Ancistrus sp. « rio Paraguay Red Points »

Ancistrus sp. « rio Paraguay Red Points »

ancistrus-paraguay

Photo source

Depuis quelques temps déjà les ancistrini,(la famille des Loricariidés; sous famille Hypostominés) commence à devenir de plus en plus populaire chez les aquariophiles.
Il est pourtant dommage de constater qu’à l’exception de l’ancistrus « commun » ou Ancistrus cf. Cirrhosus (il est d’ailleurs quasiment certain que, depuis tout ce temps cette espèce a été croisée avec d’autres Ancistrus spp.), les nombreux membres du genre ne sont pas plus présents en aquariophilie. C’est le cas de l’Ancistrus sp. rio Paraguay Red Points.

Beaucoup d’aquariophiles maintiennent l’ancistrus « commun » pour lutter contre les algues et consommer les restes de nourriture que les autres habitants du bac n’auraient pas mangé.

Nous allons encore répéter inlassablement si il le faut : les ancistrus ne feront pas le ménage dans votre aquarium et sont encore moins des poissons, dit par certains magasins ou vendeurs, « poubelles » ou encore « laveur de vitres ». Faux totalement Faux ! Aucune espèce de poisson ne fait ce genre de chose, c’est juste un argument de vente. 

Il convient donc de leur apporter la plus grande diversité de nourriture, grâce à des aliments bien adaptés.

Si certaines espèces d’ancistrini sont de maintenance et de reproduction plutôt difficiles, il existe cependant un certain nombre de représentants ayant les mêmes critères que notre ancistrus « commun », avec la beauté en plus. Parmi eux, il y a ce fameux « rio Paraguay Red Points ».

L’espèce est présente depuis environ 10 ans en aquariophilie.
Il n’est cependant pas facile encore de se procurer le « rio Paraguay Red points ».
L’origine n’est pas tout à fait claire.. même si la dénomination est « rio Paraguay ».
Il est dit aussi que ce poisson atteindrait les 12 cm une fois adulte, hors en aquarium et dans des volumes tout à fait approprié à l’espèce nous n’avons pas vu plus de 8 cm pour cette espèce à 4 ans d’âge.
Ce qui laisse bien comprendre que ce poisson est adapté totalement à de nombreux volumes d’aquarium, tout en gardant à l’esprit qu’il faudrait tout de même 80 à 100 litres pour le minimum et surtout pour qu’il puisse se faire un territoire.

Sa coloration est du plus bel effet avec des points rougeâtres sur une robe de coloration brune, d’où l’appellation de « Red points ».
De plus il crée tout son effet, sur un sol plutôt foncé.

Maintenance

Le sol sera composé d’une granulométrie fine à moyenne, dans un bac de 80 litres au minimum.
Quelques pierres (galet par exemple) et racines viendront compléter la décoration du bac.
Il ne touchera pas à vos plantes et s’adapte parfaitement à une large échelle de températures, allant de 20/22 degrés jusque 27/28 degrés.
Il en est de même au niveau du pH, l’espèce tolère de 6,0. à 8,0.

Nourriture

Il est important de la varier, et vous pouvez également donner de temps en temps, une rondelle de courgette pochée ou de concombre piquée d’un bâton de bois (baguette chinoise par ex), en la laissant juste 24H pas plus, sinon il faut l’enlever au delà si elle n’est pas terminée, afin de ne pas polluer votre bac.
Il accepte les flocons, granulés ou comprimés pour poissons de fond.

Reproduction

Facile il est vraiment reconnaissable, « le mâle » comme toutes les autres espèces du genre grâce à ses ramifications sur le rostre.
On pense tout de même que cette espèce préfère pour pondre une eau plutôt basique et assez fraîche, ce qui correspond aux valeurs rencontrées dans son milieu d’origine.
La femelle pond entre 20 et 50 oeufs, selon la taille de cette dernière. Les oeufs mesurent 3mm de diamètre et son gardés par le mâle.
Les larves mesurent environ 6 à 7 mm et sont totalement dépourvues de pigments. Ils apparaissent après 1 jour. 3 jours après, la larve mesure 1cm. A 5 jours, les alvins nagent librement et commencent à s’alimenter. On leur donnera de la poudre d’alvins ou des comprimés écrasés, ou des morceaux de courgettes pochées et nauplies d’artémias.

Conclusion

Une très jolie espèce à découvrir ou à commander si vous souhaitez posséder un ancistrus dans votre bac.
Il est original, solide et attrayant et tout aussi productif que l’ancistrus « commun ».
Je pense qu’il fera le bonheur des aquariophiles désireux d’en posséder un, et j’espère, qu’on le verra bien plus souvent qu’on ne le voit aujourd’hui, du moins, à la date où cet article est écrit.

©Texte : AQUA débutant

L’Hypancistrus contradens L201

L’hypancistrus contradens L201

Décrit en 2007 par l’ichtyologue américain Jonathan W. Armbruster et ses collègues Lujan & Taphorn, Hypancistrus contradens est une espèce assez nouvelle, originaire du bassin de l’Orénoque au Venezuela.

L201

Photo source

Son habitat naturel..

Le bassin de l’Onéroque, est un grand fleuve qui longe la Colombie et traverse le Venezuela, c’est dans le type de biotope qui alterne entre zones de rapides rocheux et des plages de sable fin que l’on retrouve le L201 « Hypancistrus contradens ». 

Plus exactement à Rio venturi, qui est une rivière qui prend sa source sur le versant Vénézuélien du plateau Guyanais.Le Rio Venturi est long de 520 km et se jette à rive droite dans le haut Orénoque.

Il s’agit d’une rivière d’eau claire à blanche avec un pH proche de la neutralité à légèrement alcalin mais dont la conductivité est relativement basse.
Le long de son trajet, elle descend d’environ 650 mètres, mais le débit reste important. Les biotopes alternent plage de sable fin et rapides rocailleux.

Dans la nature, le L201 vit dans les zones de courant, entre les pierres ou aussi au bord de la rive, là où l’on retrouve plus d’éléments boisés.

Les paramètres du biotope d’origine indiquent une eau relativement chaude avec une température de 32 degrés prés de la rive, un pH de 7 et une conductivité inférieur à 50 µS/cm.

On retrouve dans l’environnement des algues vertes, des cyanobacteries, des diatomées également, des insectes aquatiques et des Aufwuchs¹

venezuela02

Photo source

Description

C’est un Hypancistrus de taille moyenne, il atteint les 10-12 cm à l’âge adulte.
Sa robe est d’un noir profond avec de gros points allant de blanc à jaunâtre en passant par une teinte légèrement rosée.

Maintenance

Un bac autour de L201..

Hypancistrus contradens peut être installé dans un 80 litres au minimum pour un couple, mais on préféra un bac plus volumineux pour son espace de nage si on peut.
Il faudra recréer au mieux le milieu naturel.
Un sol plutôt sombre, des amas rocheux, quelques racines, avec une ou deux grottes artificielles ou naturelles que l’on crée avec de la roche par exemple..

Un filtre adéquat, on pourra même rajouter une pompe de brassage pour compléter l’agencement du bac.
La température se situera autour de 28 degrés idéalement
Un pH de 5 à 7,5 (7 idéalement)
Un GH de 5

Alimentation

Omnivore, il consomme de tout, l’important étant toujours, et nous le répétons à chaque fiche : de varier l’alimentation pour une bonne hygiène alimentaire et surtout une bonne santé physique également.

Larves de moustiques, artémias.. nourriture industrielle à base de flocons, granulés et autres comprimés pour poissons de fond, ainsi que de temps à autre, un petit légume poché maison.. (pas plus de 24h dans le bac si tout n’est pas mangé, il faudra retirer le surplus pour éviter toute pollution inutile).
Attention ! ce sont de vrais goinfres.. on évitera de sur-nourrir, car ils risqueraient de prendre de l’embonpoint, ce qui est néfaste pour le L201.

Reproduction

Facile à reproduire en aquarium, la ponte se déroule dans une grotte tenue par le mâle qui laisse entrer la femelle avant d’en obstruer la sortie pour lui couper toute retraite possible..
Il s’efforce ensuite de stimuler cette dernière en la mordant légèrement.
Ceci est bien visible une fois la ponte terminée et la femelle dehors : on voit sur le dos de légères marques blanchâtres qui disparaîtront avec le fil du temps.
Elle dépose 20 à 30 oeufs qui sont aussitôt fécondés par le mâle. Une fois la ponte terminée, celui-ci libère sa compagne et se charge seul d’apporter tous les soins nécessaires aux oeufs.

Après une semaine, les premiers jeunes vont naître. Il faut encore attendre environ deux semaines, pour qu’ils atteignent la nage libre et qu’ils puissent s’alimenter par leurs propres moyens.
On peut soustraire au père les petits avant la nage libre et les mettre dans un autre petit bac aux mêmes paramètres que ceux des parents, si on veut être sur de réussir.
La femelle est apte à pondre à nouveau après 4 ou 5 semaines.

¹ est un terme utilisé pour décrire les petits animaux et des plantes qui incrustent les substrats durs, tels que les pierres dans les milieux aquatiques, dont beaucoup d’espèces de poissons s’en alimentent dans le milieu naturel. 

©Texte : framboizz pour AQUA débutant

 

 

Le Corydoras Ephippifer

Le Corydoras Ephippifer

Corydoras-ephippifer-JJ-1

Photo source

Habitat naturel..

Originaire du Brésil.
Soit disant originaire de l’État d’Amapá, le nord du Brésil, bien que des observations détaillées sont rares, voire inexistantes même.
Sa localité type est Cachoera Creek la rive droite du Rio Amapari, 4 km en aval de la Casa do 7, l’état d’Amapa, au Brésil.

Type d’habitat
corrego_do_escuro___dark_creek

 

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Callichthyiidés.
Il mesure adulte 6 cm. Les femelles sont un peu plus grandes et plus grosses que les mâles surtout quand on les regarde du dessus.
Quand les femelles sont sexuellement matures, elle seront nettement plus rondes et plus grosses que les mâles.
Leur taxonomie peut être source de confusion avec de nombreuses espèces non décrites.

Les épines des nageoires pectorales raides sont capables de percer la peau humaine et une donner une piqûre qui peut être très douloureuse en effet. Attention lors de leur manipulation si des soins doivent être fait.
On pense même que les sécrétions des glandes axillaires à la base de chaque colonne vertébrale peuvent être légèrement toxiques ou venimeux.

Maintenance

A maintenir par 6 sujets de la même espèce, c’est un poisson grégaire et plutôt paisible dans un aquarium de 80 litres au minimum.
Température : 24 idéalement. (sinon de 22 à 27 C°)
pH : 6,5 idéalement. (sinon de 6 à 8 )
GH : 8 idéalement. (sinon de 2 à 20 )

Idéalement il faut utiliser un substrat de sable fin, bien que le gravier arrondi est une alternative acceptable à condition qu’il soit conservé bien propre.
Le bac sera pourvu de cachettes. En effet ils sont de nature un peu craintif, il sera alors important pour leur éviter un stress trop grand, qu’ils puissent se sentir en sécurité et à l’abri de tout danger. Des pierres placées pour leur offrir une grotte, des racines par ex, et surtout une importante végétation est également à privilégier.
On pensera aussi à une bonne filtration, les Corydoras aiment une eau vive et remuante. Ils sont à maintenir avec des petites espèces calmes (tétra, rasbora etc..) demandant les mêmes paramètres et la même température.

Alimentation

Ils doivent obtenir une nourriture régulière et adaptée à leur besoin. En aucun cas, il faut les considérés comme des nettoyeurs, vous seriez très déçu. En effet, ils ne nettoient rien du tout, et peuvent mourir de faim si ils ne sont pas nourris correctement (comme toutes les espèces de Corydoras d’ailleurs). Ils ont besoin d’une nourriture régulière choisie pour eux et ne mangent pas comme on entend dire, juste le reste des autres tombés sur le sol, cela les feraient mourir de faim.

Il est omnivore et acceptera la plupart des aliments séchés, des cachets pour poissons de fond, ainsi que les petites variétés vivantes et congelées tels que Vers de vase , Tubifex, Artémias etc..
L’importance étant de surtout bien varier la nourriture pour les garder en bonne santé.

Reproduction

Comme pour toute autre espèce de Corydoras, il suffit parfois d’un changement d’eau pour déclencher une parade amoureuse et une ponte, et parfois sans même intervenir.

© Texte : AQUA débutant

 

Hypancistrus sp. L454

Hypancistrus sp. L454

hypancistrus L454

Photo source

Son habitat naturel..

l’Hypancistrus sp. L454 fut découvert dans la rivière Atapabo en Colombie.
Atabapo est une rivière du Venezuela et de la Colombie. Elle constitue la frontière internationale entre les deux pays pendant la majeure partie de sa longueur et fait partie du bassin de l’Orénoque.

Elle abrite de nombreux poissons qui sont conservés par des millions d’aquariophiles du monde entier.

On retrouve Hypancistrus L454 dans l’eau ambrée (appelée en réalité « des rivières d’eau noire ») mais sans vase, donc assez limpide (couleur thé) avec une eau très douce et acide (pH de 4,5). La température de la rivière est à 30 degrés. On les retrouverait uniquement dans les zones de fort courant à proximité du rivage.
On retrouve l’endroit entremêlé de racines et de bois flotté, ainsi que de petites pierres qui forment de petites grottes, mais peu de plantes sont présentes à cet endroit.

Rivière Atabapo
Atabapo
Description

Il mesure adulte entre 12 et 13 cm.
A partir de 10 cm il est très facile de voir la différence entre mâle et femelle.
Les mâles adultes ont une tête plus large que les femelles. Cela est encore plus flagrant, si on est en présence d’un mâle mature, il présente alors des excroissances semblables à des aiguillons sur les plaques osseuses de presque tout le corps appelées : des Odontodes.
Les femelles matures sont plus larges au milieu du corps par rapport aux mâles ( elles sont plus rebondies au niveau du ventre) et possèdent une tête plus courte et plus pointue.

Maintenance

A partir de 96 litres pour un couple (attention il se reproduit facilement…) sinon pour 4 adultes on va dire que 180 litres devient convenable.
La conductivité est de 300 à 450 µS/cm en aquarium sans soucis.
Une température de 26/27 degrés et un pH de 6,5 à 7,5 sont des valeurs acceptables pour une maintenance en aquarium.

L’aquarium devra contenir des roches, des racines, un peu de plantes mais qui n’est pas la priorité.
On peut toujours ambrer l’eau avec de la tourbe, toutefois ce n’est pas obligatoire, il se plait également dans les eaux claires et limpides.
Il est cependant préférable de placer dans le bac un bulleur ou voir une pompe de brassage pour recréer un courant un peu fort et donner une bonne oxygénation de l’eau.

Nourriture

Contrairement à l’opinion populaire de nombreux autres loricariidés, l’Hypancistrus est plus carnivore que les mangeurs d’algues. Cette hypothèse est renforcée par une petite bouche légèrement dentée qui indique qu’ils sont en réalité, de faibles gratteurs d’algues.
On pourra distribuer des aliments comme de la nourriture sèche variée avec des vers de vase, des artémias, daphnies, cyclops, mysis ou chair de crustacés et poisson, accepte aussi les comprimés de fond mais cela n’est pas l’aliment de base.
Surtout, l’important est de varier l’alimentation pour une bonne hygiène alimentaire et surtout une bonne santé physique également.

Reproduction

La reproduction est assez facile. Le mâle prenant soin des oeufs est facilement reconnaissable, il bouge alors beaucoup, et approvisionne en permanence la ponte avec de l’eau fraiche en agitant les nageoires.
On peut compter entre 40 et 50 oeufs à chaque ponte. Les oeufs sont un peu jaunes au départ et d’un diamètre de 3,5 à 4 mm.
A 26 degrés il faut compter environ 6 jours pour l’éclosion.
Les alvins qui éclosent avec leur sac vitellin, sont déjà assez grands. Ils resteront encore avec leur père quelques jours jusqu’à ce qu’ils puissent nager eux-même.
Il est conseillé de changer très souvent l’eau et veiller à un apport de nourriture régulier afin que les juvéniles puissent manger à leur faim.
A deux semaines, on peut déjà voir ses couleurs définitives sans qu’elles soient encore complètement organisées au niveau des rayures. A trois mois le jeune L454 commence à bien ressembler aux parents.

©Texte : framboizz pour AQUA débutant

Yaoshania pachychilus (Loche panda)

La Loche Panda
Yaoshania pachychilus

loche-pandaPhoto source

On peut la retrouver depuis peu dans le commerce, il s’agit de spécimens juvéniles vendus sous l’appellation bien imagée de « Loche panda » anciennement appelée « Protomyzon pachychilus ».

Habitat naturel..

Elle est originaire du sud-est de la Chine, en provenance de la région montagneuse autonome du Guangxi qui borde la frontière avec le Vietnam.
On la retrouve principalement dans les cours d’eau de la montagne de Dayao Shan. Le nom du genre Yaoshania est tiré de cet endroit. A l’heure actuelle, le genre n’héberge qu’une seule espèce, à savoir Y. Pachychilus. Dans ce dernier cas on dit que le genre et monotypique.

Dans la région du Guangxi le climat est subtropical. La température de l’eau n’excède pas les 25 degrés.
Son habitat naturel est dépourvu de plantes aquatiques. On y retrouve principalement des roches, une sorte de gravier et du sable.

Type d’habitation de l’espècedayao-shan

Description

La robe change avec l’âge. Chez les jeunes sujets, les bandes sont bien déterminées, mais cela évolue avec le temps (les motifs ont tendance même à se mélanger).
Elle fait partie de la famille des Balitoridés.
Taille adulte : 6 cm environ

La couleur de la robe se mélange avec le temps..panda-lochePhoto source

Maintenance

Volume de minimum 96 litres est recommandé pour 5 sujets. Ils sont grégaires, pas moins de 5 sujets.
Au dessus de 5, on les maintiendra dans un volume supérieur.
Température idéale pour une maintenance à long terme : 23 C° (entre 19 et 25 C°)
pH : 6.5 à 7.5
GH : 2 à 15
On le maintiendra donc avec des espèces qui demandent la même température (un bac plutôt géographique, voir même monospécifique pour certains amateurs de l’espèce).

Un fort brassage de l’eau est recommandé pour la maintenance à long terme. L’espèce apprécie bien le courant. La filtration sera en conséquence assez puissante avec une hygiène parfaite.
On peut rajouter un bulleur sans problème dans ce genre de bac.
L’aquarium sera fermé car l’espèce peut passer par dessus très facilement.
La loche panda supportera exceptionnellement une hausse de température l’été (si la puissance du filtre est à la hauteur de leurs besoins). Si nous somme en présence d’une canicule durant l’été, on pourra réduire l’éclairage d’autant que le biotope pour l’espèce, n’a pas vraiment besoin de plantes aquatiques.

Alimentation

Apprécie les cachets de fond en aquarium.
En captivité, elle accepte des aliments déshydratés de bonne qualité et les nourritures vivantes ou congelées comme les vers de vase, artémias etc.. il faudra faire très attention, la loche penda pourrait souffrir de problèmes internes si le régime contient des protéines excessives.

Reproduction

Aucune information sérieuse à ce jour sur la reproduction en aquarium.. à suivre car cela permettrait d’éviter les prélèvements intensifs dans la nature et de surtout préserver l’espèce.

©Texte : AQUA débutant

Erromyzon Sinensis

Erromyzon sinensis

Erromyzon_sinensis_01.jpgPhoto source

Habitat naturel..

D’origine de Xi Jiang (Ouest de la rivière système) dans le sud de la Chine, le principal affluent de la grande Zhu Jiang(Pearl rivière ) de type de localité telle que : «West River, Lonsheng XianXian Lipu et Jinxiu Xian, province du Guangxi, en Chine. Il est également connu au He Jiang bassin qui se trouve un peu plus à l’est.

La majorité de sa gamme, tombe ainsi dans les limites de la région autonome du Guangxi bien qu’il est aussi fort possible d’être retrouvé dans le Guangdong et éventuellement les provinces du Hunan.

Les endroits où on le retrouve le plus souvent, sont peu profonds mais à courant rapide. Les cours supérieurs sont hautement oxygénés et les petits affluents sont caractérisés par des étendues de radiers ainsi que des pistes très abîmées par des piscines et cascades à certains endroits.
Les Substrats sont normalement composés de petites roches, de sable et de gravier, ici par là de petits rochers. La végétation vient surtout des berges et provoque une sorte litière de feuilles submergées. Ce sont les caractéristiques communes des endroits où il est possible de retrouver E.Sinensis.
Les plantes aquatiques ne sont pas habituellement présentes dans ces endroits.

Les habitats les plus favorables contiennent de l’eau claire saturée en oxygène et alliée avec le soleil, facilite le développement d’un biofilm riche.
Pendant les périodes de fortes précipitations, certains cours d’eau peuvent être temporairement troubles en raison de la matière en suspension délogée par une augmentation (parfois torrentielles), du débit et la profondeur de l’eau.

Xian lipulipu county.jpg  La province du Guangdong est le centre des exportations de poissons d’ornement chinois.Plusieurs espèces occupent des habitats similaires exportées du Xi bassin tels que : Beaufortia kweichowensis , Liniparhomaloptera disparis, Pseudogastromyzon myersi , Sinogastromyzon wui , Vanmanenia pingchowensis et Rhinogobius duospilus .

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Balitoridés. Adulte il mesure environ 5 cm.
Le corps est aplati et cylindrique. E. sinensis se distingue par ses nageoires pectorales et ventrales éloignées. La couleur de fond est marron avec des striures dorées régulières. Les nageoires sont striées et légèrement colorées. Deux yeux surmontent la tête trahissant la curiosité du poissons. La bouche infère est adaptée au raclage des algues et des invertébrés microscopiques.

Plutôt placide, E.sinensis se déplace sur les roches et gros cailloux par saccade au rytme de la succion des algues. Il se détache de sa position et ondule à travers l’eau avec une grande rapidité pour se fixer sur un autre support.
Il ne touche pas aux plantes, racle juste les algues sur les grandes feuilles plates. Il n’est pas trop territorial, mais parfois de petites poursuites entre individus peuvent être observées.

Maintenance

A partir de 96 litres pour un petit groupe en étant les uniques habitants du fond. Sinon prévoir 150 litres minimum si d’autres habitants de fond.
Pour le succès à long terme et ne pas les voir mourir un par un dés l’achat, il est préférable de fournir un aquarium mature avec une offre abondante d’algues, et de roches couvertes par un biofilm.
Attention à ne pas le placer dans un bac ouvert, il pourrait s’en échapper.

Température : 18 à 24 C°
pH : 6 à 7,5
GH : 3 à 10 (sachant que 5 à 7 serait l’idéal)

L’eau du bac doit être propre et l’eau bien oxygénée, ne pas hésiter à surdimensionner le filtre, voir même à rajouter un bulleur.
On placera comme substrat principal, un sable ou gravier (voir même un mélange des deux). Le bac sera composé de petites roches, de cailloux de différentes tailles, placés un peu partout dans le décor.
Bien que leur milieu naturel on ne retrouve aucune plantes aquariophile, on pourra en aquarium, afin de favoriser l’arrivée d’algues dont ces petites loches en sont friandes, placer quelques plantes faciles comme : Microsorum , Crinum et Anubias spp. Ces dernières sont particulièrement utiles car leurs feuilles ont tendance à attirer la croissance des algues dont elles pourront se délecter et fera également une sorte d’abri.

D’autres espèces vivants dans des eaux semblables sont : Barilius , Garra , Devario , certains Rasbora , Rhinogobius Sicyopterus et Stiphodon gobies, plus les poissons-chats comme Glyptothorax, Akysis et Oreoglanis .
Attention E.sinensis est grégaire et ne doit jamais être placé dans un aquarium à moins de 4 sujets.

Alimentation

Une grande partie de l’alimentation naturelle devrait être composée d’algues ainsi que de micro-organismes qui seront râpés des surfaces solides (cailloux, pierres, branches). Des cachet à base de spiruline peuvent aussi être distribués.
En aquarium il accepte des aliments déshydratés de bonne qualité, aussi le vivant ou congelé : vers de vase, artémias etc.. Mais attention, il peut souffrir de problèmes internes si le régime contient des protéines en quantité excessive.

Des aliments faits maison en utilisant un mélange d’ingrédients naturels liés avec de la gélatine s’avèrent bien utiles car ils peuvent être adaptés pour contenir une proportion élevée de légumes frais, lié à la spiruline et d’autres ingrédients similaires.

Reproduction

Des parades nuptiales ont été observées : Les mâles étant sur une paroi qu’ils ont défendu contre tout rival, une femelle réceptive entre sur ce territoire temporaire, s’en suit une série complexe de mouvements de communication et se terminant dans une position en forme de «T», où a été vu un poisson stimuler la zone génitale de l’autre en utilisant les pièces buccales.

Au cours de la ponte même, les deux poissons insèrent la partie arrière du corps et la nageoire caudale dans le substrat jusqu’au point où les oeufs sont libérés et fécondés simultanément.
Mais actuellement, bien que quelques comportements de reproduction ont été observés, aucune ponte n’a pu aboutir à terme. En effet, les oeufs où même les alvins meurent un par un, peut-être en raison de températures de l’eau trop élevées dans nos bacs où nos pièces à vivre et la lumière qui atteint des alvins (ils seraient extrêmement photophobes au départ de leur vie). A suivre..

Bon a savoir..

Magnifique poisson et très intéressant quand on le trouve, il est dommage qu’on a encore du mal à le trouver en commerce, soit il faut le commander (et encore ça dépend des fournisseurs de magasins).

On les trouve parfois dans les bacs des magasins très émaciés (amaigris) ce qui est difficile ensuite de corriger. Un bon vendeur aurait fait quelque chose avant de les proposer à la vente, mais malheureusement on retrouve souvent ces espèces dans cet état lamentable de sous-nutrition. Si toutefois, vous les prenez tout de même, ils vont d’abord avoir besoin d’une source constante d’aliments appropriés et surtout être en l’absence de concurrents de fond. Ils seront alors placés dans un bac bien mature où ils peuvent retrouver des algues un peu partout… Si,il est encore possible de les récupérer et leur refaire une santé..

Mais ne soyons pas d’humeur pessimiste, il y a de très bons magasins d’aquariophilie qui existent encore et prennent soin de leurs habitants temporaires. Il est juste bon de le savoir pour faire la différence à l’achat, et pouvoir maintenir nos habitants à long terme et fuir les magasins dont les soins de nos futurs animaux laissent à désirer.

©Texte : framboizz pour AQUA débutant

Le Corydoras Loxozonus

Le Corydoras Loxozonus

corydoras_loxozonus_3Photo source

Le Corydoras Loxozonus poisson tropical d’eau douce appartenant à la famille de Callichthydés. Il provient des eaux intérieures dans l’Amérique du Sud , et se retrouve dans « Le río Meta » qui est une rivière de Colombie et également le principal affluent Colombien de « l’Orénoque ».
A l’heure et la date où j’écris cet article, nous ne connaissons toujours pas avec précision les détails de son habitat naturel…

Description

C’est un corydoras magnifique et très élégant.
Sa robe est un fond blanc bien brillant avec un trait noir discontinu en forme d’arc de cercle.
Son corps est ponctué de points noirs disposés de façon très esthétique. Une strie noire occulte l’oeil, soulignée par un reflet vert irisé. La base de la dorsale est teinté de noir.

Il mesure adulte entre 5 et 5,5 cm environ. Un bac à partir de 100 litres est recommandé pour maintenir un groupe de 6/7 sujets. C’est un poisson grégaire.

Maintenance

A l’acclimatation il se montre particulièrement farouche, il se cache sous les plantes ou sous des racines ou encore des roches. Ce Corydoras apprécie les zones d’ombres et peut être maintenu facilement en bac d’ensemble avec des petits Tétras, Cichlidés nain ou encore dans des grands bacs à Scalaire ou Discus..
La qualité de l’eau sera douce et acide, la température est de 24 degrés à 32 degrés pour le maximum.
Comme toute espèce de Corydoras, il faudra maintenir l’eau très propre; en effet, ils sont très sensibles aux déchets organiques surtout pendant la période d »acclimatation au bac.
Ensuite l’espèce se montre très résistante une fois bien à l’aise dans le bac.
pH de 6,5 à 7,5
GH de 5 à 15

L’alimentation

S’agissant pour la plupart du temps (du moins pour l’instant) de sujets sauvages, il est nécessaire d’apporter les premiers jours une nourriture congelée de type larves noires de moustiques, blanches ou rouges, daphnies, cyclops et artémias.
Après leur acclimatation, on pourra distribuer de la nourriture sèche et des pastilles de fond.

Reproduction

Comme pour tous les autres corydoras, si l’on veut une réussite plus ou moins, il faudra récolter les oeufs pour les mettre à part dans un autre bac aux même paramètres, et à la même température de celui des parents. Pour éviter que les autres habitants et voir même les parents ne puissent pas manger les oeufs fécondés.

Conclusion

Encore assez rare dans nos bacs pour l’instant car il est importé pour la première fois de Colombie en Allemagne par Aquarium Glaser via Challet-herault en France en Juillet 2012 et se retrouve encore sous divers dénominations : « C79 », « C82 », et « C83 »..

N’hésitez pas à le commander dans vos magasins d’aquariophilie préférés si cette espèce vous plaît, il est vraiment très très joli..

©Texte : framboizz pour AQUA débutant