Un aquarium contaminé par les plantes ? Es-ce possible ?

IMGP5133

Tout aquariophile un peu expérimenté fait attention au matériel qu’il utilise pour procéder aux entretiens du bac, je veux dire par là : bien le désinfecter avant et après les entretiens, afin d’éviter toute contamination du bac et des poissons. Par contre, on ne se méfie jamais des plantes, et pourtant..

Les vecteurs indirects de contamination

Virus, bactéries, parasites peuvent se  retrouver dans les interstices des alvéoles des épuisettes, des tuyaux en plastique, des éponges que nous utilisons pour l’entretiens de nos aquariums et peuvent rester en dormance pendant de nombreuses semaines et devenir actifs dés que l’on replonge l’épuisette dans l’eau car toutes les conditions seront favorables à leur développement et à leur croissance et pourrait contaminer les habitants de votre bac. C’est pour cette raison qu’il faut bien prendre soin des règles d’hygiène du matériel utilisé en aquariophilie.

Oui mais les plantes aquatiques, pourquoi seraient-elles contaminantes ?

Il faut savoir que quelle que soit leur provenance, les plantes aquatiques peuvent être, elles aussi, porteuses d’agents pathogènes. Elles pourraient être d’après des études récentes, considérées comme un réservoir hypothètique de « mycobactéries » responsables de « zoonoses » même si il ne faut pas être alarmiste, il ne faut pas non plus négliger cette hypothèse.

Les plantes de nos bacs sont généralement cultivées dans l’eau, mais en emmergées. Il y a alors peu de risque qu’elles véhiculent des agents pathogènes propres au milieu aquatique. Mais il faudra prendre soin de vérifier quand même si il y a présence d’escargots ou une ponte de ces derniers qui eux « pourraient » aussi véhiculer des agents pathogènes par exemple, sans devenir inquiet dés que l’on aperçoit un escargot bien entendu.. (qui s’avère également très utile aussi pour indiquer la santé de votre bac).

On ne prend pas assez soin de désinfecter systèmatiquement les plantes avant de les installer dans le bac. Ce n’est pas une obligation mais c’est toujours plus prudent de prendre le temps de le faire.

Si vous transférez des plantes d’un bac déjà habité par des poissons pour les mettre dans un autre bac qui sera /ou est également déjà habité par d’autres poissons, prenez l’habitude de désinfecter vos plantes.

Il est bon de prendre cette précaution même si vous pensez que personne n’est malade dans le bac où vous avez pris les plantes. (Un agent pathogène peut, ne pas se développer sur une espèce de poisson, et faire un carnage sur une autre espèce qui serait plus sensible à ce dernier).

Comment désinfecter mes plantes ?

Deux méthodes s’offrent à vous :

1 – Désinfecter avec du sel : préparer un seau en mélangeant 10 litres d’eau et 20 g de sel marin. (2 gr/L d’eau) Immerger les plantes quelques minutes puis les retirer et les rincer avec la même eau salée. Cela crée un choc osmotique suffisant pour tuer les agents pathogènes éventuels sans trop altérer les cellules végétales.

2- Utiliser un désinfectant général du commerce non « phytotoxique » et les tremper en bain flash puis bien les rincer.

©AQUA débutant

 

 

Cryptocoryne Amicorum

 

CRYPTOCORYNE-AMICORUM

Description 

Elle fait partie de la famille des Aracées. D’origine de Sumatra, Indonésie

Cette plante palustre à rhizome rampant est d’une jolie couleur vert clair brillant. Elle présente un limbe lisse très variable, lancéolé à légèrement ovoïde, de 5 à 7 cm de long et large de 1,5 à 2 cm environ. Le limbe est porté par un pétiole long de 3 à 5 cm. La spathe longuement effilée, est en forme de cornet non enroulé et de couleur variable.

Adulte elle mesure 15 cm environ.

Maintenance

Température : de 20 à 28 degrés
Taille adulte : de 10 à 15 cm environ
Lumière : Moyenne
pH : 6,5 à 7,5
Engrais : fer chelaté
Habille un plan médian

Au moment de la planter, on débarasse bien chaque pied de ses parties abîmées et on pare les racine afin d’assurer une meilleure reprise. On laissera un intervalle de 4 à 5 cm entre chaque pied, afin que la plante puisse s’épanouir sans concurrence immédiate, elle est plutôt lente à s’installer. Une fois plantée, on tire légèrement la plante vers le haut afin de ressortir le collet au-dessus du substrat.

Pour le repiquage, il se fait par une apparition de bourgeons sur le rhizome principal ce qui l’étoffe. On va alors prèlever des jeunes plantules lorsqu’elles vont avoir 4 à 6 feuilles, en les détachant du pied mère à l’aide d’une lame tranchante afin d’éviter d’écraser le rhizome.

Conclusion

C’est une plante qui pousse lentement mais fait régulièrement de nouvelles feuilles. Elle apprécie un sol argileux-humique. Attention  comme toutes les Cryptocorynes elle n’aime pas être déplacée. C’est une espèce polymorphe qui réagit aux conditions de culture et peut prendre des apparences très variables..

 

©AQUA débutant

Nesaea Crassicaulis

crassiccaulis

Photo source

Description

Elle fait partie de la famille des Lythracées.
C’est une plante originaire d’Afrique tropicale, Madagascar.

Nesaea Crassicaulis colonise les marais, les rivières et également les petits ruisseaux.

C’est une plante à tige érigée et anguleuse, épaisse et charnue, de couleur verte à rouge/brun. Les feuilles sessiles présentent un limbe immergé lancéolé légérement ondulé, vert jaunâtre à cognac. Le limbe devient plus court et moins coloré en émergé..

L’inflorescence, mauve à violet apparaît uniquement au stade emergé. Cette plante à besoin de beaucoup de lumière pour avoir une coloration rouge flamboyant.

Maintenance

Température : de 22 à 28 degrés
Taille adulte : de 30 à 60 cm environ
Lumière : Intense
KH : 3/5
GH : 6
pH neutre plutôt neutre : de 5,5 à 7,5
Engrais : Fer chelaté + C02 + Sol nutritif

C’est une plante exigeante à cultiver

On plantera les tiges une à une, avec un peu d’espace autour de chacune afin de laisser pénétrer la lumière. Sa croissance rapide la fait souvent se coucher à la surface de l’eau au gré du courant provoqué par le rejet de la filtration. Ceci accélère la formation de racines adventives à l’entre-noeud, facilitant son bouturage. Cette plante convient à une culture en paludarium et apprécie un sol argilo-humique.

On n’hésite pas à mettre un sol nutritif en aquarium sous le sable ou gravier.

On peut la bouturer en coupant les têtes ou les pousses latérales avec un outil tranchant. Attention à ne pas écraser la tiges en replantant.

Conclusion

Une très jolie plante de milieu ou d’arrière plan, il faut juste faire attention qu’elle a une lumière intense. un manque de lumière provoquerait le noircissement des feuilles basses, laissant une tige dégarnie et disgracieuse.

© AQUA débutant

 

Didiplis Diandra

plantes-invitro-hortilab-didiplis-diandra

Photo source

Description

C’est une plante amphibie qui se trouve dans des eaux peu profondes. On peut l’observer en situation immergée ou encore émergée, le long des rives des cours-d’eau.

Elle est d’origine de l’Amérique du Nord et de l’Amérique Centrale.

Elle est composée de tiges ramifiées qui portent des feuilles linéaires, sessiles, opposées et alternes, étroitement lancéolées de 10 à 25 mm de long pour 2 à 2,5 mm de large.
Elle fait partie de la famille des Lythracées.

Tout dépendra de l’intensité lumineuse, elle peut varier du vert émeraude au rouge-orangé plutôt pourpre.

Sa fleur axillaire isolée présente quatre sépales triangulaires du vert au rouge suivant la luminosité bien entendu.

Maintenance

Température de l’eau 22 à 26 C°
pH : 5,5 à 7,5
Engrais : oui + fer chélaté et CO2
Eclairage : Intense
Hauteur : 10 à 30 cm
Croissance : Moyenne

On l’installera en petit groupe d’une vingtaine de tiges (à planter tige par tige en laissant quelques centimètres d’espace entre chaque afin que la lumière puisse pénétrer jusqu’aux pieds des tiges), c’est une plante que l’on peut mettre aussi bien sur un côté du bac en avant plan, ou la mettre en arrière plan également.

C’est une plante qui a besoin d’une lumière intense et un apport de CO2 pour se developer de façon optimale.

Mise en place dans un bac avec les bonnes conditions, elle va fournir des pousses à pointes rougeâtres qui vont former un très joli contraste avec le vert de la végétation du bac. Elle a besoin aussi d’être plantée dans un substrat riche.

Multiplication

On multiplie la plante par bouturage de tête.

 

! Attention aux algues filamenteuses, elle peut vite en être envahie en cas de soucis d’algues dans le bac. (si elle a été cultivée de façon emergée attention la tige peut se briser facilement. Il faut un moment avant que la plante s’adapte de façon immergée. Peut être attendre de la planter dans le décor définitif).

 

©AQUA débutant

Rotala wallichii

rotala_wallichii.jpg

Photo source

Description

La Rotala wallichii est une plante à tige palustre, d’une longueur de 35 à 45 cm, la tige est plutôt brunâtre, marquée d’un léger sillon. Les feuilles sont disposées en verticilles et changent de morphe suivant leur forme de culture.
Émergées, elles sont de forme linéaires et de couleur vert olive, de 1 cm de long pour 1,5/2 cm de large.
Elle fait partie de la famille des de Lythraceae .

Immergées, elles sont pennatiformes, rouge brunâtre, jusque 2,5/3 cm de long et plus abondantes que la culture émergée..
La fleur solitaire est de couleur rosée. Elle est portée par un court pédoncule.

Elle est d’origine du Sud-Est asiatique, du Nord-est de l’inde jusqu’en Malaisie. On la retrouve dans les zones marécageuses et les petits cours d’eau.

Maintenance

Température de 22 à 28 degrés
pH de 5 à 7
GH de 1 à 13
Éclairage : intense
C02 : indispensable
Sol nutritif : indispensable
Engrais liquide : recommandé

Attention elle est délicate, mais idéale pour réaliser des massifs colorés dans un beau bac planté.
Elle ne développera sa couleur particulière que si les conditions de lumière en quantité et qualité, sont au rendez-vous à sa maintenance.
On conseillera un sol nutritif avec un apport de C02, et par la suite, un engrais liquide est fortement conseillé.
C’est une plante d’eau douce et acide.
Attention à ne pas la mettre dans un bac ou les espèces de poissons sont herbivores, sinon elle sera broutée et abimée.

Attention de bien la planter espacée entre chaque tige, afin que la lumière parvienne jusqu’au pied.
L’idéal, est d’en faire un massif d’une vingtaine de tiges.
On la bouture en prélevant des pousses latérales qui se développent spontanément.
C’est une plante pour des aquariums de volumes moyens à grands.

Conclusion

En respectant les conditions de culture, la Rotala wallichii donne de très jolis résultats au niveau des massifs.
C’est une plante très décorative qui donne un beau contraste avec les plantes de ton vert.

Attention, elle est sensible aux algues, et surtout si les conditions de culture ne sont pas toutes appliquées.
Évitez de la mettre à côté de plantes à fort développement, sous peine de la voir dépérir.

Plante assez exigeante à cultiver..

©Texte : AQUA débutant

Aponogeton Ulvaceus

aponogeton-ulvaceus-

La famille des Aponogeton compte bien une cinquantaine d’espèces dont une quinzaine sont couramment utilisées en aquariophilie. Leurs feuilles sont très décoratives.
Ces plantes produisent des fleurs magnifiques et se multiplient de façon générale par leurs graines. Certaines conservent leur rythme biologique en ayant une période de repos marquée. 

Description

Aponogeton Ulvaceus appelée couramment feuille de salade, présente un rhizome bulbeux pouvant atteindre 3 cm. Le pétiole mesure jusqu’à 50 cm de long et porte un limbe rubané tendre, translucide, vert pâle, assez fin et étroit à la base de 20 à 50 cm de long sur 3 à 8 cm de large, avec des bords ondulées. Le pédoncule floral mesure jusqu’à 80 cm et s’épaissit sous l’inflorescence constituée de deux épis opposés d’environ 15 cm de longueur, sur lesquels on verra apparaître des fleurs dans les tons jaune.
La maturité des fleurs fécondées commence par la partie inférieure des épis et donnera prés de 500 graines par pied sur environ deux mois de temps.

C’est une plante qui est originaire de Madagascar.Elle colonise les eaux claires, calmes plutôt ensoleillées ou encore ombragées. Il est possible de la rencontrer également en eau vive et en général, jusque 80 cm de profondeur ( en eaux calmes comme en eaux vives). Sa croissance est plutôt rapide et fleurit très facilement.

Maintenance

On la maintien dans un sable riche en substances nutritives. Si il y a un peu de calcaire dans l’eau cela semble ne pas trop poser de problème pour la culture par rapport aux autres espèces du genre.
On peut ajouter des boulettes d’engrais à l’argile aux pieds des plants. Pour une maintenance optimale, on va tout de même préférer une eau douce légèrement acide et surtout bien brassée.
Température de 24 à 27°C.

Prévoir un espace suffisant pour la plantation afin que la lumière puisse pénétrer jusqu’au sol.

Une période de repos est bénéfique même si elle va être au top pendant 3 à 4 ans. On va couper les feuilles et racines en hiver (janvier à mars) et on pourra placer le rhizome dans un pot contenant du sable et de l’eau froide (15°C). Maintenir dans un endroit peu éclairé et pendant une période de deux mois. C’est la période de repos qui lui est profitable.

Conclusion

Attention à réserver uniquement pour les grands bacs. L’endroit de la plantation doit être définit de suite. En effet la plante ne supporte pas très bien les déplacements en dehors de la période de repos. Une hauteur d’eau de au moins 50 cm est nécessaire. Évitez les poissons à tendance herbivore car la plante possède un feuillage tendre.
La planter dés sa réception sans attendre en éliminant les feuilles mortes ou abîmées.

C’est une plante exigeante.

© Texte : AQUA débutant

Tonina fluviatilis

utricularia.jpg

Description

Elle fait partie de la famille des Eriocaulacées et elle est d’origine de Guyane. On la retrouve dans des rivières lentes d’eau noire formant des tapis denses en eau peu profonde. Sa taille adulte est comprise entre 15 à 25 cm.
Principal attrait de Tonina fluviatilis, c’est surtout la forme caractéristique de ses feuilles disposées en couronne spiralée autour de la tige et cela donne une impression et aspect de couronne en forme de petit palmier du plus bel effet.
Ses feuilles peuvent atteindre 3 cm de longueur et varient du vert clair au vert jaunâtre. Tonina fluviatilis comporte une tige épaisse.

Maintenance

Température : 20-28 °C
pH : 5 à 6,5
GH :1 à 5
Eclairage intense
Plante médiane et fond du bac.
Elle est toutefois difficile à cultiver et a besoin d’un sol plutôt léger, d’un sol nutritif acide (enrichi en tourbe sur au moins 6 à 8 cm). L’ajout de CO2 et une fertilisation est obligatoire pour son maintien. Une bonne filtration sera également nécessaire. Attention toutefois elle ne supportera pas des nitrates et des phosphate à zéro… Sa croissance sera plutôt lente.

On la plantera avec un écartement d’au moins 3 cm. Evitez de la faire trop buissonner. Si les tiges deviennent trop longues, On les coupera et on les replantera en bouture. ( prélever des plantes qui se développent le long de la tige).

Conclusion

Grand retour de cette plante surtout pour l’aquascaping, elle a une forme qui est très jolie et apporte un contraste avec les autres plantes. Tonina fluviatilis forma parvifolia est la variété brésilienne de Belem qui a un aspect en forme de parasol et dispose de caractères suffisamment distinctifs pour éviter la confusion avec l’espèce type de Guyane.

Très très jolie plante, mais surtout pour les aquariums très plantés de style aquascaping et surtout une bonne maîtrise de la fertilisation avec un éclairage intense. A ne pas conseiller pour débuter en aquariophilie.

©Texte : AQUA débutant