Macrotocinclus affinis (ex Otocinclus) affinis

Macrotocinclus affinis (ex Otocinclus) affinis

Macrotocinclus Affinis (ex Otocinclus affinis) : Dwarf sucking catfish, Golden otocinclus, Midget Sucker Fish

4

Poisson originaire du Brésil et de la région de Rio de Janeiro. Il vit dans de petits cours d’eau clairs et rapides.
Le genre Otocinclus comporte au moins 6 espèces, les plus usuelles étant l’affinis et le vittatus.
Ces petits poissons charmants, sont beaucoup plus jolis que tous les autres mangeurs d’algues.

Bac très planté avec zones d’ombres, roches, racine. Maintenir une eau bien propre.
Utilisez un sol non abrasif afin qu’il ne se blesse pas.

IMGP4465 copieSe colle facilement à la vitre de votre aquarium

Température : 21 à 28°C
pH : 6 à 7,2.
54 litres pour la maintenance au minimum

Taille entre 4 et 6 cm. Pas de différences sexuelles connues.
Corps recouvert de plaques osseuses. La bouche est située sous la tête et modifiée en suçoir. De couleur blanc argenté dans la région ventrale, brune sur le dos, une large bande noirâtre sépare le corps depuis la bouche jusqu’au pédoncule caudal, nageoires incolores, nageoire caudale ponctuée de marbrures noires.

Ce poisson paisible apprécie la vie en groupe(minimum 5 individus), peut être introduit dans un aquarium communautaire, mais évitez de lui adjoindre des compagnons trop agressifs.
Nage près du fond.
Sensible aux nitrates

Algues presque exclusivement, à défaut feuilles de laitue et d’épinard pochées.

La reproduction est rarement obtenue en captivité. Les oeufs adhésifs sont pondus sans organisation préalable, éclosent en 2 à 3 jours.

Romeo2000 (RIP) © de AQUA débutant

Erethistes jerdoni

Erethistes jerdoni
(ex Hara jerdoni)
Les scientifiques ne sont pas encore tous d’accord sur le genre à l’heure actuelle ou j’écris l’article, Hara ou Erethistes ?

Hara-Jerdoni

Photo source

Description 

Ce petit poisson-chat a les mêmes origines géographiques que Microphis deocata (les systèmes fluviaux du Gange et Brahmapoutre, dans les cours lents et au fond sablonneux).
Il mesure pas plus de 3,5 cm, 4 cm pour les plus grands spécimens.
Il est timide et très lent. Il sort plus souvent la nuit que le jour.
On le retrouve souvent caché dans les algues ou sur les décors du fond de l’aquarium.
On va donc prévoir un décor riche en plantation avec des racines, des feuilles de hêtre ou de chêne séchées, afin d’y reproduire le plus possible un environnent naturel.
Il apprécie de chercher sa nourriture (vivante si c’est possible), parmi les plantes et aussi, il semblerait qu’il aime grignoter les algues ou du moins y trouver un complément alimentaire.

Maintenance

A partir de 54 litres
On veillera particulièrement à ne pas introduire ce poisson dans un aquarium d’eau chaude, il apprécie uniquement les bacs d’eau plutôt froide et très bien oxygénés avec un maximum de température de 18 à 24 degrés. Ce qui peut donc en faire un compagnon pour les poissons rouges, comme poisson de fond.
Un pH de 6,0 à 7,2 maximum
Un GH de 5 à 18 maximum
Ils seront dans un aquarium parfaitement entretenu avec une eau très propre pour leur maintenance à long terme car ils sont très sensibles aux eaux polluées.
On peut les associer avec les Danio ou Dario sp.
Attention qu’ils se nourrissent correctement, car ils pourraient être rapidement morts de faim du fait de leur lenteur par rapport à d’autres espèces, donc attention aux espèces maintenus avec lui, qu’elles ne soient pas trop vives.
C’est un siluriforme nain totalement nocturne qui vit plutôt en groupe.

il se nourrit de petits granulés, vers de vase, tubifex, daphnies, vivants ou congelés, il vaut mieux donner à manger après l’extinction de l’éclairage pour éviter aux autres poissons de manger leur nourriture.

Reproduction

De très petits oeufs seraient pondus dans les plante, ou un « mop ». Les alvins doivent être nourris de paramécies pendant les premiers jours, puis de micro-vers, avant de pouvoir gober des nauplies d’artémias, daphnies et cyclops à l’âge de 2 semaines.

Si on opte pour ce poisson de fond dans l’aquarium, on veillera à ne mettre que lui comme espèce, et de le maintenir en groupe , il se sentira plus en sécurité à plusieurs.
Il faudra également bien respecter toutes les autres conditions afin le garder à long terme, c’est très important pour cette espèce que les conditions soient réunies.

© Texte : framboizz pour AQUA débutant

Les Corydoras nains : le corydoras hastatus

Les Corydoras nains : le corydoras hastatus

hasta1

Petit poisson de la famille des Callichthyidés également nommé Corydoras à croissant, originaire d’Amérique du Sud (Brésil, Paraguay).

Conditions de maintenance

Température 20 °C à 24 °C
pH 6 – 7
GH 3 – 10
Pour faciliter son alimentation, il est préférable de l’ introduire dans des aquariums matures bien pourvus en mousses ou autres plantes de ce genre, ainsi qu’en racines (la micro-faune qui s’y développe lui sert de nourriture).
Le sol doit être exempt d’arête qui peuvent blesser ses barbillons.
Volume mini 50 litres

Morphologie

Taille Mâle : 3.0 cm, Femelle : 3.0 cm
C’est un des plus petits Corydoras avec C. habrosus et C. pygmaeus.
Son corps est gris avec une tache noire plus ou moins arrondie, délimitée par deux taches blanches en haut et en bas, à la base de la nageoire caudale.

Dysmorphisme ????

la femelle serait plus grande que le mâle… moins « mignonne »

Comportement

très paisible avec les autres poissons et les crevettes, aucune agressivité entre eux, en revanche c’est un poisson assez vif.
A maintenir en groupe (6 minimum)

Zone de vie

Fond
Un des rares corydoras qui nage en pleine eau.

Alimentation

Les C. hastatus seraient difficiles, et n’accepteraient que la nourriture vivante… certes… mais il ne crache pas sur un bon cachet de fond 😉
Il apprécie la micro faune des aquariums (micro-organismes).

hasta2

Reproduction

Rare, mais déjà reproduit en aquarium. La fécondation a lieu en position perpendiculaire. Environ 30 oeufs sont déposés individuellement sur les éléments du décors et aux vitres.

© Texte : jeely pour AQUA débutant
© Photo : PhotoJP pour AQUA débutant

Les corydoras nains : le Corydoras Habrosus

Les corydoras nains : le Corydoras Habrosus

IMG_7346

Petit poisson originaire d’Amérique du Sud (Vénézuéla), appartenant à la famille des Callichthyidae, on l’appelle également Corydoras a nageoire noire.
C’est un poisson idéal pour animer un petit aquarium avec des crevettes.
Zone de Vie : fond
Espérance de vie : 5 ans

Morphologie :

Taille mâle : 2 cm
Taille femelle : 2.5 cm
A l’âge adulte, le mâle est nettement plus petit que la femelle et celle-ci est gonflée par sa masse ovarienne.
Ce petit poisson a le corps clair marbré de noir avec 3 à 4 tâches noires épaisses au milieu du corps sur les flancs. La queue est striée de bandes verticales. Il possède 4 barbillons pour chercher sa nourriture sur le sol. Il y a des tâches noires sur son dos. Son ventre est blanc.

Conditions de maintenance :

T° = 23 – 27°
GH = 2 – 12 (6 au plus adapté)
pH = 6 – 8 (6,5 au plus adapté avec un Kh à 3)
L’aquarium doit comporter un sol non coupant ou pas de sol. Quelques cachettes sont préférables (plantes, racines). L’eau doit être claire et l’aquarium propre.

Comportement :

Poisson vif, grégaire, il doit donc être maintenu en banc de 6 ou 8 individus pour qu’il soit à son aise.
Il a la particularités, comme les autres corydoras nains, de nager en pleine eau. Comme tous les corydoras, il nage également vers la surface pour prendre des bulles d’air.
Pacifique envers les autres espèces, il doit être le seul habitant du fond d’un bac , en dehors des crevettes. Il ne s’intéresse pas aux alevins.

IMG_7343 copie

Nourriture :

Comme pour tous les corydoras, il s’agit d’un véritable omnivore. Il mange toutes les petites proies vivantes qui passent à sa portée, ne néglige pas non plus la nourriture sèche ou surgelée et mange en complément les résidus du fond du bac et les débris de végétaux qu’il trouve à son goût.
Comme tous les corydoras, le C. Habrosus a besoin d’une alimentation variée et saine, c’est n’est pas un nettoyeur de fond (qui d’ailleurs n’existe pas 😉 ).

Reproduction :

Les oeufs sont déposés sur des feuilles de plantes. La reproduction a souvent lieu après un changement d’eau et la femelle vient se placer en T au niveau de la nageoire annale du mâle
Quand la ponte des reproducteurs se fait attendre, il faut multiplier les changements d’eau (simulation des pluies amazoniennes), donner de l’alimentation vivante, faire fluctuer la température (période plus basse pendant quelques jours puis remontée progressive).

© Texte : jeely pour AQUA débutant
© Photos : PhotoJP pour AQUA débutant

Corydoras Sterbaï

Le Corydoras Sterbaï

corydo

Un des plus jolis Corydoras, il possède une robe aux magnifiques contrastes, il se reconnait également aux nageoires pelviennes et pectorales orangées que n’ont pas d’autres espèces très ressemblantes au niveau de la robe.

Il fait également partie des plus timides et peureux de l’espèce, il aime se cacher sous un décor(pierre, racine etc.) il reste aussi souvent à la base des plantes bien touffues, il est assez craintif, au moindre bruit extérieur il file à toute vitesse se cacher, il vaut mieux le placer dans un bac où il y a peu de passage pour le voir plus souvent.

Un pH de 6,5 à 7,5 et une température comprise entre 23 et 29 degrés est supportée. Un aquarium de 100 litres minimum pour la maintenance à long terme.
Un GH de 7 environ favorise la reproduction, ainsi qu’une petite baisse de température de quelques degrés du bac au moment d’un changement d’eau.

En période de reproduction par contre, plus rien ne le dérange, et on peut voir le mâle poursuivre la femelle partout dans le bac, il est trop amoureux pour que quoi que soit le dérange.
Très souvent après un changement d’eau de quelques degrés plus frais que la température du bac, une parade amoureuse peut commencer, la femelle déposera ses oeufs sur les vitres, décors, racine, qu’elle prendra soin de bien nettoyer auparavant, un dessous de feuille d’une plante également, il faudra encore que le mâle ait fécondé les oeufs pour qu’il y a fécondation, sinon les oeufs ne vont jamais éclore.
Très souvent dans un bac communautaire, il est difficile d’avoir des repro car les oeufs sont mangés directement, ou, par les parents ou, par les autres habitants avant qu’ils ne puissent éclore, beaucoup d’aquariophiles enlèvent les oeufs pour faire les faire éclore dans un autre bac, parfois ça marche très bien, parfois les oeufs pourrissent tout simplement ou ne sont pas fécondés.

Ils adorent les artémias, les vers rouges (avec modération), les cachets de fond, et ne rechignent pas de temps à autre sur une petite tranche fine de courgette pochée.

Ils sont malheureusement souvent considérés comme des nettoyeurs de fond, à tort cependant, car ils ne mangent certainement pas les déchets des autres poissons comme souvent on peut l’entendre, c’est complètement faux, ils mangent oui, des restes de nourritures tombés au sol ou leur nourriture, mais certainement pas les déchets du bac qui se trouvent sur le sol.

C’est pour cette raison qu’il faut surtout les nourrir également, on voit beaucoup de Corydoras mourir de faim, car les gens pensent qu’il va juste se nourrir des déchets et des restes des autres poissons, ce n’est pourtant pas le cas !
C’est un poisson à part entière, dont il faut prendre soin comme les autres habitants du bac et qui requière un minimum d’attention de notre part, d’autant plus qu’il est très intéressant à observer dans un bac, quand il est placé en banc de la même espèce, j’ai encore deux Corydoras Sterbaï dans mon banc actuel de 7, depuis 2003.
Ils sont donc bien costauds quand ils se sentent bien dans votre bac.

EDIT : Le premier à gauche sur la photo qui était le dernier survivant que j’avais depuis 2003, vient de mourir (2014) à 11 ans

©Textes et photo : AQUA débutant

Les Aspidoras

Les Aspidoras

Aspidoras cf. TaurusAspidoras taurus

Photo source

Les Aspidoras, un poisson plein de vivacité…

Très facile à maintenir en aquarium, ce n’est pas son apparence ici qui compte, mais son débordement d’activité; de plus, il se reproduit très facilement, un poisson pas compliqué, mais trop peu rencontré dans nos aquariums..

Les Aspidoras sont des poissons très intéressants à regarder vivre dans un bac, par leur comportement, exemple : l’Aspidoras cf. Taurus mesure de 4,5/5,5cm souvent appelé « Aspidoras menezesi » qui est l’espèce la plus rencontrée du genre et répandue en aquariophilie actuellement.

Les Aspidoras spp. ressemblent vraiment à leur cousin bien plus populaire que eux, « le Corydoras »; et sont malheureusement encore peu proposés à la vente, et donc peu rencontrés dans nos bacs.
Dommage c’est un poisson très intéressant à commander à son magasin (tous ne vont pas savoir vous le trouver) ou à acheter en bourse par exemple, ou à un particulier (plus simple pour trouver), car il se reproduit vraiment très bien en aquarium.

On ne dénombre pas moins de 20 espèces décrites cependant. L’espèce la plus répandue reste celle décrite comme « Aspidoras menezesi » car elle se reproduit vraiment très bien en aquarium. Il est parfois possible aussi de rencontrer en vente « d’Aspidoras depinnai », « A. poecilus », et « A. spilotus » qui se reproduisent tout aussi bien.
On peut aussi aujourd’hui rencontrer « Aspidoras sp. Black Fin » ou appelé « CW052 » devenu également populaire des amateurs d’aspidoras .
« Aspidoras pauciradiatus » de 3 à 3,5cm que l’on trouve facilement maintenant, car le plus importé; mais il s’agirait en réalité d’un Corydoras et non d’un Aspidoras.

Aspidoras pauciradiatus qui serait en réalité un corydoras, à suivre..
Aspidoras pauciradiatus
Des espèces fortement menacées de disparition sont : « Aspidoras eurycephalus » (espèce un peu plus exigeante que les autres).
Aspidoras sp. « Black Phantom » ou encore appelé « C35 », ne se reproduit pas très bien et c’est une espèce assez délicate, elle sera donc certainement de moins en moins importée et risque de disparaître complétement au fil du temps de nos bacs .Il y a malheureusement quelques espèces en voie de disparition complète actuellement, tel que le « A. microgalaeus », « A. raimudi » et « A. virgulatus » qui sont apparemment complètement disparus du circuit aquariophile.

Ils adorent s’enfouir dans le sol..

Les Aspidoras spp. sont des poissons grégaires, il est donc préférable d’acquérir un petit groupe de 6 par exemple en aménageant le fond du bac de sable fin plutôt, tel que du sable de loire, car ils aiment non seulement fouiller le sol, mais aussi ils s’enfouissent parfois complètement dedans.
Il faut donc absolument éviter de blesser leurs fins barbillons avec un sol trop coupant comme le quartz noir par exemple, qui est souvent fabriqué à base de verre.

Comment le maintenir..

Dans la nature Aspidoras spp. se retrouve dans les cours d’eau relativement simple, au débit plus ou moins rapide.
On peut cependant observer en aquarium, qu’ils aiment le courant fort qu’ils traversent sans encombre. Il faudra en tenir compte si vous choisissez cette espèce. Attention toutefois au courant d’un système air-lift pour la filtration (pompe à exhausteur), car ils traversent sans problème et peuvent se retrouver coincés derrière le filtre.
Afin d’éviter ce désagrément, il faudra placer l’évacuation du système air-lift légèrement au-dessus de la surface de l’eau ou placer une grille pour empêcher le passage des poissons.

Le pH doit se situer entre 5,5 et 7,5; la température doit impérativement se situer entre 22 et 27 degrés pour le maximum, un bac de 54 litres pour les plus petites espèces d’entre eux peut suffire, évidemment, au plus le bac est important au niveau du volume, au mieux ils seront à l’aise car ils aiment bouger.
Ils se cachent souvent sous une pierre ou à l’ombre d’une branche dans un bac plutôt bien planté.

Pour la nourriture c’est un peu comme les corydoras, des cachets de fond sont très bien acceptés, des artémias etc.. la nourriture vivante ou congelée est parfaite.

Il arrive parfois que les Aspidoras sont emportés par une maladie des tâches rouges.
L’évolution de la maladie se stoppe avec des antibiotiques mais cela reste tout de même encore assez méconnue.
Évitez surtout une surpopulation dans le bac, et bien sûr une qualité de l’eau correcte.

Mes Corydoras sterbaï ont été confrontés à une une maladie qui a démarré de la même manière apparemment en 2007, qui m’a décimé en quelques temps complètement le groupe, sauf un seul à survécu sur le tout le groupe acheté au même endroit, que j’ai d’ailleurs encore aujourd’hui avec un autre groupe, et qui n’a plus jamais présenté de maladie jusque maintenant, par contre juste après ces tâches rouges, mes corydoras ont présenté un mucus important au-dessus des tâches rouges du départ, à voir ci-dessous l’apparence de la maladie :
imgp1049ho2

imgp1047ek8.jpg

Reproduction..

La reproduction de cette espèce est identique à leurs cousins Corydoras spp. mais nettement plus rentable que ces derniers.
Le mâle poursuit frénétiquement la femelle pendant la parade, il féconde ensuite les oeufs que la femelle va déposer sous une feuille, une vitre ou autre.. attention l’Aspidoras aime déposer les oeufs sur un support où le courant de l’eau est important.
A 26 degrés les oeufs vont mettre trois jours environ pour éclore et donner naissance à des Aspidoras miniatures qui commenceront à se nourrir une fois que leur sac vitellin sera résorbé (environ trois jours aussi).
Vous pourrez alors commencer à donner à manger de la poudre d’alvins ou cachets écrasés, ou encore nauplies d’artémias.

Espérons qu’à l’avenir nous le rencontrerons plus souvent dans vos bacs, c’est un poisson très très intéressant et facile de maintenance, faites plutôt les bourses où les particuliers pour vous en procurer.

©Texte framboizz pour AQUA débutant

Gastromyzon Punctulatus (Loche ponctuée)

Gastromyzon punctulatus
La Loche ponctuée

Merci à jeely et PhotoJP pour les photos du petit Léon

 

Son habitat naturel..

D’origine de Bornéo.
On le retrouve dans des rivières à cascades dans les collines des montagnes contenant de l’eau claire saturée en oxygène.
Endémique de Brunéi Darussalam.

Gastromyzon (1)Photo source google

Description

Il fait partie de la famille des Balitoridés.

Adulte environ 6/6,5 cm.
Il est quasiment impossible de distinguer les sexes.
La face ventrale est blanche/transparente, on peut d’ailleurs y voir son coeur battre. Ses Yeux sont assez haut sur la tête entourée d’un cercle jaune irisé.
Sa robe est plutôt beige recouvert de petits points noirs. Au moindre stress, il peut changer de couleur et foncer par exemple la couleur de sa robe.
Les nageoires pectorales et pelviennes sont reliées et se chevauchent. Elles sont également une sorte de ventouse autour du corps, ce qui lui permet dans le fond des rivières de bien se plaquer, et ne pas se laisser emporter avec un débit d’eau important.

Il est important de savoir que Gastromyzon punctulatus ne va pas vous faire des vitres propres que vous n’aurez plus jamais à nettoyer.. Il est souvent vendu à tort comme « laveur de vitre », hors, il ne faut pas rêver, vous ne verrez pas trop de différence à la propreté de vos vitres..
Il doit être acheté pour l’envie de l’aquariophilie à le maintenir, un coup de coeur tout en respectant ses besoins, et non pas pour une quelconque commodité utopique, qui est juste un argument typiquement commercial de la part des vendeurs.

Maintenance

Température : de 22 à 25 (idéalement 23/24 degrés)
Attention c’est un poisson qui souffre des températures élevées, donc si vous ne disposez pas d’un système de refroidissement pour l’été, vaut mieux ne pas choisir cette espèce.
De plus, une température élevée réduit la présence d’oxygène dans l’eau ce qui est un aspect particulièrement délicat et parfois fatal pour ce poisson.
pH : 6 à 8,2
GH : 6 à 15
Une bonne filtration est importante, on peut même rajouter un bulleur sans problème en plus du filtre et de la pompe de brassage.

Ce poisson mérite toute votre attention sur sa capacité à respirer. Il est profondément adapté à l’environnement naturel d’origine, ce qui conduit souvent à la mort de l’animal dans les aquariums traditionnels.
Vous devez absolument lui installer un environnement qui est approprié à ses besoins respiratoires.
Cela nécessitera d’utiliser une pompe de brassage pour déplacer l’eau, de manière à créer un courant durable, qui imitera un peu son habitat naturel et qui est nécessaire à sa respiration.

Le fond de l’aquarium sera caractérisé par du gravier grossier (uniquement du gravier rond afin de ne pas blesser le poisson) et des cailloux arrondis (ne pas utiliser de sable ou du gravier fin). Il faudra laisser les algues investir les cailloux cela lui fera une nourriture qui sera la bienvenue.

Les rivières où vivent les Gastromyzon ne montrent pas de végétation flottante ou submergée, cependant, pour des raisons esthétiques, on peut insérer des plantes rustiques comme des Anubias dont les feuilles seront utiles pour soutenir la croissance des algues ou Microsorium. L’éclairage doit être moyen à fort, afin de favoriser la croissance des algues et la micro-faune dont les Gastromyzon sont friands.

Il est complètement indifférent aux autre habitants du bac.

Il présente cependant un comportement territorial agressif envers ses congénères. Malgré ce dernier aspect, Gastromyzon se trouve dans la nature en groupes, donc il sera toujours plus à l’aise dans aquarium avec au moins 80 cm de façade et minimum 30 cm de hauteur (72 litres ou 80 litres), où il y aura bien plus d’espace et de cachettes.
On pourrait alors le mettre par 8 sujets (si il n’y a que eux pour le fond, bien entendu).
On ne le maintiendra jamais en-dessous de 4 spécimens.

Dans un plus grand bac on pourra les maintenir avec TanichthysDanioDevario et Rasbora, des petits gobies : RhinogobiusSicyopterus et Stiphodon.

Alimentation

Il doit se nourrir d’algues présentes dans votre bac, on pourra lui donner aussi quelques légumes pochés dont il appréciera tout particulièrement cette distribution régulière.
Il apprécie également des cachets pour poisson de fond et n’hésitera pas, à consommer quelques artémias congelés (à donner décongelés et bien rincés). Il mangera aussi des restes de paillettes tombées sur le sol de l’aquarium.
L’important étant toujours nous le répétons, de diversifier, et de donner une nourriture de qualité à vos poissons !

Reproduction

Il est ovipare. C’est une espèce dont la reproduction est particulièrement difficile en aquarium.
Il va donc falloir pour une reproduction en aquarium, stimuler l’instinct de reproduction, afin de simuler la saison des pluies. Ceci, en faisant progressivement descendre le pH de l’eau (avec de l’eau osmosée)afin d’arriver un pH d’environ 6, et également légèrement plus fraiche, de manière à abaisser la température de 2 à 3 degrés, sans tomber en dessous de 20 degrés.
Pendant la parade nuptiale, les mâles nageront autour de la femelle. les œufs seront pondus dans une sorte de trous qu’ils vont faire dans l’aquarium, à moins que vous leurs avez prévu des endroits de pontes. Les parents ne mangent pas les petits. Mais tout cela n’est pas gagné non plus..

Ne vous lancez pas dans une reproduction de Gastromyzon en changeant les paramètres de l’eau si vous êtes débutant vous pourriez faire mourir vos animaux, il faut un peu d’expérience en reproduction pour pratiquer cette méthode.

©Texte : AQUA débutant
©Photos du petit Léon : jeely et PhotoJP