Les Corydoras nains : le corydoras hastatus

Les Corydoras nains : le corydoras hastatus

hasta1

Petit poisson de la famille des Callichthyidés également nommé Corydoras à croissant, originaire d’Amérique du Sud (Brésil, Paraguay).

Conditions de maintenance

Température 20 °C à 24 °C
pH 6 – 7
GH 3 – 10
Pour faciliter son alimentation, il est préférable de l’ introduire dans des aquariums matures bien pourvus en mousses ou autres plantes de ce genre, ainsi qu’en racines (la micro-faune qui s’y développe lui sert de nourriture).
Le sol doit être exempt d’arête qui peuvent blesser ses barbillons.
Volume mini 50 litres

Morphologie

Taille Mâle : 3.0 cm, Femelle : 3.0 cm
C’est un des plus petits Corydoras avec C. habrosus et C. pygmaeus.
Son corps est gris avec une tache noire plus ou moins arrondie, délimitée par deux taches blanches en haut et en bas, à la base de la nageoire caudale.

Dysmorphisme ????

la femelle serait plus grande que le mâle… moins « mignonne »

Comportement

très paisible avec les autres poissons et les crevettes, aucune agressivité entre eux, en revanche c’est un poisson assez vif.
A maintenir en groupe (6 minimum)

Zone de vie

Fond
Un des rares corydoras qui nage en pleine eau.

Alimentation

Les C. hastatus seraient difficiles, et n’accepteraient que la nourriture vivante… certes… mais il ne crache pas sur un bon cachet de fond 😉
Il apprécie la micro faune des aquariums (micro-organismes).

hasta2

Reproduction

Rare, mais déjà reproduit en aquarium. La fécondation a lieu en position perpendiculaire. Environ 30 oeufs sont déposés individuellement sur les éléments du décors et aux vitres.

© Texte : jeely pour AQUA débutant
© Photo : PhotoJP pour AQUA débutant

Les corydoras nains : le Corydoras Habrosus

Les corydoras nains : le Corydoras Habrosus

IMG_7346

Petit poisson originaire d’Amérique du Sud (Vénézuéla), appartenant à la famille des Callichthyidae, on l’appelle également Corydoras a nageoire noire.
C’est un poisson idéal pour animer un petit aquarium avec des crevettes.
Zone de Vie : fond
Espérance de vie : 5 ans

Morphologie :

Taille mâle : 2 cm
Taille femelle : 2.5 cm
A l’âge adulte, le mâle est nettement plus petit que la femelle et celle-ci est gonflée par sa masse ovarienne.
Ce petit poisson a le corps clair marbré de noir avec 3 à 4 tâches noires épaisses au milieu du corps sur les flancs. La queue est striée de bandes verticales. Il possède 4 barbillons pour chercher sa nourriture sur le sol. Il y a des tâches noires sur son dos. Son ventre est blanc.

Conditions de maintenance :

T° = 23 – 27°
GH = 2 – 12 (6 au plus adapté)
pH = 6 – 8 (6,5 au plus adapté avec un Kh à 3)
L’aquarium doit comporter un sol non coupant ou pas de sol. Quelques cachettes sont préférables (plantes, racines). L’eau doit être claire et l’aquarium propre.

Comportement :

Poisson vif, grégaire, il doit donc être maintenu en banc de 6 ou 8 individus pour qu’il soit à son aise.
Il a la particularités, comme les autres corydoras nains, de nager en pleine eau. Comme tous les corydoras, il nage également vers la surface pour prendre des bulles d’air.
Pacifique envers les autres espèces, il doit être le seul habitant du fond d’un bac , en dehors des crevettes. Il ne s’intéresse pas aux alevins.

IMG_7343 copie

Nourriture :

Comme pour tous les corydoras, il s’agit d’un véritable omnivore. Il mange toutes les petites proies vivantes qui passent à sa portée, ne néglige pas non plus la nourriture sèche ou surgelée et mange en complément les résidus du fond du bac et les débris de végétaux qu’il trouve à son goût.
Comme tous les corydoras, le C. Habrosus a besoin d’une alimentation variée et saine, c’est n’est pas un nettoyeur de fond (qui d’ailleurs n’existe pas 😉 ).

Reproduction :

Les oeufs sont déposés sur des feuilles de plantes. La reproduction a souvent lieu après un changement d’eau et la femelle vient se placer en T au niveau de la nageoire annale du mâle
Quand la ponte des reproducteurs se fait attendre, il faut multiplier les changements d’eau (simulation des pluies amazoniennes), donner de l’alimentation vivante, faire fluctuer la température (période plus basse pendant quelques jours puis remontée progressive).

© Texte : jeely pour AQUA débutant
© Photos : PhotoJP pour AQUA débutant

Corydoras Sterbaï

Le Corydoras Sterbaï

corydo

Un des plus jolis Corydoras, il possède une robe aux magnifiques contrastes, il se reconnait également aux nageoires pelviennes et pectorales orangées que n’ont pas d’autres espèces très ressemblantes au niveau de la robe.

Il fait également partie des plus timides et peureux de l’espèce, il aime se cacher sous un décor(pierre, racine etc.) il reste aussi souvent à la base des plantes bien touffues, il est assez craintif, au moindre bruit extérieur il file à toute vitesse se cacher, il vaut mieux le placer dans un bac où il y a peu de passage pour le voir plus souvent.

Un pH de 6,5 à 7,5 et une température comprise entre 23 et 29 degrés est supportée. Un aquarium de 100 litres minimum pour la maintenance à long terme.
Un GH de 7 environ favorise la reproduction, ainsi qu’une petite baisse de température de quelques degrés du bac au moment d’un changement d’eau.

En période de reproduction par contre, plus rien ne le dérange, et on peut voir le mâle poursuivre la femelle partout dans le bac, il est trop amoureux pour que quoi que soit le dérange.
Très souvent après un changement d’eau de quelques degrés plus frais que la température du bac, une parade amoureuse peut commencer, la femelle déposera ses oeufs sur les vitres, décors, racine, qu’elle prendra soin de bien nettoyer auparavant, un dessous de feuille d’une plante également, il faudra encore que le mâle ait fécondé les oeufs pour qu’il y a fécondation, sinon les oeufs ne vont jamais éclore.
Très souvent dans un bac communautaire, il est difficile d’avoir des repro car les oeufs sont mangés directement, ou, par les parents ou, par les autres habitants avant qu’ils ne puissent éclore, beaucoup d’aquariophiles enlèvent les oeufs pour faire les faire éclore dans un autre bac, parfois ça marche très bien, parfois les oeufs pourrissent tout simplement ou ne sont pas fécondés.

Ils adorent les artémias, les vers rouges (avec modération), les cachets de fond, et ne rechignent pas de temps à autre sur une petite tranche fine de courgette pochée.

Ils sont malheureusement souvent considérés comme des nettoyeurs de fond, à tort cependant, car ils ne mangent certainement pas les déchets des autres poissons comme souvent on peut l’entendre, c’est complètement faux, ils mangent oui, des restes de nourritures tombés au sol ou leur nourriture, mais certainement pas les déchets du bac qui se trouvent sur le sol.

C’est pour cette raison qu’il faut surtout les nourrir également, on voit beaucoup de Corydoras mourir de faim, car les gens pensent qu’il va juste se nourrir des déchets et des restes des autres poissons, ce n’est pourtant pas le cas !
C’est un poisson à part entière, dont il faut prendre soin comme les autres habitants du bac et qui requière un minimum d’attention de notre part, d’autant plus qu’il est très intéressant à observer dans un bac, quand il est placé en banc de la même espèce, j’ai encore deux Corydoras Sterbaï dans mon banc actuel de 7, depuis 2003.
Ils sont donc bien costauds quand ils se sentent bien dans votre bac.

EDIT : Le premier à gauche sur la photo qui était le dernier survivant que j’avais depuis 2003, vient de mourir (2014) à 11 ans

©Textes et photo : AQUA débutant

Les Aspidoras

Les Aspidoras

Aspidoras cf. TaurusAspidoras taurus

Photo source

Les Aspidoras, un poisson plein de vivacité…

Très facile à maintenir en aquarium, ce n’est pas son apparence ici qui compte, mais son débordement d’activité; de plus, il se reproduit très facilement, un poisson pas compliqué, mais trop peu rencontré dans nos aquariums..

Les Aspidoras sont des poissons très intéressants à regarder vivre dans un bac, par leur comportement, exemple : l’Aspidoras cf. Taurus mesure de 4,5/5,5cm souvent appelé « Aspidoras menezesi » qui est l’espèce la plus rencontrée du genre et répandue en aquariophilie actuellement.

Les Aspidoras spp. ressemblent vraiment à leur cousin bien plus populaire que eux, « le Corydoras »; et sont malheureusement encore peu proposés à la vente, et donc peu rencontrés dans nos bacs.
Dommage c’est un poisson très intéressant à commander à son magasin (tous ne vont pas savoir vous le trouver) ou à acheter en bourse par exemple, ou à un particulier (plus simple pour trouver), car il se reproduit vraiment très bien en aquarium.

On ne dénombre pas moins de 20 espèces décrites cependant. L’espèce la plus répandue reste celle décrite comme « Aspidoras menezesi » car elle se reproduit vraiment très bien en aquarium. Il est parfois possible aussi de rencontrer en vente « d’Aspidoras depinnai », « A. poecilus », et « A. spilotus » qui se reproduisent tout aussi bien.
On peut aussi aujourd’hui rencontrer « Aspidoras sp. Black Fin » ou appelé « CW052 » devenu également populaire des amateurs d’aspidoras .
« Aspidoras pauciradiatus » de 3 à 3,5cm que l’on trouve facilement maintenant, car le plus importé; mais il s’agirait en réalité d’un Corydoras et non d’un Aspidoras.

Aspidoras pauciradiatus qui serait en réalité un corydoras, à suivre..
Aspidoras pauciradiatus
Des espèces fortement menacées de disparition sont : « Aspidoras eurycephalus » (espèce un peu plus exigeante que les autres).
Aspidoras sp. « Black Phantom » ou encore appelé « C35 », ne se reproduit pas très bien et c’est une espèce assez délicate, elle sera donc certainement de moins en moins importée et risque de disparaître complétement au fil du temps de nos bacs .Il y a malheureusement quelques espèces en voie de disparition complète actuellement, tel que le « A. microgalaeus », « A. raimudi » et « A. virgulatus » qui sont apparemment complètement disparus du circuit aquariophile.

Ils adorent s’enfouir dans le sol..

Les Aspidoras spp. sont des poissons grégaires, il est donc préférable d’acquérir un petit groupe de 6 par exemple en aménageant le fond du bac de sable fin plutôt, tel que du sable de loire, car ils aiment non seulement fouiller le sol, mais aussi ils s’enfouissent parfois complètement dedans.
Il faut donc absolument éviter de blesser leurs fins barbillons avec un sol trop coupant comme le quartz noir par exemple, qui est souvent fabriqué à base de verre.

Comment le maintenir..

Dans la nature Aspidoras spp. se retrouve dans les cours d’eau relativement simple, au débit plus ou moins rapide.
On peut cependant observer en aquarium, qu’ils aiment le courant fort qu’ils traversent sans encombre. Il faudra en tenir compte si vous choisissez cette espèce. Attention toutefois au courant d’un système air-lift pour la filtration (pompe à exhausteur), car ils traversent sans problème et peuvent se retrouver coincés derrière le filtre.
Afin d’éviter ce désagrément, il faudra placer l’évacuation du système air-lift légèrement au-dessus de la surface de l’eau ou placer une grille pour empêcher le passage des poissons.

Le pH doit se situer entre 5,5 et 7,5; la température doit impérativement se situer entre 22 et 27 degrés pour le maximum, un bac de 54 litres pour les plus petites espèces d’entre eux peut suffire, évidemment, au plus le bac est important au niveau du volume, au mieux ils seront à l’aise car ils aiment bouger.
Ils se cachent souvent sous une pierre ou à l’ombre d’une branche dans un bac plutôt bien planté.

Pour la nourriture c’est un peu comme les corydoras, des cachets de fond sont très bien acceptés, des artémias etc.. la nourriture vivante ou congelée est parfaite.

Il arrive parfois que les Aspidoras sont emportés par une maladie des tâches rouges.
L’évolution de la maladie se stoppe avec des antibiotiques mais cela reste tout de même encore assez méconnue.
Évitez surtout une surpopulation dans le bac, et bien sûr une qualité de l’eau correcte.

Mes Corydoras sterbaï ont été confrontés à une une maladie qui a démarré de la même manière apparemment en 2007, qui m’a décimé en quelques temps complètement le groupe, sauf un seul à survécu sur le tout le groupe acheté au même endroit, que j’ai d’ailleurs encore aujourd’hui avec un autre groupe, et qui n’a plus jamais présenté de maladie jusque maintenant, par contre juste après ces tâches rouges, mes corydoras ont présenté un mucus important au-dessus des tâches rouges du départ, à voir ci-dessous l’apparence de la maladie :
imgp1049ho2

imgp1047ek8.jpg

Reproduction..

La reproduction de cette espèce est identique à leurs cousins Corydoras spp. mais nettement plus rentable que ces derniers.
Le mâle poursuit frénétiquement la femelle pendant la parade, il féconde ensuite les oeufs que la femelle va déposer sous une feuille, une vitre ou autre.. attention l’Aspidoras aime déposer les oeufs sur un support où le courant de l’eau est important.
A 26 degrés les oeufs vont mettre trois jours environ pour éclore et donner naissance à des Aspidoras miniatures qui commenceront à se nourrir une fois que leur sac vitellin sera résorbé (environ trois jours aussi).
Vous pourrez alors commencer à donner à manger de la poudre d’alvins ou cachets écrasés, ou encore nauplies d’artémias.

Espérons qu’à l’avenir nous le rencontrerons plus souvent dans vos bacs, c’est un poisson très très intéressant et facile de maintenance, faites plutôt les bourses où les particuliers pour vous en procurer.

©Texte framboizz pour AQUA débutant

Ancistrus commun

l’Ancistrus commun
Ancistrus commun de 1 an
ancistrus commun
Il est d’origine hybride naturel mais également hybride sélectif. L’origine de ce poisson est cependant Sud africain.
Le mâle mesure environ 14/15 cm (parfois jusque 18 cm) et la femelle 12/13 cm.
Il fait partie de la famille des Loricariidés.

Il n’est pas du tout nettoyeur de vitres d’aquarium comme entendu souvent dans les animaleries. Dans la réalité, ces poissons aiment les algues à leur menu, mais ne sauraient se contenter de cela, il est vital pour eux de recevoir une alimentation complète et adaptée à leurs besoins, au même titre que les autres poissons présents dans votre bac.

Description et comportement

On peut retrouver différentes couleurs dans le commerce, tel que des albinos et encore bien d’autres patrons de couleurs.. en général il est plutôt foncé et parsemé de points de couleur blanc/crème à orangé suivant l’hybridation.

Les mâles développent une excroissance touffue pleine de tentacules (moustaches) qui couvre le tour de la bouche et sur une ligne le long du front quand ils sont matures.
Les femelles peuvent avoir quelques moustaches, mais elles sont peu nombreuses, et aucune moustache ne part du front jusque la bouche en ligne comme le mâle.

Sa tête est plus large que son corps et sa bouche est une grosse ventouse. Il a également un corps lourd et puissant pas très adapté pour la nage, ce qui lui permet dans la nature où les courants sont puissants, de se plaquer contre une pierre et ainsi éviter d’être emporté.

L’Ancistrus commun possède en partie la faculté de mimétisme soit pour mieux se fondre au décor, soit à cause d’un stress.
Il a un comportement plutôt pacifique et en raison de sa petite taille, il est adapté à la plupart des communautés d’espèces d’eau douce paisibles.
Attention à ne pas confondre avec un pléco qui lui, devient très très grand et très gros et à besoin d’au moins 1000 litres, le pléco n’a pas de moustache et cela même adulte.

L’ancistrus commun est toutefois territorial avec ses congénères, ce comportement étant particulièrement prononcé chez les mâles, mais en raison de sa taille relativement petite, il est possible d’en maintenir plusieurs si le volume du bac le permet bien entendu.

Il possède également une sorte de petits crochets. Lors d’un danger, il sort ses crochets rétractiles, il peut donc s’accrocher fortement aux mailles de l’épuisette lorsqu’on veut l’attraper dans l’aquarium.

Par-contre au moment de la distribution de nourriture il n’hésitera pas à se montrer dominant avec des Corydoras si il partage le fond du bac avec eux. C’est un comportement sans gravité si le volume du bac est important et pourvu de cachettes ou encore si votre bac est bien planté. En effet, il se rend vite compte en grandissant que les Corydoras sont plus timides que lui, et en profite donc pour se montrer un peu remuant et territorial à ce moment, mais uniquement pour les impressionner plutôt qu’autre chose ou lors de la reproduction..
Ensuite il redevient calme et tranquille et la cohabitation se passe très bien. Il est donc important que le volume du bac vous l’aurez compris, soit adéquat, si plusieurs espèces de fond cohabitent pour que tout le monde puisse manger à sa faim surtout.

Maintenance

A partir de 80 litres comme seul et unique espèce de fond,(un couple pas plus) sinon il faudra que le volume de l’aquarium soit plus important.
Température: 21/26 degrés
pH : 5,5 à 7,5
GH : de 1 à 10

Agencer le bac avec beaucoup de grottes et de refuges est important. l’Ancistrus, est un vrai géniteur de la grotte. Les grottes peuvent être formées à partir d’amas de roches, des petits pots de fleurs avec un morceau ébréché, des troncs creux, etc.. Ce qui est important, c’est que les entrées doivent être à peine plus grandes que le poisson.
Le bac sera également bien planté.

Nourriture

Il est principalement végétarien, de sorte que la majeure partie de l’alimentation doit être composée de matière végétale à la fois douce (tranches de concombre, épinards blanchis etc..) et sèche (comprimés de spiruline, cachets de fond etc..).

Il accepte facilement des petites nourritures vivantes et congelées telles que : vers de vase ou daphnies dont il faudrait régulièrement lui distribuer pour varier sa nourriture principale.

Reproduction

Facile, les poissons qui atteignent leur maturité, vont frayer si les conditions sont à leur goût.
Si vos ancistrus sont maintenus dans des conditions correctes et sont alimentés d’une nourriture variée de bonne qualité, ils vont souvent se reproduire. Les mâles choisissent des grottes et vont les défendre vigoureusement contre les autres mâles, tout en essayant au contraire d’inciter les femelles à venir à l’intérieur.

Les œufs sont gros et oranges, ils éclosent en 4-5 jours. les alvins restent dans la grotte sous la protection du mâle pendant quelques jours, jusqu’à ce qu’ils aient épuisé leur sac vitellin.
A ce stade le mâle arrête d’en prendre soin, il faudra alors. commencer à distribuer aux petits : des épinards blanchis, des tranches de concombre, des cachets de fond, des micros-vers ou nauplies d’artémia etc..

Ancistrus commun juvénil
ancistrus juvenil
©Texte et photos : AQUA débutant

Ancistrus sp. « rio Paraguay Red Points »

Ancistrus sp. « rio Paraguay Red Points »

ancistrus-paraguay

Photo source

Depuis quelques temps déjà les ancistrini,(la famille des Loricariidés; sous famille Hypostominés) commence à devenir de plus en plus populaire chez les aquariophiles.
Il est pourtant dommage de constater qu’à l’exception de l’ancistrus « commun » ou Ancistrus cf. Cirrhosus (il est d’ailleurs quasiment certain que, depuis tout ce temps cette espèce a été croisée avec d’autres Ancistrus spp.), les nombreux membres du genre ne sont pas plus présents en aquariophilie. C’est le cas de l’Ancistrus sp. rio Paraguay Red Points.

Beaucoup d’aquariophiles maintiennent l’ancistrus « commun » pour lutter contre les algues et consommer les restes de nourriture que les autres habitants du bac n’auraient pas mangé.

Nous allons encore répéter inlassablement si il le faut : les ancistrus ne feront pas le ménage dans votre aquarium et sont encore moins des poissons, dit par certains magasins ou vendeurs, « poubelles » ou encore « laveur de vitres ». Faux totalement Faux ! Aucune espèce de poisson ne fait ce genre de chose, c’est juste un argument de vente. 

Il convient donc de leur apporter la plus grande diversité de nourriture, grâce à des aliments bien adaptés.

Si certaines espèces d’ancistrini sont de maintenance et de reproduction plutôt difficiles, il existe cependant un certain nombre de représentants ayant les mêmes critères que notre ancistrus « commun », avec la beauté en plus. Parmi eux, il y a ce fameux « rio Paraguay Red Points ».

L’espèce est présente depuis environ 10 ans en aquariophilie.
Il n’est cependant pas facile encore de se procurer le « rio Paraguay Red points ».
L’origine n’est pas tout à fait claire.. même si la dénomination est « rio Paraguay ».
Il est dit aussi que ce poisson atteindrait les 12 cm une fois adulte, hors en aquarium et dans des volumes tout à fait approprié à l’espèce nous n’avons pas vu plus de 8 cm pour cette espèce à 4 ans d’âge.
Ce qui laisse bien comprendre que ce poisson est adapté totalement à de nombreux volumes d’aquarium, tout en gardant à l’esprit qu’il faudrait tout de même 80 à 100 litres pour le minimum et surtout pour qu’il puisse se faire un territoire.

Sa coloration est du plus bel effet avec des points rougeâtres sur une robe de coloration brune, d’où l’appellation de « Red points ».
De plus il crée tout son effet, sur un sol plutôt foncé.

Maintenance

Le sol sera composé d’une granulométrie fine à moyenne, dans un bac de 80 litres au minimum.
Quelques pierres (galet par exemple) et racines viendront compléter la décoration du bac.
Il ne touchera pas à vos plantes et s’adapte parfaitement à une large échelle de températures, allant de 20/22 degrés jusque 27/28 degrés.
Il en est de même au niveau du pH, l’espèce tolère de 6,0. à 8,0.

Nourriture

Il est important de la varier, et vous pouvez également donner de temps en temps, une rondelle de courgette pochée ou de concombre piquée d’un bâton de bois (baguette chinoise par ex), en la laissant juste 24H pas plus, sinon il faut l’enlever au delà si elle n’est pas terminée, afin de ne pas polluer votre bac.
Il accepte les flocons, granulés ou comprimés pour poissons de fond.

Reproduction

Facile il est vraiment reconnaissable, « le mâle » comme toutes les autres espèces du genre grâce à ses ramifications sur le rostre.
On pense tout de même que cette espèce préfère pour pondre une eau plutôt basique et assez fraîche, ce qui correspond aux valeurs rencontrées dans son milieu d’origine.
La femelle pond entre 20 et 50 oeufs, selon la taille de cette dernière. Les oeufs mesurent 3mm de diamètre et son gardés par le mâle.
Les larves mesurent environ 6 à 7 mm et sont totalement dépourvues de pigments. Ils apparaissent après 1 jour. 3 jours après, la larve mesure 1cm. A 5 jours, les alvins nagent librement et commencent à s’alimenter. On leur donnera de la poudre d’alvins ou des comprimés écrasés, ou des morceaux de courgettes pochées et nauplies d’artémias.

Conclusion

Une très jolie espèce à découvrir ou à commander si vous souhaitez posséder un ancistrus dans votre bac.
Il est original, solide et attrayant et tout aussi productif que l’ancistrus « commun ».
Je pense qu’il fera le bonheur des aquariophiles désireux d’en posséder un, et j’espère, qu’on le verra bien plus souvent qu’on ne le voit aujourd’hui, du moins, à la date où cet article est écrit.

©Texte : AQUA débutant

Le Corydoras Ephippifer

Le Corydoras Ephippifer

Corydoras-ephippifer-JJ-1

Photo source

Habitat naturel..

Originaire du Brésil.
Soit disant originaire de l’État d’Amapá, le nord du Brésil, bien que des observations détaillées sont rares, voire inexistantes même.
Sa localité type est Cachoera Creek la rive droite du Rio Amapari, 4 km en aval de la Casa do 7, l’état d’Amapa, au Brésil.

Type d’habitat
corrego_do_escuro___dark_creek

 

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Callichthyiidés.
Il mesure adulte 6 cm. Les femelles sont un peu plus grandes et plus grosses que les mâles surtout quand on les regarde du dessus.
Quand les femelles sont sexuellement matures, elle seront nettement plus rondes et plus grosses que les mâles.
Leur taxonomie peut être source de confusion avec de nombreuses espèces non décrites.

Les épines des nageoires pectorales raides sont capables de percer la peau humaine et une donner une piqûre qui peut être très douloureuse en effet. Attention lors de leur manipulation si des soins doivent être fait.
On pense même que les sécrétions des glandes axillaires à la base de chaque colonne vertébrale peuvent être légèrement toxiques ou venimeux.

Maintenance

A maintenir par 6 sujets de la même espèce, c’est un poisson grégaire et plutôt paisible dans un aquarium de 80 litres au minimum.
Température : 24 idéalement. (sinon de 22 à 27 C°)
pH : 6,5 idéalement. (sinon de 6 à 8 )
GH : 8 idéalement. (sinon de 2 à 20 )

Idéalement il faut utiliser un substrat de sable fin, bien que le gravier arrondi est une alternative acceptable à condition qu’il soit conservé bien propre.
Le bac sera pourvu de cachettes. En effet ils sont de nature un peu craintif, il sera alors important pour leur éviter un stress trop grand, qu’ils puissent se sentir en sécurité et à l’abri de tout danger. Des pierres placées pour leur offrir une grotte, des racines par ex, et surtout une importante végétation est également à privilégier.
On pensera aussi à une bonne filtration, les Corydoras aiment une eau vive et remuante. Ils sont à maintenir avec des petites espèces calmes (tétra, rasbora etc..) demandant les mêmes paramètres et la même température.

Alimentation

Ils doivent obtenir une nourriture régulière et adaptée à leur besoin. En aucun cas, il faut les considérés comme des nettoyeurs, vous seriez très déçu. En effet, ils ne nettoient rien du tout, et peuvent mourir de faim si ils ne sont pas nourris correctement (comme toutes les espèces de Corydoras d’ailleurs). Ils ont besoin d’une nourriture régulière choisie pour eux et ne mangent pas comme on entend dire, juste le reste des autres tombés sur le sol, cela les feraient mourir de faim.

Il est omnivore et acceptera la plupart des aliments séchés, des cachets pour poissons de fond, ainsi que les petites variétés vivantes et congelées tels que Vers de vase , Tubifex, Artémias etc..
L’importance étant de surtout bien varier la nourriture pour les garder en bonne santé.

Reproduction

Comme pour toute autre espèce de Corydoras, il suffit parfois d’un changement d’eau pour déclencher une parade amoureuse et une ponte, et parfois sans même intervenir.

© Texte : AQUA débutant