Des codes de conduite chez les poissons ?

school-of-fish-fossil

Photo Source

Des paléontologues ont découvert un fossile suggérant que les poissons anciens suivaient les mêmes règles de comportement de groupe coordonné que les espèces actuelles.

C’est à dire ?

Ne nagez pas trop près de votre voisin, mais ne vous éloignez pas trop du groupe.

Mesurant seulement 570 millimètres sur 375, le fossile comprend une plaque de pierre contenant 259 espèces de poissons identifiés comme l’espèce éteinte Erismatopterus levatus, qui vivait dans un lac de montagne il y a au moins six millions d’années. Cette espèce suggère que les poissons forment des bancs en combinant des règles comportementales simples depuis au moins l’Eocène.

Malgré les implications excitantes de l’étude, certains scientifiques restent sceptiques quant à la découverte.

«Je ne peux pas imaginer une école tridimensionnelle de poissons en train de sombrer dans le fond et de conserver toutes leurs positions relatives… Cela n’a aucun sens pour moi», a déclaré le paléontologue Roy Plotnick, qui n’a pas participé à l’étude. 

Bien que les chercheurs ne puissent pas confirmer avec précision le mode de mort du poisson, ils ont émis l’hypothèse selon laquelle une dune de sable soudainement effondrée aurait pu ensevelir ces poissons en quelques secondes à peine, ce qui aurait peut-être effacé quelques-uns de leurs positions originales dans le groupe.

L’explication de ce fossile unique reste un mystère, mais quoi qu’il en soit, une chose est claire : ce groupe de poissons fossilisés a toujours l’air plutôt tranquille. 

©AQUA débutant repris de cette source 

Cryptocoryne Aponogetifolia

Cryptocoryne_Aponogetifolia2

Photo source

Description

La Crytocoryne aponogetifolia est originaire des Philippines. C’est une des plus grandes espèce du genre et peu dépasser le mètre en hauteur. Elle a longtemps été confondue avec C. usteriana.

Le limbe est étroit, elliptique à rubané et gaufré. Il peut mesurer plus de cinquante centimètres de long pour deux à quatre centimètres de large.

Sa couleur varie du vert moyen au vert foncé. Une nervure centrale bien marquée traverse le limbe porté par un long pétiole de trente à cinquante centimètres.

La Spathe, de treize à 20/25 cm de long est portée par un pédoncule pouvant atteindre jusque 20 cm. On remarque également un cornet de 7 à 17 cm. Le pavillon, plusieurs fois enroulé et érigé à l’intérieur rugueux, possède une couleur rosâtre à lie de vin. La floraison est assez rare, mais lorsqu’on l’observe, c’est toujours lorsque la plante sort de l’eau.

Maintien

L’eau devra être moyennement dure à dure.

GH : 7/21
pH : 5,5 à 7,5
Température : 20 et 27 C°

On mettra un sol de 8 à 10 cm de hauteur pour que ses longues racines puissent bien s’encrer.
Si l’eau est un peu calcaire, avec un engrais et du C02 si on peut, c’est juste l’idéal pour qu’elle puisse correctement se developper.
L’aquarium sera de grande hauteur.

Conclusion

Attention c’est une plante à collet, il ne faudra donc pas l’enfoncer dans le sol. Il va falloir attendre un peu que les racines s’encrent bien dans le sol. C’est une plante qui se reproduit par stolons. On la place principalement dans le fond du bac afin d’attirer le regard. Pour un bac de cichlidés ou d’espèces phytophages c’est un plante parfaite.

Elle ne supporte pas très bien les multiples déplacements et pourrait disparaitre, donc bien prévoir l’emplacement directement quand on l’achète . Elle peut également perdre toutes ses feuilles à la plantation, mais pas de panique, elles repoussent vite en général dans cette situation.

©AQUA débutant

Apistogramma Trifaciata

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo source

Habitat Naturel

La localité type de cet Apistogramma est Arroyo Chagalalina au Paraguay, mais son aire de répartition est relativement large et s’étend vers le sud à partir du bassin de rio Guaporé dans le bassin sud de l’Amazone, à travers le bassin versant du rio Paraguay qui est relié au Brésil et au Paraguay et jusqu’au centre du Paraná.

Il est principalement retrouvé dans les ruisseaux, les affluents et les petites rivières lentes, en particulier dans les zones où il y a des litières de feuilles.

Description et comportement

Adulte, le mâle mesure 5,5 cm et la femelle 4 cm.
Il fait partie de la famille des cichlidés Américains.

La nageoire caudale est arrondie. Il y a une première bande latérale qui part du corps et qui s’étend jusque la base de la nageoire caudale. Une deuxième bande étroite et sombre s’étend de l’arrière de l’œil jusqu’au bord postérieur de l’opercule et une troisième bande supplémentaire, s’étend en arrière de l’insertion de la nageoire pectorale à l’insertion antérieure de la nageoire anale. La couleur de la robe va du vert émeraude au bleu acier, La tête est jaune et la nageoire dorsale partiellement rouge. Les trois premiers rayons sont hauts et effilés.

Les femelles sont plus petites et peu colorées, sauf en période de frai, où elles deviennent jaunes.

Les mâles sexuellement matures établissent des territoires et réagissent de manière agressive envers les autres mâles du voisinage, bien que la présence de plusieurs femelles, soit « normalement » tolérée.

Maintenance

A mettre en couple dans un bac de 60 litres minimum pour un couple

Température : 2 à 29 degrés
pH : 5.5 à 7
GH : 2 à 8

Afin de recréer un petit biotope pour eux, on pourra mettre un substrat sableux (sable de loire par ex) avec des racines et des branches de bois placées de manière à former de nombreux endroits ombragés et des petites grottes.
Un ajout de litière de feuilles séchées va fournir une couverture supplémentaire et des endroits de frai. Cela entraînera par la même occasion une croissance de colonies de microbes bénéfiques au fur et à mesure de la décomposition et en même temps, constituer une source de nourriture secondaire précieuse pour les alevins, tandis que les tanins et autres produits chimiques libérés par les feuilles en décomposition, aident à la simulation des conditions naturelles. Les cônes en aulne, peuvent également être utilisés à cette fin.

Un éclairage assez faible est recommandé. On mettra des plantes pour ce biotope telles que : Microsorum, Taxiphyllum ou Cryptocoryne spp., Ceratopteris spp. etc..
Il n’est pas nécessaire d’utiliser de la tourbe, à la fois cela est non durable, et de plus destructeur pour l’environnement, il est préférable d’utiliser les feuilles de catappa ou de chêne pour recréer le biotope naturel.

Ce sont des poissons assez sensibles aux fluctuations des déchets organiques, Pour cette raison, on ne les indroduira jamais dans un aquarium biologiquement immature.

Nourriture

Dans l’aquarium, des aliments vivants et congelés tels que : des Artemias, vers rouges, Daphnies etc.. devraient être proposés régulièrement, bien que la plupart des espèces apprennent également à accepter les alternatives avec de la nourriture sèche, (des granulés plutôt que des flocons). Il est important de bien varier la nourriture et donner une nourriture de très bonne qualité..

Reproduction

Il va pondre sur le substrat et déposer ses œufs dans les crevasses ou les cavités des décors.
Après la ponte, le mâle revient généralement protéger son territoire et courtise aussitôt les autres femelles, laissant sa femelle garder et s’occuper des œufs et des alevins.

Attention au comportement étrange parfois du mâle envers les alevins, il vaut mieux le mettre à l’écart dés la nage libre des alevins.

En fonction de la température, les œufs éclosent 36 à 72 heures après la ponte. Après quelques jours, les alevins ont une nage libre.

♠  Magnifique espèce d’Apistogramma et très interessante à observer dans un bac au biotope adapté. Si on rajoute d’autres compagnons de vie, attention que votre bac soit assez important au niveau du volume, pour la période de frai les mâles peuvent devenir assez agressifs..
L’apistogramma fait partie des genres les plus spécifiques des cichlidés d’Amérique du Sud, avec environ 70 espèces validées à l’heure actuelle, mais de nombreux autres genres attendent d’être décrits .

©AQUA débutant

Tétra Bathyaethiops Breuseghemi

37748272221_67cb7435ea_b

Photo source

Habitat Naturel

Poisson Africain originaire du Congo.

B. breuseghemi est originaire de la République démocratique du Congo en Afrique occidentale et a été enregistré à Pres de Luebo, Tshimbula, au Congo belge et à Bena Tshadi, Lukibu, « le Zaïre de 1971 à 1997″ .

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Characidés. Parfois appelé le Tétra lune à tort par les exportateurs car le tétra lune est le B. caudomaculatus.
Adulte environ 7 cm.

On aperçoit une tâche pas tout à fait ronde (contrairement à B.caudomaculatus qui est plus arrondie) sur le pédoncule caudal. Un fond de robe gris/argenté et bleuté avec parfois des petits reflets jaunâtres. Très compliqué de distinguer à première vue les deux espèces : B. caudomaculatus et B. Breuseghemi.. ils sont parfois importés pour l’un ou l’autre.

Une petite tâche rouge/orangée vive se trouve sur le haut du dos des mâles, juste avant la base de la nageoire dorsale (pas présente chez les femelles). On retrouve aussi quelques stries grisâtres très claires sur toute la longueur du haut du corps, allant de la tête jusque la tâche noire du pédoncule caudal.

Ils sont pacifiques avec les autres habitants si ils sont en nombre suffisant pour faire un groupe. (une dizaine dans un aquarium serait le minimum).

Maintenance

On le mettra dans des bacs avec un volume d’au moins 130 litres pour une dizaine, avec d’autres compagnons, ce sont de poissons grégaires.

pH : 6 à 7,2
GH : 6 à 15
KH : 4 à 8
Température : de 22 à 25C°
Une bonne acclimatation sera nécessaire si votre revendeur n’a pas fait de quarantaine avant l’achat. N’hésitez pas à lui demander.

Pour un biotope Africain, on mettra des plantes d’origines Africaines telles que : des Anubias, Bolbitis, Aponogeton, Crinum calamistratum, Nesaea crassicaulis ou encore une Nymphaea lotus etc..

Dans le fond du bac on placera un sable de loire par ex, avec des racines et des plantes.
Pour les compagnons de vie, il est possible d’y mettre de petits cichlidés nains d’Afrique de l’Ouest ou petits tétra Africain afin de recréer un petit biotope.

Sinon, ils sont pacifiques avec les autres habitants si ils sont assez nombreux.

Nourriture

Ils sont omnivores, l’importance étant de varier le plus possible la nourriture et surtout la choisir de bonne qualité pour une santé optimum et une jolie coloration de robe des poissons..

Omnivore (mange de tout) : Sèche, comme vivante ou congelée.

Reproduction

Il est ovipare c’est à dire qu’il pond des petits oeufs en eau libre.

 

@AQUA débutant

Les Cachettes des Poissons

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous vous informons très souvent dans nos articles au niveau de la maintenance concernant les poissons : « mettre beaucoup de cachettes pour cette espèce, pierres, bois flotté, racines, plantes etc.. », mais pourquoi il a besoin des cachettes ce poisson ?

Une cachette est un élément de décor naturel ou pas, permettant à un poisson jeune ou pas, ou encore à un poisson qui est dominé au sein même du banc, de se soustraire de la vue de ses congénaires.

Cela peut être : des  pierres, des racines, des plantes, un tube en plastique, une demi-noix de coco, un pot de fleur en terre, ou un tube en terre etc.. à adapter suivant les habitants de votre bac..

Ce qui est essentiel

C’est d’accommoder leur forme, leur taille aux poissons maintenus. Egalement de connaitre les habitudes des poissons que l’on souhaite maintenir, est un élement à prendre en compte et non négligeable, afin d’adapter la cachette à ses besoins.

Les cachettes naturelles

Les plantes tout simplement, sont un élement du décor naturel où les poissons aiment se cacher surtout dans les bosquets serrés, elles sont de bonnes cachettes. Les racines également, ainsi que des pierres disposées de façon à faire une petite grotte ouverte des deux côtés afin qu’ils puissent s’enfuir d’un côté ou de l’autre.. ils adorent.. pour certaines espèces on peut également obstruer les trois côtés de la grotte afin qu’ils aient une vraie grotte fermée avec une seule ouverture.. on peut les empiler également..

Pour certains poissons comme les channa spp. ou les crevettes ainsi que de nombreux Osphronemidés adorent se cacher sous des feuilles de Catappa.

Les demi-noix de coco sont également très appréciées par les Apsitogramma spp.

Les décors naturels participent en plus à l’équilibre de l’écosystème de l’aquarium c’est donc toujours préférable à choisir si on peut, plutôt qu’un décor plastique, et bien plus sympa aussi à regarder dans un aquarium.

Un demi-pot de fleur en terre ou un tube en terre que l’on trouve dans le commerce, fait parfois aussi une bonne cachette pour des locaridées ou poissons chats et aussi un endroit de reproduction..

Les cachettes non naturelles

Ce sont les décors en plastique. Pas mal et utiles pour un bac hôpital ou un bac de ponte afin pouvoir prélever plus facilement les poissons, il est parfois mieux d’avoir ce genre de décor dans certaine situation.

Pour certains Tateurs, enfoncer un tube en plastique dans le sol est un bon moyen de ponte pour lui par ex.

Conclusion

Pour chaque décor plastique ou naturel, attention à l’espèce, l’une préfèrera une seule ouverture et l’autre plusieurs, afin d’avoir des sorties de secours (corydoras). Il convient toujours de bien se renseigner sur les habitudes de vos pensionnaires avant de choisir le décor, naturel ou pas. Mais qu’il soit naturel ou pas, il est indispensable d’en mettre car les poissons dominés (et il y en a toujours dans les bancs de poissons) ne pourront pas comme dans la nature, se sauver loin de leur assaillant. Il faut donc qu’ils puissent se réfugier et se sentir à l’abri dans votre bac. Pensez donc à la taille et la forme en fonction des poissons maintenus et de leur moeurs. Ceci est indispensable avant de monter votre aquarium, ou adapter le décor au fur et à mesure de vos choix de poissons.

©AQUA débutant

Les poissons dits « Les Nettoyeurs »…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bla Bla Bla

Alors certainement vous serez déçu.. mais il n’existe pas de poisson nettoyeur au sens propre du terme, c’est un mythe total !  C’est un terme d’ailleurs souvent utilisé par certains vendeurs, pour vous vendre des poissons qui « feraient » le ménage à votre place ? C’est complètement faux ! (on veut simplement vous faire dépenser plus d’argent)

J’ai entendu aussi dans certains magasins, des vendeurs avec des clients débutants  dirent  : attention Madame « il vous faut prendre l’équipe de nettoyage pour le fond »« vous avez besoin de poissons aspirateurs de fond », et aussi « avez-vous pensé à l’équipe de laveurs de vitres ? » et « quelques invertébrés qui vont manger le reste des déchets des autres poissons sur votre sol ? » « Et pour finir votre bac il vous faut un bon mangeur d’algues, vous en prenez un vous être tranquille, plus aucune algue de toute façon il grandit suivant le volume du bac donc pas de problème de taille » ( le pléco dans 54 litres quoi..)  « Avec tout ça vous verrez ! plus grand chose à faire Madame, ils vont tout faire à votre place Madame et votre bac sera toujours propre, quasiment aucun entretien à faire.. » 

Attention surtout à ce genre de propos ! Que des choses fausses pour vous vendre encore plus de poissons que prévu,  qui vont dans certains cas, vous créer plus de soucis que le contraire.. Tout pour être dégoûté de l’aquariophilie en débutant..

Pourquoi ?

Ils sont pour votre bac une toute petite aide minuscule qui ne fera jamais de grand ménage à votre place, il faut s’imaginer qu’ils sont petits et mangent à leur faim, donc très très peu au final ..

Ils doivent tous recevoir suivant l’espèce que vous allez acquérir,  une alimentation équilibrée et variée, sinon ils en mourraient de faim.

Ils ne mangent pas les déjections des autres poissons, et ne vont en aucun cas nettoyer le bac à votre place, vous seriez très déçu du résultat avec ou sans.. Vraiment.. Hormis des crevettes qui pourraient en finir avec un cadavre qui tombe au fond du bac.. elles ont elles aussi besoin, d’une nourriture très adaptée et diverse et certaines se reproduisent vitesse GRAND V.

Tous ces poissons sont généralement des Loricariidés (Ancistrus..) les Callychthyidés (les Corydoras..), les Mochokidés (Synodontis..) ainsi que tous les poissons Siluriformes ou poissons Chats.

Leur morphologie est en majorité semblable, ils n’ont pas d’écailles, mais des plaques osseuses et leur bouche est infère, souvent pourvue d’épines ou encore de barbillons.

Ceux dits « les alguivores »

Ce sont ceux qui seront une toute petite aide pour les vitres, car ils vont se nourrir des micro-algues qui s’inscrustent sur les vitres (ce qui est un signe de bonne santé du bac).

Comme dit plus haut, jamais ils ne vont vous remplacer pour le nettoyage des vitres et de plus, cela necessitera de votre part malgré tout, de gratter régulièrement vos vitres lors des entretiens pour enlever tout le reste ainsi que d’aspirer le fond du bac.

Ce sont donc les poissons de la famille des Locicariidés tels que : les Ancistrus, les Otocinclus et aussi les Farlowella, je ne parle même pas des Plécos, qui eux demandent des volumes énormes genre 1000 litres pour leurs bien être. En effet à tous, leur bouche infère avec un grattoir et ceci leurs permet de consommer des algues mêmes encroûtantes. Il y a aussi les escargots Neritinas qui sont considérés comme « nettoyeur » à cause de leur langue râpeuse et donc peuvent manger ces algues sur les vitres ou autre décors. Et encore bien d’autres espèces de poissons considérés comme mangeurs d’algues et qui deviennent même pour certains très agressifs avec le temps envers les autres habitants du bac .. à réfléchir à deux fois donc, avant de prendre une équipe de soi-disant, « nettoyage pour les vitres » ..

Ceux dits « les détrivores » 

Ce sont les poissons qui passent leur temps à fouiller le sol à la recherche de nourriture.

Ce sont donc les poissons Corydoras, les Synodontis, les Botias.. En réalité, ils ne nettoient rien du tout, mais consomment un peu de nourriture tombée au sol et non consommée par les autres habitants du bac, et remettent en suspension tous les déchets au sol qui peuvent parfois être aspirés par le filtre. Les Botias Marcracantha peuvet aussi aider à débarasser les escargots du bac en les mangeant, le problème est que ça devient très très grand donc il faut le volume adapté pour maintenir cette espèce, là aussi un autre débat sur le poisson grandit suivant le bac… (voir l’article la nanification).

Les crevettes Neocaridina davidi, font aussi partie des nettoyeuses, attention j’en maintien car j’aime cette espèce qui est simple et interessante pour moi, jamais, je n’ai vu de différence avec ou sans, hormis si un poisson meurt dans le bac, son cadavre disparait totalement car elles le mange. Elles ont besoin, d’une nourriture bien spécifique et surtout variée, elles ne pourraient pas non plus se contenter des restes qui tombent dans le fond, c’est utopique.

Conclusion

Attention tous ces poissons et invertébrés ont besoin d’une nourriture adaptée, si il y a des carences ils peuvent en mourir, ils ne vont jamais pouvoir se nourrir avec les restes des autres ou uniquement des algues.. N’oubliez jamais que si vous prenez ces poissons juste pour le ménage, vous serez vraiment très déçu, ils ne sont qu’une toute petite aide, et je vous conseille de les prendre  uniquement si vous aimeriez vraiment les voir dans votre bac comme une espèce de poisson à part entière, car ils sont tous loin d’être la fée du logis que l’on vous vante dans certaines enseignes d’aquariophilie..

Bien se renseigner avant de démarrer un aquarium sur les poissons désirés, et ne pas se laisser avoir surtout en arrivant au magasin par un vendeur qui a juste besoin de faire un certain chiffre d’affaire qui va essayer de vous faire dépenser votre argent en vous proposant n’importe quoi.. Soyez attentif..

©AQUA débutant

Placidochromis Electra

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo source

Habitat naturel

Il est endémique du lac Malawi. On le retrouve autour de l’île Likoma et de la pointe Mara, entre Chiwindi et Lumbaulo, de Lumnessi à la frontière du Malawi et sur la côte du Malawi jusqu’à Nekete.

Il vit dans des zones d’eaux profondes (généralement moins de 7 mètres, mais parfois plus profond également) juste au-dessus de fonds sableux.

Description et comportement

Il fait partie de la famille des Cichlidés Africains.
Le mâle mesure adulte jusque 20 cm, la femelle jusque 15 cm.
Les mâles seront également plus colorés que les femelles en grandissant.

Il est toutefois possible de mettre avec eux si le volume du bac le permet, des Aulonocara , Copadichromis et d’autres espèces pacifiques du Malawi . Il est également pacifique avec ceux de sa propre espèce, bien qu’il devienne légèrement territorial lors de la reproduction. Il est préférable de garder plusieurs femelles par mâle.

Maintenance

On maintiendra cette espèce dans pas moins de 300 litres pour quelques sujets (sinon il faudra prévoir bien plus en volume de bac).

pH: entre 7.6 et 9
GH : entre 12 et 20
Température : 24 à 28

Votre bac sera fait d’un décor principalement avec des roches. Il devra être disposé de manière à former des cavernes et des cachettes tout en laissant des zones ouvertes de substrat. On placera pour le sol, un fond sableux (ex : sable de Loire). Les plantes ne sont pas vraiment nécessaires. Si malgré tout on veut en mettre, il faudra alors partir sur des Anubias ou de la Cryptocoryne.

Nourriture

Dans la nature, on sait maintenant qu’il se nourrit à la surface du substrat de petites crevettes, et qu’il est très attiré lorsque les Taeniolethrinops Praeorbitalis fouillent le sol. Il y a alors, un nuage de sédiments mis en suspension dont ils se délectent de toute la micro-faune qu’ils peuvent y trouver..

Dans le bac, on proposera un peu de tout, de la nourriture séche en granulés, du congelé, mais aussi du vivant, on pourra rajouter un peu de verdure : des algues spiruline ou des épinards blanchis. L’important étant de choisir une nourriture de qualité, c’est très important pour leur santé et leurs jolies couleurs.
Evitez de donner trop de vers de vase qui sont difficiles à digérer pour eux.

Reproduction

La reproduction a lieu sur le sable, près d’une roche. Le mâle creuse une petite cavité il prend ses plus belles couleurs pour attirer une femelle gravide.

Cette dernière va descendre dans le nid et y déposer quelques ovules, immédiatement repris en bouche et fécondés par le mâle suivant une position en forme de T. L’incubation buccale dure une vingtaine de jours. Les petits, de 10 mn (environ une quarantaine) sont ensuite crachés entre les pierres, puis surveillés par la mère quelque temps. Elle peut les reprendre en bouche au moindre danger. Les petits atteignent les 4 cm en cinq mois environ.

Attention si on garde les petits, il est alors important de prévoir un volume de bac adéquat. Il faut penser à la reproduction à venir..

©AQUA débutant