Boraras Brigittae

Boraras-b

Photo source

Origine d’Asie du sud..

Petite histoire de l’habitat naturel..

Fait partie de la famille des Cyprinidés.
Endémique au sud-ouest de Bornéo. La localité type est Bandjarmasin, une ville portuaire dans la province indonésienne de Kalimantan Selatan (Kalimantan du Sud), et Kottelat la suite (1991), l’espèce s’étend vers l’ouest aussi loin que le bassin Jelai Bila rivière, près de la ville de Sukamara, où il est dit : sont sympatriques¹ avec le congénère B. merah.

De tels environnements typiques, contiennent une eau très douce (dureté négligeable), acide (pH aussi bas que 4,0) et sont souvent mal éclairés en raison de la canopée dense qui se trouve au-dessus de la forêt et qui comporte une végétation complètement marginale. Dans une grande partie de l’Asie du Sud, ces biotopes précieux sont menacés par des plantations d’huile en caoutchouc / palme, la construction de développements et d’autres activités humaines.

Le Boraras brigittae vit dans les cours d’eau et des bassins noirs associés à des forêts anciennes de la tourbe des marais. L’eau est colorée brune due à la libération de tanins et autres produits chimiques libérés par la décomposition biologique dont le sol est parsemé de feuilles mortes, de brindilles et de branches.

Description

Ce poisson possède une robe de coloration pricipalemnt rouge et noir avec de nombreux reflets.
Il mesure pour le mâle 2 cm, et pour la femelle, 3 cm environ.
Le mâle est un peu plus petit (à peine visible) et un peu plus coloré que la femelle.

Maintenance

A maintenir partir de 40 litres minimum pour 6 individus ou 54 litres pour un groupe de 10.
Température : 23 à 28 degrés
pH de : 5 à 7
GH de : 3 à 10
Vit environ 5 ans dans de bonnes conditions.

La filtration n’a pas besoin d’être particulièrement forte car l’espèce évolue principalement dans les eaux stagnantes et peuvent avoir un peu de mal s’il y a un courant trop important dans le bac.
Le bac comportera une racine et sera surtout bien planté. Il est toutefois possible d’ajouter des feuilles de chêne ou de catappa, ce qui va recréer le biotope naturel, et favoriser la croissance des colonies de microbes que la décomposition va produire.

Les tanins et autres substances chimiques qui seront libérés par les feuilles en décomposition sont pensés pour être bénéfique pour la maintenance de l’espèce et récréer l’eau noir du biotope d’origine. Les feuilles peuvent être laissées dans le bac ou retirées et remplacées toutes les trois à quatre semaines.

l’Éclairage sera assez faible afin de simuler les conditions d’origines dans la nature. Vous pouvez ajouter quelques plantes asiatiques qui peuvent survivre dans de telles conditions, comme Microsorum pteropus, Taxiphyllum barbieri ou Cryptocoryne spp.

Cette espèce est très calme, mais ne fait pas un idéal en bac communautaire en raison de sa petite taille et de sa nature plutôt timide. Il sera au mieux lorsqu’il est maintenu seul ou avec d’autres minuscules espèces telles queMicrodevario, Sundadanio, Danionella, Eirmotus, Trigonostigma, Corydoras nain et Loricaridés petits comme les Otocinclus.ou des crevettes du genre Caridina et Neocaridina qui ne cause aucun problème de maintenance.

Nourriture

Comme avec d’autres espèces de Boraras, il est susceptible d’être un micro-prédateur (alimentation de petits insectes, vers, crustacés et autres zooplancton dans la nature).
Dans votre aquarium il accepte des aliments secs d’une taille convenable (petits), mais ne devraient pas être nourris exclusivement ceux-ci. Les repas quotidiens de vivants et congelés de petite taille comme les daphnies , artémias avec paillettes et granulés de bonne qualité sera nettement mieux pour la couleur de l’espèce ainsi que sa reproduction.

Reproduction

La ponte a lieu sur une feuille en général. Les jeunes éclosent au bout de 48 heures. Il convient de retirer les parents avant l’éclosion des oeufs. Ensuite, nourrir les jeunes avec des infusoires.c’est une espèce peu prolifique.

¹= sont ensemble

©Texte : framboizz pour AQUA débutant

Boraras Merah

-merah

Son habitat naturel…

Endémique du sud de Bornéo. Les spécimens ont été collectés à partir du bassin fluvial de la Jelai Bila à Nataik Sedawak. Son espèce s’étend vers l’ouest du bassin versant Jelai Bila.

Il habite les cours d’eau et les rivières noires associées aux anciennes forêts tourbières marécageuses. L’eau est colorée brune due à la libération des tanins et autres organismes microbiens libérés par la décomposition organique formée par les feuilles mortes parsemées au fond de l’eau ainsi que des brindilles et des branches.

De tels environnements typiques contiennent de l’eau très douce (dureté négligeable), acide ( pH aussi bas que 4,0) et sont souvent mal éclairés en raison de la canopée de la forêt ci-dessus. Ces biotopes sont gravement menacés dans une grande partie de l’Asie du Sud à cause de plantations d’huile de caoutchouc et palme, l’évolution de la construction et d’autres activités humaines.

Description

Petit poisson ne dépassant pas les 2 cm, il est de couleur rouge orangée avec une tache noire de forme ovale sur son flanc. Sa couleur peut être très vive s’il est maintenu dans de bonnes conditions
Attention à ne pas confondre avec le Boraras maculatus ou encore Boraras brigittae, ou Le Boraras naevus ils ont une ressemblance très proche.

Maintenance

A partir de 40 litres si uniquement 8 à 10 spécimens de l’espèce sont maintenus pour en faire un Nano spécifique avec une seule espèce, sinon il faudra prévoir plus de volume pour le bac.

Température : de 24°à 26°
pH : de 4.5 à 6,5
GH : de 1.0 à 10.0

C’est un poisson très pacifique, il est grégaire et au regard de sa petite taille il est préférable de le maintenir en groupe de minimum 10 spécimens.
En raison de sa petite taille et de la nature plutôt timide. Il fera de son mieux lorsqu’il est maintenu seul ou avec d’autres minuscules espèces telles que Microdevario, Sundadanio, Danionella, Eirmotus, Trigonostigma, Corydoras nain et Loricaridés petits comme les Otocinclus dans un bac d’ensemble plus important que 40 litres dans ce cas évidemment.

Il est aussi un compagnon idéal pour les espèces timides comme Sphaerichthys, Parosphromenus ou peut être maintenu avec des crevettes du genre Caridina et Neocaridina.

Il a besoin d’un bac densément planté. L’ajout de quelques plantes flottantes et des racines afin de diffuser la lumière un peu tamisée dans le bac est appréciable et ajoute une touche plus naturelle.
La filtration n’a pas besoin d’être particulièrement forte car on les retrouve à l’état naturel principalement dans les eaux stagnantes et peuvent avoir du mal s’il y a un courant rapide.

Un sable est probablement le meilleur choix.
Il est possible d’ajouter un peu de racines et quelques branches de bois flottant qui seront placés de telle sorte que beaucoup de coins ombragés seront formés. Si vous ne trouvez pas de bois flottant de la forme souhaitée, vous pouvez utiliser des branches de hêtre ou de chêne soigneusement séchées et débarrassées de son écorce.

L’ajout d’un lit de feuilles séchées (hêtre, chêne ou Catappa sont toutes appropriées, on préfère utiliser un mélange des trois) souligne en outre la sensation naturelle et d’encourager la croissance des colonies de microbes que la décomposition va produire. Ces minuscules créatures peuvent fournir une précieuse source de nourriture secondaire.
Les feuilles peuvent être laissées dans le bac en décomposition totale ou retirées et remplacées toutes les trois à quatre semaines.

l’Éclairage assez faible doit être utilisé pour simuler les conditions rencontrées dans la nature.
Vous pouvez ajouter quelques plantes asiatiques qui peuvent survivre dans de telles conditions, comme Microsorum pteropus, Taxiphyllum barbieri ou Cryptocoryne spp.

Nourriture

C’est un poisson omnivore, il mange aussi bien de la nourriture sèche que la nourriture vivante ou congelée attention que la nourriture soit très fine, car il ont une toute petite bouche.

Il est préférable de maintenir ce poisson en banc d’au moins 10 individus. Il s’entend bien avec tous les autres poissons pour autant qu’ils ne soient pas trop gros et capable de les avaler.

Reproduction

Le dimorphisme est très peu visible, la femelle est légèrement plus ronde.
La ponte à lieu dans les plantes de la même manière que la plupart des Cyprinidés.

Sa reproduction n’est pas évidente et doit être faite de préférence dans un bac spécifique. Il faut baisser le pH au moins à 5 dans un bac contenant beaucoup de plantes pour que les sujets se sentent bien à l’aise.

©Texte : framboizz pour AQUA débutant

 

Boraras Naevus

Le mâlebmale

Description

Petit poisson faisant partie de la famille des Cyprinidés mesurant 1,5 cm à 2 cm maximum.
Appelé aussi « Rasbora petch noï », il ressemble à « Boraras maculatus ».

Le Boraras naevus se trouve seulement à partir du sud (péninsule) de la Thaïlande, provenant d’un marécage quelque 83 km au nord de Surat Thani ville, la province de Surat Thani. Il a été enregistré dans d’autres endroits, tous au sein de la Tapi bas, fleuve de drainage sur le golfe de Thaïlande, la pente de la péninsule malaise.

Il vit dans les endroits peu profonds d’eau claire comme les marécages et les marais, avec d’autres poissons du genre qui tendent à préférer les zones où la végétation submergée pousse dru. Beaucoup de ses habitats potentiels ont déjà été convertis en rizières.

On reconnait la femelle avec son ventre plus rebondi que le mâle à cause des oeufs, et aussi par sa couleur plus pâle que le mâle.

La femelle
bfemelle

Maintenance

Parfait pour un bac Nano à partir de 35/40 litres pour 8 à 10 individus
Température de 24 à 28 degrés
pH de 6 à 7
GH de 1 à 10

Il doit absolument être en banc pour vivre correctement, on y placera jamais moins de 8 individus, c’est un poisson grégaire. (sachant que par 10 individus c’est l’ideal)
Comme les très petits poissons, il faut faire très attention si l’on choisit de le mettre dans un bac communautaire avec des colocataires plus gros que lui, il risque de servir de repas aux autres habitants.

En bac communautaire il est possible de le maintenir avec : Microdevario, Sundadanio, Danionella, Eirmotus, Trigonostigma, Corydoras nains et des Loricaridés petits comme Otocinclus.

Le bac sera ombragé, bien planté, il est possible d’y mettre de la tourbe, racine de tourbière, petites pierres non calcaire des mousses sur les pierres par exemple, feuilles de Chêne ou feuilles de Catappa…

Nourriture

Comme avec d’autres espèces de Boraras
Le Boraras naevus est susceptible d’être un micro-prédateur c’est à dire : alimentation de petits insectes, vers, crustacés et autres zooplancton dans la nature.
Dans l’aquarium il acceptera les aliments séchés d’une taille convenable, mais ne devrait pas être nourri exclusivement ceux-ci.
Les repas quotidiens de vivants et congelés tels que petite Daphnies, Artemias avec paillettes et granulés de bonne qualité se traduira par la meilleure coloration et incitera vos poissons à se reproduire.

Conclusion

Parfait par 8 à 10 individus pour un Nano bac de 35/40 litres avec eux en seul espèce, sachant que attention ils risquent de se reproduire également, donc le Nano bac pourrait devenir rapidement trop petit… prendre cela en compte, où voir plus grand directement pour les futurs progénitures qui se font naturellement par oeufs déposés qui éclosent…

©Texte : framboizz pour AQUA débutant
©Photos : PeterM4

Boraras Maculatus

boraras

Tout petit cyprinidé connu également sous les noms de Rasbora maculata , ou de Rasbora pigmée, rasbora tacheté.
Le B. Maculatus est originaire de Malaisie, Indonésie et de Sumatra.
Dans la nature, il habite les eaux stagnantes et herbeuses en lisière de forêt, dans lesquelles l’oxygène dissous est en très faible dose : il occupe alors les zones supérieures proche de la surface. Il fait souvent de même en aquarium.
Il s’agit d’un poisson très beau en banc et lorsqu’il est à l’aise dans un aquarium planté.
Ils sont souvent confondus Boraras merah, et Boraras brigittae

Conditions de maintenance 

Température 25 °C à 28 °C, 26 °C pour la reproduction
pH 6.0 à 7.0
GH 1 à 8, 2 pour la reproduction
Bac bien planté doté de cachettes, des racines et d’un espace libre pour la nage. En bac spécifique rien pour lui ou en compagnie d’espèces calmes de petite taille.

Zone de vie

Surface et Milieu

Description

Petit poisson brun – rouge, virant à l’orange sur le ventre, possédant des tâches noires : une tache arrondie sur les flancs (qui les distingue des mérah et des brigittae), ainsi que deux points noirs, souvent un seul chez la femelle à la base de la nageoire anale, ainsi qu’une tache juste à la base du pédoncule caudal ponctuent un corps brun-rouge.
La bouche est petite et orientée vers le haut.

Dimorphisme
Mâle plus svelte, plus petit et plus vivement coloré. La femelle a une ligne abdominale arrondie.

Taille 
Mâle : 2.5 cm, Femelle : 2.5 cm

Espérance de vie
2 ans

Comportement 

Il s’agit d’un poisson paisible et très sociable, qui doit être maintenu en banc de 10 individus au minimum. (54 litres pour 10 individus)
On peut remarquer que souvent les mâles paradent nageoires toutes déployées et couleurs éclatantes.
Poisson « minuscule », à ne pas faire cohabiter avec de grosses espèces pour éviter qu’il ne devienne une proie…

Alimentation

Dans la nature, ce sont des poissons insectivores.
Ils acceptent la nourriture congelée ou vivante de petite taille (daphnies, artémias et nauplies, vers de vase, larves d’insectes), les aliments lyophilisés et secs

Reproduction

Réalisable dans des bacs de très petit format (15L), en eau acide (pH = 6) et très douce (Gh = 2) avec une grille sur le fond car les parents mangent volontiers leurs oeufs, avec une végétation dense, T° 24-28°
Bien nourrir les géniteurs durant la période du frai puis les retirer du bac d’élevage.
Les jeunes éclosent au bout d’environ 24-36 heures. Leur élevage pose des problèmes de nourriture car ils sont très petits. (infusoires puis nauplies)

© Texte : jeely pour AQUA débutant
© Photo : jeely pour AQUA débutant