Rasbora Emeraude (Microdevario kubotai)

kubotai

Photo source

Ce joli petit cyprinidé qui mesure à peine 2cm, est une véritable étoile montante du nano-aquarium.
Cependant nous allons parcourir ses besoins avant de vous décider à l’accueillir…
Attention petit rappel : le plus petit des poissons ne convient pas forcément à un nano-aquarium.
Il faut tout d’abord connaitre les besoins du poisson ainsi que son besoin d’espace de nage.

Description

En 1997 ce petit Cyprinidé est alors découvert en Thaïlande, dans la province de Ranong au sud-ouest, non loin de la frontière Birmanie.
Deux ans après sa découverte, Kotelat et Witte le décrivent et l’intègrent au genre Microrasbora, connu de la science depuis 1918 avec l’espèce Microrasbora rubescens.
Ils vont alors le baptiser Microrasbora Kubotai, en l’honneur du collecteur et exportateur de poissons d’ornement Hitoshi Kubota.

Toutefois une étude phylogénétique parue en 2009 et menée par Fang et al. bouleversa les relations entre divers Danioninés. Parmi ces chamboulements, qui impliquent notamment le déplacement de Celesticthys margitatus chez Danio, c’est aussi le temps des grands changements pour Microrasbora.
Ainsi, les espèces M. gatesi, M. nana et donc M. kubotai sont assignées au nouveau genre Microdevario (tandis que M. erythromicron est déplacé chez Danio).
En France on l’appelle parfois à tort « Néon vert d’asie » alors que ce poisson n’a absolument rien à avoir avec le genre « Characidés » ce qui est une fausse appellation commerciale et pourrait créer une confusion chez l’aquariophile qui n’a pas lieu d’être.
Son vrai nom est soit Microdevario kubotai ou Rasbora émeraude.

Maintien

Concernant le Microdevario Kubotai, nous déconseillerons sa maintenance dans moins de 40 litres, même si il mesure 2 cm pour les plus gros d’entre-eux, (sachant que les femelles sont un peu plus grosses que les mâles), cela est dû à son comportement grégaire qui vous impose donc une maintenance en groupe de au moins une dizaine d’individus, sans quoi vous risquez de les perdre un par un, sachant que le minimum de maintenance est de 6 ou 7 individus.

Dans le milieu naturel cette espèce vit en banc dans de petits ruisseaux peu profonds.
L’eau est claire et plutôt douce, acide et neutre.
Le milieu est surtout bien oxygéné et particulièrement propre. Il va de soit que de telles caractéristiques doivent impérativement se retrouver dans la maintenance à long terme de l’espèce dans votre nano-aquarium.
Il faudra également faire des changements d’eau régulier et hebdomadaire de 10 à 20%.

On pourra y maintenir uniquement un groupe de 10 individus pas plus dans un bac de 40 litres, aucune autre espèce de poisson, à part une cohabitation avec des petites crevettes qui demandent la même température et les mêmes paramètres que les rasbora émeraude.
La température sera de 22 à 26 degrés. (Ne pas maintenir aux extrêmes).
Un pH de 6 à 7 et un GH de 3 à 10.
Le taux de nitrate et phosphate vous l’aurez compris sera au plus bas possible.

Ils aiment les nauplies d’artémias, les cyclops, ou daphnies pour les proies vivantes.
Avec le temps il est possible de les habituer à une nourriture sèche.

Une filtration de 3 à 5 fois le volume du bac par heure est souhaitable. Un bac bien planté est également recommandé pour maintenir correctement cette espèce, avec une racine par exemple et quelques pierres non-calcaires et bien évidemment un espace libre de nage.

Il est possible parfois de voir une reproduction, on s’aperçoit alors des alvins qui évoluent à la surface de l’eau, on peut alors les mettre dans un autre bac pour les faire grandir et les nourrir correctement avec de la nourriture pour alvins ou des paramécies (infusoires). Ils atteindront alors la taille de leurs parents dés deux mois.

Conclusion

On peut donc maintenir ce poisson en nano-aquarium à partir de 40 litres, mais bien sûr aussi un plus grand banc dans des volumes plus importants, au plus le banc est nombreux au plus les poissons comme toutes les espèces se sentent en sécurité et évoluent de manière plus naturelle et facile.
Si on choisi de le maintenir en bac communautaire, on choisira aussi ses compagnons tel que Pangio, Osphornemidé, Trichopsis pumila (Gourami grogneur nain).

©Textes : sur infos du magazine Aqua mag n°14 et framboizz

Rasbora rubrodorsalis

Rasbora-rubrodorsalis-2

Photo source

Son habitat naturel..

Originaire du Bassin du Mékong en Asie. Il aurait été identifié, mais sans certitude, au Laos et au Cambodge.
Il vit dans les cours d’eau lents ou l’eau est plutôt claire dont les marécages, les marais. Il est également connu pour se déplacer dans les zones temporairement inondées pendant la saison des pluies.

rubrodorsalis-habitat-Kud-Tung-Thailand

Photo source

Description

Il fait partie de la famille des Cyprinidés.
Cette espèce est parfois vendue sous le nom erroné R. Beauforti ou encore, sp. ou cf. Beauforti.
Adulte il mesure de 3 à 4 cm. Le mâle est légèrement plus petit et plus fin que la femelle.
Le Rasbora rubrodorsalis possède un liseré noir le long du flanc avec un reflet jaunâtre irisé au-dessus et en-dessous de ce liseré. La nageoire dorsale et caudale, sont ornées de rouge à la base. La nageoire abdominale, pectorale et ventrale, sont transparentes.

Maintenance

Un volume de 60 litres pour 10 individus. (Ne surtout pas le maintenir en-dessous de 10).
Son maintien en nombre décent, permettra non seulement aux poissons d’être moins nerveux et craintifs, et ils vont afficher un comportement plus naturel. Les mâles vont également afficher leurs plus belles couleurs, étant donné qu’ils sont en concurrence avec d’autres pour attirer l’attention des femelles.

Température de 24 à 28 degrés
pH : de 6,5 à 7,0
GH : de 2 à 10

Une espérance de vie d’environ 5 ans dans une maintenance adéquate.
La filtration ne sera pas forte.
L’aquarium sera bien planté, on va privilégier des plantes à feuillage fin.
La cohabitation se fera avec des poissons calmes, tels que : les Boraras, danio, raboras, pangio (si le bac est d’au moins 180 litres), ou quelques crevettes (Red cherry par-ex).

Alimentation

On va privilégier de la nourriture vivante à l’acclimatation, et on pourra passer à la nourriture congelée ainsi que de la nourriture sèche.
L’important étant surtout, de varier la nourriture des poissons le plus possible pour leur santé, la reproduction et leurs plus jolies couleurs !

Reproduction

Ils pondent des oeufs. Ils se reproduisent souvent, et dans un bac densément planté et mature, il est possible que un petit nombre d’alevins peuvent commencer à apparaître sans intervention de l’aquariophile.

Dommage, les Rasboras rubrodorsalis sont rares sur le marché de l’aquariophilie, il faut souvent faire les bourses pour le trouver, ou encore le commander dans les magasins d’aquariophilie, et toutefois ce n’est pas gagné par ces biais là.. malheureusement il se fait plutôt rare et compliqué à trouver..

©Texte : AQUA débutant

Rasbora Paucisqualis

Rasbora-paucisqualis.jpgPhoto source

Petit poisson importé par par Aquarium Glaser pour la première fois en 2013, via Challet-Hérault en France.

Son habitat naturel..

On dit qu’il se reproduirait actuellement dans une grande partie de la Malaisie péninsulaire dans les États de Johor, Pahang, Selangor, Kelantan et de Terengganu.
Il est retrouvé dans la nature en grand bancs de plusieurs centaines d’individus.

Type d’habitation de l’espèce
Songgaria-river-Thailand
Description

Il mesure entre 3 et 4 cm adulte. Il fait partie de la famille des Cyprinidés.
Le corps est allongé avec une robe légèrement rosée qui présente une ligne violacée plus prononcée à l’arrière du corps. Après une bonne acclimatation les nageoires se teintent d’un orange pâle.

Maintenance

A maintenir dans un volume de 54 litres minimum en banc de 15 spécimens.
Au début ils vont vous paraitre peureux, mais une fois bien acclimatés, ils seront bien plus à l’aise dans le bac.
Ce sont de bon nageurs qui vont rechercher les courants de la surface. Ils apprécient donc un courant plutôt fort au niveau de la filtration.
Il conviendra bien entendu de veiller à la qualité de l’eau et l’adapter pour une maintenance à long terme afin d’obtenir des poissons en bonne santé !

Température de 22 à 26 degrés
pH : entre 6 et 7,5 (6,8 est parfait)
GH : entre 4 et 7
Ils aiment également les aquariums bien plantés.

Alimentation

Les premiers temps, il faudra leur donner une alimentation congelée de très bonne qualité comme des daphnies, cyclops et nauplies d’artémias.. Ensuite, il sera tout à fait possible de varier avec des nourritures sèches.
L’important, nous le répétons à chaque fiche, étant de varier le plus possible la nourriture de vos poissons !

Reproduction

Aucune information sérieuse à ce jour concernant la reproduction en aquarium.

©Texte : AQUA débutant

Rasbora Spilocerca (Rasbosoma spilocerca)

Rasbosoma spilocerca
Le Rasbora spilocerca

Rasbora-spilocercaPhoto source

Origine et habitat naturel

Originaire du bassin inférieur du Mékong à la rivière du Laos, en Thaïlande et au Cambodge. En Thaïlande, il est limité à la partie orientale du pays et a été enregistré à partir Sirindhorn qui est le bassin dans la province de Ubon RatchathaniBung Khong Long (lac) dans la province de Nong Khai et également à un autre endroit non-nommé dans la province de Nakhon Phanom. Une localité intéressante de collecte qui est en effet, une zone de terres humides appeléeKud Ting dans Nong Khai où il vit en sympatrie avec le Rasbora rubrodorsalis et les micros BORARAS. En 2008, le gouvernement thaïlandais a proposé que Kud Ting soit désigné site protégé en raison de la diversité des espèces qui s’y trouvent. Une importante population au Cambodge peut être trouvée dans le grand lac de Tonlé Sap et les marécages environnants.

Il vit dans des endroits où l’eau est peu profonde tels que les marécages, les marais, les plaines inondables et les bassins. La végétation submergée prospère abondamment dans ces eaux claires mais, le Rasbora Spiclocerca est également connu pour se déplacer dans les zones temporairement inondées pendant la saison humide.

Rasbora-spilpocerca-rubrodorsalis-Kud-Tung-ThailandPhoto source

Description

Les mâles sont nettement plus petits et plus minces que les femelles. Ils ont tendance à être plus fortement colorés aussi. En cas de frai état ​​du corps du mâle prend une teinte rosée et les nageoire deviennent jaune.
La taille adulte est de 2.5 à 3 cm.

Maintenance

A maintenir à partir de 54 litres brut pour un petit groupe de 8 à 10.
pH : 6 à 7 (6.5 idéal)
GH : 2 à 10 ( 7 idéal)
Température de 22 à 26 (éviter les extrêmes)

Pour lui offrir un biotope ressemblant à son environnement naturel on pourra planter Hydrilla verticillata (ressemblant très fort à l’élodée) Cerotophyllum dermersum, Chara zeylanica et Blyxa echinosperma, Salvinia cucullata sont retrouvées flottantes à la surface et aussi, dulcis Eleocharis, Nelumbo nucifera, Lepironia articulata et Nymphaea lotus.

Cette espèce est très calme, mais en raison de sa petite taille et son comportement quelque peu timide. Il est largement préférable en aquarium d’être maintenu comme seule espèce ou avec d’autres petites espèces ne dépassant pas sa taille de micro Boraras.

Alimentation

Il se nourrit de petits insectes, vers, crustacés et autres zooplancton. Dans l’aquarium, il accepte des aliments déshydratés d’une taille convenable, mais ne devrait pas être alimenté exclusivement avec du sec. L’important comme pour toute espèce, est de varier la nourriture le plus possible avec des aliments congelés tels que les daphnies, artémias, vers rouge de temps à autre etc.. cela donne toujours de plus jolies couleurs aux poissons et une meilleure reproduction..

Reproduction

Quand ils ont un environnement adéquat à leur besoins ils se reproduisent assez souvent, principalement si l’aquarium est bien planté et bien rodé, il est possible de voir apparaître de temps à autre, quelques alevins sans aucune intervention.

l’incubation est de environ 24/36 heures avec une nage libre dans les 3 jours. ils ressemblent aux adultes 12 semaines après. Dans un premier temps évidemment nous les nourrissons avec de la nourriture pour alvins, micros vers, artémias, paramécie etc..

©Texte : AQUA débutant

Rasbora Hengeli (Trigonostigma hengeli)

Trigonostigma hengeli
Le Rasbora Hengeli

rasbo

Le nom scientifique de ce petit poisson de 3 cm est Trigonostigma hengeli, c’est d’ailleurs sous ce nom que nous sommes supposés le trouver dans le commerce…

Le T. hengeli est originaire d’Indonésie, il appartient à la famille des Cyprinidés.
On le trouve à l’état naturel dans des cours d’eau avec un léger courant, sous couvert forestier
Il est souvent confondu avec le T. espei.
Il est un cousin du T. hétéromorpha qui est beaucoup plus grand.
Mâle et femelle mesurent 3 cm.
Il s’agit d’un poisson grégaire, à maintenir en banc de 8 à 12 individus, très calme.
Espérance de vie : 3 ans

Zone de vie : Milieu

Description :

Les T.hengeli, T.espei et T.hétéromorpha présentent une tache noire en « L » au milieu du corps. Chez le T. Hengeli, elle est surlignée d’un trait orange lumineux. Chez les T. espei par contre, la coloration du corps dans son ensemble est nettement moins vive.

Conditions de maintenance : 

T° 23-28°
pH 6 -7
GH 5 – 12… mais un GH bas est le mieux pour lui, surtout pour l’élevage.
Bon nageur, un bac de 60 cm de façade est nécessaire, même si il ne mesure que 3 cm!
Compte tenu de leur milieu de vie initial, outre le recours à des plantes aquatiques asiatiques, il faudra surement avoir recours à des plantes flottantes, lentilles, ou plantes à feuillage haut comme les nympheae lotus, pour diffuser la lumière.

Alimentation : 

Les T. Hengeli acceptent toutes les nourritures… avec une préférence pour le vivant. Une nourriture de bonne qualité est indispensable pour de belles couleurs, et la reproduction.

Reproduction :

Le rasbora hengeli semble être difficile à reproduire et cette espèce est peu prolifique. Pour tenter la reproduction, il faut un aquarium spécifique avec une eau légèrement acide, filtrée sur tourbe. Il faut également prévoir des plantes à feuilles larges comme les cryptocorynes, les œufs sont en effet pondus sur la face interne des feuilles.
Les parents doivent être richement nourris avec de la nourriture vivante ou congelée et on peut apporter un peu d’eau légèrement plus fraîche. Après la ponte les parents seront retirés. Les alevins naissent environ 24 heures plus tard et doivent être nourris avec des infusoires.

© Texte : jeely pour AQUA débutant
© Photo : PhotoJP

Rasbora Espei (Trigonostigma espei)

Le Trigonostigma espei
Le Rasbora espei

Trigonostigma-espei

Son habitat naturel..

On retrouve deux populations principales de cette espèce, l’une dans l’extrême sud-ouest de la Thaïlande, et l’autre dans le sud-est du pays autour de la frontière du Cambodge.
L’espèce est connue pour s’étendre au moins autant que sur le bassin du Tuk Sap Prek du fleuve près de la ville côtière de Sihanoukville dans le sud-ouest du Cambodge, alors que des rapports en provenance du Laos représentent probablement des cas d’erreurs. Plus récemment, une population a été découverte également sur l’île voisine de Phu Quoc au Vietnam.

Il habite le plus souvent des cours d’eau forestiers à faible débit et de leurs affluents où submerges des plantes aquatiques qui poussent abondamment. L’eau est parfois teintée légèrement brun/jaune en raison de la présence de tanins et autre décomposition de matière végétale organique. Le substrat est parsemé de feuilles mortes, de brindilles et de branches.

Ces environnements contiennent typiquement une eau douce et faiblement acide, et sont souvent faiblement éclairés en raison végétation dense et marginale, ainsi que par la canopée au-dessus de la forêt .

Dans la province de Krabila Thaïlande méridionale, on peut retrouver Trigonostigma espei vivant dans un domaine particulièrement karstique (calcaire) avec une eau de nature alcaline d’un pH de 7 jusque 7,4.
L’ habitat se compose d’une série de dolines calcaires profondes formant des petites piscines à la surface, plus un petit fossé qui agit comme un débordement de cette dernière.

L’eau est très claire et teintée d’une couleur bleu/vert claire grâce à la réflexion de la lumière, par rapport aux niveaux élevés de carbonate de calcium qu’elle contient.
Ces étangs/piscines sont également importants parce qu’ils représentent la seule localité connue où il y a également le Betta simplex qui peut être trouvée.

KrabiPhoto source

Description

Adulte ils mesure environ 3,5 cm, les femelles ont généralement un ventre plus arrondi et sont également un peu plus grandes que les mâles qui sont eux, plus colorés et plus minces.
T. espei peut être confondu avec l’aspect semblable de T. Heteromorpha et de T. Hengeli, il faut bien regarder, mais en réalité il est assez facile de les distinguer.

Explication pour les différencier..
La base de la coloration du corps de T. Heteromorpha est plus rosée. Il a le corps avec la caractéristique de marquage (tache noire) qui est plus large, mais aussi d’une forme plus triangulaire et de couleur plus foncé.

T. espei a généralement une robe d’un cuivré brillant/couleur rougeâtre avec un corps plus mince, alors que T. Hengeli est un poisson légèrement plus petit avec une couleur plutôt dans les gris/incolore pour l’aspect de la robe, et un éclair de pigmentation de couleur orange vif le long de la partie supérieure et antérieure de la virgule de marquage (tache noire).

Maintenance

Température : de 23 à 28 degrés
pH : 5,5 à 7,5
GH : 2 à 12

Pour un biotope idéal..
Pour la couleur du sol, c’est un peu au choix, sachant que un sol sombre fera ressortir ses couleurs.
On y placera des racines et des branches de bois placées de telle sorte que beaucoup d’endroits seront ombragés et formeront des sorte de petites grottes.
Des feuilles séchées de chênes, de hêtre ou de Catappa peuvent être placées sur le sol, ce qui aura l’avantage de mettre l’accent sur l’aspect naturel de son habitat. Les tanins et autres substances libérées par les feuilles en décomposition, aideront à simuler les eaux noires de son environnement naturel.

Un éclairage faible est idéal pour maintenir l’espèce que l’on associera avec des plantes qui aiment ce genre d’environnement telles que : Microsorium, Taxiphyllum, Cryptocoryne et Anubias. on pourra aussi pour parfaire le tout, en y ajoutant une touche de végétation flottante qui tamisera la lumière. T. espei vous offrira alors pour votre regard d’aquariophile, toute sa beauté.

On pourra le maintenir avec d’autres petits Cyprinidés ainsi que les TétrasVivipares, des Cichlidés nains, et des petites Loches.
Comme toujours, lors de la sélection d’une communauté compatible, il vous incombera de faire de la recherche approfondie sur les espèces de poissons, qui conviennent avec « Trigonostigma espei ». Cela est essentiel, étant donné sa petite taille qu’il faudra prendre en considération, pour le choix des autres habitants du bac.

Son maintien en nombre décent lui permettra d’être moins nerveux avec un comportement plus naturel.
Les mâles vont également afficher leurs plus belles couleurs, étant donné qu’ils seront en concurrence avec d’autres pour attirer l’attention des femelles. On choisira de les mettre au minimum par 10 spécimens.

Alimentation

Dans la nature c’est un micro-prédateur il se nourrit de petits insectes, vers, crustacés et autres zooplancton.
Dans un aquarium, il est simple à nourrir, mais pour le voir en très bonne santé avec ​​de magnifiques couleurs, il vous sera indispensable, de lui offrir des repas réguliers de petits aliments vivants et congelés tels que : des vers de vase , des daphnies et artémias, aux côtés de flocons séchés de bonne qualité et des granulés.

Nous le répétons à chaque fiche, mais l’important est de varier les repas avec une nourriture de très bonne qualité !

Reproduction

Il est tout à fait possible de laisser faire la nature. Les oeufs sont attachés à la partie inférieure de larges feuilles de végétaux ou autres décors du bac.
Il est possible, qu’un petit nombre de jeunes peuvent commencer à apparaître sans aucune intervention de votre part si le bac est densément planté, car ils se reproduisent beaucoup.
Mais les adultes mangent les oeufs si ils les trouvent.

©Texte : AQUA débutant

Rasbora Arlequin (Trigonostigma Heteromorpha)

Le Trigonostigma Heteromorpha
Le Rasbora arlequin

Trigonostigma-heteromorphaPhoto source

Son habitat naturel..

On le retrouve sur Kuala LumpurSelangorMalaisie, mais cette espèce est généralement citée comme étant originaire du sud de la Thaïlande, de la Malaisie péninsulaireSingapour et les îles de Bornéo ainsi que Sumatra Greater Sunda.

Les populations retrouvées en Thaïlande semblent se limiter à la région de Narathiwat près de la frontière avec la Malaisie péninsulaire. Dans cette dernière, il est plus largement trouvé dans des zones de forêts de tourbières, dans les États de Selangor, KelantanTerengganuPahang et Johor.

L’ampleur de sa diffusion dans les îles Grand Sunda est moins claire. Alors qu’il se trouve certainement sur ​​l’île de Bintandans les îles Riau provinceSumatra. Cependant, il ne semble pas exister une seule apparition confirmée sur Bornéo, comme souvent évoqué

Les poissons sauvages capturés dans la nature sont rares à retrouver en aquariophilie car ils sont plus souvent reproduits pour la vente commerciale. 

Il vit dans les cours d’eau forestiers et leurs affluents où des plantes aquatiques sont submergées telle que : de la :Cryptocoryne qui se développe abondamment.

L’eau est parfois de teinte légèrement brune/jaunâtre, ceci est du à la présence de tanins et autres substances libérées par la décomposition organique la matière végétale et du substrat qui est parsemé de feuilles mortes, de brindilles et de branches.

Ces environnements contiennent typiquement une eau douce faiblement acide, à eau neutre.
Ils sont souvent faiblement éclairés en raison de la végétation marginale qui est dense et la canopée qui se trouve au-dessus de la forêt.

Trigonostigma-heteromorpha-habitat-Mersing-MalaysiaPhoto source

Description

Il fait partie de la famille des Cyprinidés.
Adultes les femelles ont un ventre plus arrondi et sont également un peu plus grandes que les mâles qui eux, sont nettement plus colorés et plus mince.

Plusieurs souches ornementales sélectives de race sont devenues également disponibles dans le commerce, y compris bleu, noir et or.
T. Heteromorpha peut être confondu avec l’aspect semblable de T. espei et T. Hengeli il faut bien regarder, mais il n’est pas compliquer de les distinguer.

Explication pour les différencier..
La base de la coloration du corps de T. Heteromorpha est plus rosée. Il a le corps avec la caractéristique de marquage (tache noire) qui est plus large, mais aussi d’une forme plus triangulaire et de couleur plus foncé.

T. espei a généralement une robe d’un cuivré brillant/couleur rougeâtre avec un corps plus mince, alors que T. Hengeli est un poisson légèrement plus petit avec une couleur plutôt dans les gris/incolore pour l’aspect de la robe, et un éclair de pigmentation de couleur orange vif le long de la partie supérieure et antérieure de la virgule de marquage (tache noire).

Maintenance

Température : 22 à 28 degrés (sachant que 25 est parfait pour une maintenance à long terme).
pH : de 5,5 à 7,5
GH : 2 à 8

Il est à maintenir dans un bac d’au moins 80 cm de façade. On y mettra pas moins de 10 spécimens, c’est un poisson grégaire qui a besoin de vivre en groupe pour s’y sentir à l’aise.

Pour un biotope idéal..
Pour la couleur du sol, c’est un peu au choix, sachant que un sol sombre fera ressortir ses couleurs.
On y placera des racines et des branches de bois placées de telle sorte que beaucoup d’endroits seront ombragés et formeront des sorte de petites grottes.
Des feuilles séchées de chênes, de hêtre ou de Catappa peuvent être placées sur le sol, ce qui aura l’avantage de mettre l’accent sur l’aspect naturel de son habitat. Les tanins et autres substances libérées par les feuilles en décomposition, aideront à simuler les eaux noires de son environnement naturel.

Un éclairage faible est idéal pour maintenir l’espèce que l’on associera avec des plantes qui aiment ce genre d’environnement telles que : Microsorium, Taxiphyllum, Cryptocoryne et Anubias. on pourra aussi pour parfaire le tout, en y ajoutant une touche de végétation flottante qui tamisera la lumière. T. Heteromorpha vous offrira alors pour votre regard d’aquariophile, toute sa beauté.

On pourra faire un biotope autour de la malaisie avec des espèces compatibles telles que : lineatus Puntius ,p’pentazonaTrigonopoma pauciperforatumRasbora einthoveniiBrevibora dorsiocellata et Pangio spp suivant le volume de votre bac.

Son maintien en nombre décent lui permettra d’être moins nerveux avec un comportement plus naturel.
Les mâles vont également afficher leurs plus belles couleurs, étant donné qu’ils seront en concurrence avec d’autres pour attirer l’attention des femelles. On choisira de les mettre au minimum par 10 spécimens.

Nourriture

C’est un micro-prédateur dans la nature, il mange de petits insectes, vers, crustacés et autres zooplancton.
Pour le voir en très bonne santé avec ​​de magnifiques couleurs, il vous sera indispensable, de lui offrir des repas réguliers de petits aliments vivants et congelés tels que : des vers de vase , des daphnies et artémias, aux côtés de flocons séchés de bonne qualité et des granulés.

Reproduction

Il est tout à fait possible de laisser faire la nature. Les oeufs sont attachés à la partie inférieure de larges feuilles de végétaux ou autres décors du bac.
Il est possible, qu’un petit nombre de jeunes peuvent commencer à apparaître sans aucune intervention de votre part si le bac est densément planté, car ils se reproduisent beaucoup.
Mais les adultes mangent les oeufs si ils les trouvent.

©Texte : AQUA débutant