devenue haute.

Ses habitats les plus favorisés sont caractérisés par de grandes quantités de végétation en surplomb de la rive.
L’eau est généralement un peu colorée façon « thé » en raison des substances libérées par la décomposition de la matière organique qui retombe dans l’eau venant de la végétation de la rive le plus souvent.
Le fond de l’eau a tendance à être couvert par des branches tombées, des racines d’arbres et des feuilles mortes.

habitat-pres-de-iquitos-perouPhoto source

Description

Il fait partie de la famille des characidés. On l’appelle communément « Sailfin tetra » ou encore le « Tétra voilier ».
Le motif de couleur, la morphologie et la nageoire à la taille adulte, varie quelque peu au niveau de l’espèce même, il est donc difficile de décrire précisément l’espèce.
Les mâles adultes sont plus grands, plus colorés, et développent une nageoire dorsale et anale plus longue et pointue que les femelles.

Maintenance

Volume du bac pour à partir de 72 litres pour un couple, sinon pour un groupe prévoir 180 litres.
Température : 20 – 28 ° C (25 idéalement)
pH : 5 – 7 (5,5/6 idéalement)
GH : 2 à 15 (5 idéalement)
KH : 1 à 3 (2 idéalement)
Autant partir sur une eau osmosée que l’on reminéralise ensuite avec des sels pour obtenir les paramètres idéaux pour leur maintenance.

Il vit entre 3 et 5 ans dans de bonnes conditions.
Adulte il mesure entre 5 et 6 cm environ.
Pacifique avec les autres espèces en principe, malgré que l’on peut lire parfois qu’il est agressif avec les plus petites espèces que lui et parfois pas du tout (cela doit dépendre des caractères) mais dans tous les cas, il ne fait pas toujours un compagnon idéal dans un bac communautaire en raison de sa nature plutôt timide, il nage plutôt sur le fond du bac, et en aquarium il est préférable de lui créer un biotope.

L’ajout de la litière de feuilles séchées apportera la sensation naturelle et tout en offrant une couverture supplémentaire pour le poisson. De plus elle donnera lieu à la croissance des colonies de microbes lors de sa décomposition.
Ceux-ci peuvent fournir une source de nourriture secondaire précieuse pour les alevins et les substances humiques libérées par les feuilles en décomposition sont également considérées comme étant bénéfiques. Feuilles de chêne ou de Catappa peuvent être utilisées.
Il n’y a aucun besoin d’utiliser de la tourbe naturelle car le prélèvement fait dans la nature est non durable, et de plus, écologiquement destructif pour la flore environnementale et donc la faune.

Le bac n’aura pas besoin d’un éclairage intense, on y mettra alors des plantes pas trop exigeantes en lumière telles que :
Microsorum , Taxiphyllum ou Cryptocoryne spp., une végétation flottante peut être envisager, en particulier Ceratopteris spp. que l’on peut utiliser en plante flottante pour ce biotope.

Attention à ne pas mettre cette espèce dans un bac immature, il faut que le bac soit vraiment bien cyclé et stable au niveau des paramètres. En effet une variation de ces derniers pourraient les rendre malades et les faire mourir rapidement, ils y sont très sensibles aux paramètres.

Idéalement on le maintiendra comme seule espèce et on fera un bac biotope. Les mâles adultes nuptiaux sont territoriaux dans une certaine mesure, mais les dégâts physiques sont plutôt rares à condition que le décor est disposé de manière à ce qu’il y a beaucoup de cachettes on utilisera pour cela des racines et de nombreuses pierres où ils pourront se cacher.

Alimentation

Principalement un micropredator nourrissant de petits invertébrés et autres zooplancton.
Il se nourrit aussi facilement de sec, on n’oubliera pas de varier la nourriture et de lui offrir aussi en vivant ou congelé
des artémias, des vers grindals, des daphnies etc..

Reproduction

Ils vont frayer parmi la litière de feuilles mortes. Le mâle prendra la responsabilité de s’occuper de l’oeuf et de couver.

Les mâles sexuellement actifs forment de petits territoires temporaires au centre duquel se trouve une petite grotte normalement formée à partir de la litière de feuilles dans la nature, bien que en aquarium toute structure appropriée peut être choisie également. Ils tentent alors d’attirer les femelles dans le voisinage pour entrer dans la grotte par un jeu avec leurs nageoires assez spectaculaire.

Les œufs sont en principe fixés sur le dessus de la « grotte » choisie par la femelle éjectée après la ponte.
L’incubation est normalement de 36 à 48 heures. Les alvins auront une nage libre autour de 4-6 jours plus tard.

La première reproduction est rarement à terme, car les poissons encore jeunes et inexpérimentées peuvent manger leurs premières couvées. Ils faut parfois plusieurs tentatives avant qu’ils comprennent.

Le mâle continuera à les garder avec diligence au cours de cette période. Une fois les alvins en nage libre on pourra leur offrir une nourriture de qualité avec des micro-vers, nauplie d’artémia etc..

Les poissons adultes de la même espèce ne sont généralement pas prédateurs avec les alevins. Toutefois, observez-les attentivement au cas où des signes de prédation seraient visibles, et voir si vous devez les séparer des parents ou les laisser ensemble.

©Texte AQUA débutant