Le Corydoras Trilineatus

Souvent confondu visuellement avec la variété Julii, le Corydoras Trilineatus fait parti des Corydoras commun (on le trouve en magasin parfois sous l’appellation Julii d’ailleurs).

Corydoras Julii 
corydorasjuliicz5

Corydoras Trilineatus
18janvier2av5

Infos pratiques

Comme tous les Corydoras, il vient d’Amérique du Sud. Plus précisément du nord-est du Brésil, du Pérou et on le trouve aussi en Equateur.
Il est assez exigeant quant à la qualité de l’eau.
Il préfère un pH allant de 6 à 7,2, une dureté allant de 5°d GH à 15°d GH et il aime une température allant de 22 à 26°C. Une maintenance dans un bac de 120 litres est recommandé.
Il vit entre 3 et 6 ans.

9dcembre5eb1

Dimorphisme mâle et femelle : Les mâles sont plus sveltes que les femelles qui sont légèrement plus rondes.

Comportement : L’instinct grégaire est important chez les Corydoras. Un groupe de 6 est un minimum.
Il est très discret, même craintif si on s’approche trop rapidement de l’aquarium.
Mes observations m’indiquent qu’il sort surtout la nuit et il se cache dans les plantes ou les roches et racines du bac. Je n’en possède hélas que 3 individus (ça fait un an que j’en recherche 3 autres, je ne trouve pas, mais depuis l’arrivée des Schwartzi, ils sortent plus souvent comme s’ils étaient rassurés. Mais le mélange de plusieurs espèces n’est pas en principe dans leur nature.

11dcembre1ye7

Maintenance

Il mesure de 4,5cm à 6cm. Attention à ne pas avoir de sol coupant, ses barbillons sont fragiles. Il aime l’ombre et se cacher donc prévoir une plantation touffue ou alors des cachettes comme des racines ou des roche.

Reproduction

N’ayant toujours pas tenté la reproduction de Corydoras, voici ce que préconise le site Aquabase pour faire reproduire cette espèce :

Placer deux mâles et une femelle gravide dans un bac de reproduction de 60 à 100 litres sans sable, équipé d’un filtre efficace avec quelques pierres lisses sur le fond, des plantes à grandes feuilles en pots ou en petites jardinières.
Température entre 22 et 24 °C.
GH inférieur à 11°d et pH neutre ou situé entre 6,7 et 7,5.
Pour simuler la saison des pluies, on effectue un changement d’eau de 50% avec une eau plus fraîche de 2 ou 3°C. On retire les géniteurs après la ponte.
Pour combattre la moisissure, on peut ajouter de l’acriflavine ou du bleu de méthylène.
Juste avant la nage libre, abaisser le niveau de l’eau pour que les nouveau-nés baignent dans la nourriture. Distribuer de la poudre pour alevins, plancton, microvers, nauplies d’artémia.
Siphonner les déchets chaque jour et changer l’eau prudemment en augmentant le niveau d’eau en rapport avec la croissance.

Sychriscar pour AQUA débutant

Le Corydoras Aeneus

Le Corydoras Aeneus

CAM00861.jpg

Poisson de la famille des Callichthyidés également nommé Corydoras Métalisé, Corydoras Bronze
Bronze Corydors (Anglais)
Metall-Panzerwels (Allemand)

Condition de vie :

T° : 21°C à 27°C (22°C pour la reproduction)
Ph : 6 à 8
Gh : 1 à 8
Espérance de vie : 8 à 10 ans quelques fois 20 ans, record du monde à 27 ans

A partir de 120 litres (pour la maintenance)

Morphologie :

Taille : Mâle: 4/5 cm Taille Femelle: 6/7 cm
Le corps est constitué de plaques osseuses articulées. Sa bouche est encadrée de trois paires de barbillons et ses nageoires pectorales et dorsales sont munies d’épines. La robe couleur bronze lui à valu son nom.
Le Corydoras Aeneus possède une tache triangulaire noire assez marquée sur chaque flanc, d’autre espèces sont souvent confondues avec lui mais n’ont que des taches triangulaire plus diffuses, moins noires et leur couleur bronze moins marquée.
La maturité sexuelle peut varier d’un individu à un autre de neuf mois à deux ans

Dimorphisme :

La femelle est plus grande et plus arrondie que le mâle dont les nageoires pectorales sont plus pointues. Chez certaines femelles le dimorphisme est plus difficile, ceci est du à une maturité sexuelle plus tardive d’un individus à un autre.

Dans la nature :

On le sait peu, mais le Corydoras Aeneus est originaire de l’île de Trinité et Tobago. Mais il existe bon nombre d’autres espèces de Corydoras si ressemblantes à l’Aeneus, que finalement ces dernières ont été confondues. Par ce fait, l’aire de répartition du Corydoras Bronze est faussement localisée au Vénézuela. Les Corydoras microps originaire du Rio Branco (Mato Grosso, Brésil), Corydoras Venezuelanus originaire du Río Cabriales ( Venezuela), Corydoras macrosteusoriginaire du Rio Piracicaba (Brésil) et Corydoras Schultzei (originaire de l’Amazone ?) sont très souvent confondus avec le Corydoras Aeneus car ils leur ressemblent beaucoup pourtant ne sont en fait des espèces distinctes. Le corydoras Aeneus possède une tache noire triangulaire sur ses flancs dont les limites sont assez marquées alors que les espèces confondues avec C.Aeneus est moins marquée et sa couleur plus diffuse.
Dans son milieu naturel, le Corydoras Aeneus peut vivre dans des bancs de plusieurs centaines d’individus, ils peuvent aussi vivre en groupe mixte, avec d’autres races de Corydoras (Corydoras Habrosus). Ils vivent dans des étangs ou ruisseaux d’eau calme ou stagnante, dont le sol est souvent recouvert de déchets végétaux (feuilles et bois morts).

Conseil d’achat :

Afin d’avoir un « vrai » Corydoras Aeneus vérifiez sa couleur bronze qui ne doit pas être trop pâle, le triangle sur ses flans doit être bien noir et bien marqué dans ses limites. Très souvent, les animaleries vendent de « faux » Corydoras Aeneus de races très proches (voir chapitre ci-dessous « dans la nature »)..
Evitez d’acheter des Corydoras aux nageoires endommagées, moins vifs ou pire encore, s’il y a un Corydoras mort dans le bac. L’Aeneus est assez résistant par contre si il existe un individus mort il y a un gros soucis!
Evitez encore les Corydoras dans des bacs avec un substrat gros ou coupant, certains de ses barbillons sont difficiles à voir compte tenu de leur taille et de la vivacité des Corydoras, une blessure pourrait facilement vous échapper.

Comportement :

Poisson grégaire, à maintenir impérativement en groupe de 6 au minimum.
Il cherche sa nourriture en fouillant le sol. Quand un groupe de Corydoras Aeneus est bien implanté dans un bac ils auront tendance à prendre possession des lieux. Chez le C. Aeneus, les femelles tiennent une place assez importante, sans pour autant dominer le groupe, l’une d’elle va avoir tendance à légèrement prendre le dessus sur le reste du groupe.
Comme tous les Corydoras, le C. Aeneus possède un système respiratoire annexe qu’il fait fonctionner en absorbant de l’air à la surface. Tous font des aller-retour rapides à la surface, souvent en sautant de l’eau. Dans un bac bien oxygéné chaque individu fera au moins, un aller-retour par heure ce qui donnera des « ploufs » réguliers provenant de votre bac. Si ces ploufs sont trop permanents ceci montrera un manque d’oxygène (au-delà de 75 par heure environ ce qui donne un bon nombre de « ploufs horaire » pour un groupe de six individus, soit une dizaine de ploufs par minute).

Le cas particulier du Corydoras Albinos

Bien souvent dans les animaleries nous pouvons croiser des variétés « Albinos » disponibles à la vente. Les « Albinos ont pour origine deux races de Corydoras : les C. Aeneus et C. Paleatus qui ont chacun leur variante Albinos. L’albinisme a deux origines:
– L’une naturelle, les individus naissant sans pigments, ils peuvent vivre une vie tout à fait normale, des études récentes ont mis en avant que les prédateurs rechignent à s’attaquer à des Albinos au profit d’animaux normalement colorés, les Albinos étant signe pour eux d’animaux malades, donc à ne pas consommer. Les éleveurs croisent massivement des Albinos ce qui entraîne une certaine faiblesse génétique.
– L’autre est artificielle, les oeufs sont exposés à des métaux lourds (arsenic, cadmium, cuivre, mercure, sélénium, zinc).

Quoi qu’il en soit, avoir des albinos dans son aquarium est risqué, quelle que soit l’origine de l’Albinisme, des faiblesses génétiques sont souvent au rendez-vous (stérilité, malformation, mortalité accrue), mais aussi, des empoisonnements aux métaux lourds. ils sont bien souvent naturellement aveugles (ce qui est du à leur Albinisme).

Alimentation :

Le Corydoras Aeneus est omnivore, il peut se nourrir de larves, de végétaux et peut quelques fois, se montrer nécrophage. Il n’est cependant pas « une femme de ménage » qui se contente des restes des autres habitants. Tout de même, il peut s’avérer utile au fonctionnement du bac, son habitude de fouiller le sol permet d’évacuer les poches de gaz toxiques et ses aller et venue à la surface, peuvent mettre en avant un manque d’oxygénation de l’eau, si ceux-ci sont beaucoup trop fréquents (au-delà de 75 aller et venue par heure). Pour le Corydoras Aeneus un sol composé type « sable de Loire » est très important pour lui et sa santé, en évitant ainsi des blessures aux barbillons. Il semblerait qu’un sol meuble est meilleur pour sa santé générale selon des études récentes. Pour son bien-être il est très positif de leur aménager des cachettes, les racines sont très importantes pour eux, leur apportant un peu de tanins, ils peuvent les « grignoter » à l’occasion. Une végétation d’Anubias apportera des cachettes et même des zones de vie très importantes pour eux. Pour autant ils ne pondent pas sur des feuilles d’Anubias, les femelles préférant des feuilles plus larges.

Reproduction :

La méthode standard de reproduction acceptée pour tous les Corydoras a été décrite sur le Corydoras Aeneus. Un afflux de nourriture couplé à une baisse de température provoque la reproduction. La femelle se montre agitée, elle sera poursuivie par plusieurs mâles. Le matin suivant, un mâle présentera son abdomen à la femelle, celle-ci absorbe par la bouche la laitance du mâle, celle-ci se dirige vers la poche ovarienne. Le couple prend alors une position en « T ». Lors de la ponte la femelle transporte ses œufs en joignant ses nageoires puis les dépose sur des feuillages ou les vitres de l’aquarium. L’éclosion s’effectue en fonction de la température (deux jours et demi à 24°c).
Il est préférable de nourrir les alevins isolés en pondoir par des infusoires, à l’age de un mois ils peuvent passer dans le bac et ne risqueront rien des autres occupants du bac.

@Texte et photo : gronlandia 79 pour AQUA débutant

Le Corydoras Paleatus

Le Corydoras Paleatus

CAM01009a.jpg

Poisson de la famille des Callichthyidés également nommé Corydoras Poivré, Corydoras Marbré
Peppered corydoras (Anglais)
Marmorierter Panzerwels (Allemand)

Condition de vie :

T° : 15°C à 26°C (23°C pour la reproduction)
Ph : 6 à 7.5
Gh : 1 à 8
Espérance de vie : plus de 10 ans dans de bonnes conditions

Morphologie :

Taille : Mâle: 4/5 cm Taille Femelle: 6/7 cm
Le corps est constitué de plaques osseuses articulées. Sa bouche est encadrée de trois paires de barbillons et ses nageoires pectorales et dorsales sont munies d’épines. La robe couleur bronze lui à valu son nom.
Le Corydoras Paleatus est contrairement à l’Aeneus un Corydoras dit à « long nez » son corps est gris marbré de noir il possède une légère bosse devant les yeux. A défaut d’être long, son nez est en réalité légèrement plus fuselé que les Corydoras à « nez court ». La maturité sexuelle peut varier d’un individu à un autre de neuf mois à deux ans.

Dimorphisme :

La femelle est plus grande et plus arrondie que le mâle, en dehors de celà il est quasiment impossible de sexer une femelle avant l’age adulte les nageoires étant identiques aux deux sexes. Il existe une variété dite Albinos assez rare dans les commerces. Contrairement à d’autre espèces de Corydoras les nageoires des jeunes adultes sont toutes pointues pour els deux sexes, elles peuvent être même disproportionnées. Seule certitude, adulte, la femelle est plus arrondie et massive que le mâle, son corps est plus « haut ».

Dans la nature :

Ses origines sont très incertaines, on sait qu’il vient du sud du bassin Amazonien (Bresil, nord de l’Argentine…) son habitat semble très large géographiquement. Il peuvent vivre jusqu’à 26°c mais aussi supporter des températures plus basses. Leur habitat type est composé de bois, de branchages, de quelques plantes voir d’un ou deux rochers.

Conseil d’achat :

Aucune blessure, nageoire endommagée, pas de variété Albinos ou voiles (encore moins les deux combinés). Ils conviennent particulièrement bien a des Colisas, ceux ci rechignant à se nourrir des aliments tombés sur le fond, les Paleatus sont moins « remuants » que d’autres variétés de Corydoras ce qui fait moins peur à des Colisa naturellement timides. Le volume recommandé pour eux est de 120 litres minimum, ils peuvent vivre de manière temporaire à 60 litres

Comportement :

Poisson grégaire, à maintenir impérativement en groupe de 6 au minimum.
Il cherche sa nourriture en fouillant le sol. Il peux nager en pleine eau sans le moindre soucis ce qui est très rare chez les Corydoras. Le C. Paleatus possède un système respiratoire annexe qu’il fait fonctionner en absorbant de l’air à la surface. Tous font des aller-retour rapides à la surface, souvent en sautant de l’eau. Dans un bac bien oxygéné chaque individu fera au moins, un aller-retour par heure ce qui donnera des « ploufs » réguliers provenant de votre bac. Si ces ploufs sont trop permanents ceci montrera un manque d’oxygène (au-delà de 75 par heure environ ce qui donne un bon nombre de « ploufs horaire » pour un groupe de six individus, soit une dizaine de ploufs par minute).

Le cas particulier du Corydoras Albinos

Bien souvent dans les animaleries nous pouvons croiser des variétés « Albinos » disponibles à la vente. Les « Albinos ont pour origine deux races de Corydoras : les C. Aeneus et C. Paleatus qui ont chacun leur variante Albinos. L’albinisme a deux origines:
– L’une naturelle, les individus naissant sans pigments, ils peuvent vivre une vie tout à fait normale, des études récentes ont mis en avant que les prédateurs rechignent à s’attaquer à des Albinos au profit d’animaux normalement colorés, les Albinos étant signe pour eux d’animaux malades, donc à ne pas consommer. Les éleveurs croisent massivement des Albinos ce qui entraîne une certaine faiblesse génétique.
– L’autre est artificielle, les oeufs sont exposés à des métaux lourds (arsenic, cadmium, cuivre, mercure, sélénium, zinc).

Quoi qu’il en soit, avoir des albinos dans son aquarium est risqué, quelle que soit l’origine de l’Albinisme, des faiblesses génétiques sont souvent au rendez-vous (stérilité, malformation, mortalité accrue), mais aussi, des empoisonnements aux métaux lourds. ils sont bien souvent naturellement aveugles (ce qui est du à leur Albinisme).

Alimentation :

Le Corydoras Paleatus est omnivore, il peut se nourrir de larves, de végétaux et peut quelques fois, se montrer nécrophage. Il n’est cependant pas « une femme de ménage » qui se contente des restes des autres habitants. Tout de même, il peut s’avérer utile au fonctionnement du bac, son habitude de fouiller le sol permet d’évacuer les poches de gaz toxiques et ses aller et venue à la surface, peuvent mettre en avant un manque d’oxygénation de l’eau, si ceux-ci sont beaucoup trop fréquents (au-delà de 75 aller et venue par heure). Pour le Corydoras Paleatus un sol composé type « sable de Loire » est très important pour lui et sa santé, en évitant ainsi des blessures aux barbillons. Il semblerait qu’un sol meuble est meilleur pour sa santé générale selon des études récentes. Pour son bien-être il est très positif de leur aménager des cachettes, les racines sont très importantes pour eux, leur apportant un peu de tanins, ils peuvent les « grignoter » à l’occasion. Une végétation d’Anubias apportera des cachettes et même des zones de vie très importantes pour eux. Pour autant ils ne pondent pas sur des feuilles d’Anubias, les femelles préférant des feuilles plus larges.

Reproduction :

La méthode standard de reproduction acceptée pour tous les Corydoras a été décrite sur le Corydoras Aeneus. Un afflux de nourriture couplé à une baisse de température provoque la reproduction. La femelle se montre agitée, elle sera poursuivie par plusieurs mâles. Le matin suivant, un mâle présentera son abdomen à la femelle, celle-ci absorbe par la bouche la laitance du mâle, celle-ci se dirige vers la poche ovarienne. Le couple prend alors une position en « T ». Lors de la ponte la femelle transporte ses œufs en joignant ses nageoires puis les dépose sur des feuillages ou les vitres de l’aquarium. L’éclosion s’effectue en fonction de la température (deux jours et demi à 24°c).
Il est préférable de nourrir les alevins isolés en pondoir par des infusoires, à l’age de un mois ils peuvent passer dans le bac et ne risqueront rien des autres occupants du bac.

Quoi qu’il en soit la reproduction chez le Corydoras Paleatus est réputée très difficile mais pas impossible, en cas de reproduction ils seraient plus prolifiques que d’autres espèces.

@Texte et photo : gronlandia 79 pour AQUA débutant

Corydoras – différentes variétés

Le Corydoras fait partie des Callichthyidés – il y a un nombre impressionnant de variétés différentes ± 200 espèces et même si on en trouve que très peu de sortes en animalerie, il y en a pour tous les goûts …

Ce poisson grégaire doit donc vivre en groupe de 5-6 individus minimum (ou davantage suivant votre litrage) de la même espèce plutôt que de mettre 2 ou 3 variétés différentes, même s’ils s’entendent avec les autres, ils se reconnaissent entre eux et dans la nature, ils vivent par centaine. Il s’agit de poissons pacifiques, très dynamiques, qui s’amusent beaucoup en groupe et ignorent les autres pensionnaires de votre aquarium. Ils remontent, de temps à autre, en flèche à la surface pour prendre un peu d’air … très divertissant à contempler !

Ces sympathiques poissons vivent dans le fond, ils sont pourvus de barbillons, qui leurs permettent de fouiller le sol et ainsi de se nourrir ; oubliez les sols en quartz pour éviter qu’ils se coupent les barbillons, dans ce cas, ils ne peuvent plus se nourrir correctement et l’issue pourrait être fatale.
Ils sont omnivores et contrairement à ce que l’on pense, ils ne sont pas détrivores et ne nettoient votre aquarium et ne mangent pas non plus les déchets des autres poissons. Ils leur faut une nourriture variée : vers de vase, daphnies, artémias, tubifex, larves de moustiques (congelé ou vivant) ils apprécient également des pastilles de fond mais aussi les végétaux pochés (courgette, concombre, brocoli, épinards, salade …) et même certains fruits !

Pour la plupart d’entre eux, (ce n’est pas une généralité vu le nombre d’espèces)
un PH de 6.0 à 7.5 est recommandé
une température de 23 °C à 27 °C
une dureté d’eau de 6 à 15 GH
une durée de vie de ± 6 ans

Le mâle se distingue de la femelle par des nageoires dorsale et pelviennes plus pointues que cette dernière ; la femelle est généralement plus large et plus haute que le mâle et elle possède également un abdomen plus rebondi.

Sachez toutefois, que le corydoras possède sur sa dorsale un aiguillon, qu’il peut utiliser s’il se sent pris au piège.
En piquant, il injecte ainsi un venin ; cette piqûre est assez douloureuse et peut provoquer des rougeurs, brûlures et même un gonflement !
Si cela vous arrive, une bonne façon de soulager la douleur : mettre la blessure sous l’eau, la plus chaude possible pour désactiver le venin.

Pour la reproduction, je n’ai jamais testé mais suivant mes différentes lectures, le mâle poursuit la femelle en cognant sa tête avec ses barbillons, il se place légèrement de côté vers la femelle qui pond des oeufs, puis avec ses nageoires, la femelle attache ses oeufs fécondés aux vitres et sur les plantes également. (pour stimuler la repro, un changement d’eau légèrement plus fraîche de 2-3°) Vous pouvez laisser les oeufs dans le bac mais aux risques que les autres occupants en fassent leur repas.
Sinon, il faut récolter les oeufs et les placer dans un autre bac dont l’eau à les mêmes valeur que l’aquarium initial ou dans un tupperware qui restera à la surface de l’eau – Ensuite si tout se déroule correctement, les jeunes alevins se développeront rapidement, et seront nourris avec des nauplies d’artémias ou nourriture sèchée mais bien sûr, réduite en poudre pour que ceux-ci puissent se nourrir en fonction de leur taille.

Voici quelques photos de différentes espèces que l’on trouve, suivant les endroits, relativement facilement :

Corydoras aeneus – de 5 à 7 cmclochette01op3

Corydoras aeneus albinos – 5 cmclochette02ql5

Corydoras sterbaï – de 5 à 7 cmimgp1020gu8

Corydoras hastatus – 3 cmimg_1411

Liste des différents corydoras les plus courants par ordre alphabétique :
A) acrensis / acutus / adolfoi / aeneus / aeneus albinos / agassizi / albolineatus / amandajanea / amapaensis / ambiacus / amphibelus / approuaguensis / araguaiaensis / arcuatus / areio / armatus / atropersonatus / aurofrenatus / axelrodi

B) baderi / barbatus / bertoni / bicolor / bifasciatus / bilineatus / blochi / boehlkei / boesemani / bondi / breei / brevirostris / burgessi

C) carlae / caudimaculatus / cervinus / cochui / concolor / condiscipulus / copei / coppenamensis / coriatae / cortesi / crimmeni / cruziensis / crypticus

D) davidsandsi / delphax / difluviatilis / diphyes / duplicareus

E) ehrhardti / elegans / ellisae / ephippifer / eques / evelynae

F) filamentosus / flaveolus / fowleri

G) garbei/ geoffroy / geryi / gomezi / gossei / gracilis / griseus / guapore / guianensis

H) habrosus / haraldschultzi / hastatus / heteromorphus

I) imitator / incolicana / isbrueckeri

J) julii

K) kanei

L) lacerdai / lamberti / latus / leopardus / leucomelas / longipinnis / loretoensis / loxozonus

M) macropterus / maculifer / mamore / melanistius / melanotaenia / melini / metae / micracanthus / multimaculatus

N) nanus / napoensis / narcissus / nattereri / negro / nijsseni / noelkempffi

O) oiapoquensis / orcesi / ornatus / orphnopterus / ortegai / osteocarus / ourastigma / oxyrhynchus

P) paleatus / panda / pantanalensis / paragua / parallelus / pastazensis / paucerna / pinheiroi / polystictus / potaroensis / prionotos / pulcher / punctatus / pygmaeus

R) rabauti / reticulatus / revelatus / reynoldsi / robineae / robustus

S) sanchesi / saramaccensis / sarareensis / schwartzi / semiaquilus / septentrionalis / serratus / seussi / similis / simulatus / sipaliwini / sodalis / solox / spectabilis / spilurus / steindachneri /stenocephalus / sterbai / surinamensis / sychri

T) treitlii / trilineatus / tukano

U) undulatus

V) virginiae / vittatus

W) weitzmani

X) xinguensis

Z) zygatus

Si vous souhaitez participer à cet article, vous pouvez poster des photos de vos espèces maintenues en nous précisant la variété exacte et nous serons ravis de pouvoir compléter la galerie photos de ce post ! Merci à tous

© Clochette pour Aqua Débutant – 01/2009

 

Les Corydoras Albinos

CAM00875

Condition de vie

T°: 21°C à 27°C (22°C pour la reproduction) pour les Corydoras Albinos « Aeneus »
18 à 26°c (23°pour la reproduction) pour les Corydoras Albinos « Paleatus »
Ph : 6 à 8
Gh : 1 à 8
Espérance de vie: 8 à 10 ans quelques fois 20 ans, record du monde à 27 ans pour l’Albinos Aeneus et 6 à 10 ans pour l’Albinos Paleatus.

Morphologie

Taille : Mâle: 4/5 cm Taille Femelle: 6/7 cm pour l’Albinos Aeneus
Taille : Mâle: 4/5 cm Taille Femelle: 6 cm pour l’Albinos Paleatus

Le Corydoras « Albinos » Aeneus est Blanc-Crème avec des nageoires translucides et des yeux rouges
Le Corydoras « Albinos » Paleatus est blanc avec une légère tache blanc crème sur les flancs, ses nageoires sont beige clair et ses yeux très blancs.

Dimorphisme

La femelle est plus grande que le mâle pour les deux variantes, il semblerait que la maturité sexuelle soit plus tardive chez eux (1 an et demi voir deux ans chez l’albinos Aeneus) ce serait du à leur Albinisme qui naturel ou non réduit leur fertilité.

Origines de l’Albinisme chez les Corydoras

Chez les Corydoras l’Albinisme fut découvert avec la commercialisation à grande échelle de ces poissons. Quelques spécimen rares parmi des milliers étaient Albinos, les éleveurs professionnels décidèrent de créer une variété spécifique.

La première cause de l’Albinisme est une maladie génétique qui se transmet des parents aux enfants. Chez l’être humain certaines populations sont plus exposées que d’autres, comme les population Africaines, Sud Américaines et Afro Américaines. Chez le Corydoras il en est de même, seuls les Corydoras Aeneus et Paleatus semblent affectés.

La seconde cause est une exposition des oeufs à des métaux lourds (arsenic, cadmium, cuivre, mercure, sélénium, zinc) qui peuvent également causer des troubles nerveux ou de la vision. Certains éleveurs peu scrupuleux exposent donc les oeufs à ces métaux afin de « créer » des Albinos. On peux également en déduire que dans le milieu naturel l’orpaillage clandestin dans certaines rivières d’Amérique du Sud avec du mercure peut jouer sur des naissances de Corydoras « artificiellement » Albinos.

Les Albinos « artificiels » semblent avoir une santé plus fragile, des troubles de la fertilité quelques fois des malformations ou encore une fragilité des nageoires.

Contrairement aux idées reçues, les Albinos sont moins exposés à la prédation dans la nature que leur congénères « normaux » selon une étude scientifique récente, les prédateurs préférant ne pas s’attaquer à des animaux qui ont tous les signes de maladie.

Comportement

Les Corydoras Albinos « Aeneus » ont un comportement totalement identique aux Aeneus à la grande différence qu’il sont beaucoup moins timides et grégaires que leur homologues non touchés. Ils nagent bien volontiers en pleine eau le long des vitres et vont au contact des autres habitants du bac ce qui est plus rares chez les autres Aeneus. Ce manque de crainte peut être lié au manque de prédation a leur encontre dans la nature.

Ce comportement peu commun a été signalé également chez les Albinos Paleatus, qui eux, aiment tout de même des températures plus basses que les Aeneus.

Alimentation et reproduction

Leur alimentation est identique à tous les autres Corydoras, divers et variée et surtout de bonne qualité. Il en est de même pour la reproduction (afflux de nourriture et baisse de température) mais leur reproduction est plus rare et difficile que chez des animaux « non-atteint »

Conseils d’achat

Un œil éclairé peut éventuellement démasquer des Corydoras Albinos artificiels. Ils ont souvent des nageoire atrophiées, abîmées que l’on peut décrire comme « en dentelle ». Leur écailles sont moins lisses et abîmées quelque fois manquantes. Ils sont moins vifs et assez apathiques. Ils doivent vous paraître « frais » et vous donner envie de les prendre…. pas de pitié pour des animaux qui ne paient pas de mine !

©Texte et photo : gronlandia pour AQUA débutant

La Grande Histoire du Corydoras

Les Origines de la famille des Corydoras..

Le nom Corydoras est tiré du grec kory (le casque) et doras (la peau). Le Corydoras Punctatus a été la première espèce de Corydoras décrite en 1794 par Marcus Elieser Bloch et les deux dernières en date les Corydoras Gladysae et Petracinii par Calviño et Felipe Alonso en 2010, la plus ancienne connue étant le Corydoras Revelatus (aujourd’hui éteins) dont un fossile vieux de 58 millions d’années à été découvert en Argentine.

Le type Callichthyidés est la plus grande espèce de poisson tropical au monde avec 142 espèces connues ainsi que des centaines de sous espèces connue ou encore à découvrir. Une centaine d’espèces de Corydoras serait encore de nos jours à découvrir et à répertorier. Dans les années 1990 le magazine Allemand DATZ mis en place un système d’identification pour les Callichthyidés comprenant un C suivis par un chiffre, ce système permettant d’identifier un Corydoras sans ce celui-ci soit forcément porteur d’un nom, ainsi 140 « C-number » existent de nos jours dont une bonne partie n’ont pas de nom officiel en dehors de cette dénomination. Même ce codage n’est pas venu à bout de toutes les espèces de CallichthyidésLe Cocconeis Fluviatilis est unanimement reconnu comme l’espèce d’origine du type Callichthyidés car il possède des caractéristiques communs à plusieurs espèces de Corydoras.

Ces dernières années quelques espèces ont été retirées de la famille des Callichthyidés, d’autres ont été classées comme espèces « jumelles » du Corydoras de part leur comportement (Otocinclus Affinis et plus largement la famille des Otocinclus)

Distribution Géographique et description

Les Callichthyidés sont présents sur tout le continent Sud Américain de la Colombie jusqu’au nord de l’Argentine, même si sa zone d’implantation principale est le bassin Amazonien . Leur taille, morphologie et coloration varie d’une espèce à l’autre, mais les Callichthyidés sont en général de petits poissons dont la taille varie de 20 à 140 mm, divisé en famille des Callichthyidés à long nez et famille des Callichthyidés à nez court.

carte à cory

Dans son milieu naturel

Dans la nature, on retrouve des Corydoras dans des petits cours d’eau, des étangs ou Marais à faible courant, plus rarement dans de grands fleuves. Ils peuvent vivre dans des milieux rocailleux, sablonneux ou dans des détritus (branchages, feuilles mortes…), dans une eau claire, peu profonde, à faible courant ayant un pH doux ou légèrement Acide, ou encore Alcaline et une dureté de 5 à 10°. Si une partie des espèces supportent une eau légèrement saumâtre, d’autre ne supporteront aucune salinité.

Les Corydoras sont grégaires, beaucoup d’espèces fut découvertes dans des groupes de plusieurs centaines ou milliers d’individus. Si souvent les groupes sont de la même espèce, il n’est pas rare d’observer des groupes mixtes composés de plusieurs espèces différentes. Là ou son cousin le poisson chat est actif la nuit, le Corydoras est lui diurne et aussi nocturne.

Les Corydoras sont omnivores, ils se nourrissent de petits insectes vivant sur fond, de larves, de végétations mais ils peuvent se montrer nécrophages même s’ils ne sont résolument pas carnassiers de nature. Il passeront leur repas à fouiller le sol en enfouissant leur tête dans le sol détectant la nourriture avec leurs barbillons et absorbant celle ci avec leur bouche.
La reproduction des Callichthyidés a été décrite pour le première fois chez le Corydoras Aeneus, le mâle présente son abdomen à la femelle qui avale sa laitance et l’achemine via le système digestif à sa poche ovarienne. Elle fait glisser ceux ci ensuite vers une poche formée par ses nageoires Pelviennes, ce mode de reproduction appelée « position en T » est considérée comme unique à tous les Callichthyidés.

aquadbt5Oeufs de Corydoras Aeneus (taille réelle 1 mm)

Hybridation

Il existe d’innombrables variétés connues de Corydoras, en théorie, toutes peuvent se croiser entre elles, certaines donneront des hybrides fiables qui pourront à leur tour se reproduire, d’autre donneront des hybrides peu féconds pour les femelles et stériles pour les mâles. Tout n’est qu’une affaire de chromosomes, si deux espèces ayant le même nombre de chromosomes se reproduisent elle donneront des Hybrides viables, si deux espèces ayant un nombre de chromosomes différent se reproduisent, elles donneront des individus non viables avec des problèmes de fécondité.

Corydoras Nattereri —– 40 chr
Corydoras Panda —– 44 chr
Corydoras Ehrhardti —– 44 chr
Corydoras Paleatus —– 44 chr
Corydoras Schwartzi —– 44 chr
Corydoras Arcuatus —– 46 chr
Corydoras Trilineatus —– 46 chr
Corydoras Punctatus —– 46 chr

Corydoras Melanistius —– 48 chr
Corydoras Elegans —– 50 chr
Corydoras Njiseni —– 52 chr
Corydoras Undulatus —– 52 chr
Corydoras Myersi/rabauti —– 56 chr
Corydoras Zygatus —– 56 chr

Corydoras Aeneus —– 62 chr
Corydoras Barbatus —– 64 chr
Corydoras Macropterus —– 66 chr
Corydoras Prionotos —– 68 chr
Corydoras Soladys —– 74 chr
Corydoras Reticulatus —– 74 chr
Corydoras Difluviatilis —– 78 chr
Corydoras Robinae —– 84 chr
corydoras Britskii —– 90 chr
Corydoras Metae —– 92 chr
Corydoras Julii —– 92 chr
Corydoras Araguaiensis —– 94 chr

Néanmoins on peux partir du principe que le mélange d’espèce est largement connu dans la nature avec des groupes mixtes (Corydoras Aeneus et Corydoras Habrosus au Vénézuela par exemple) certaines hybridations auraient pus déjà avoir eu lieu dans la nature mais n’ont tout de même pas eus lieu.

Maintenance dans l’Aquarium

Les Corydoras sont bien connus des amateurs, hélas souvent considérés comme nettoyeurs de fond, ils demandent plutôt un régime alimentaire spécifique. Ils peuvent vivre pacifiquement avec toute sorte d’espèces et ne seront pas agressifs, tout de même certaines espèces sont plus timides que d’autres et demandent un maintiens en bac spécifique.

La plupart des Corydoras aiment vivre dans une eau douce à légèrement acide, il peuvent vivre aussi dans des températures plus fraîches que dans leur milieu naturel, mais, ils ne supporteront pas une eau riche en nitrates qui peuvent leur apporter des problèmes aux Barbillons qui peuvent s’atrophier voir disparaître et leur deviendront inutiles. Ces mêmes barbillons peuvent contracter des infections par la faute d’un substrat trop aiguisé.

Il existe un mythe tenace dans le monde de l’aquariophilie qui veut que le Corydoras ne peux pas être soigné au sel. C’est totalement faux, une eau légèrement saumâtre soignera diverses infections parasitaires.

Les Callichthyidés ont l’habitude de faire des aller-retour à la surface afin de prendre une bouffée d’air, un comportement tout à fait normal. Ce phénomène peut se reproduire de 1 à 75 fois par heure, si en général cela n’indique aucun problème de qualité d’eau, il est important de savoir que le phénomène se reproduisant à l’excès, il révélera alors un problème au niveau de l’oxygénation de l’eau.

En ce qui concerne la longévité, en aquarium elle peut être assez variable chez le Corydoras Aeneus, un exemplaire est mort à l’age de 27 ans, et les cas de spécimens pouvant atteindre 20 ans ne sont pas rare, en général elle varie de 5 à 10 ans en moyenne, si ils sont maintenus dans de bonnes conditions.

Si il est totalement faux que les Corydoras sont des « nettoyeurs de fond », ils peuvent avoir une grande utilité dans le brassage du sol et ainsi faire bouger les impuretés, et dégager des bulles de gaz nocifs vers la surface.
Les Corydoras ne sont pas territoriaux mais certaines espèces maintenues en groupe assez corrects peuvent se montrer assez (voir trop) présentes pour d’autres espèces plus timides.

©Texte : gronlandia 79 pour AQUA débutant